• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Cartes sur table

On ne peut y couper !

Curieuse activité au demeurant que celle qui consiste à poser un tapis sur la table en lieu et place de la nappe habituelle. Nous pourrions en rester là des propositions saugrenues mais souvent la farce continue tandis qu’un chien s’invite lui aussi à la fête. Et que penser alors de la chose quand l’un des participants fait le mort, y compris un jour de Toussaint ? On lui avait promis de lui tirer les cartes, le voilà étendu, du plomb dans la tête, pissant le sang et se refusant à jouer son dernier atout…

Les poings frappent la table, les propos dépassent le seuil tolérable tandis que les regards scrutent le mensonge, le bluff ou bien le signe discret. Voilà des cartes avec lesquelles on se perd en chemin, oubliant la courtoisie pour tromper son monde, le perdre ou le confondre. C’est ainsi que s’achève les repas quand la météo joue des tours aux convives. On se dit qu’une petite belote passera le temps avant de découvrir, bien trop tard hélas, qu’elle met en jeu bien plus que cela.

Le valet se fait cavalier, le roi perd sa couronne, la dame se donne au plus offrant et chacun s’évertue alors à sortir un as de sa manche. Le neuf se la joue, lui qui d’un coup se prend pour un quatorze tandis que la belote cherche à doubler la mise en voulant gagner un autre pli. Je coupe pour gagner une levée, je plie quand on me coupe et j’espère secrètement être sous la goulotte à moins qu’un malotru pisse honteusement sur la table.

On se met en quatre pour faire la paire. Si le nombre ne vous convient pas, il y a encore le tarot pour ajouter un comparse à moins que ces cartes-là ne soient de sortie que pour prédire l’avenir. Chacun cherche une excuse pour justifier ce curieux passe-temps immobile. On pense avoir toutes les cartes en main au lieu de quoi on tue le temps en les jetant sur le tapis.

Les enfants à deux se contentent d’une bataille bien inoffensive, jeu si simple qu’il n’y a pas de quoi se retourner. Puis le temps passe, on pioche, on jette, on écarte, on triche, on bluffe. Tout est permis pourvu que cela se passe les yeux dans les yeux. On n'en voit pas de toutes les couleurs même si elles ne sont que deux, le rouge et le noir pour l’éternité.

Les cartes biseautées sont de la partie, il faut bien aider le destin, mettre tous les atouts dans son jeu quitte à tricher un peu. C’est la règle qui s’accorde quelques libertés, s’octroie des largesses et se donne toute latitude pour leurrer l’adversaire. Les cartes en main, il est trop tard, c’est avant que tout se joue et se dénoue. Je distribue de main de maître, je mêle le vrai et le faux pour ne pas rester sur le carreau !

Il ne faut pas avoir de cœur pour agir de la sorte. Je me pique quant à moi de ne jamais jouer aux cartes de peur de me laisser prendre à ce jeu de faux semblant. Je laisse les joueurs à leurs vociférations, leurs insinuations et leurs querelles, leurs mimiques et les propos codés. Je préfère de loin ceux qui se prennent pour des agents du planning familial, faisant des couples, des associations, des familles, des parties carrées dans l’univers complexe des têtes couronnées flanquées de leurs vassaux.

Ceux-là pourtant ne se la jouent pas franc-jeu. Ils ont besoin de mettre un comparse dans le coup, un certain joker capable de tenir tous les rôles. D’autres ont eu recours à l’excuse, chacun trouvant nécessaire d’adjoindre une carte de visite. Au final, seuls les onanistes du jeu de cartes trouvent grâce à mes yeux, faisant et défaisant sans cesse leur destinée, cherchant au travers d’un rituel compulsif, les clefs du futur.

Qu’elle réussisse ou bien échoue, la partie se passe à la fois de partenaire et d’adversaire. Elle vous permet au moins de gagner en sérénité. L’ennui venant, vous pouvez encore construire des châteaux, en Espagne ou bien en bord de Loire, constitués d’un patient assemblage des cartes qui s’empilent sans le moindre permis de construire ni de nuire. Tout finit par s’effondrer, métaphore parfaite de nos existences, avec ou sans trèfle à quatre feuilles.

La nuit s’avance, le tapis s’enroule, les cartes retournent à leur sabot. La table reprend ses droits et c’est bien là que je joue au mieux la seule partition que je maîtrise : celle des petits plats que l’on glisse dans les grands. Le valet de pied fera le majordome et tous les invités seront rois et reines, couronnés non d’un couvre-chef mais de quelques taches de bon aloi exprimant leur contentement. Ne prenez pas la peine de présenter votre carte de visite, ma table est ouverte et les jeux sont bien moins faits que les convives en fin de partie !

Cartomanciennement vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 14 novembre 11:25

    La dame de pique domine. Conclusion : foutez-moi la paix, je suis encore mieux seul.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 14 novembre 11:45

      Différence entre Ego et Unité. Le premier se replie (je, jeu, onanisme) et l’autre s’unit. 


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 14 novembre 12:18

        Nabum, je vous conseille le tamara d’oursin. Il a l’avantage de que le coeur de la bête. Un délice. si la qualité des invités est au rendez-vous. nos ancêtres durant les repas du dimanche ne se posaient pas la question. C’est la coutume. Chacun de respecter la reine de coeur : la cuisinière. Les piques étaient réservées au bruit de la fourchettes,...Les mines figées dans les sourire de circonstance ou bien compassée. De toutes façons, les différents se régleront ensuite : le couille, la manille, ;; ;; Il n’y avait pas encore vraiment la télévision. Les seuls disputes se réduisant au choix des programmes. Le chef de famille de trancher. Aujourd’hui, ce sont le plus souvent les enfants. Ils grignotent le programme comme un paquet de chips, les parents de dire : ouf : un moment pour moi,... et au mieux,..quand il y en a : avec mon compagnon ou mari. Allez : une heures devant nous,.. Et de descendre ensuite pour voir le moufflets les yeux fixé sur du porno. On se croyait seuls, dans le noir, l’intimité. Ben non : les enfants d’en savoir encore plus que nous....  


        • Sergio Sergio 14 novembre 13:13

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          « ...  le tamara d’oursin ... »

          J’imagine que vous savez ce que l’on mange quand on ouvre un oursin avec une paire de ciseaux ? On en sort pas de ces histoires ! C’est un test, sans jeu de mots ...


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 14 novembre 13:26

          @Sergio

          Ses parties génitales. Et oui, on a rien sans se piquer un peu. Quant au ciseaux,...Votre paire (père)n’était-il pas tailleur ? MONOTREME (un seul trou). 


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 14 novembre 13:31

          corrigé : le tamara d’oursin a l’avantage que le coeur de la Dame se trouve cachée au coeur de la Dame de Pique....Pour ceux qui ont comme moi ont joué : au couillon (jeu de cartes belge)..
          http://www.valdardennetourisme.com/le-jeu-de-couillon-0


        • Sergio Sergio 14 novembre 13:42

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Il m’a élevé et nourri, et malheureusement pour survivre, j’ai du lui donner un coup de ciseau par le centre. Dites moi que c’est comme cela que cela se passe ... Pour les oursins, ça va sans dire.
          Au passage, je préfère les oursins violets (intérieur), ils sont un peu plus sucrés, en revanche les violets (les autres) sont très iodés.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 14 novembre 13:48

          @Sergio

          Comme pour l’histoire du boulanger qui était africain. C’est un poissonnier marocain qui m’a fait découvrir le tamara d’oursin. Chaque jour, se levant le matin patrant de Bruxelles pour aller à Rungis chercher du frais. Hélas, c’était en 2009, un orage catastrophe a mis fin a sa carrière, son magasin détruit. Mais le mal de dos fut la véritable cause : les caisses,...


        • Sergio Sergio 14 novembre 13:17

          Bonjour Nabum,

          Quand je joue au poker, c’est durant toute la nuit, et pourtant je n’arrête pas de me coucher !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès