• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Histoire d’un secret

Histoire d’un secret

Le poids d’un absent.

Cette histoire a beaucoup voyagé. La géographie n’est pas ici en cause mais simplement mise à distance d’un secret qu’il convient de taire sous le poids de la culpabilité sans doute et du regard des autres. Tout a commencé dans un moulin, une belle meunière sera au cœur d’un mélodrame qui déclencha bien des réactions en chaîne.

Il convient d’éviter de nommer les protagonistes, certains, encore en vie, supportent encore cette chape de plomb qu’ils ne parviennent pas toujours à écarter de leur existence. Je vais tenter de narrer cette histoire qui n’a d’intérêt que, dans la prise de conscience de la folie qu’il y a, à ne pas dire les choses, fussent-elles terribles.

Le meunier que j’aime à appeler Cornille a dix ans de plus que sa femme qui sera pour nous Aurélie. Ce couple a trois enfants. Ils sont installés en Colombie, les affaires sont florissantes au point que notre homme a besoin d’un bras droit. Il souhaite faire venir un compatriote - il est belge – dans lequel il pourra avoir totalement confiance. Il choisit un jeune Rastignac, Eugène, un homme charismatique, charmeur, manipulateur, plus jeune que lui de 20 ans, père de deux enfants, qui arrive avec sa jeune femme, Delphine.

Puisque cette histoire est romanesque, autant puiser dans la littérature le générique qui nous permettra de la narrer. C’est ainsi que nous préserverons les acteurs de cette histoire dont certains sont encore en vie.

Cornille est un homme heureux, du moins en donne-t-il toutes les apparences. Aurélie est belle, ses trois filles sont charmantes, il a de quoi être fier. Bien qu’étranger, son implantation dans ce coin de Colombie est parfaitement réussie. Tout va basculer avec l’arrivée d’Eugène. Immédiatement, Aurélie tombe sous le charme du bellâtre ténébreux. Pour préserver les apparences ou pour sauver la face, Delphine et Cornille se consolent dans les bras l’un de l’autre de la trahison de leurs conjoints.

Dans le village, on voit désormais d’un très mauvais œil ce moulin où l’on rentre et l’on sort comme dans une auberge espagnole. Les affaires périclitent. Il faut se lancer dans de nouvelles activités. Cornille choisit de mettre tous ses œufs dans une maternité de poulets. Les couveuses sont défectueuses, c’est une catastrophe. Les deux familles intimement mêlées vivent alors à Bogota. C’est là que se passe le drame un jour d’Epiphanie.

Cornille meurt de crise cardiaque. Dans la nuit même, Eugène et Aurélie s’agitent, entreprennent d’éloigner les cinq enfants qu’ils installent dans une résidence de rêve avec piscine et grand soleil pour y passer une semaine. Les enfants ne verront jamais le corps et ignoreront toujours son lieu de sépulture. Ils retournent à l’école sans rien savoir de ce qui s’est passé réellement.

Le nouveau couple aura un enfant, une fille qui vient s’ajouter aux cinq désormais réunis. Cette grande famille va passer une année au Brésil durant laquelle Rastignac commence sa longue et inexorable ascension sociale. Il va devenir responsable d’une grande entreprise, fera fortune en jouant éternellement de manipulation. Bientôt la fratrie se retrouve en Suisse, laissant loin derrière elle un mystère qu’il convient de taire.

Parmi les enfants, l’aînée se pose bien des questions. Elle ne peut se satisfaire de la disparition d’un père qui lui semble énigmatique. Elle grandit avec ce poids dans son évolution, ce secret qui la tourmente. Elle veut savoir et elle se heurte à un mur mystérieux d’autant que sa mère a coupé tous les ponts avec la famille paternelle.

Ses questions demeurent sans réponse. Elle se jure de ne jamais avoir d’enfant tant qu’elle ne saura pas la vérité sur la disparition de son père. Elle a une jeune sœur fragile qui vient de faire une tentative de suicide, leur mère, Aurélie, prend prétexte de sa faiblesse pour refuser de répondre aux tentatives d’explications.

La jeune femme ne peut accepter cette situation. Elle se sent en difficulté. Une tache, une ombre pèse sur son développement de femme. Elle doit entreprendre une psychanalyse qui lui laisse entrevoir la vérité cachée. Elle veut en avoir le cœur net. C’est un jour qu’elle se retrouve pour la première fois au volant avec sa mère à ses côtés, qu’elle ose la question qui lui brûle les lèvres : « Papa s’est-il suicidé ? »

Aurélie est décomposée, elle pleure, elle finit par lui faire promettre le silence et avoue la vérité en faisant à nouveau un secret qui pèsera des années durant sur sa fille. Pourquoi faut-il ainsi taire la vérité ? Le poids de la faute du couple adultère, la réprobation de l’église qui a refusé une sépulture à son père dont le corps est introuvable, la soi-disant préservation des enfants plus jeunes, l’éloignement des familles … tout s’ajoute pour faire de la révélation un poids qu’il faut porter comme une croix.

Des années durant, la femme qu’elle est devenue se débattra avec le secret dont elle a hérité. Il lui faut quitter sa famille, se réfugier dans un petit coin perdu d’une campagne du sud de la France pour vivre une histoire d’amour qui lui ouvrira les portes de la maternité. Elle ose enfin donner naissance à une vie et s’autorise alors à dire la vérité aux siens, à cette sœur qui était censée ne pas supporter la révélation. Cette dernière, mise au courant est enfin soulagée après des années de doute et d’interrogations. Elle s’écrie : « Je m’en doutais. Merci de lever ce poids qui m’a mangé l’existence ! »

Quel gâchis que ces années de tourments et de mal-être, de macération et d’incompréhension. Une vérité, même dramatique est préférable à un secret qui hante des existences entières. C’est pour que ce message soit connu de tous que la dame m’a confié ce récit. J’ai essayé de vous le restituer fidèlement.

Mémoriellement sien.

Documents joints à cet article

Histoire d'un secret

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • Mais que va faire un meunier en Colombie,... ?


    • C'est Nabum C’est Nabum 31 janvier 11:47

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Qui plus est un meunier belge


    • @C’est Nabum


      alors, imaginons pour la fantaisie celui du moulin dans lequel habitait ma chère cousine Martine (la seule qui m’aimait du côté paternel). Devenue peintre à Paris. Ou alors : le moulin qui se trouvait à côté de celui des meilleurs amis des mes parents : LES MAES à Renaix : forgerons d’Art , mais à la dorure (ou feuille d’or). le Moulin s’appelait si je me rappelle bien. Le Moulin de la Montagne aux Chats,..CATSBERGS à Renaix.

    • Quand il y a d’Eugène, il,...Quand à CORNE nie,...


      • C'est Nabum C’est Nabum 31 janvier 11:47

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        encore fallut-il qu’il le sût


      • Epiphanie : En fin de soirée, Marc, le coéquipier de Guillaume frappe à la porte.

        Ses traits sont fatigués et son teint blafard. Pour lui, Noël ou l’Epihanie sont des jours comme les autres. Les habitants en émoi ne comprennent pas que le ou les meurtriers n’aient toujours pas été identifiés.
        Tôt le matin, une énorme tache de sang se dessinait au pied du Radiant.
        Comme il avait une peu neigé, le contraste était saisissant.
        Les parents d’un fermier connu dans la région se sont présentés au commissariat, le regard épouvanté. Ils avaient decouvert leur fils pendu à un crochet dans une étable.

        Au pied du pendu, gissait un âne et un boeu égorgés. L’âne portait un fanal allumé comme au temps des naufrageurs. Un seau en bois, comme il en existait encore dans les campagnes était renversé dans la mare de sang. Sur une table, traînait un couteau à huîtres. D’après marc, c’était le même couteau qui avait servi pour les meurtres au Phare.
        Bruno, leur fils souffrait d’une forme d’hermaphrodisme. Maladie génétique de plus en plus fréquente depuis que le sol de Normandie était pollué par l’industrialisation.. Avait-il voulu laisser un message aux habitants. La lignée de Rollon, Premier duc de Normandie risquait-elle de s’éteindre ?
        Etait-il le meurtrier au PHARE ?
        Rien ne permettait de l’affirmer. il avait simplement trouvé le couteau sur le sol et s’en était inspirer pour ses investigations. Le saphir provenait-il du trésor de Fulwood, le célèbre Trois-mâts que personne n’aviat jamais trouvé comme le racontait la légende ??? Une vengeance tardive contre le couple adultérin que formait Mérope et Guido ????

        Marc avait pris des photos du Phare taché de sang au télé-objectif. Elles ressemblaeint cruellement au tableau de l’exposition du Peintre Burgrave ;

        Il est minuit. Guillaume lui offre un Rolleyflex doustrait à sa collection d’anciens appareils phots.


        Dans une cuillère en argzent, recueillirdes nuages barbe-à-papa et les déposer sur les ailes vert tendres d’un sapin verde de gris,...


        Je viens de recevoir : : Debord, les Naufrageurs,...Pour connaître ENFIN : la vérité,....laquelle, je ne sais pas encore,....

        • C'est Nabum C’est Nabum 31 janvier 13:21

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          La couronne sans racine


        • Lire en parallèle. Le Miroir aux illusions de Vincent Engel,...


          • Hollande le bien nommé descendait d’une famille de meuniers. D’oû la chanson,...et son allusion sexuelle. Valérie Trierweiller, celle qui scie les oreilles du peuple quand son mari dort en ronflant du sommeil des braves,....

            Paroles de la chanson Meunier tu dors par Chansons EnfantinesMeunier tu dors 
            Ton moulin ton moulin va trop vite 
            Meunier tu dors 
            Ton moulin ton moulin va trop fort ! 

            Refrain : 
            Ton moulin ton moulin va trop vite 
            Ton moulin ton moulin va trop fort 
            Ton moulin ton moulin va trop vite 
            Ton moulin ton moulin va trop fort ! 

            Meuniers tu dors, 
            Et le vent souffle souffle 
            Meuniers tu dors, 
            Et le vent souffle fort. 

            Meuniers tu dors, 
            Voici venir l’orage, 
            Le ciel est noir 
            Il va bientôt pleuvoir.



            • C'est Nabum C’est Nabum 31 janvier 13:22

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              J’ai tout oublié de ce triste personnage qui nous a mis le nez dans la farine


            • Meunier tu dors. Meunier TUDOR,....


              • La colombie a toujours été associée à la fortune rapide. Christophe Colomb,...et Narcotraffic,...Nous pourrions y lire aussi. Une bille dans le colon. Ou l’or facile du stade âne a-logique,...


                • Toute la société repose fondamentalement sur l’hystérique à laquelle on a fait que piquer les idées. Bernays qui ne comprenait rien à fFreud à bien compris le filon. Toute la publicité et même la propagande hitlérienne est inspirée des fantasmes sexuels des hystériques. https://fr.wikipedia.org/wiki/Dany-Robert_Dufour en parle bien. Mais il y a le versant ordurier et le sublime. Du bordel à l’art.


                  • Le dernier commentaire s’est trompé de site. Acte manqueé,...


                    • La plus importantie partie du secret était-elle liée au sexe ou au fric,... ou les deux. D’où l’argotique : blé,...


                      • C'est Nabum C’est Nabum 31 janvier 13:22

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                        La paille et le foin


                      • L'enfoiré L’enfoiré 31 janvier 14:38

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                         Absolument pas...
                         Il y a des mères et des pères mater/pater/nelles et d’autres qui préfèrent leur liberté.


                      • @L’enfoiré


                        et d’autres qui sont arrivés à concilier les deux. Hélas, décéde de 7 octobre 1983.

                      • nono le simplet nono le simplet 31 janvier 13:58

                        les histoires de famille ...

                        j"ai une demi-sœur plus jeune que moi avec qui j’ai eu 2 ou 3 échanges dont un pour m’apprendre la mort de mon père il y a une dizaine d’années (père que je n’avais pas vu depuis 40 ans ) et un autre où je lui ai appris la mort de mon frère à Madagascar, frère que je n’avais pas vu depuis 30 ans et tout ça par mail... elle m’a envoyé une photo ...et ne veut pas de relations plus proches ... même téléphoniques ...
                        un autre et dernier frère que j’ai vu une fois ces quinze dernières années ...
                        et d’éventuels frères et sœurs (demi) plus âgés que moi dont j’ignore tout jusqu’à leur existence certaine ...
                        j’y pense rarement ... je suis fataliste ... 
                        et puis hier j’ai changé d’année ... mes trois fils m’ont appelé et c’est ça le principal smiley

                        • L'enfoiré L’enfoiré 31 janvier 14:34

                          @nono le simplet

                          Il faut en écrire une autobiographie.
                          C’est fou comme cela clarifie une situation ancienne smiley
                          Pas de fils, pas de fille. Personne n’appelle dans mon cas.
                          Il y a ceux qui ont cent faille et d’autres sans famille.


                        • L'enfoiré L’enfoiré 31 janvier 14:35

                          Mais à part cela, votre histoire brûle la mienne.


                        • nono le simplet nono le simplet 31 janvier 15:40

                          @L’enfoiré
                          on peut se tutoyer ...

                          marrant, je t’ai mis dans mon fichier favoris « bien » il y a peu smiley
                          c’est vrai que j’ai la chance d’avoir mes fils ...

                        • C'est Nabum C’est Nabum 31 janvier 16:23

                          @nono le simplet

                          La famille est le réceptacle des plus grands secrets


                        • L'enfoiré L’enfoiré 31 janvier 17:03

                          @nono le simplet

                          Bien sûr qu’on peut se tutoyer.
                          C’est aussi une raison du pourquoi l’anglais n’a pas ce besoin de « particulariser » un rapport humain typiquement français.
                          On dit « YOU » au singulier et au pluriel sans différentier Monsieur, Madame et la dame du coin que l’on aime particulièrement avec des yeux agrandis d’envie. smiley

                          En fait, comme disait Jean Yanne « Il faut faire des enfants quand on est vieux, parce qu’on les emmerde pas longtemps et au moins on n’emmerde pas aussi ceux des leurs qu’ils nous refilent par après. »


                        • A mon père qui a mis l’usine des tissage des LESAPHIR en faillite pour aller vers mon ESMERALDA de mère,....Il a préfére avoir la frite et la moule que le fric,...


                          • C'est Nabum C’est Nabum 31 janvier 16:23

                            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                            Un fric frac vestimentaire


                          • Alors que ma tante ouvrait ses coffres de bijoux et de diamants sur la table, ma mère se retrouvait en bout de table avec pour seul offrande : une tartine. Et encore,....


                            • C'est Nabum C’est Nabum 31 janvier 16:24

                              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                              le diamant connait la musique


                            • L'enfoiré L’enfoiré 31 janvier 14:29

                              Bonjour Nabum,

                               C’est une histoire qui se rapproche par certains points, très fort de la mienne.
                               Je l’ai racontée dans mon autobiographie que j’ai titrée « L’envie dans le regard ».
                               Mais, j’ai pas connu un autre dénouement.


                              • L'enfoiré L’enfoiré 31 janvier 14:31

                                Le secret devient un secret de polichinelle pour celui qui imagine le passé d’une autre manière que la version initiale.


                              • C'est Nabum C’est Nabum 31 janvier 16:25

                                @L’enfoiré

                                étrange en effet


                              • Le secret peut remonter très loin. Certains deviennent historiens ou psychanalyste. Le frère de ma grand-mère paternelle (mariage ancillaire), je l’ai appris début 2017 fit partie des flamands catholiques qui partirent au 18ème siècle dans l’Orégon pourchassés par les protestants. L’histoire est racontée dans le film flamands : Canaan, que je n’ai toutjours pas vu,...http://www.lalibre.be/culture/cinema/canaan-le-nouveau-film-revolutionnaire-du-belge-jan-bultheel-58c2646fcd705cd98ddb3ad6


                                • pemile pemile 31 janvier 14:48

                                  @Mélusine ou la Robe de Saphir. "Le frère de ma grand-mère paternelle fit partie des flamands catholiques qui partirent au 18ème siècle dans l’Orégon"

                                  Vous vivez tous plus de 150 ans et vous vous reproduisez à 100 ans dans votre famille ? smiley


                                • @pemile


                                  Saut de puce,...

                                • L'enfoiré L’enfoiré 31 janvier 14:51

                                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                                   Puisque vous semblez être intéressée. Voici, « L’envie dans le regard »


                                • @pemile


                                  Lapsus calami lié au fait que nous sommes en 2018,...

                                • @L’enfoiré

                                  Je me me plongerai dans vos eaux maternelles le temps venu. Une pile de livre en attente. Mais je le mets dans mes courriers. Moi ce serait plutôt : dans les yeux de ma mère : j’y ai vu,...l’indicible,...que je révèle petit à petit.

                                • nono le simplet nono le simplet 31 janvier 15:47

                                  @pemile
                                  remarque j’avais la mère d’un copain qui habitait dans le XVIII ème et elle était pas vieille à l’époque ...


                                • D’où mes liens avec les amérindiens,...Et on revient à Colomb qui fut responsable du plus grand génocide de l’histoire,...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



-->