• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Auguste Comte et le Brésil

Auguste Comte et le Brésil

Saviez-vous que la devise du Brésil «  Ordem e progresso », inscrite sur son drapeau provient d’Auguste Comte ? Que fait la devise du philosophe français « Ordre et Progrès » sur le drapeau ?

 

Promoteur de la philosophie positive, fondateur du positivisme, Auguste Comte a construit une des grandes philosophies du XIXe siècle. Discussions, débats, conversions et combats ont fait du positivisme une référence incontournable de la seconde moitié de ce siècle.

Le positivisme scientifique d’Auguste Comte affirme que l’esprit scientifique va, par une loi inexorable du progrès de l’esprit humain, appelée loi des trois états (l’esprit humain passerait par trois états successifs qui constituent les trois étapes de l’espèce humaine, mais aussi de chaque individu : théologique, métaphysique et positivisme), conduisant à remplacer les croyances théologiques ou les explications métaphysiques.

Auguste Comte bénéficiait d’un immense prestige au Brésil. Certains de ses adeptes à l’image de Benjamin Constant Botelho de Magalhães, républicain convaincu, pour qui la France était aussi le pays des Lumières, étaient de fervents abolitionnistes et à l’origine de changements politiques. Benjamin Constant, militaire, professeur de mathématiques est à l’origine du mouvement qui a conduit à la chute de la monarchie au profit de la république. C’est à l’école militaire de Rio de Janeiro en 1857, qu’il est confronté au positivisme. Le positivisme est petit à petit érigé au rang de « dogme ».

Paradoxalement, une « église » a même été construite en 1881, par Miguel Lemos (philosophe brésilien) et Texeira Mendes (philosophe et mathématicien brésilien), selon le plan réalisé par Auguste Comte. C’est un temple grec de style néoclassique avec, au fronton, la formule d’Auguste Comte en portugais « O Amor por principio e a Ordem por base ; o Progresso por fim ».

Le drapeau brésilien actuel est la modernisation du drapeau impérial imaginé par le Français Jean-Baptiste Debret. Le drapeau moderne conserve le losange jaune inscrit dans un rectangle vert (les couleurs du soleil et de la forêt), mais a remplacé le blason impérial par une sphère céleste étoilée des états du Brésil, et portant un ruban avec la devise d’Auguste Comte.

C’est la participation des différents membres de ce mouvement de pensée à la redéfinition du drapeau national brésilien en ces temps de changements politiques, qui a certainement conduit à utiliser un élément de leurs préoccupations et de leur culture lors de la conception. Pendant quelques jours, le Brésil a utilisé un drapeau copie sur le drapeau américain (bannière étoilée), utilisant le vert et le jaune au lieu du blanc et rouge. Ce changement a été juge trop radical et la structure de l’ancien drapeau impérial a été conservée, mais le message essentiel aux yeux de Benjamin Constant est alors passé.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Joe Doe Joe Doe 8 février 2008 13:47

    Il n’est nullement question d’un jugement, simplement de faits.

    Un immeuble collectif s’est éboulé au Brésil, et un tout nouvel aéroport s’est écroulé à Paris… vous avez fréquenté au mauvais cinéma… certes.

    La question n’est pas celle là. Pensez-vous seulement que la France d’aujourd’hui, nos chers intellectuels ou auteurs de tout poil en particulier, ont suffisamment de rayonnement pour imposer leurs idées sur un drapeau ?

    Au Brésil, l’élite du XIX ou début du XXème siècle parlait français, de nos jours elle ne parle plus que l’anglais. Les jeunes vont au MIT ou a Stanford, rarement à la Sorbonne.

    Qu’en pensez-vous ?
     


  • Itapetininga 8 février 2008 14:44

    @Joe Doe

    Vous ecrivez : Au Brésil, l’élite du XIX ou début du XXème siècle parlait français, de nos jours elle ne parle plus que l’anglais. Les jeunes vont au MIT ou a Stanford, rarement à la Sorbonne. Qu’en pensez-vous ?

    Vous vous lamentez de la place de la culture France dans la monde d’aujourd’hui c’est bien et après

    Parce que le progrès de l’individu passe par un enrichissement personnel, un job, c’est ce a quoi pense les jeunes qui vont au MIT ou à Standford

    Autant voire Encore plus vrai pour un jeune brésilien que pour un jeune français

    Philosopher c’est bien manger, dormir, offrir une vie descente a sa future famille c’est mieux.

    Individualistes nous sommes devenus individualistes resterons nous ?


  • Itapetininga 8 février 2008 14:10

    Cela ne fait pas que rigoler Arthur Mage

    Les brésiliens sont les premiers à denigrer la devise Brésilienne

    Petit florilège : Desordem e caos - desordre et chaos

    Desordem e regresso - regression

    Desordem e puniçao - punition

    desordem e retrocesso

    etc

    Si l’idée positiviste de la devise demeure, la réalité brésilienne est toute différente

    o amor por princípio, a ordem por base, o progresso por fim

    Nombreux sont les brésiliens qui pensent que l’amour pour principe, pour base et pour finalité est plus judicieux (surtout si c’est l’amour de l’argent)

    Pour d’autres : ordem sem progresso ao progresso sem justiça Ordre sans progrès et progrès sans justice

    pour le reste ce qu’ils vivent au quotidien c’est plutot la corruption généralisée, les infrastructures defaillantes (aeroports, routes, services publics de santé , ecoles)etc

    quand vous demandez a un brésilien comment il va , il vous répond c’est la cata mais ça va

    N’oublions pas que la devise française pourrait elle aussi faire l’objet d’une telle analyse sarcastique

    Disons que les devises sont là pour indiquer l’ideal de leurs auteurs mais il y a un gouffre entre les voeux et la réalité.


    • Joe Doe Joe Doe 8 février 2008 14:28

      Fluctuat nec mergitur

       

      Liberté, Egalité, Fraternité

       

      In god we trust

       

      ...

       

      La question n’est pas dans le message, la réalité de l’infrastructure (au demeurant excellente lorsqu’elle est privée), ou de son interprétation ? La question est dans la capacité à suggérer/développer de nouvelles idées.

       

      En tant que Français, il est surprenant de voir au fil du temps la disparition d’un fonds de commerce, par négligence ou introspection.

       


    • Joe Doe Joe Doe 8 février 2008 14:53

      Pourquoi tant de bile et de haine ? Effectivement, un passage a la Sorbonne ne nourrit pas son homme.


      • Yannick Harrel Yannick Harrel 8 février 2008 15:19

        Bonjour,

        Intéressant rappel de l’origine de la devise du Brésil. Et belle démonstration que les idées ne connaissaient déjà pas de frontières au XIXème siècle (ça c’est une pique pour ceux qui pensent que la mondialisation est un fait nouveau).

        Sacré bonhomme que cet Auguste Comte qui a tenté, surtout à la fin de sa vie, de concilier la foi dans la science et l’amour de l’humanité. Il est encore étudié en sociologie mais sa figure n’est guère connue du grand public malgré l’influence qu’il eut sur de grandes personnalités (scientifiques et politiques) du XIXème siècle.

        Cordialement


        • sucre ethique sucre ethique 8 février 2008 19:53

          Fort interessant, cependant les etoiles representent la croix du sud et le lien avec les etats date que d apres 1903, avec l annexion de l etat d acre sur le Boliviee (comme pour le texas avec les etats unis d amerique avec des milices lors d une guerre civile et une compesation financiere pour la bolivie ou plutot la junte politique corrompue de l epoque0

          en tous ca, bravo

           


          • Itapetininga 8 février 2008 20:54

            Pour ceux que l’histoire du Brésil interesse mais qui sont quelque peu rebuté par le portugais (je peu comprendre) je recommande le livre :

            l’histoire du Brésil " 1500 -2000

            Bartolomé Bennassar - Richard Marin chez FAYARD

            On y trouvera d’excellente piste sur l’origine des retards et de la lenteur légendaire des brésiliens smiley mais aussi sur leur sens peu commun de l’opportunité

            lien d’une excellente fiche de lecture du dit ouvrage

            http://w3.amlat.univ-tlse2.fr/gral/ouvrages/ouv-hist-bresil.htm


          • del Toro Kabyle d’Espagne 9 février 2008 01:56

            C’est bien de faire des rappels de ce genre. Merci.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires