• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Au jour d’aujourd’hui

Au jour d’aujourd’hui

La langue pâteuse …

Le sens de l'imitation, l'imprégnation par la médiocrité, l'envie de singer les grands hommes ou les bêtes de médias provoquent une excroissance déplaisante de notre lexique de truismes, maladresses syntaxiques et autres inepties qui ne valent que parce qu'elles sont répétées d'un bout à l'autre de cette francophobie de la médiocrité.

Parmi les expressions les plus laides et les plus inutiles, ce « au jour d'aujourd'hui » est une formidable caisse de dé-résonance, une ouverture vers le précipice des idées reçues, des évidences à la petite semaine, des arguments tout droits sortis de la boîte du bon-sens près de chez vous.

Méfiez vous comme de la peste qu'il annonce, de ce monsieur qui vous joue la redondance des temps présents. Il va vous assener une vérité de super-marché, une facilité qui lui épargne réflexion et distance et qui lui confère une autorité morale factice par l'usage de cette docte formule de l'immédiateté répétée.

Collectionneur d'énervements multiples au sujet de la langue, j'aime à épingler ces absurdités qui font des ricochets de bouche en bouche bien plus vite que les mots délicats, les termes complexes, les pensées rares. Je mettrai au premier plan de ces expressions vides de sens, la magnifique et inégalée « feuille de route » qui s'envole au premier coup de vent et se froisse pour un rien. Elle peut se parer d'un doute qui lui eut donné corps et profondeur plutôt que de cette chaussée faite d'une immense platitude.

Le « parcours du combattant » est d'autant plus employé que ces contempteurs sont des êtres maigrichons, aussi peu sportifs que peut l'être sans doute le poulpe ou la méduse et qui attribuent aux arcanes de l'administration souveraine des chausse-trappes et des pièges bien au-delà de son habituel « pouvoir de nuisance ».

Tiens voilà que moi aussi, je sacrifie à cette langue pâteuse, qui se satisfait de peu pour prendre l'apparence d'une distinction qu'elle ne parviendra jamais à atteindre. Le risque est grand de sombrer dans cet usage immodéré de la langue de salons dorés. Je ferais mieux de mettre un « point barre » sur ce billet en confondant comme beaucoup le final et la barre espace si proche qui se contente de mettre un peu d'espace à nos problèmes de ponctuation sans les « solutionner » vraiment.

Diantre me voici encore tombé dans le bois exotique, celui qui transforme la complexité d'un verbe du troisième groupe, résoudre en l'occurrence, en un vilain raccourci du premier, celui qui se conjugue à tous les temps de la facilité. « Visiblement » je ferais bien mieux de cesser ce jeu idiot, toutes les stupidités me tombent sur le clavier avec une facilité déconcertante. Le lisible est à porté de risible sans que la voyance y soit pour grand chose …

« Vous voyez ce que je veux dire ? ». Non seulement j'efface « d'un trait de plume » la richesse de l'inversion sujet verbe dans la forme interrogative, mais je sombre une nouvelle fois dans cette « Visibilité » indispensable dans un monde voué à la seule apparence.

Je devine que je vais encore « réceptionner » quelques commentaires agacés des chantres de la modernité qui trouveront que je mène encore un « combat d'arrière -garde ». J'aurais pu tout aussi bien recevoir des remarques courroucées pour mes positions passéistes, mais voyez-vous, la formule n'aurait pas cette saveur inimitable de la nouvelle langue de bois.

Je vous laisse « faire du peu feu » de ce billet sans queue ni quête. J'use à loisir de la » langue de chez nous » pour déblatérer à plaisir quand je n'ai plus rien à écrire et qu'il me faut faire un billet « à l'arrache ! ».

Copeauxieusement vôtre


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Decouz 19 juillet 13:44

    Beaucoup de métaphores employées par les journalistes relèvent aussi du domaine sportif, ce qui traduit sans doute l’esprit darwinien (mais Darwin était sans doute plus c omplexe) et compétiteur du temps, allez, « en temps réel », « la dernière ligne droite », « voilà » « tout à fait » et je suis d’ailleurs en direct devant la grille du ministère en charge des expressions et du vocabulaire, ce qui fait que je tiens les informations les plus récentes.
    Il sort régulièrement des livres qui recensent ces lieux communs, pas toujours facile d’y échapper.
    A lire Rémy de Gourmont, j’ai découvert récemment ses talents de critique, il s’en prend entre autres au vocabulaire et aux poncifs dans les expressions littéraires (les mauvaises).
    Une remarque curieuse qu’il exprime : les écrivains « auditifs » seraient plus sujets aux banalités et aux répétitions médiocres, que les écrivains « visuels », je ne sais pas si c’est vérifié ou vérifiable, peut-être que le l’écrivain « visuel » doit faire un effort de traduction pour écrire les scènes qu’il imagine visuellement, tout ceci se discute, il n’en est pas moins vrai que du point de vue de la mémoire, et sans doute aussi du point de vue de l’imagination tel ou tel sens prédomine selon les individus.


    • C'est Nabum C’est Nabum 19 juillet 17:05

      @Decouz

      Merci pour ce commentaire

      Je suis un écriveur de l’oralité, je suis sans doute plus à même de commettre de telles maladresses. Il faut l’accepter et ne as se prendre un écrivain


    • Abou Antoun Abou Antoun 19 juillet 19:43

      @Decouz
      Beaucoup de métaphores employées par les journalistes relèvent aussi du domaine sportif,
      Voici des exemples.


    • C'est Nabum C’est Nabum 19 juillet 20:07

      @Abou Antoun

      Laissons les à leur passion
      Elle excuse bien des travers


    • Abou Antoun Abou Antoun 19 juillet 19:39

      ce « au jour d’aujourd’hui » est une formidable caisse de dé-résonance
      Ben ’hui’ c’est le ’hodie’ latin , contraction de ’hoc die’ qui signifie ’ce jour’. On aurait pu s’en contenter et écrire : « hui j’ai pondu un nartic ».
      Alors aujourd’hui est déjà redondant et au jour d’aujourd’hui est re-redondant. Il faut dire que si la belle langue française fait quelquefois des erreurs, le néo-con qui a créé ce monstre en rajoute une louche.
       


      • C'est Nabum C’est Nabum 19 juillet 20:07

        @Abou Antoun

        Merci pour lui


      • marmor 20 juillet 11:55
        quand je n’ai plus rien à écrire et qu’il me faut faire un billet

        C’est une obligation contractuelle ou juste votre irrépressible besoin de vous étaler sur ce site ?

        • C'est Nabum C’est Nabum 20 juillet 12:22

          @marmor

          Certains ont le commentaire pathologique, d’autre le billet

          L’essentiel est d’aller mieux ensuite


        • marmor 20 juillet 13:51

          Les commentaires sont comme les pustules de la varicelle, il faut une souche......


          • C'est Nabum C’est Nabum 20 juillet 14:17

            @marmor

            Un souche à la racine du mal


          • yvesduc 21 juillet 21:02

            À ce jour au jour d’aujourd’hui, deux anglicismes sont particulièrement répandus : les activistes pour désigner les militants (rappel : en bon français, un activiste est un militant violent : pas sûr que ce soit ce que ces auteurs aient voulu dire !), et exposer à la place de révéler. La presse révèle un scandale. Elle ne « l’expose » pas… Exposer, c’est afficher, décrire : c’est très en-dessous d’une révélation, qui rend public un secret ou une affaire !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès