• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > De la bourriche au bourrichon

De la bourriche au bourrichon

JPEG

 

Monter en nuisance.

 

Chacun de s'interroger sur cette étrange bourriche qui m'accompagne sur scène, le plus souvent assez loin de la rivière dans laquelle autrefois je prenais le goujon ou l'écrevisse pour l’y glisser. Il est vrai qu'à force de nager en eaux troubles, je pèche plus que je ne pêche, mettant toujours l'accent là où ça fait mal.

Il est sans doute plus grave d'accentuer ainsi une lettre qui munie d'un chapeau ne risque ni le coup de chaud dans l'antre de Lucifer, ni les maux de têtes à force de trop de sornettes et de soleil. Le véritable pêcheur avisé, du reste ouvre le parapluie même par beau temps, ce qui est loin d'être mon cas.

 

Dans ma bourriche il y a de quoi, tout naturellement se monter le bourrichon, puisque les deux mots sont intimement liés depuis qu'un certain Flaubert qui écrivit dans une de ses correspondances : « Oh ! Comme il faut se monter le bourrichon pour faire de la littérature et que bienheureux sont les épiciers ». Les épiciers apprécieront du reste que l'on juge leur activité sans prise de tête, c'est bien là la morgue de ceux qui se prétendent au-dessus du commun, simplement parce qu'ils ont une plume à la main.

De plume du reste, le véritable pêcheur en use également même si souvent, par déformation ou excès personnel, il préfère l'appeler bouchon. C'est du reste mon cas, préférant pousser le bouchon toujours plus loin avec ma drôle de touche et ma bourriche battant mon flanc. Le jeu des analogies ne cesse de mettre en correspondance les termes au fil d'une pensée qui va à contre-courant.

 

Mais que contient désormais ce beau bourrichon que m'a admirablement tressé une vannière de Nevers ? De quoi justement appâter le chaland ou le spectateur afin qu'il morde à l'hameçon ou bien à mes sornettes. Le coup n'est pas toujours gagnant, il faut tenir compte du vent, des variables saisonnières, du bruit alentour et de l'humeur des gros poissons que j'espère prendre dans mes filets.

La bourriche pour se faire, dissimule accessoires et pense-bête. Les uns pour assurer le spectacle tandis que les autres me permettent de ne pas perdre le fil tout en me mettant parfois un peu de plomb dans la tête ; si cela est encore possible ! Point de permis de pêche donc dans ce fatras, ce qui risque de valoir les foudres d'un garde assermenté. Il est vrai que les mauvaises langues finissent souvent pendues à une potence.

 

Vous ne saurez rien des accessoires du pécheur devant l’éternel. Si on me donne le diable sans excommunication, il n'en demeure pas moins que je n'ai nulle intention de donner ma langue au premier chat noir venu de Beaugency ou bien de Jargeau. Vous n'avez qu'à m'inviter pour en découvrir le contenu.

Quant aux fiches, elles ne sont là que pour noter une date, un nom ou bien un ordre supposé des histoires que je compte livrer. Rien de tout cela ne garantit que le programme soit respecté. Le pêcheur au coup doit s'adapter, ne pas se fixer une ligne de conduite mais bien plus choisir ses esches en fonction des poissons qui se présentent à lui même si parfois il y a de la friture dans la communication.

Quant à l'orifice qui couvre la fameuse bourriche, s'il est rond plutôt que rectangulaire, ce n'est que par un louable souci pratique. Je peux y glisser non pas une prise mais un verre, de celui qui ne se fixe pas à un hameçon quoiqu'il finisse dans le gosier. Vous savez donc tout et il est désormais inutile de vous monter le bourrichon pour comprendre l'intérêt de cette belle bourriche.

À contre-emploi.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 18 février 13:16

    Qu’allait faire Hitler à Brûly des P esches..... ? L’« antre du Loup » espérait-il y trouver l’union impossible du feu et de l’eau.... Des Essarts, un autre Emmanuel, mais lui fut poète. Espérait-il comme le PHENIX : renaître de ses Cendres. quand on naît en février (de fêve et purifier, car le germe de l’été se fraie un chemin en Février : au perce-neige), on ne peut qu’être Félibre.  Emmanuel des Essarts(pas l’autre...), Il fait alors la connaissance de Stéphane Mallarmé qui vient d’obtenir son baccalauréat et les deux jeunes gens deviennent amis. Nommé ensuite professeur de rhétorique au lycée impérial d’Avignon, Emmanuel des Essarts fait connaître les félibres (Frédéric Mistral et Théodore Aubanel, notamment) à Stéphane Mallarmé (qui enseigne alors l’anglais à Tournon-sur-Rhône). À 31 ans, il obtient son doctorat ès-lettres. Il devient ensuite professeur à la faculté des lettres de Dijon en 1872, puis à l’université de Clermont-Ferrand en 1874.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 18 février 13:21

      C’est le déluge. La tempête EUNICE (Victoire est arrivée). Alerte totale.... Pauvre B.... Et aux frontière de l’Ukraine, le feu a commencé. Retenons cette date : 18 février 2022. Qui sera le PHENIX.... ?


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 18 février 13:25

        La montée en puissance. 

        • 1162 : Amaury Ier est couronné roi de Jérusalem après avoir répudié Agnès de Courtenay. Amaury :  Signification : Bien qu’on lui prête une origine maure, Amaury vient plus vraisemblablement du prénom germanique Amalric. Il est composé des termes allemands « Amal » et « Ric » qui signifient « Travail » et « Puissant ».

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 18 février 13:29

          Belgique. Les musulmans ne seront plus reconnus comme religion... Le Djihad n’est pas l’ORIENT. OUM KHALTOUM. Chante fille de L’ORient... : https://www.youtube.com/watch?v=1wBvuZVE7FI


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 18 février 13:57

            Aleph est le principe mâle et Beith (B est le principipe femelle.). Amaury vient de amar. L’Aleph représente LOReille. La bourriche est un panier, le Beith qui porta Möise...


            • juluch juluch 18 février 15:00

              Les bourriches ont plusieurs usages...... pèche, chasse, fruits.....

              Sinon un casse croute et de quoi s’humecter le gosier, surtout quand on conte des contes !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité