• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > City of Arabia ou le mirage de la mondialisation

City of Arabia ou le mirage de la mondialisation

Dubaï, ville mondiale et mondialisée par excellence, n’en finit plus de croître sous l’impulsion de chantiers pharaoniques. Après Palm Island, The World et Burj Dubaï, la ville se lance dans la construction du mythe rêvé de la cité-oasis flamboyante...

... pour un budget d’ 1,5 milliard d’euros.

Imaginez une ville posée au « coeur » d’un désert balayé par les vents incandescents où le sable gorgé de soleil rougeoie, irradiant l’air alentour. Imaginez cette ville comme un îlot de verdure de près de 2 millions de mètres carrés, duquel émerge quelque 35 gratte-ciel...
Vous ne voyez toujours pas ? Normal, cette future cité n’est que le mirage, la vitrine d’un monde, consommateur de loisirs et poussé à son paroxisme...

La future cité du désert, située au sud de Dubaï à quelque 20 minutes du centre historique va concentrer sur plusieurs centaines de milliers de mètres carrés tous les excès et les folies de nos sociétés modernes où le temps libre et la consommation de masse trônent tels de grands rois égoïstes.

Plus qu’une « simple » ville nouvelle, City of Arabia, c’est son nom, se veut un des futurs pôles touristiques de Dubaï ainsi que de son Etat et, pourquoi pas, du monde...
Pour arriver à ses fins, la future cité a tout prévu. En tête d’affiche, cette dernière proposera aux visiteurs déjà assommés par la magnificence des lieux, une attraction tout droit sortie... non pas de la tête de certains décideurs, mais du « Jurassik ». Restless Planet Dinosaure
. Ce parc à thème vous emmènera au travers d’une promenade en 4X4, à la découverte de méchantes bébêtes automatisées... Tout un programme !
Quoi qu’il en soit, avant même sa construction, la ville se voit déjà affublée d’une image de Disneyland du Moyen-Orient.

City of Arabia ne compte, bien entendu, pas s’arrêter sur ces vieilleries préhistoriques pour touriste en mal de Spielberg et souhaite diversifier son offre. La cité ne sera donc pas qu’un simple parc, mais un parc doublé d’un « supermarché ».
Un supermarché dont j’oubliais un instant de vous préciser qu’il s’agissait du futur plus important au monde.
Le Mall of Arabia sera un véritable temple de la consommation, inspiré (de loin) par une architecture antique qui verra se déployer sur pas moins d’un million de mètres carrés boutiques et autres magasins.
Tout sera fait alors pour que le consommateur puisse déambuler un maximum de temps au sein de l’antre et remplir, avec une formidable inconscience, la tâche première que lui incombe son statut, à savoir, consommer. Des restaurants, hôtels de luxe ainsi que cinémas populaires seront prévus à cet effet...

Un centre commercial géant n’est cependant rien si l’on ne prend pas la peine de l’insérer au coeur d’un paradis artificiel. City of Arabia rivalisera très certainement dans ce domaine avec les célèbres studios de la Cinecittà ou bien d’Hollywood. Résumons : un parc de loisir doublé d’un supermarché, le tout enveloppé au coeur d’un écrin de carton pâte...

Un décor qui devrait voir serpenter un réseau de canaux de quelque 10 kilomètres en son creux.
City of Arabia s’inspire, largement de la ville méditerranéenne qu’est Venise afin de doter son centre, que sera Wadi Walk, d’une image déjà toute préfabriquée et chargée de romantisme.
Et, qui sait, si l’envie vous en prend, vous pourrez toujours fendre les eaux à bord d’une gondole motorisée !

La ville ne restera cependant pas qu’une coque creuse et, à terme, cette dernière doit voir débarquer 38 000 habitants ainsi que des entreprises, des centres de formation, des bureaux administratifs et des cliniques.
Le défi est donc quadruple puisqu’il faut faire cohabiter, travailleurs, touristes étrangers assoiffés de sensations fortes, simples dubaïotes et, le tout, au sein d’une ville nichée dans le désert à plusieurs kilomètres de Dubaï.

Créée ex-nihilo, cette future citée-oasis fleure bon le mirage, l’artificiel et le superficiel. Sa construction entre dans un projet plus large, Dubaïland, qui doit prochainement devenir le plus grand parc de loisir de la planète.
Derrière ses projets « attrape-touristes », l’Emirat poursuit sa reconversion et anticipe sur le post-pétrole.
Doucement, Dubaï se créée l’image d’une ville à la fois monde et unique au travers de ces réalisations gigantesques qui amènent à se tourner vers elle, les regards stupéfait des nations de la planète.


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • morice morice 17 janvier 2008 10:45

    Et les écologistes ils en pensent quoi  ?


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 janvier 2008 11:06

      ça fait un du bail qu’il n’en pensent plus rien


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 janvier 2008 11:08

      Intéressant billet qui montre les travers d’un monde qui ne sait pas quoi faire de son argent, avec des dirigeants devenus enfants gatés


    • HELIOS HELIOS 17 janvier 2008 11:06

      .

      .. et surtout, pourvu que ce ne soit pas le modèle du futur, Tout ça recouvert d’une bulle de verre pour preserver la seule goutte d’habitabilité posible sur la planète !

      Quel cauchemar, vous vous rendez compte ? apres avoir pollué et tué la planète grace a leur pétrole ce ne serait qu’une poignée d’arabes musulmans whahabites (de cheval) les uniques survivants de ce monde ?


      • brieli67 17 janvier 2008 11:25

        que celà attire les putes du monde entier et pas que les russes et les roumaines....

        les plus demandées sont les négresses métissées éthiopie bref on retrouve l"Arche de Noé".

        Personne n’a parlé de ce pedigree "mode" très demandé dans ce dossier.........

         

        Sinon des boulots très bien payés dans le bâtiment mais noooooooooo sexe no alcooool .....

        Dans la santé dans l’hydroponie ....... et les Mercédes Porsche Voyron....

        Curieusement nombre d’expats reviennent avec les dents dans un état plus que pitoyable.

         

         


      • J. Thonnelier J. Thonnelier 17 janvier 2008 12:10

        oups je viens de remarquer que mes lacunes othographiques viennent de ressurgir au coeur de l’incarnation d’un magnifique "gorgée" relatif au sable.

        Merci de me les faire remarquer... je suis quelque part le produit bien malheureux d’une société ou l’éducation fait des miracles !


        • stephanemot stephanemot 17 janvier 2008 12:54

          Dubai marche sur la tête depuis un moment.

          Ce nouveau projet pharaonique ne fait qu’amplifier un malaise croissant :


          • WOMBAT 17 janvier 2008 13:50

            Un sommum pharaonique du goût de chiotte, de la connerie abrutissante, du gâchis, de l’esclavagisme (demandez aux ouvriers importés comme des mulets, qui bossent par 50degrés, combien on les paye), du tout interdit et de l’hypocrisie qui se veut sans putes, sans porc et sans alcool (mon oeil). C’est là ce que la civilisation arabe a à nous proposer après s’être enrichie matériellement au dela de tout entendement ? Celle qui inventa l’astrolabe, traduisit les philosophes grecs pour nous les rendre intacts et écrivit les Mille et unes nuit ? Et puis, quand il n’y aura plus de pétrole il n’y aura plus d’ascenseurs, plus d’air conditionné, plus rien, que des poissons crevés, des mouches et du sable. Bon vent...


            • Sébastien Sébastien 17 janvier 2008 16:30

              C’est une prison doree. Et je ne pense pas que ce genre de "ville" soit perenne. Vu le prix des hotels, c’est reserve a une minorite fortunee qui, je pense, se lassera vite de faire ses besoins dans des toilettes en or massif.


              • J. Thonnelier J. Thonnelier 17 janvier 2008 17:41

                @ sebastien

                 

                Malheureusement, il me semble que ce genre de ville comme tu dis, va se développer de plus en plus. Certe elles sont des îlots d’artificialité, cependant je crois qu’elles restranscrivent le désir de beaucoup ( riches ou pas) de se retrouver au coeur de l’image, car s’est de cela qu’il s’agit, d’un monde idéalisé, d’une part de rêve inscrite dans une mondialisation qui fait chaque jour des ravages.

                on pourrait dire peu importe le Pourquoi ou bien même le Comment de cette ville, du moment qu’il demeure son Image.

                 


                • adeline 17 janvier 2008 17:56

                  Dubai dites moi c’est pas très loin de Téhéran cela non ? j’espère qu’ils ont construit solide...


                  • grangeoisi 17 janvier 2008 19:37

                     Je ne vois pas la fumée s’échapper des grandes cheminées du petit village gaulois...


                    • Daniel Roux Daniel R 18 janvier 2008 07:58

                      Lorsque les futurs explorateurs trouveront les ruines de cette cité des sables, quelle vision auront-ils de la civilisation qui l’a construite et les dieux qu’elle adorait ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires