• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Des enzymes de termites pour produire du biocarburant

Des enzymes de termites pour produire du biocarburant

On peut produire du biocarburant à partir de tout ou presque. Après l’urine ou le germe de la tuberculose, c’est au tour des termites d’être sollicitées pour produire le précieux carburant.

Après le café, la pastèque, l’urine, le bois mort ou encore la tuberculose, c’est au tour des termites d’être mis à contribution pour produire des biocarburants (Cleantechies). C’est une entreprise américaine qui a eu l’idée de se servir d’un stock de déchets d’origine agricole – qui contiennent donc des sucres.

ZeaChem, cette start-up, utilise les enzymes des termites (qui mangent du bois, habituellement). Résultat en laboratoire : un rendement en éthanol supérieur de 35% par rapport aux autres substances capables de produire de l’éthanol cellulosique, selon la Technology Review du MIT.



ZeaChem utilise de l’acide pour craquer la cellulose en sucres, mais plutôt que de faire fermenter les sucres en utilisant de la levure (la technique habituelle), ils donnent ces sucres à une bactérie acétogène (qui produit de l’acétate à partir de dioxyde de carbone et d’hydrogène ou de glucides) que l’on trouve chez les termites. La bactérie transforme les sucres en acide acétique, qui à son tour produit de l’éthanol si combiné avec de l’hydrogène.

« Ce n’est pas la manière la plus évident ni la plus directe, mais les rendements sont supérieur », a déclaré un chercheur du National Renewable Energy Lab du Colorado. Le rendement actuel de ZeaChem est de 510 litres d’éthanol pour une tonne de déchets cellulosiques.

Lien schéma :


TechnoPropres

Moyenne des avis sur cet article :  2.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • amipb amipb 24 décembre 2009 10:54

    Les biocarburants ne font que décaler le problème de l’utilisation des énergies fossiles vers d’autres énergies également polluantes.

    L’avenir de la planète doit passer par une révolution des habitudes de vie et de consommation.


    • MICHEL GERMAIN jacques Roux 24 décembre 2009 11:15

      Cher Amipb votre rapidité à réagir n’a d’égal que votre sens de la synthèse. Vous m’avez doublé sur la ligne, à pieds bien sur.


    • MICHEL GERMAIN jacques Roux 24 décembre 2009 11:10

      Voila bien, une fois encore, la démonstration par l’exemple de l’absence totale d’élévation philosophique de notre civilisation. Des milliers de chercheurs, diplômés évidemment, dont l’occupation principale est de trouver des moyens pour que nos sociétés puissent maintenir leur niveau de consommations énergétiques. 

      Personne ou presque pour voir et dire que notre cvilisation en est arrivé à agir comme le font ses plus pauvres citoyens qui remuent les décharges pour trouver de quoi survivre.

      Quelle différence, vu du ciel de la pensée et au sens de l’angoisse du manque, entre des blouses blanches qui fouillent les poubelles de la technologie pour trouver de quoi maintenir le pavillon-bagnole-jardin en état de marche, découvrant, oh miracle de la science, des OGM et des Néo-carburants, et ces pauvres en haillons sur les trottoirs de l’hiver socio-économique qui luttent d’ingiénosité contrainte à rester en vie biologique ?

      Science sans conscience...






      • Ronny Ronny 24 décembre 2009 11:47


        Et bien moi je vais pousser une gueulante contre les vrais faux ecolos qui ne connaissent pas grand chose au cycle du carbone, et aux besoins energetiques, ainsi qu’aux agrocarburants et qui sortent leurs messages preformates des que l’on parle nucleaire, OGM et agrocarburants.

        La production d’agrocarburants n’est pas une « mauvaise chose » en soi. Tout depend de comment cela se fait. Le probleme est reel lorsque les terres utilisees pour produire ces carburants entrent en competition avec les surfaces agricoles a vocation alimentaires, comme l’avait d’ailleurs tres tot et tres jsutement fait remarquer Fidel Castro. Les developpements decrits dans cet article visent justement a eviter ce type de competition et a utiliser les sous produits des surfaces a vocation alimentaires a des fins de production de biocarburants. Ainsi, la cellulose issue des vegetaux tels que paille de mais, ou de ble, de tournesol, apres recolte du grain, sera utilisee pour produire des agrocarburants. On peut aussi utiliser la cellulose de facon plus reflechie, comme décrit dans le papier ci dessus.

        Cette premiere etape se doublera d’une seconde qui est le veritable defi actuel : produire de l’ethanol a partir de lignine, et donc pouvoir utiliser des vegetaux bien plus « durs » pour produire du bioethanol. On pourra alors recuperer et valoriser les chablis, les dechets de coupe horticole, etc. de la sorte. Tout le jeu consistera alors a utiliser par an autant d’equivalent CO2 en agrocarburants que de CO2 fixe par les vegetaux. 

        Evidemment, cela implique de faire des economies sur les consommations des vehicules en circulation, de penser des « villes durables », de limiter l’usage du vehicule particlier, etc. Mais cela ne se fera pas en un jour, et toutes ces pistes ne sont pas exclusives les unes des autres. Cracher sur les argrocarburants est aussi stupide que d’y voir la reponse a tous nos problemes, de meme que cracher sur l’energie atomique (devant son PC alimente pour 80% en electrons d’origine nucleaire - soit dit en passant) est aussi stupide de dire y’aka utiliser des energies renouvelables non polluantes. Faudra un jour que j’ecrive un papier d’ailleurs sur les pollutions liees aux energies renouvellables, dont le bilan carbone global n’est pas toujours aussi bon que certains veuillent bien le dire.

        Ronny, elu « vert » d’une commune de la region de Dourdan

        PS Desole pour les accents, Avox me plante systematiquement mes messages qui en continnent « trop » !


        • JoëlP JoëlP 24 décembre 2009 14:40

          Bonne idée Ronny, écrivez cet article avec un peu plus de fond que celui-ci. Vous avez raison, tout est dans la manière de produire ces agro carburants avec ou sans pesticides, au détriment ou non des cultures vivrières...etc...

          Je ne crois pas que ce soit le nombre d’accents qui comptent. Ce que je fais : Un copié (ctrlC) avant de « voir le message ». Si accents pas OK, je fais un collé (ctrlV) et je recommence autant de fois que nécessaire. Une ou deux fois suffisent.


        • Romain Desbois 26 décembre 2009 01:04

          @ Ronny
          Je vais plutôt dans votre sens. Les biocarburants (y compris les agrocarburants) ne sont pas mauvais en soi. Je ne comprends pas cette propagande contre, surtout des écolos.
          C’est un excellent substitut au pétrole, mais comme l’on est dans une obsession du zéro CO2, l’on jette le bébé avec l’eau du bain.
          A qui profite cette condamnation des biocarburants ? Je pense que la filière viande, laitière y voit une concurrence qui permettrait de libérer les agriculteurs de leur joug. Et puis il faut permettre aux gros industriels pétroliers, gaziers et nucléaire, de ne pas perdre la main monopolistique de l’énergie.
          Maintenant, c’est vrai qu’il y a des absurdités telle que les recherches pour faire de l’agrocarburant avec de l’huile de sardine.

          Pendant 60 ans , on nous a fait croire que l’on ne pouvait pas se passer du pétrole. Maintenant, on sait que c’est faux. Dejà il y a vingt ans, j’apprenais qu’avec la jacinthe d’eau, plante aquatique très envahissante, asphyxiant les eaux, l’on pouvait faire un bon carburant, plus des paniers et autres vanneries.
          Si déjà on faisait ce qui est possible de faire et arrêter de faire des centrales mais plutôt de multiples productions locales, beaucoup de problèmes seraient supprimés.
          Certes des énergies plus propres, sans CO2 et autres sympathiques poisons bien plus graves, sont à souhaiter, Mais il faut penser à la transition et à tout ces gens du monde entier qui n’auront pas accès aux dernières voitures à pile de perlimpinpin.
          Ce serait bien que l’on cesse de penser en tant que riche occidental.


        • Arcane 25 décembre 2009 01:19


          Faudrait aussi essayer l’urine de termites tuberculeuses mangeant de la pastèque arrosée de café.

          On gagnerait du temps smiley


          • bruno lalouette 25 décembre 2009 18:00

            Bravo à Ronny

            J’ajouterais qu’une éolienne c’est 800 tonnes de béton !

            Joyeux Noël !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires