• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > La Légende de Wars et Sawa

La Légende de Wars et Sawa

La Pologne est l'invité d'honneur du Festival de Loire d'Orléans

L'hospitalité polonaise.

11760207_10153171059934125_8805759947613272257_n.jpg

Une capitale qui se respecte a besoin d'une origine légendaire afin de pouvoir se prévaloir d'appartenir aux grandes cités qui ont fait l'histoire. Cette préoccupation déclenche bien des vocations parmi les raconteux d'Histoire, chacun y allant de sa version pour l'embellir et être ainsi le fondateur d'un mythe. Arrivant un peu tard pour prétendre à cette gloire, je vais me contenter de vous livrer la fabuleuse naissance de la ville de Varsovie, en bordure de Vistule ; chacun y trouvera son conte, quitte à ce qu'il soit quelque peu transformé.

Il était une fois sur les rives d'une rivière sauvage aux brusques variations et à l'impétueux courant, un couple qui vivait tant bien que mal de pêche, de cueillette et de quelques lopins de terre à proximité de son humble masure. Le décor est dressé ; il a besoin d'être misérable pour préparer la suite, lui donner toute sa signification et emporter l'estime de tous. C'est une nécessite incontournable quand on souhaite obtenir l'adhésion et la sympathie du plus grand nombre.

Wars et Sawa sont nos deux héros. Ils ont nom bien polonais puisque c'est en Pologne que se situe ce récit. Malgré leur immense pauvreté, ils feront preuve de générosité, d'hospitalité et d'un bon cœur censé caractériser le peuple de cette nation. C'est du moins ce que va s'évertuer à expliquer cette légende pour inscrire à jamais cette qualité merveilleuse dans la tradition locale. D'autres ont préféré graver le mot Fraternité dans le marbre de ses monuments sans se soucier vraiment d'en faire un principe collectif. Mais laissons-là ces propos liminaires et quelque peu scabreux pour faire place à la belle histoire …

JPEG - 54.6 ko

Il était une fois,je le redis, dans une humble chaumière de pêcheurs un couple qui vivait heureux malgré les difficultés du temps. Leur amour les prémunissait contre les mauvais coups du sort, de ceux de la fortune et des sautes d'humeur de la Vistule. Non que celle-ci fût capricieuse : jamais une rivière ne mérite cet adjectif ; elle peut être changeante, impétueuse ou bien troublante mais sans agir pour le seul plaisir d'ennuyer les humains. Ce sont les fortunes de la pêche qui méritaient alors cette remarque. Il y avait des périodes où le poisson abondait alors qu'il manquait cruellement à d'autres moments.

Nous étions justement en une phase de mauvaise pêche :le vent soufflait de l'est, la Lune décroissait et les astres semblaient ne pas être nés sous une bonne étoile. Wars et Sawa devaient courber la tête, subir ces instants délicats en espérant des jours meilleurs. Les provisions venaient à manquer ; heureusement Sawa parvenait à nourrir son homme grâce à sa science des herbes sauvages, des racines et des baies comestibles … La pitance était maigre, le couple se refusant encore à piocher dans les dernières réserves de poissons salés ou fumés.

C'est pourtant dans ce dénuement qu'ils eurent un jour la surprise d'accueillir chez eux le roi Kazimierz Odnowiciel et son ami le prince Ziemowit se rendant de Kraków à Gniezno. Les deux hommes avaient perdu leurs nombreux serviteurs au cours d'une partie de chasse où ils s'étaient fourvoyés en poursuivant un cerf gigantesque. Les deux égarés étaient épuisés par leur interminable chevauchée mais surtout affamés.

C'est dans ce lamentable état qu'ils débouchèrent devant la petite chaumière de nos deux amis. Wars et Sawa leur firent naturellement bon accueil même si, au fond d'eux-mêmes, ils redoutaient les conséquences d'une telle visite inopinée. Les deux cavaliers ne se présentèrent pas : ils jugeaient préférable que ces manants ne sachent pas qui ils étaient. Wars les pria de descendre de leurs montures, leur affirmant qu'il avait de quoi les soigner et qu'il allait de ce pas les panser et les nourrir. Sawa, pour ne pas être en reste, leur demanda de finir d'entrer et leur promit un excellent repas pour se remettre de leurs émotions.

Hélas, l'appétit de ceux qui ne manquent jamais de rien n'est pas le même que celui des gens habitués à se serrer la ceinture ; la femme le savait bien et ne pouvait leur offrir la trop modeste soupe d'orties qui devait constituer le seul repas du jour pour le couple. Elle allait devoir mettre les petits plats dans les grands et puiser dans ces réserves qu'elle gardait en prévision de l'hiver. Pas un seul instant pourtant, elle n'hésita et constitua un repas de roi pour celui qui l'était vraiment sans qu'elle le sût.

Les deux convives firent honneur au repas au-delà même de ce qu'avait imaginé la cuisinière. Le prince Ziemowit, fin gourmet et d'un naturel curieux, avait poussé l'indélicatesse jusqu'à suivre Sawa dans le recoin qui lui servait de cuisine, après avoir humé le fumet de la soupe d'orties, et s'être enquis de ce que pouvait être cet incroyable brouet vert ; il avait prié son hôtesse de débuter par ce plat, inconnu dans leur monde.

Ce potage, si original pour nos deux hommes, fut un délice qui leur ouvrit un appétit d'ogre. Ils se régalèrent ensuite d'une soupe de poissons d'eau douce, d'œufs d'esturgeon qu'ils trouvèrent si bons qu'ils décidèrent d'en faire le plat des seigneurs ; ils apprécièrent ensuite les raves et les bulbes de persil qu'ils découvrirent avec ravissement, des filets de brochet fumés particulièrement délicieux, du fromage , des noisettes et une incroyable confiture d'oignons.

Wars était fier des prouesses qu'avait réalisées sa femme même si celle-ci avait vidé toutes leurs réserves pour ce repas de fête. Le roi n'avait pas aussi bien mangé depuis fort longtemps ; il se leva et voulut remercier ses hôtes d'une bourse bien pleine comme il le faisait en maintes occasions. C'est le prince qui retint son geste en déclarant de manière solennelle : « Mon roi, il ne faut pas cacher plus longtemps à ces braves gens quel hôte ils ont ainsi reçu ; vous avez apprécié un repas à nul autre pareil mais vous n'avez sans doute pas remarqué que nos hôtes ont épuisé leurs réserves pour nous offrir tout ce qu'il leur restait, sans même savoir qui nous étions. Votre bourse, pour bien garnie qu'elle soit, n'est pas à la hauteur du sacrifice qu'ils ont consenti sans même un soupir ! »

À ces mots, le roi se leva et s'inclina devant la femme d'abord et son mari ensuite. Il se fit solennel en nommant Piotr Warsz, pêcheur officiel du roi, et en le faisant propriétaire de la grande forêt sauvage dans laquelle lui et son ami le prince s'étaient perdus. Le village qui prendrait naissance autour de sa ferme de pêcheur, porterait pour toujours le nom des deux époux, Warsz et Sawa. Quant à leurs enfants, s'ils avaient le bonheur d'en avoir, les garçons auraient pour parrain le roi en personne et les filles le prince Ziemowit.

Il n'est donc pas nécessaire de préciser que ces bonnes gens vécurent heureux et à l'abri, désormais, du besoin, que leurs enfants reçurent une bonne éducation sans jamais pour autant oublier les humbles origines de leurs parents. Un village se constitua autour de la chaumière agrandie et embellie ; au fil du temps, il prit de l'importance : la Vistule étant le centre névralgique de cette petite société de pêcheurs avant que d'autres professions ne viennent s'y adjoindre.

Ainsi naquit la ville de Varsovie. L'hospitalité est un art de vivre chez nos amis polonais ; c'est du moins ce que prétend cette légende. Il se peut qu'il y eut quelques entorses à cette réputation mais c'était dans des périodes bien sombres de notre Europe. Il me plaît de vous avoir restitué ici la vraie nature de ce peuple magnifique. Il ne peut y avoir que des braves gens le long d'un fleuve si beau que la Vistule. Ce sont les rivières qui façonnent les habitants de leurs rives ; c'est d'ailleurs pourquoi Ligériens et Vistuliens sont faits pour s'entendre, surtout autour d'un bon repas.

Hospitalièrement leur.

des-marins-en-costume-traditionnel-a-bord-d-un-bateau-qui-pa_2275639.jpg


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • juluch juluch 29 septembre 2015 12:32

    Pour une fois que les puissants sont gentils.......


    merci Nabum 
     smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires