• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > L’épopée de la Calypso

L’épopée de la Calypso

Quand on pense qu’elle a failli mourir toute seule dans le port de La Rochelle à cause d’ennuis administratifs et judiciaires qui auront duré dix années... L’exploratrice des mondes du silence est aujourd’hui en train de reprendre vie grâce aux chantiers Piriou de Concarneau.

L’histoire de la Calypso couvre le siècle passé et la Calypso a connu plusieurs vies. Si son aspect n’a rien de romantique, c’est qu’avant de s’appeler la Calypso, le navire était un dragueur de mines de la Royal Navy britannique. La guerre arrive et le bateau entre en service, en 1943, en mer Méditerranée.

Le nom d’une légende

La guerre terminée, le navire devient un ferry entre Malte et l’île de Gozo. D’où le nom qu’on lui attribue alors de la Calypso. Gozo est en effet associée à l’île mythologique d’Ogygia de la nymphe Calypso. Calypso est, d’après la mythologie grecque, la nymphe qui emprisonna Ulysse pendant dix ans sur l’île Gozo.

Puis, le bateau de l’équipe Cousteau est devenu sa propre légende en sillonnant les mers du monde entier pendant près d’un demi-siècle. La Calyspso est le symbole de l’aspiration humaine à comprendre la nature pour mieux la protéger.

La rencontre du commandant Cousteau et de la Calypso

Un jour, à Malte, Jacques-Yves Cousteau voit ce bateau qui lui semble idéal pour explorer les mers. Un milliardaire irlandais, Thomas Loel Guinness, lui apporte son soutien financier en l’achetant pour le lui louer au prix symbolique d’un franc par an. La Calypso prend aussitôt la direction d’Antibes pour y être transformée en navire océanographique. Elle bénéficiera de dons de matériel de la part de nombreux industriels mécènes et la Marine nationale.

La nouvelle Calypso est née ! Jacques-Yves Cousteau, tel un capitaine Nemo, lui ajoute des innovations de pointe : deux mini-sous-marins de son invention, des soucoupes de plongée, des scooters sous-marins, et une chambre d’observation vitrée située dans le nez à trois mètres sous la ligne de flottaison pour observer sous l’eau. la Calypso est ainsi équipée pour les expéditions, ainsi que pour la plongée, le tournage et la recherche océanographique.

1951 - 1997 : l’aventure et le drame de la Calypso

Le 24 novembre 1951, l’aventure commence ! Calypso appareille de l’arsenal de Toulon, et prend direction la mer Rouge pour étudier les coraux. L’équipage de la Calypso revient chargé d’images inédites et merveilleuses d’une faune et d’une flore alors inconnues.

Mais, en janvier 1996, une péniche heurte accidentellement la Calypso et la coule dans le port de Singapour. L’année d’après, le 25 juin 1997, c’est son commandant qui disparaît.

Le vœu du commandant Cousteau

Le commandant avait alors écrit : "Je veux que Calypso reste au service de la science et de l’éducation". A cette fin, le navire fut renfloué et convoyé en France. D’abord à Marseille, puis au Musée maritime de La Rochelle où elle resta bloquée dix ans pour cause de tracasseries judiciaires. La volonté du commandant risquait donc de ne pas être respectée... En novembre 2005, s’ouvre un procès entre deux sociétés qui se disputent l’épave, l’une présidée par Francine Cousteau (dernière épouse et héritière du commandant), et l’autre à laquelle appartient Jean-Michel Cousteau (fils aîné du commandant). En avril 2006, la Cour d’appel de Paris a finalement attribué la propriété de la Calypso à l’Équipe Cousteau, la fondation présidée la veuve Cousteau.

Cap vers Concarneau !

Le 11 octobre 2007, après neuf ans d’attente, la Calypso quitte La Rochelle pour être remorquée vers le port de Concarneau afin d’être remise en état complètement. A Concarneau, le chantier Piriou, spécialisé dans la restauration des navires historiques en bois et des bateaux de la Royale, l’accueille. Le but final, pour la veuve Cousteau est de la destiner à des "expositions muséographiques relatant son histoire au service de la science et de l’éducation" sans doute à Toulon.

Une aventure qui finit bien.
 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.09/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 18 février 2008 10:29

    ENcore un article de LA TAVERNE DE LA CENSURE qui à l’image de son maitre F BAYROU,vient nous faire un prêche sur la tradition française,la vieille France,celle du passé

    Nous voyons bien une fois encore qu’au lieu de laisser la place aux autres rédacteurs,notre ami semble disposé d’un DROIT de diffusion sans vote et en plus de raconter n’importe quoi

    Encore quelques semaines et ce pari MODEM et ses supporters n’auront plus leur place ,a l’image du FN

     

     

     


    • pseudo pseudo 18 février 2008 10:42

      @ Lerma

       ?????????

      Voilà Lerma qui nous fait du TSB (tout sauf Bayrou)

      C’est grave Docteur ?



    • breizhnana 18 février 2008 15:18

        Pauvre Lerma. La preuve que la sarkosite aigüe, ça détruit le cerveau... Etre plus à côté de la plaque tu meurs ! N’empêche faire l’amalgame Cousteau-Bayrou, faut oser et ne pas avoir peur du ridicule ! 


    • Yifu66 18 février 2008 12:11

      N’empêche, c’est consternant !

      Un seul exemple :

      Wikipédia : Article Calypso (navire)

      Le milliardaire irlandais et ancien député Thomas Loel Guinness acheta Calypso en 1950 et la loua à Cousteau pour un franc symbolique par an. Cousteau la modifia alors à Antibes en un navire d’expédition et de base de soutien pour la plongée, de tournage et de la recherche océanographique.

      La Taverne : L’épopée de la Calypso

      Un milliardaire irlandais, Thomas Loel Guinness, lui apporte son soutien financier en l’achetant pour le lui louer au prix symbolique d’un franc par an. La Calypso prend aussitôt la direction d’Antibes pour y être transformée en navire océanographique.

      Du journalisme comme ça est-il bien utile ?


    • Yifu66 18 février 2008 12:13

      Je me suis trompé de post, c’est sur celui plus bas que je voulais le mettre !...


    • zOoO zOoO 18 février 2008 10:43

      Voici réellement une operation sans interet sauf pour le chantier Naval.

      Le bateau est dans un tel etat, qu’il ne couterait en effet pas plus cher d’en faire un neuf.

      Et ensuite quel est son programme revenir pourrir au musée maritime de La Rochelle ? Ou bien va-t-il naviguer ?

      Si c’est pour en faire une salle d’exposition, il suffisait de s’associer avec un promoteur immobillier, et faire une magnifique salle d’expo, en general c’est gens là savent comment generer des profits, pas les musées.


      • Yifu66 18 février 2008 10:47

        Article totalement pompé sur Wikipédia (même la photo) !!!

         


        • morice morice 18 février 2008 11:40

          La femme de Cousteau est responsable des déboires du bateau, en ayant bloqué pendant des années les procédures. L’origine du bateau est américaine et non anglaise ! Le bateau est en BOIS, car les dragueurs de mines ne devaient pas avoir de coque en acier. D’où sa terrible dégénérescence avec le temps.


          • bernard29 candidat 007 18 février 2008 11:42

            Les vieux bateaux aussi doivent savoir mourir . Ce bateau n’a aucun intérêt architectural ni historique. C’est une opération de com de la Société anonyme "Cousteau".

            Cet acharnement débile, si encore ça ne coûtait rien aux contribuables, à sauver des bateaux à l’agonie , a conduit une ville entière dans un marasme financier . Je veux parler de Douarnenez ( trés proche du lieu de vie de notre rédacteur citoyen) qui est la commune la plus endettée du Finistère, sans doute même de Bretagne, pour un port musée à la dérive et une impasse économique.


            • La Taverne des Poètes 18 février 2008 12:36

              Rien à voir avec le Port-musée de Douarnenez. Il s’agit ici d’investissement dans la recherche et l’éducation. La Calypso a toujours eu une vocation scientifique, pas touristique.

               


            • zOoO zOoO 18 février 2008 20:01

              @Taverne

              dommage de ne pas avoir mis une photo recente de la calypso, avec ses baches et ses sangles pour l’empecher de s’ouvrir. Cela aurait donné une idée de l’utilité réelle d’un tel chantier.

               


            • dzcityrepresente 20 août 2008 21:45

              Ne pas comparer la réparation de la Calypso au musée du bateau de douarnenez, la calypso ne coute rien au contribuable. Cette dernière mérite totalement d’être remise en état, au même titre que les bateaux de la marine nationale, comme l’Etoile, la Belle Poule et le Mutin. Eux sont réparés sur le compte du comtribuable.
              Dans le monde, il y a trois bateaux que tout le monde connait, le titanic, le france et la Calypso ; il n’y a rien à discuter à ce propos.
              Un professionnel de ce domaine


            • Philou017 Philou017 18 février 2008 12:22

              Article intéressant, mais assez léger. On n’apprend peu des origines du bateau et sur le conflit qui l’a cantonné 10 ans à La Rochelle. Voici quelques liens pour compléter :

              Actualités :

              www.lefigaro.fr/actualites/2008/01/18/01001-20080118ARTFIG00380-la-calypsova-reprendre-la-mer-.php

              Autre article :

              jack200.free.fr/cousteau/calypso.html

              Des photos :

              www.pichtou.com/article-12951743.html

              Plus d’explications et de photos (15 pages sur ce topic d’un forum) :

              anciens-cols-bleus.net/autres-sujets-marine-f109/la-calypso-t1421-15.htm

              anciens-cols-bleus.net/autres-sujets-marine-f109/la-calypso-t1421-165.htm

              La derniere année :

              www.rotary-17aunis.com/index.php

              Les origines (milieu de page) :

              grieme.org/Dalhia_Diamant.html

              et :

              secondeguerre.net/articles/navires/us/di/na_classepcsyms.html


              • La Taverne des Poètes 18 février 2008 12:38

                Article volontairement léger. Mon but était de raconter l’histoire en peu de mots. Merci pour les liens.


              • Yifu66 18 février 2008 12:47

                @ La Taverne

                Un simple lien sur Wikipédia suffisait !

                 


              • pallas 18 février 2008 12:44

                Ce qui compte n’est pas le navire mais son utilisation, que celui ci soit en mauvais etat et qu’il soit en fin de compte detruit, sa n’abime en rien le formidable travail du commandant Cousteau. Il a prevenu des degats que l’ont faisaient subir a la planete en parcourant le monde, s’inquietant de la gravité de la situation, tout le monde regardai et s’inquietai avec lui a travers les differents reportage, le resultat fu une grande deception. Il est hypocrite de dire que c’etait un grand homme, qu’il a fait un voyage titanesque pour preservé le monde et qu’au final, notre planete est quasiment morte. La honte est la, sur votre vie, vous n’avez aucuns respects, aucunes fiertés. J’ai regardé attentivement quand j’etais plus jeune ces travaux, j’en est gardé un sentiment de degout, ce sentiment de degout c’est amplifier d’année apres année de voir notre monde mourrir, vous n’avez que faire du monde ou vous vivez tant que cela ne concerne pas votre existence quotidienne. Ce genre d’article puant l’hypocrisie m’insuporte d’autant plus. Vous n’avez conscience de la fragilité de votre existence quand celle ci est mise en danger, voila la realité et le concept, rien existe a part moi, je suis le centre du monde, voila l’idéeologie dominant et ce que l’equipe Cousteau a combattu pendant des années. C’est le combat de Cousteau qui Compte et non l’outil qui a servi en l’occurence son navire. Dans ce cas la, il faut faire un article sur le Ballon que Zidane a frappé pour marqué les 3 - 0 contre le Bresil en 1998 lors de la finale. Vous pouvez faire un article sur la racquette de Noah lors de Roland Garros.

                 

                 


                • Asp Explorer Asp Explorer 18 février 2008 12:56

                  D’où il sort cet excité ?


                • Asp Explorer Asp Explorer 18 février 2008 12:58

                  C’est triste de voir qu’un article informatif et documenté sur un sujet qui a priori ne devrait pas porter à polémique finit par recevoir une volée de bois flotté, non pas tant en raison de son contenu qu’en raison des rancoeurs et partis-pris de tels ou tels petits groupes de personnes qui se détestent pour des raisons qu’eux-mêmes ont vraisemblablement oubliées.

                  Si c’est ça le futur du "journalisme citoyen", ça promet.


                • pallas 18 février 2008 13:01

                  Asp explorer, ce que vous ne semblez pas avoir compris. Le travail formidable de Cousteau n’a servi absolument a rien, c’est en cela que vous etes degoutants d’hypocrisie. Il a sacrifié des années de sa vie pour preserver l’environnement ainsi que les peuples indigenes, tout cela en vain, noyer dans votre cupidité, c’est maintenant que les peuples se reveil qu’il est trop tard, alors que des 10 enes d’années aupparavant des hommes ont alerté.

                   


                  • Philou017 Philou017 18 février 2008 13:19

                    Ca ne sert pas à grand-chose de déverser votre acrimonie. Le probleme de la planete ne vient pas de la Calypso, mais du fait que le monde a été vendu aux marchands et aux financiers. Si vous avez une recette miracle pour faire changer les choses, donnez-là. Mais je ne suis pas sur que de vouer tout le monde aux gémonies soit la meilleure des attitudes. Cousteau a réussi à populariser ses vues en filmant la planete dans ce qu’elle a de plus beau, en restant positif. Dans notre monde, je pense qu’il est essentiel de rester positif. Les choses finiront par changer.

                     


                  • zOoO zOoO 18 février 2008 16:05

                    @PAllas

                     

                    Là vous revez Cousteau n’a jamais sacrifié des années de sa vie, il s’est fait plaisir dans un domaine qui lui convenait, et je pense qu’il en a bien vecu financièrement aussi.

                    N’en faites pas un saint !


                  • Asp Explorer Asp Explorer 18 février 2008 18:46

                    La planète se porte plutôt pas mal, je pense que le principal problème environnemental qui nous menace est la recrudescence des écologistes, dont je suis persuadé qu’ils seront les staliniens du XXIe siècle, et dont vous me semblez être un bon exemple.

                    Au passage, méfiez-vous : historiquement, la majorité des compagnons de Staline ont fini au goulag.


                  • Philou017 Philou017 18 février 2008 14:11

                    Personnellement, je suis tres intéréssé par les vieux bateaux. Ils avaient une autre allure que les "trucs" modernes d’aujourd’hui. Ca vient du fait que la construction navale était bien plus artisanale qu’aujourd’hui. Il y avait beaucoup de passionné, et même d’artistes dans les chantiers et les bureaux d’etudes. Un bateau se devait d’être beau en même temps que fonctionnel.

                    renewesterhuis.nl/YMS/BYMS_Shipyards.htm

                    www.navsource.org/archives/11/19idx.htm

                    La Calypso est un exemple de ce genre de bateau. Un certain nombre de navires de guerres construits pendant la 2eme guerre mondiale étaient a la fois élégants et marins. D’aileurs nombre d’entre eux ont été reconvertis :

                    renewesterhuis.nl/YMS/BYMS_Still_Afl.htm

                    Y compris en bateau de luxe, comme ce sister-ship de la Calypso :

                    www.yachtmati.com/calisto-of-np-classic-yacht-astoria/index.htm


                    • pallas 18 février 2008 14:18

                      Reduire le travail de Cousteau a son bateau c’est comme reduire picasso au tableau vierge qu’il a acheter, c’est ignoble pour le travail titanesque de Cousteau et en plus vous n’assumez pas vos responsabilité individuel accusant les groupes industriels et financiers, votre passivité voila votre faute. Que vous le vouliez ou non vous allez subir les consequences de vos actes. Il aurait ete bien de rendre hommage a Cousteau au lieu de son bateau.

                       


                      • breizhnana 18 février 2008 16:20

                         C’est vrai qu’il est un peu simpliste votre article  . En effet si on veut l’histoire du bateau et de la nymphe, on trouve ce qu’on veut sur le web, wikipédia entre autres. Remixe inutile. Quid aussi de la famille Cousteau, on aurait aimé un peu plus d’infos sur cette guerre familiale qui ternit ce nom prestigieux. Et puis surtout un peu de news fraîches, vu que vous n’êtes pas loin de Concarneau, c’est quand même pas dur de jouer les reporters. Il n’apporte rien votre papier la Taverne, ni analyse ni infos supplémentaires sur la situation actuelle. Ca ne parle pas de sous, pas de bilan du bateau, rien, rien, rien. Je suis restée sur ma faim. C’était quoi l’intérêt ?


                        • pallas 18 février 2008 17:08

                          z0o0, Cousteau ne faisait pas sa par plaisir mais par devoir, ne confondé pas consommation tel que le cinema ou un sport a quelque chose comme vouloir sauvé la planete et informer les individues, Cousteau a voulu informer, il ne l’a pas fait par amusement mais par necessité personnel d’un homme qui aime l’ocean plus que sa vie et qui s’inquietai de le voir mourrir.

                           


                          • zOoO zOoO 18 février 2008 19:10

                            @Pallas

                            Vous croyez encore au pere noel vous ? 

                            Vous pouvez toujours croire qu’il agissait par devoir, mais sa demarche première n’était certainement pas de l’ordre su sacerdoce.

                            Que par la suite il ait "inventé" le créneau protection de l’environement je veux bien, mais avant tout son interet etait, et est encore pour la Cousteau Society, d’ordre pecunier.

                            Je vous laisse rever,


                          • Michel L 18 février 2008 21:00

                            Bon, je vous donne quelques renseignements utiles, sous la forme d’une brève histoire : Le bateau en lui-même a coulé suite à une collision avec une barge motorisée, le 8 janvier 1996, dans le port de Singapour. la Calypso été renflouée, puis ramenée a La Rochelle, mais elle n’a, depuis cessé de se délabrer dans le port depuis 1998. pendant tout ce temps, elle a été l’objet d’âpres batailles juridiques entre les deux partis, les anciens de la Calypso,(a leur tête, Jean-Michel Cousteau, fils aîné du commandant et fondateur de Océan Futures Society), et les nouveaux, (chef de file, la nouvelle épouse du commandant Cousteau). Le bateau n’appartenant ni aux uns, ni aux autres, l’affaire fut cornélienne. Et le bateau bloqué au fond du port, durant toutes ces années. Ce ne fut que recemment que la justice, enfin, donna raison a la nouvelle femme du commandant Cousteau (Francine Cousteau, seconde épouse et héritière du commandant), considérée par certains comme une arriviste et une opportuniste, comparée a la femme de sa vie, simone Cousteau, (surnommée la bergère) pour la quelle la Calypso était tout, la bergère fut pour beaucoup, l’âme de la calypso. Du jour ou elle mourut, le 1er décembre 1988, le commandant ne fut plus le même, le bateau ayant perdu son âme, lui ayant perdu sa femme. Le jour de la collision fut à mon avis, le coup de grâce. Les tribunaux ont maintenant donné raison a Francine Cousteau, le bateau pu enfin être envoyé à Concarneau dans les chantiers Piriou, après une navigation risquée, mais réussie de près de 180 milles nautiques ! Maintenant, c’est enfin sûr, dans environ deux ans, la Calypso ressortira fraîche et pimpante pour refaire prendre conscience aux pauvres être humains que nous sommes, de la fragilité, maintenant de plus en plus visible de notre planète. Cette décision est la plus récente (et la meilleur), de Francine Cousteau, l’autre c’est le lien de communication, qui ne sera plus la télévision, mais internet, qui devient au fil du temps, le support médiatique de l’avenir. Longue vie a la nouvelle Calypso. La suite pour bientôt. Michel L



                              • brieli67 19 février 2008 10:03

                                pas que la minette et la poiscaille..... 

                                IL a éventré quelques épaves de gallions espagnols et a préféré pour le butin des mers les coffre-forts de Monte-Carle à ceux de sa Suisse natale

                                Que la Famillle Cousteau et la Principauté bling-bling casquent pour l’Algue qui s’est échappée du Museum oceanographique et qui agonise toute la Méditerranée. La biologie n’était pas son fort.

                                Le jeune Cousteau a passé son bac dans un internat français à Ribeauvillé diplome qui n’a jamais été reconnu en Suisse.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires