• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > La belle idée du Bourru

La belle idée du Bourru

Le Conte nouveau est arrivé

La Bernache à plein bec …

Il était une fois Kelvin Blanc, un vigneron des bords de Loire que ses amis surnommaient « Le Bourru ». On aime par chez nous les sobriquets et celui-ci lui allait comme un gant. Non seulement, l’humeur de ce personnage était parfois un peu rude, mais il avait en plus un goût immodéré pour le vin nouveau qu’on appelle ici le vin bourru ou bien la bernache.

Il avait tendance à en abuser comme on aime à faire ici de toutes les bonnes choses. Ne lui jetons pas la pierre ; il était bien assez puni de son intempérance par de solides diarrhées qui le laissaient la culotte en bas des jambes chaque lendemain de ses abus. Mais l’homme n’en avait cure ; il aimait trop ce breuvage pour reculer devant ce modeste désagrément.

C’est sans doute, assis sur sa chaise percée à se vider les entrailles, qu’il eut l’idée qui aurait pu faire de lui un homme riche et connu. Le brave Kelvin Blanc aurait alors disposé d’une renommée qui aurait fait le tour de la planète au lieu de quoi, il resta à jamais l’inventeur inconnu d’une incroyable falsification.

Je pense que j’ai poussé le bouchon trop loin et que vous resteriez sur votre soif si je n’éclairais pas votre lanterne. Voici,contée en quelques lignes, l’histoire du Bourru et de son invention. Rendons-lui cet honneur et sortons-le de l’ombre en ce jour du troisième jeudi de novembre.

Le Bourru donc aimait sa bernache de vin blanc à en importuner tout le voisinage et à se vider sans relâche. Un jour, sa femme, excédée, lui conseilla d’arrêter cette pratique et de boire autant de vin rouge qu’il en avait envie. Au moins, il laisserait son ventre en paix. De ce mot maladroit naquit la suite de notre histoire …

Le Bourru se dit qu’il fallait sans doute user d’un peu d’ingéniosité pour ne plus subir les remontrances de sa commère. Elle ne supportait pas la bernache, soit, il suffisait de maquiller son breuvage préféré pour disposer d’un peu de répit de ce côté-là. Il se mit en quête de la façon la plus agréable qui soit de grimer son pêché mignon.

D6Mw9gIXMuQNAjBbRw4-KGdjjKc.jpg

Pour que son vin bourru fût rouge, il le mouilla de cassis et de grenadine. Il se mit à tester différents dosages, abusant plus que nécessaire de la dégustation comparative. Kelvin Blanc avait de la conscience professionnelle, en bon vigneron qu’il était, et la curiosité des sens en parfait Ligérien. Il était déçu du goût ainsi obtenu. Il se mit à jouer l'alchimiste œnologique en une période où les règles n’étaient pas encore fixées à l’initiative d’un vigneron de Châteauneuf-du-Pape : Pierre Le Roy de Boiseaumarié.

Il écrasa de la banane, mit un peu de vanille liquide, ajouta un peu de jus de pomme. Son breuvage avait désormais un fameux bouquet et une bonne tenue en bouche. Mais hélas, il continuait à fermenter et son léger pétillement trahissait son subterfuge. Il lui fallait trouver une solution pour arrêter le travail du vin et en faire un parfait ersatz de vin rouge.

Il alla chercher chez ses amis de Pouilly-sur-Loire le secret de la mèche de soufre, jetée dans le fût. Son vin primeur cessa de pétiller et avait de quoi tromper les ânes et les buveurs d’occasion. Mais lui n’en avait cure : il aimait le vin bourru et voulait le boire tout son saoul sans entendre geindre sa compagne.

L’aventure eût pu s’arrêter là mais en ce temps lointain, le vin de tout le pays aimait à voyager sur la Loire. C’est ainsi qu’un marchand de la région de Beaujolais vint à découvrir la potion magique du Bourru. Kelvin avait ce jour-là parfaitement abusé de la chopine et dévoila sans méfiance son secret. L’information ne tomba pas dans l’oreille d’un sourd et notre marchand rentra bien vite dans sa région.

Les vignerons de Juliénas, Brouilly et Morgon se firent un malin plaisir d’imiter notre bonhomme. Ils firent tant et si bien, utilisant pour cela un Gamay noir à jus blanc que le Beaujolais nouveau devint la vedette que l’on connaît aujourd’hui. Le secret des saveurs resta longtemps caché puis il fut attesté que des levures étranges étaient venues constituer ce qui ne mérite pas le nom de vin.

Alors quand le 17 novembre vous déboucherez une bouteille, pensez à ce brave Bourru qui se serait plié de rire à l’idée de savoir que son petit procédé avait fait la fortune des gens de Chiroubles. C’est là l’ironie de l’histoire. Mais prenez garde de ne pas trop abuser de la chose : vous pourriez vous aussi avoir à en pâtir.

Œnologiquement sien.

2135579190.jpg


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 22 novembre 2016 11:56

    Surtout, pas d’abus Nabum !

    Vous connaissez les dégâts collatéraux que ce breuvage engendre !? smiley

    Hâââ, le Bourru avec quelques châtaignes grillées au feu de bois...



    • juluch juluch 22 novembre 2016 12:04

      Attention Nabum, pas plus de trois bouteilles par jour, au delà se serai de la gourmandise et c’est péché !!!


      A la votre !!  smiley

      • C'est Nabum C’est Nabum 22 novembre 2016 15:03

        @juluch

        Vous tentez le diable


      • hervepasgrave hervepasgrave 22 novembre 2016 13:06

        Bonjour,
        Une bonne bernache ne fait pas de mal ! tout au plus une bonne purge annuelle.Et puis dans l’ensemble je n’ai vue que des gens gais ,amochés ,mais heureux et amoureux. Santé ! comme disent les anciens « portez vous bien ! »



        • hervepasgrave hervepasgrave 22 novembre 2016 20:09

          @C’est Nabum
          Cela me fait plaisir ta petite chansonnette, d’autant que je suis concerné de premier chef.Tu vas voir que tu vas finir par m’aimer Monsieur badabum !
          J’ai une petite cave dans la vienne ,semi troglodytiques pour les intello/bobo. Il n’y a pas a place pour un assainissement,ni d’ailleurs pour mettre une station d’épuration ;Et puis je ne veux pas abimer les caves en dessous.alors en ce moment j’ai toujours la cabane au fond du jardin,elle ne sent pas est d’une propreté a l’épreuve des connards qui font des émissions tv sur les gites/hôtel.Tu vois le genre ?!
          Alors je vais passer ,aux toilettes sèches ,législation oblige. Mais ce n’est que la même chose,mais en plus design . Elle est pas belle la vie ?
          Tu m’en resserviras svp.


        • hervepasgrave hervepasgrave 22 novembre 2016 20:17

          @Daneel42
          what’s it ,je n’ai pas tout compris ? désolé !


        • oncle archibald 22 novembre 2016 14:38

          L’étiquette qui illustre votre article en tête m’a fait faire un bond de trente ans en arrière, chez mon pote Bernard le viticulteur à la fin des vendanges .... J’étais accompagné de mon beau père, parisien bon teint et grand amateur de vins de bordeaux. Un de ses oncles avait été curé à Saint Emilion et les fidèles viticulteurs lui payaient le denier du culte « en liquide ». Il lui demanda si on pouvait déjà gouter son vin.

          Réponse non évidemment, il était en pleine fermentation, mais Bernard voulut lui faire plaisir et lui demanda s’il voulait goutter le « bourru ». Réponse oui évidemment.

          Nous montâmes tous les trois à une très longue échelle qui donnait accès au dessus des cuves. La armé d’une casserole Bernard fit un trou dans « le chapeau » pour accéder à un breuvage plus clair et remplit trois verres de ce fameux « bourru ».

          Rien à voir avec un vin nouveau. C’est très surprenant, on croirait encore manger du raisin tant il reste de sucre à transformer en alcool et pourtant on peut avec ce breuvage « s’embourracher » facilement . Je comprends qu’on puisse adorer ça et même en abuser comme le héros de votre histoire ! Ç a se boit comme de l’eau mas ça n’’en est pas !

          D’ailleurs je me demande si Bernard lui même ... Sinon comment expliquer la présence permanente de la casserole et des verres soigneusement rangés sur l’entrait d’une ferme de la charpente juste au dessus des cuves !


          • C'est Nabum C’est Nabum 22 novembre 2016 15:05

            @oncle archibald

            J’aime de telles évocations

            Merci


          • C'est Nabum C’est Nabum 22 novembre 2016 16:58

            @Daneel42

            Je ne juge pas


          • Samson Samson 23 novembre 2016 21:43

            J’ai bien ri !
            Merci pour votre talent, Nabum !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires