• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Bouffon !

Merci pour ce beau compliment...

Un homme bien trop important et sérieux pour être cité ici me traite de bouffon, pensant sans doute atteindre le sommet de l’outrage. Non seulement il m’honore en me parant de ce formidable compliment mais de plus il exprime implicitement la crainte de ceux qui pensent détenir le savoir ou le pouvoir face à la puissance de l’humour. En perdant ses mots, mon cher contempteur eut recours à quelques expressions en anglais oubliant sans doute que l'humour noir est l’apanage nos cher voisins. J’ai préféré m’éloigner des parages choisissant d’effacer mes commentaires ce qui me valut un nouveau qualificatif : « Couard ! » preuve manifeste qu’à défaut d’être drôle, mon interlocuteur conservait malgré tout quelques lettres dans notre langue. Mais oublions-le pour revenir à l’essentiel.

Bouffon curieusement est devenu une insulte, une dégradation sublime pour celui qui n’est pas sérieux, ne respecte pas les codes de la bienséance et ne s’incline pas devant les puissants. C’est pourtant ce qui valut jadis non seulement ses lettres de noblesse mais sa fonction, indispensable et salutaire face à un pouvoir centralisé et autoritaire. Le bouffon ne serait aujourd’hui qu’un galvaudeux, un pauvre imbécile qui ne comprend rien à rien et agit avec une extraordinaire légèreté. Il n’est rien qui vaille pour ceux qui tout au contraire ont la prétention d’être résolument modernes, indubitablement pragmatiques, dramatiquement sérieux.

Je vois là la conviction de la nécessité impérative du retour du bouffon, non pas de ces humoristes qui manient la dérision et la pantalonnade simplement pour jouer sur les mots et provoquer des rires gras et souvent sous la ceinture. Le rire est subversif à la condition qu’il s’en prenne non pas au travers des simples gens mais bien aux turpitudes des puissants, de ceux qui tiennent le bâton au-dessus d’une plèbe qu’il convient de réduire au silence.

Le bouffon n’a plus de roi face à lui mais une multitude de petits barons, de courroies de transmission d’un pouvoir fondé sur la confiscation de la souveraineté par l’argent, les médias, les institutions diverses et le bras séculier. Faire rire cette palanquée de profiteurs est strictement impossible, ils sont hermétiques à toute forme de plaisanterie tellement leur sens hypertrophique de leur importance les éloigne du moindre sourire ! Le bouffon n’a d’autre public désormais que les gueux, les malheureux sous le joug de cette bande immonde.

Alors il y va de ses saillies, il frappe, pique, moque sans la moindre nuance tout en grimant ses tirades des habits de la fiction. Le bouffon sait que la justice est aux ordres elle aussi et se ferait un grand plaisir à fondre sur lui pour outrage, diffamation, calomnie ou tout autre parapluie juridique pour laisser agir à leur guise les canailles qui nous dirigent. L’art est délicat, il n’est pas toujours accessible aux non-initiés, l’implicite est son bouclier.

Le bouffon ne peut évoluer sur les rives de la franche rigolade, il a besoin de prendre de la distance, de se mettre à l’abri derrière le conte, la fable, la métaphore et toute autre forme qui embrouillent les pistes, sèment le trouble sans laisser de traces. C’est sans doute ce qui peut exaspérer le triste sire à qui je dois cette diatribe confuse, les gens importants n’ont pas de temps à perdre à décrypter les allusions, à percer les clefs, à clarifier la situation.

Bouffon je resterai ne vous en déplaise. J’ai choisi l’histoire pour habiller mes critiques sur une époque contemporaine qui n’a rien de plaisante. Quand certains usent des archives pour faire preuve de culture et de hauteur, d’autres y puisent les ferments de la controverse, de la facétie ou de la dénonciation des convergences des stratégies employées par tous les pouvoirs pour gruger le bon peuple, le tromper ou bien le leurrer. Rien n’a vraiment changé ce qui justifie la permanence du bouffon.

Commentairement sien.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Jjanloup Jjanloup 13 février 16:02

    Bonjour Nabum,

    En vous comportant tel Triboulet vous faites oeuvre de salubrité publique, merci.


    • C'est Nabum C’est Nabum 13 février 16:37

      @Jjanloup

      Ce n’est pas le sentiment des gens sérieux, importants, pédants, orgueilleux qui ne supportent ni railleries ni moqueries


    • juluch juluch 13 février 17:56

      amuseur public, bouffon, bonimenteur, conteur.....continuez comme ça !!


      • C'est Nabum C’est Nabum 13 février 19:41

        @juluch

        Merci

        Je ne vais pas m’attarder sur ce triste personnage



        • C'est Nabum C’est Nabum 13 février 19:41

          @bouffon(s) du roi

          Bonjour collègue


        • Samson Samson 13 février 17:57

          « Le rire est subversif à la condition qu’il s’en prenne non pas au travers des simples gens mais bien aux turpitudes des puissants, de ceux qui tiennent le bâton au-dessus d’une plèbe qu’il convient de réduire au silence. »

          Je souscris totalement ! smiley

          Dans les brumes du Nord, le personnage du bouffon ou du fou est particulièrement honoré, et je ne résiste pas au plaisir d’en partager quelques références !

          Dans la littérature belge, on trouve Tijl Uilenspiegel, figure de la tradition germanique et flamande, immortalisé comme symbole de la résistance flamande et de l’esprit libre et frondeur contre l’oppression dans le chef d’oeuvre de Charles De Coster « La Légende et les Aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandres et ailleurs » (1867), plus tard incarné à l’écran par Gérard Philippe dans « Les Aventures de Till l’Espiègle » (1956).

          Au théâtre, on le retrouve dans le tragique huis-clos entre Philippe II et Folial, son bouffon, mis en scène par Michel de Ghelderode dans son « Escurial » (1927).

          Et si l’ énigmatique personnage du fou ou bouffon est figuré - non-chiffré - par l’arcane « LE.MAT » dans le tarot de Marseille, on le retrouve déjà, doté des mêmes attributs, dans l’œuvre de Jérôme Bosch ( 1450-1516), sur les volets fermés du triptyque « Le Chariot de Foin » et sur le prétendu « Fils Prodigue ».

          Honneur donc au bouffon, et à la sagesse qu’il nous transmet depuis le fond des âges ! smiley

          Cordiales salutations à vous ! smiley


          • Samson Samson 13 février 18:07

            @Samson
            PS : en flamand, Uilenspiegel signifie « le miroir des hiboux ».


          • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 13 février 18:17

            @Samson

            trop d’honneur voyons 

            Merci pour les bouffons ^^

            bis ... repetita et tralala


          • C'est Nabum C’est Nabum 13 février 19:42

            @Samson

            Merci

            Souscrivons à la subversion


          • Samson Samson 13 février 20:25

            @Samson

            En matière de bouffons contemporains (made in Belgium), j’allais omettre le célèbre Noël Godin - alias Georges Le Gloupier -, génial fondateur de l’internationale du terrorisme patissier et ses joyeux entartages aux cris de « Gloup, gloup, gloup, entartons, entartons les pompeux cornichons ! » qui ont égayé toute la planète. smiley

            Best of
            BHL

            Eric Zemmour
            Bill Gates
            Macron

            ...

            Hé oui, même en Pensée Unique et soumis au dogme de la Sainte Croissance, le rire et le ridicule restent des armes redoutables, pourvu qu’elles soient bien maniées ! smiley smiley smiley


          • dscheffes 14 février 12:09

            @Samson
            et en Allemande cela donne :Till Eulenspiegel (même signification) que l’on traduira en Français par : Till l’espiègle


          • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 13 février 18:16

            trop d’honneur voyons smiley

            Merci pour les bouffons ^^


            • C'est Nabum C’est Nabum 13 février 19:42

              @bouffon(s) du roi

              M’en laissez vous une petite part ?


            • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 14 février 10:06

              @C’est Nabum

              Mais oui, point de convivialité sans partage ^^


            • San Jose 13 février 21:40

              Bouffon ! 


              • C'est Nabum C’est Nabum 14 février 08:44

                @San Jose

                Merci


              • Old Dan Old Dan 14 février 06:18

                Héhé ! En matière de bouffonnerie nuisible, vous êtes enfoncé : Fillon, Balkany, Sarko, MLP... sans évoquer la bouffonnerie en bande : Monsanto, Servier, LREM,...

                .

                [ Finalement et hors la vôtre, je préfère la « bouffonnerie de Méluche »... Elle nous coûte rien, elle. ]


                • C'est Nabum C’est Nabum 14 février 08:45

                  @Old Dan

                  Vive Méluche


                • Ruut Ruut 14 février 07:55

                  Derrière chaque bouffonnerie se cache une certaine vérité...

                  Notons qu’il n’y a que la Vérité qui fâche vraiment......


                  • C'est Nabum C’est Nabum 14 février 08:44

                    @Ruut

                    Ils sont très fâchés


                  • ZenZoe ZenZoe 14 février 11:04

                    Votre long blabla (un peu pédant il faut le dire, ceci dit sans méchanceté) a tout de même du mal à masquer le fait que vous êtes vexé comme un pou de l’insulte reçue malgré votre soi-disant prise de distance. En votre for intérieur, peut-être pensez-vous que l’adjectif n’est pas totalement inadapté ?

                    Bref, vous avez décidé de nous prendre à partie. Soit, mais pour cela il faudrait que vous nous disiez de quoi il retourne.

                    En un mot, pourquoi vous a-t-on traité de bouffon ?


                    • covadonga*722 covadonga*722 14 février 11:17

                      @ZenZoe
                       tres simple notre « m’a tu vu » de Loire en appelle à la
                       

                      Mierci

                      « Souscrivons à la subversion »


                      lors meme il quémandait l’échine courbée devant l’échevin de sa ville 

                      une subvention , l’édile se remémorant de sournoise et insidieuse critique 

                      lui fit savoir que le bouffon est aussi celui qui quémande les reliefs du repas du maitre , la est la vrai destination du trait « bouffon » et non au caustique 

                      d’un amuseur au public  par ailleurs « captif » 


                      asinus


                    • ZenZoe ZenZoe 14 février 14:05

                      @covadonga*722
                       smiley


                    • zygzornifle zygzornifle 14 février 13:04

                      Bouffon rime bien avec Macron ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès