• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > La déclaration du Nouveau centre manquerait-elle de « personnalité » (...)

La déclaration du Nouveau centre manquerait-elle de « personnalité » ?

A chaque nouvelle législature les "groupes parlementaires" ont pour obligation de transmettre une "déclaration politique" signée de leurs membres au secrétariat de la présidence de l’Assemblée.
Le groupe "Nouveau centre" s’est donc plié à cet exercice et a fourni sa déclaration (disponible sur le site internet de l’Assemblée).
Vous vouliez en savoir un peu plus sur ce nouveau parti politique ? Vous allez être servi. La déclaration de ce groupe surprend véritablement par son originalité. Toute ressemblance avec le programme de François Bayrou n’est que pure coïncidence.
On peut y lire que les députés de ce groupe :
- souhaitent "réconcilier l’économie et la solidarité" (déjà vu dans le discours "Réussir ensemble la nouvelle économie", prononcé par François Bayrou) ;
- veulent redonner "aux Français le goût d’entreprendre" (le maître mot du programme économique de François Bayrou pendant la campagne comme en témoigne cette présentation) ;
- espèrent "développer la recherche" (un des piliers du programme de François Bayrou) ;
- souhaitent "un Etat impartial" (c’était le point le plus important du candidat centriste) ;
- font l’apologie de "l’assainissement des finances publiques" (la formule était le leitmotiv de François Bayrou pendant cette campagne) ;
- pensent  que "la France doit aussi devenir le porte-parole des droits des générations futures" (on retrouve là encore, mot pour mot, le programme de François Bayrou, voir le point 4.3).

Outre ces éléments de plagiat avérés, les députés du Nouveau centre nous surprennent  encore plus lorsqu’on lit, toujours dans la déclaration de leur groupe parlementaire, qu’ils espèrent "une plus juste représentation des forces politiques au Parlement". Les députés nouveau-centristes prônent donc leur disparition du Parlement. François Bayrou et ses presque sept millions d’électeurs apprécieront le message.

Malgré tous ces points de ressemblance avec le programme de leur ancien leader, il existe "une différence essentielle" entre ces dissidents de l’UDF et le MoDem, et la déclaration politique du Nouveau centre l’évoque clairement : les députés s’autoqualifient de "partenaires loyaux de la majorité présidentielle" et "apportent leur soutien au président de la République".  Tout est dit.


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • anamo 5 juillet 2007 13:10

    Il y avait les formations de droite et de gauche.

    Il y avait les extrêmes de droite et de gauche

    Il y a le centre « mou » prêt à toute les compromissions

    Peut-être cela générera-t-il quelque chose qui ressemblera à l’extrême-centre.


    • Yannick J. Yannick J. 5 juillet 2007 13:34

      Ah je ne ne l’avais pas lue, mais là franchement c’est impressionnant !!!!!! rien à redire, tout est dit...pathétique.


      • dom y loulou dom 5 juillet 2007 13:57

        des voyous lâches et traitres, sans imagination, la génération des pilleurs qui confortent les extrémistes en se qualifiant eux-mêmes de mous puisqu’affiliés d’emblée à la majorité présidentielle, plus de centre du tout avec eux donc, un leurre.

        Quand à ceux qui continuent de traiter le centre de mou... on leur rappelle que le coeur humain, qu’on peu qualifier de « central » est l’organe le plus fort que connaisse notre corps, alors ces divagations sur la force hein... que des appels aux élucubrations vociférantes... très mauvais pour la paix sociale.

        Mais ceux qui veulent à tout prix se percevoir comme « forts » fragilisent de plus en plus la société et même les équilibres subtils du vivant, ils extrapôlent des niaiseries comme des drapeaux pour s’assurer d’une identité qui soit respectable... mais le respect chez les êtres se gagne par la persévérance et non le brouillage des esprits qui, lui, enlève tout crédit à ses tenants.

        Le centre est comme le coeur d’un être, il ne se laisse pas balloter par les discours des uns et des autres, « surfant » sur les vagues du jour pour gagner encore du temps pour s’en mettre plein les poches.

        Le coeur d’un être n’est pas tributaire de ceux qui veulent le dominer, il les regarde avec tristesse, car il sait qu’ils se perdent de plus en plus et qu’ils font tout pour se faire du tort, inconsciemment, le coeur est libre et ne dépend aucunement du raisonnement des hommes, celui-ci peut, par contre, pénétrer par sa compréhension aux secrets de la vie et le centre, en politique, en est assurément le plus proche, il est un désir de synthèse et de mise en commun là où les extrêmes veulent tout revendiquer comme leur propriété exclusive, ridicule quoi, bientôt revendiqueront-ils l’air qu’on respire ? Ils voudront le vendre en bouteilles ? C’est celà le trip de la grippe aviaire ?

        A ce propos... si des oiseaux d’un petit lac étaient infestés par un virus, tout le lac en serait atteint je pense et tous les oiseaux de ce lac donc.

        Les gouvernements vont-ils laisser ces agents secrets encore longtemps se ballader avec des seringues ? Rappel : principal actionnaire du TAMIFLU est Donald Rumsfeld, vous ne l’avez pas oublié celui-là n’est-ce pas ? smiley


        • Icks PEY Icks PEY 5 juillet 2007 14:54

          Bonjour Tristan,

          Votre article donne finalement la preuve qu’il y a l’épaisseur d’une feuille de papier bible entre le Modem et le Nouveau Centre.

          Ou se trouve donc la différence ?

          Et bien tout simplement dans le fait que le programme du nouveau centre se revendique de droite alors que Bayrou a cherché à exister dans une sorte de no man’s land où droite et gauche ne voudraient plus rien dire.

          A deux reprises, il est fait mention du travail dans la déclaration dont vous fournissez le lien. Il est fait mention de l’objectif de réduire les charges qui pèsent sur le travail, d’équilibrer les recettes de l’Etat et donc, implicitement, de réduire le train de vie de l’Etat.

          Vous avez là un programme de droite par opposition à un programme de gauche qui voulait augmenter les impôts (ils n’étaient meme pas d’accord entre eux, d’ailleurs), augmenter le SMIC (net ou brut et sur quelle durée, on ne savait pas bien non plus ... et puis cela n’était pas crédible, finalement) etc.

          Alors si vous dites que vous vous reconnaissez dans le programme du Nouveau Centre, comment expliquez vous que Bayrou se soit implicitement exprimé en faveur de la gauche ?

          Bayrou est un cavalier solitaire et 2007 a été pour lui l’occasion de jouer sa carte personnelle : il l’a jouée et il a perdu.

          Bien cordialement,

          Icks PEY


          • Icks PEY Icks PEY 6 juillet 2007 14:25

            @ Ludovic

            Mais il ne s’agit pas de comparer le programme de Bayrou et celui de Sarko, mais celui de Bayrou et celui du Nouveau centre.

            Or, ce n’est pas moi qui le dit, mais l’auteur de l’article, il apparait que ces deux programmes se ressemblent.

            Je dis simplement que le programme du Nouveau Centre est un programme de droite. Pas forcément de droite sarkozyste, mais de droite quand même.

            Il ne suffit pas d’agiter ensemble le montant de la dette publique pour être d’accord sur les moyens de la réduire ! Il ne suffit pas d’être d’accord pour dénoncer telle ou telle mouvance politique pour être d’accord sur la rénovation de la vie politique. Bayrou a flirté avec la gauche alors qu’ils ont si peu en commun et alors qu’il a tellement de choses en commun avec la droite, même sarkozyste !

            Alors vous pouvez bien mettre en avant telle ou telle divergence entre les centristes et l’UMP, toujours est-il que dans les grandes lignes, l’essentiel est en commun : confiance dans un libéralisme régulé où la dignité de l’homme est essentielle, conviction que ce sont les entreprises qui sont créatrices de valeur et non la fonction publique, conviction que la solidarité est le fruit d’une économie riche et puissante et non l’inverse, conviction que la régulation étatique doit être limitée au nécessaire mais être efficace dès lors qu’elle est nécessaire, etc.

            Donc, naturellement, le programme centriste, qu’il s’appelle Modem ou Nouveau Centre, porte naturellement vers la droite et non vers la gauche. C’est donc bien Bayrou qui s’est trompé d’amis et non le Nouveau Centre.

            Bien cordialement,

            Icks PEY


          • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 5 juillet 2007 20:33

            À Tristan

            Est-ce étonnant ?

            Tous ces parlementaires (dont Charles de Courson) ont été les animateurs du projet présidentiel de Bayrou, c’est donc tout à fait normal qu’ils soient restés fidèles à leurs convictions.

            Là où les choses ont changé, c’est la dérive vers la gauche de François Bayrou qui, à quelques exceptions près, s’est retrouvé quasi-totalement isolé dans cette stratégie.

            Qui a raison ?

            Ceux qui restent toujours au centre droit, avec leurs convictions et partenaires vigilants de la nouvelle majorité ou celui qui reste finalement dans une opposition quasi-systématique (qu’il dénonçait il y a encore peu de temps) et qui, dans les votes essentiels, refuse de prendre position ?

            Cordialement.


            • vivelecentre 5 juillet 2007 23:24

              «  »«  »Malgré tous ces points de ressemblance avec le programme de leur ancien leader, il existe « une différence essentielle » entre ces dissidents de l’UDF et le MoDem, et la déclaration politique du Nouveau centre l’évoque clairement : les députés s’autoqualifient de « partenaires loyaux de la majorité présidentielle » et « apportent leur soutien au président de la République ». Tout est dit.«  »"

              effectivement tout est dit, le nouveau centre a du etre crée en raison de l’ABANDON du centre par bayrou qui a choisi d’autre rapprochement

              c’est son droit mais le nouveau centre correspond plus à l’udf « canal historique » et le modem une nouvelle aventure « dissidente » de la majorité de droite

              c’est respectable, mais il faut remettre les choses à leurs places

              c’est bien Bayrou qui a choisi de bouger les lignes et qui a clairement dans l’entre deux tours et au vu des alliances nouvelles avec le ps (notament dans le Rhone) s’est positionné au centre gauche

              chacun a le droit de juger ou se situe la trahison....


              • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 6 juillet 2007 06:26

                Le Nouveau Centre est un parti sans militants, qui n’existe que par la volonté de ses dirigeants de conserver leur siège.

                Ils vont à la soupe, en somme, c’est vieux comme le monde.

                Et quand je vois par quels commentateurs d’ici ils sont défendus...


                • Icks PEY Icks PEY 6 juillet 2007 14:31

                  @ Bonnet :

                  Merci pour votre participation au débat.

                  A votre avis, qui va le plus à la soupe entre ces deux cas de figure (toute ressemblance avec des personnage existant serait fortuite etc.) :

                  - celui qui respecte ses idées et ses électeurs en refusant de suivre un chef qui poursuit une stratégie individuelle ?

                  - ou cela qui écrit dans des magazines érotique et/ou pornographiques pour pouvoir bouffer jusqu’à la fin de chaque mois ?

                  Icks PEY


                • ol 6 juillet 2007 11:49

                  Que cette déclaration ressemble au programme présidentiel de François Bayrou n’a rien d’étonnant puisque effectivement, ils ont participé à l’élaboration de ce programme. La différence entre les deux est une histoire de stratégie électorale, on commence à avoir compris. Pour les uns, il s’agit de défendre ces idées de manière autonome et libre. De l’autre il s’agit avant tout d’assurer sa réélection en s’alliant aux plus forts et d’éventuellement faire pression pour faire passer ses idées. J’ai des doutes sur le dernier point. Mais c’est vrai que tant que Bayrou pourra représenter un danger pour l’UMP, le nouveau centre sera choyé, rien que pour nous montrer que Bayrou a eu tord.

                  Ceux qui accusent Bayrou d’être passé à gauche n’ont pas compris. Il tente de montrer que le clivage droite gauche ne suffit plus à représenter la diversité des opinions et des valeurs. Et le simple fait qu’il discute avec la gauche a suffit a déclencher les foudres de la droite, ce qui au demeurant est contradictoire avec le fait que cette même droite se félicite des débauchages de personnalités de gauche...

                  A Sylvain Rakotoarison : Vous dites : « celui qui reste finalement dans une opposition quasi-systématique (qu’il dénonçait il y a encore peu de temps) et qui, dans les votes essentiels, refuse de prendre position ? »

                  Vous faites sans doute allusion au vote de confiance. J’ai pour ma part trouvé la position de Bayrou on ne peut plus claire. Il y a des choses qu’il soutient, et des choses qu’il ne soutient pas, en particulier l’accumulation de promesses électorales, de cadeaux fiscaux qui rendent impossible l’objectif de réduction de la dette. Puisque qu’on ne peut se prononcer que sur un ensemble, et qu’il souhaite quand-même donner sa chance au gouvernement, il ne peut que s’abstenir.

                  Je ne sais pas quelle est votre position dans tout ça mais, pour ma part, je suis excédé de la réplique systématique et caricaturale de l’UMP à toute personne qui n’est pas d’accord avec elle : « Vous êtes dans l’opposition systématique, vous n’êtes pas sérieux, alors que nous, on l’est ». Cela coupe toute discussion et entraine forcément une radicalisation des positions. Avec ce genre de comportement, auquel vous vous associez volontiers, il ne faut pas s’étonner si le climat social de la rentrée s’annonce tendu.


                  • ol 6 juillet 2007 11:59

                    Un petit complément pour être bien clair. La question n’est pas de savoir qui est au centre-droit, au centre ou au centre gauche. La question est de savoir qui a décidé de défendre ses idées et ses valeurs de façon courageuse et autonome, quitte à, au besoin, faire des alliances basées sur des compromis programmatiques avec le PS ou l’UMP, sans exclusive. Le seul qui a la volonté de faire cela en toute transparence, sans compter sur des débauchages individuels et malsains, peut se revendiquer du « centre ».


                  • Atlantis Atlantis 7 juillet 2007 17:29

                    pour le prochain discours je leur propose d’abréger et de mentionner que les deux derniers points, ça va plus vite.


                    • DD 7 juillet 2007 23:43

                      Cette déclaration de politique générale aurait pu être aussi bien celle du PS, du PRG, du MoDem, de l’UMP que du FN !

                      Tout ce qui est dit dans ce pseudo-discours est tellement évident, que ça n’a aucune valeur.

                      Quelle personne censée pourrait en effet s’opposer à cela :

                      - « réconcilier l’économie et la solidarité »
                      - redonner « aux Français le goût d’entreprendre »
                      - « développer la recherche »
                      - « un Etat impartial »
                      - « l’assainissement des finances publiques »
                      - « la France doit aussi devenir le porte-parole des droits des générations futures »


                      • h. 11 juillet 2007 09:37

                        Effectivement ... et a partir de la, tous les commentaires precedents sur « c’est lui qui trahi, non c’est lui » parraissent bien insultants pour les electeurs des representants de ces deux partis.

                        Pour un meme programme, certains disent je m’assoie sur les differences qu’il y a avec l’UMP, quand d’autre disent, je fais fi des points communs ... quel est votre choix ?


                      • pmixx pmixx 10 juillet 2007 15:27

                        Autant je ne trouve pas l’article d’une pertinence folle, autant je trouve les commentaires d’Icks PEY et de Sylvain Rakotoarison adéquats.

                        Arrêtons d’avoir une vision trop manichéenne sur la question NC/MoDem. Avec cette vision des choses, on peut réduire le MoDem à un parti Mussolinien, un parti dont le seul objet est de servir une ambition personnelle, avec une « organisation » très sommaire, réduite autour d’un leader charismatique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires