• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Dimanche soir

… à la tombée de la nuit.

Le dimanche soir est un moment étrange et pesant. La fin de semaine s’achève. Pour vous qui avez la chance de ne pas travailler lors de ces deux jours, le temps est venu de changer de rythme, d’abandonner cette euphorie qui fut la vôtre depuis le vendredi soir. La fatigue s’impose soudainement à vous, la nuit tombe et vous découvrez qu’il est temps de préparer le retour à l’ordinaire, au labeur et aux obligations.

Ce dimanche soir, il vous faut faire le deuil de l’insouciance, de la futilité, de l’intempérance et de toutes ces petites entorses à la sagesse que vous vous êtes octroyées. C’est plus délicat encore quand les jours raccourcissent. Vous subissez de plein fouet ce passage à la pénombre. Entre chien et loup, vous sentez les morsures du loup : il vous rappelle à la triste perspective des jours à venir, d’un temps qui ne vous appartiendra plus mais qui sera scandé par les innombrables impératifs qui jalonnent votre semaine.

Le dimanche soir, la pression soudain retombe sur vos épaules. Vous découvrez, effaré, que les devoirs des enfants n’ont pas été faits, que vous avez omis de corriger vos copies à moins que ce ne soient quelques courriels auxquels vous deviez répondre. La vaisselle s’est accumulée, le linge à repasser déborde de la panière, vous n’êtes absolument pas prêt pour ce maudit lundi.

Dimanche soir c’est le retour de la réalité, c’est le patron, le boulot, les impératifs, les obligations, les rendez-vous et les emmerdements qui reviennent à la surface. La bulle explose, elle vous prend la tête, elle vous étreint, elle est insupportable. Soudain, tout ce qui fut bonheur et insouciance devient ennui et crainte. La nuit tombe sur votre enthousiasme.

Vous éprouvez alors une fatigue insupportable. Vous n’avancez plus, vous avez perdu cette force qui vous donnait des ailes depuis plus de quarante-huit heures. Les épaules vous pèsent, le ventre ne supporte plus le moindre excès, votre tête devient un étau. Vous êtes exécrable, l’humeur maussade, la patience à bout, la fatigue immense. Vous n’avez qu’une envie : vous coucher.

Pourtant, il faut préparer tout ce qui doit être en ordre pour cette semaine qui débute. Le cartable des petits, l’organisation des gardes et des obligations diverses, la gamelle de l’un, la valise de l’autre qui part jusqu’au vendredi soir. C’est effrayant ce qu’il faut penser alors que justement vous ne pensiez plus à rien depuis deux jours.

Dimanche soir, c’est ce moment où le rêve cesse, où le réel revient en force, effaçant d’un seul coup la folie d’une parenthèse magnifique. C’est un coup de poing au visage, une déflagration mentale ; vous êtes renvoyé sans ménagement dans ce monde qui n’a aucune fantaisie. Vous êtes au plus mal, vous auriez envie de vous octroyer quelques jours de répit, d’aller trouver un médecin compatissant pour nier l’évidence d’une vie sans enthousiasme.

Maudit dimanche soir ! Il vous impose sa rengaine, vous englue dans sa logique désastreuse. C’est le pire des moment de la semaine, c’est le point fatal du week-end, c’est le début du chagrin. C’est ainsi qu’il s’impose à vous. Pourtant, lundi matin, tout s’effacera par magie. Vous serez à nouveau ravi de retrouver vos collègues, vos obligations, votre rythme effréné. C’est simplement ce moment de l’entre-deux qui vous ruine le moral.

Vous avez beau le savoir, chaque fois c’est la même chose. C’est d’autant plus fort que cette fois, c’est une évidence, vous allez entrer dans le long tunnel de l’automne et de l’hiver. Les jours courts, le manque de soleil, le froid et les intempéries. Mon Dieu, que c’est pénible ! Pourquoi diable suis-je ainsi si morose ? C’est vrai, nous sommes dimanche soir et tout a une fin.

Curieusement, échappant désormais à bien des obligations, je ressens toujours cette sourde angoisse qui m’étreint chaque dimanche soir. Je ne parviens pas à me sortir de la bulle dominicale sans ce retour en inquiétude, sans ce moment pesant et préoccupant qui annonce la reprise des affaires courantes. Curieuse sensation dénuée, à vrai dire, de raison. Le dimanche n’est sans doute pas que le jour du Seigneur mais bien, parfois celui des mauvais diables …

Semainement vôtre.

dimanche-soir.jpg

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • juluch juluch 26 septembre 2016 10:09

    Moi ma journée du dimanche a été simple : travail de pendant 12 heures, rentré dodo à 22H00 devant la TV avec mon épouse qui s’est endormie également....de vrais vieux !!  smiley


    bon lundi Nabum et à tous les lecteurs !!

    • C'est Nabum C’est Nabum 26 septembre 2016 13:00

      @juluch

      La mienne aussi

      Animation encore et toujours


    • UnLorrain (---.---.237.255) 26 septembre 2016 10:32

      Travail en VSD peut etre pour Juluch...merci de meme bon lundi !

      Travaillant avec des horaires on ne peut mieux en decalage des habituels,je n ai plus le souci du lundi matin..mes semaines d actif se finissant les samedis matins,toujours,la,les,hantises du dimanche soir cela s est effacer pour moi maintenant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires