• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > La revanche des geeks

La revanche des geeks

Ils ont longtemps été victimes de leur manque de sociabilité, de leur désintérêt des codes vestimentaires « cool » (baskets Airmoux, sac Westpack, etc. .). On s’est moqué d’eux, les traitant d’« intellos » (Bouh ! La honte ! Il a un cerveau !). Mais le temps de la revanche est venu. Pas la peine de courir ils sont déjà là, partout. Beaucoup ont délaissé leur uniforme de pull jacquard, pantalon sous les aisselles et lunettes culs de bouteilles pour mieux se mêler à nous… Les geeks reprennent le dessus. Tremblez terreurs des cours de récré, ils connaissent peut-être votre IP !

Freaks

Avant tout : qu’est-ce qu’un geek ? A l’origine, ce mot viendrait de l’allemand « geck » et du hollandais « gek », qui signifient tous deux un « fou ». Dès le XVIIIème siècle, des « gecken » sont exhibés par les foires ambulantes. Il s’agit alors de personnes souffrant de déformations physiques, ou d’un handicap étrange. Ce phénomène part d’Europe puis atteint les Etats-Unis, où les personnes présentées sont aussi appelées « freaks », « chaînon manquant » ou « homme sauvage ». Par élargissement le terme sera peu à peu utilisé pour tous les gens excentriques, étranges, différents.

Avec l’essor des nouvelles technologies dans la seconde moitié du XXème siècle, le mot geek commence à désigner les matheux, et autres passionnés de sciences. Dans les catégories de stéréotypes des lycées américains, les geeks sont des intellectuels qui n’ont presque pas de vie sociale et se replient dans leur monde fait d’érudition et souvent d’imaginaire fantastique. De nos jours, le geek est non seulement féru d’informatique mais aussi de science-fiction, de jeux de rôles, de cinéma ou de comics. En fait, on reconnaît le geek à son intense soif de savoir quel que soit son ou ses domaines de prédilection. Il recherchera par exemple des éditions rares s’il aime une certaine bande dessinée, apprendra à parler elfique s’il vénère Tolkien, ou récitera de tête l’intégralité des personnages de Star Trek toutes générations confondues s’il a plus accroché avec le Capitaine Kirk.

Ne pas confondre…

Pour ne pas tout mélanger, au risque d’en offenser certains, voyons les différences entre geek, nerd, no-life et otaku. Le nerd a ceci de commun avec le geek qu’il est passionné de nouvelles technologies. Mais le geek est plutôt technicien, et le nerd, au contraire, théoricien. De plus, en anglais, le mot nerd a une connotation bien plus péjorative que le sympathique geek. Pour le no-life, la base la plus rudimentaire de la langue de Shakespeare vous permet de le comprendre : il s’agit là d’une personne qui n’a aucune vie sociale et passe son temps cloîtré chez lui, sans pour autant avoir le même niveau de connaissances (notamment informatiques) que les geeks ou les nerds. Enfin le otaku, est, un peu comme le no-life, une personne qui passe le plus clair de son temps à une activité d’intérieur (lecture de mangas, jeux vidéo…). Il y a une notion d’obsession dans le terme japonais qui n’est pas non plus très flatteuse.

Geek power

La révolution technologique a été le terreau de la métamorphose geek. Bill Gates (big boss de Windows) et son rival Steve Jobs (fondateur d’Apple) en sont deux des principaux emblèmes. Il y a quelques décennies, on les aurait traités d’illuminés, probablement enfermés à l’asile… « Mais oui, M.Jobs, vous allez fabriquer une machine capable de contenir des milliers de chansons dans quelques grammes de métal, bien sur…Allez, soyez gentils, prenez votre petite pilule, hein ». Seulement dans l’ère du progrès technologique, de plus en plus d’esprits comme les leurs sont sollicités. Les geeks aiment l’informatique, s’imaginer de nouveaux univers à partir de rien ? Vous m’en mettrez 10 000, j’en ferai des concepteurs de logiciels ou de jeux. Ils ne raffolent pas du contact avec des personnes hors de leurs centres d’intérêt ? Qu’à cela ne tienne, nous organiserons de gigantesques évènements où ils pourront échanger avec leurs pairs (conférences sur le web, débats PC contre Mac, Japan Expo, Jeux de rôles grandeur nature, etc).

Il semble que notre société moderne se soit adaptée à une population de geek grandissante. Plus qu’une tendance, c’est un véritable raz-de-marée geek qui déferle sur la planète. Ceux qui apparaissaient comme des ratés sont devenus attachants, et même admirables. Bande dessinée, web comics, musique, cinéma, séries télévisées, littérature, et même monde de la mode, tout le monde veut le sien. On peut se demander ce qui provoque ce soudain engouement. Est-ce l’originalité de ces individus, leur anticonformisme que l’on aime ? Ou avons-nous simplement enfin compris le génie potentiel de ces hommes et femmes (les geekettes) ? Toujours est-il que d’Abby, la craquante gothique de NCIS à Peter Parker, l’alter ego de Spiderman, les zéros sont devenus nos héros.

Quelques références geekologiques :

Films : trilogie Star Wars ; trilogie Le Seigneur des anneaux ; tous les Star Trek ; Retour vers le Futur ; Hackers, Antitrust ; Napoleon Dynamite ; H2G2, le Guide du voyageur galactique ; Ghost in the shell ; La Mouche ; Cyprien ; films de série Z (on peut sûrement ajouter le récent Avatar)

Livres : L’Encyclopédie du savoir relatif et absolu ; Le sauveur de l’humanité, toute l’œuvre de Tolkien

Télévision : Star Trek ; X Files ; Buffy contre les vampires, The IT Crowd, The Big Bang Theory, Doctor Who ; Beauty and the geek (télé réalité)

Jeux vidéo cultes : Pacman ; Tetris ; Mario bros ; Prince of Persia ; Dune ; Final Fantasy ; World of Warcraft

Héros : Albert Einstein, Steve Jobs, Rodolphe (personnage publicitaire qui a tout compris), Steve Urkel

Si t’es fier d’être un geek clique sur ces liens

Vie de geekHello geekette (hilarant !) / Alpha geek Real geekJournal du geekTestez votre geekitudeThink geekPsy et geek


Moyenne des avis sur cet article :  3.09/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • french_car 20 janvier 2010 11:32

    Ca c’est du leurre d’appel sexuel où je ne m’y connais pas !
    On va voir si Villach quitte son aventin pour venir commenter ...


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 20 janvier 2010 11:39

      Une façon cavalière d’ essayer les matelas ...elle se met sur le mât et là ...


      • Jojo 20 janvier 2010 12:37

        Que nenni Capitaine, en fait c’est un Laptop ... au top, qu’ils essaient en lappant... mauvaise langue va !


      • plancherDesVaches 20 janvier 2010 13:41

        D’où l’expression : « il n’y a pas de mauvais coup, mais des mauvaises langues »


      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 20 janvier 2010 11:40

         smiley smiley smiley smiley smiley smiley
         smiley smiley smiley smiley smiley smiley
         smiley smiley smiley smiley smiley smiley

        Je rajouterais à ce panégyrique que celui qu’on nomme un geek est surtout un individu qui sait se servir correctement d’un ordinateur et des programmes - en ce y compris les compilateurs : en d’autres termes, il s’agit d’un informaticien motivé !

         smiley smiley smiley smiley smiley smiley
         smiley smiley smiley smiley smiley smiley
         smiley smiley smiley smiley smiley smiley




        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 20 janvier 2010 11:42

          Apparemment c’est péjoratif pour d’AUCUNS - voire d’AUCUNES ...

           smiley smiley smiley smiley smiley smiley
           smiley smiley smiley smiley smiley smiley
           smiley smiley smiley smiley smiley smiley


        • Croa Croa 20 janvier 2010 19:00

           smiley tout en faisant autre chose... smiley

          Je surajouterais qu’il s’agit là d’un truc de jeunes surtout dans ces conditions !

           smiley à mon age c’est un seul truc à la fois... smiley
           smiley mais avec applications... smiley

          et préférence des chose simples et claires : bref on ne compile pas ! smiley


        • srobyl srobyl 20 janvier 2010 11:50

          Et quand on pense qu’il y a un geek à grosses lunettes et front d’intellectuel qui s’est exilé à l’Ile de Ré en prétextant qu’il « se retirait... »...Tout le monde sait bien qu’en réalité c’est pour y vivre peinard, reclus, à imaginer un monde socialiste idéal, en s’adonnant à des jeux de rôles virtuels sur sa console !
          Ah le fourbe !


          • LE CHAT LE CHAT 20 janvier 2010 11:50

            une idole des geeks , Rodolphe , bien sûr !


            • djib 20 janvier 2010 12:37

              On aurait espéré un article sortant des lieux communs, et ne se contentant pas de rabâcher une enieme fois toujours les mêmes choses.Conseiller le visionnage de l’excellent documentaire « Suck my geek » aurait peut être suffit.
              Est il donc si utile de vouloir catégoriser le geek ? identifier le geek ? comme l’a été le « bobo » il y a encore peu de temps...
              Ouais ! Chouette ! une nouvelle catégorie de gens !
              On pourrait penser que c’est une geekette qui défend sa cause : Que nenni ! Ca ressemble à un article vite pondu, compilation de tout ce qui a été glané.
              Et puis entre nous, parler du geek et comme référence donner plus de film que de livres ... alors que tout le monde sait que l’on reconnait le geek au fait qu’il a surement lu livre dont est tiré le film que tu viens de mater. C’est celui qui avait lu Tolkien avant que tu ne le voies en film. Lui qui lisait les comics en autiste quand Batman, SpiderMan et autres X-men sont des blockbusters aujourd’hui.
              Donc pour l’hommage, dans les livres références des geeks, rajoutons allégrement :
              Toute l’oeuvre d’Isaac Asimov et ses trois lois de la robotique, La saga de Dune, avec une préférence pour « L’empereur dieu de Dune », sans doute le plus méta-physique. La saga de l’assassin royal de Robin Hobb, la saga du Trone de fer de George R Martin, la saga Hyperion de Dan Simmons, Oeuvres et nouvelles de Philip K Dick, Michael Moorcock... une liste exhaustive serait fastidieuse.

              Pour les héros du geek, il serait plus sain de chercher ceux qui ont réussi à vivre de leur passion.
              Ainsi Steve Urkel, n’est pas un héros, un personnage drôle tout au plus.
              Des personnes comme le regretté Gary Gygax, Stan Lee ou Leonard Nimoy, sont plus représentatifs de l’ideal Geek. Des gens qui ont su vivre pleinement de leur passion.

              Cette nouvelle journaliste pond deux articles en deux jours, sur deux sujets radicalement différent, n’apportant que très peu de compétence, connaissance ou expertise sur ce sujet en particulier.
              Je ne peux que lui conseiller de se concentrer sur ces centres d’intérêts plutôt que de chercher à tout prix des sujets « originaux » ou facilement réalisable, et de privilégier la qualité par rapport à la quantité.

              bonne chance pour la suite.

               


              • L'enfoiré L’enfoiré 20 janvier 2010 13:57

                djib,
                 J’ai essayé à l’époque. J’ignorais même à l’époque, le mot et son contenu.


              • plancherDesVaches 20 janvier 2010 12:50

                « V : Un jour les geeks domineront le monde, mais pas demain, demain c’est LAN. »

                Et c’est pas Notre Président qui dira le contraire : NicoLAN SakoGEEK

                http://danstonchat.com/search/geek/1.html


                • Halman Halman 20 janvier 2010 13:30

                  Oui on avait remarqué que tout le monde se geeckise petit à petit.

                  Cette informatisation ludique des esprits a commencé avec l’arrivée des pc multimédias avec leurs lecteurs de cd rom et leurs jeux.

                  Ceux là idolatrent des Jobs et autres Woz.

                  Mais avant cela nous étions ce que nous préférions appeler des nerds. Des fanas de la programmation, des pondeurs de pages de codes et rêvions de Hal de 2001 l’Odyssée de l’Espace et son intelligence artificielle et nos idoles étaient plutôt les Turing et Von Neumann.
                  Nous parlions architectures de processeurs, de puissance de mémoire, pas de carte graphique ni de carte son.
                  Une époque et un genre de geecks totalement tombés dans l’oubli.
                  Les mecs fanas de Jobs ne nous interessent pas.

                  Quand ces choses multimédias avec joysticks cd rom sont arrivées, c’était un autre monde de jeux et de multimédias.
                  Nous ne passions plus notre temps à nous échanger des programmes, mais des drivers de cd rom et de joystick.

                  Lorsque les premières souris sont arrivées, on se demandait bien à quoi pouvait servir cette chose.

                  Je n’ai aucun plaisir à programmer sur un quad core sevenisé.

                  Toujours rien de plus pratique qu’un bon vieux pc d’époque révolue pour avoir du plaisir à programmer.


                  • plancherDesVaches 20 janvier 2010 13:38

                    +1

                    En 16 bits, je pouvais te chatouiller le registre et faire des programmes auto-modifiables..

                    On a été pris en otage, mais il faut toujours se souvenir de notre maxime : « Geek vaincra »


                  • Marc Bruxman 20 janvier 2010 19:23


                    "Ceux là idolatrent des Jobs et autres Woz.

                    Mais avant cela nous étions ce que nous préférions appeler des nerds. Des fanas de la programmation, des pondeurs de pages de codes et rêvions de Hal de 2001 l’Odyssée de l’Espace et son intelligence artificielle et nos idoles étaient plutôt les Turing et Von Neumann.« 

                    Et en quoi les dieux devraient ils être unique ? Jobs et Woz n’existeraient pas sans le travail de Turing et Von Neumann. Mais on ne peut pas vivre que dans le passé. Et il est toujours possible de faire de l’IA en 2010. Plus que jamais même.

                     »Lorsque les premières souris sont arrivées, on se demandait bien à quoi pouvait servir cette chose.« 

                    En un mot vous êtes un geek non curieux ;) Parce que bon imaginez de la CAO sans souris ;) Cela ne serait pas très pratique non ? La souris a eu des tonnes d’applications utiles... Et des mauvais coté aussi bien sur. Celui que les gens ne savent plus utiliser la ligne de commande et y ont donc perdu.

                     »Je n’ai aucun plaisir à programmer sur un quad core sevenisé.
                    Toujours rien de plus pratique qu’un bon vieux pc d’époque révolue pour avoir du plaisir à programmer."

                    C’est quoi l’époque révolue ? Si vous parlez du dos j’ai peur ;) Vous pouvez toujours utilisez Linux si vous voulez un meilleur OS que seven.

                    Mais après quoi, vous êtes tristes de ne plus coder en Assembleur à la mano ? Vous pouvez blamer Intel et ses pipelines pour cette perte, mais d’un autre coté vous avez gagné de nouveaux langages sympa avec lesquels jouer. Par exemple Ruby. En informatique le progrès a toujours été porté par un plus grand degré d’abstraction et de meilleurs langages. J’ai du mal à comprendre cette nostalgie pour le vieux PC. Et pourtant j’ai fait aussi de l’assembleur x86 sur un vieux PC. C’était fun et j’ai maintenant des tas d’autres choses fun à faire.

                    Et même en multimédia vous pouvez bosser sur des problèmes marrants. Il suffit d’être curieux...


                  • Biaise Biaise 20 janvier 2010 20:57

                    Hum... Remarques pertinente...
                    L’auteure de l’article devrait donc se méfier : « en offenser un, c’est les offenser tous ! » ;)


                  • PtitLudo PtitLudo 20 janvier 2010 13:50

                    Le geek d’aujourd’hui n’a rien à voir avec celui d’il y a 20 ans. C’est maintenant avant tout une cible priviliégiée de la société de consommation à outrance, et donc un modèle en tant que tel, d’où leur soit disant « revanche » alors qu’en fait ils ne sont que des victimes.


                    • Ernester 20 janvier 2010 15:22

                      Tout à fait d’accord,
                      le geek : idiot utile du libéralisme à qui l’on fait croire qu’il a un quelconque pouvoir, alors qu’il ne fait qu’exécuter le sale boulot des wordcompanies. (et ne leurs causez pas de Turing, Church ou Post, ils vous toisent avec mépris...)

                      Quand est-ce donc que la nouvelle gauche comprendra que la rebelle attitude et l’iconoclasme superficiel hype et permanent (ambiance canal+ et consort) sont les conditions nécessaires du libéralisme ?
                      (cf. l’excellent bouquin de Michéa « La double pensée. Retour sur la question libérale »)


                    • plancherDesVaches 20 janvier 2010 15:30

                      Ernester : des geeks ont piraté pour la deuxième fois le réseau SWIFT d’échanges de données ultraconfidentiel des banques....

                      Et bouges pas : c’est que le début.


                    • Ernester 20 janvier 2010 16:02

                      Ok, je bouge pas :)

                      j’avoue qu’il est heureux que quelques-uns exercent un réel contre-pouvoir par une veille techno active, mais cela reste malheureusement une infime minorité...le gros du lot se contentant de faire clika béatement,
                       
                      wait en see...


                    • plancherDesVaches 20 janvier 2010 16:22

                      A se demander pourquoi tout le monde a peur des minorités...

                      Mais nous sommes comme ça. La mondialisation et la technologie nous ont fabriqué. Tant mieux.

                      Je lisai un truc sur les « clichés ».
                      Définition rapide du cliché : ce qui permet de coller une étiquette ou carte postale sur un être humain pour s’éviter de trop réfléchir, soit, se remettre en question.

                      Ceci n’est pas adressé à toi spécialement, mais tous les gros beaufs qui vont devoir réfléchir.


                    • Ernester 20 janvier 2010 16:49

                      >>Définition rapide du cliché : ce qui permet de coller une étiquette ou carte postale sur un être humain pour s’éviter de trop réfléchir, soit, se remettre en question.

                      Oui, j’approuve d’autant que j’ai subi moi-même ces étiquettes pourries, mais j’ai arrêté le bit professionnel, je suis maintenant dans un domaine qui me semble plus pertinent à notre émancipation : la photosynthèse...


                    • PtitLudo PtitLudo 20 janvier 2010 17:13

                      Plancherdesvaches, tu confonds geek et hackers. Les geeks d’aujourd’hui ne savent la plupart du temps à peine se servir de leurs beaux gadgets.


                    • Halman Halman 20 janvier 2010 17:13

                      Les geeks ne savent pas faire ça, ce devait être des hackers, nettement plus compétents techniquement.


                    • PtitLudo PtitLudo 20 janvier 2010 17:15

                      Quand je dis utiliser, je ne parle pas bien sûr d’aller chercher sur l’app store la super appli de la mort qui tue qui fait prout, mais rentrer dans le coeur du système, en trouver les failles, etc, ...


                    • plancherDesVaches 20 janvier 2010 18:13

                      ’core (duo) un qui clichette.


                    • Biaise Biaise 20 janvier 2010 21:02

                      Tous les geeks ne sont pas hackers et tous les hackers ne sont pas geek, mais les geek-hackers existent et deviennent hackers par passion typiquement geek.
                      J’au moi même été choquée qu’on m’appelle « geek » alors que je ne sais pas programmer et commence juste à apprendre à le faire. Tout ça parce que j’utilise Ubuntu et résout les problèmes qu’on mes amis avec leurs logiciels de bureautique.
                      Le geek est étrange ?... J’ai l’impression qu’aujourd’hui, par chez nous, être étrange, c’est être une personne qui a ds hobbies qui ne sont pas forcément à la mode. Être passioné. Aimer apprendre des choses par soi même. Chercher à comprendre ce qu’on utilise.
                      Pour moi, c’est le minimum qu’on puisse attendre d’un être humain intelligent, pour d’autres, c’est être « geek »
                      J’en déduis donc que le geek est l’échelon suivant dans l’évolution.


                    • saint_sebastien saint_sebastien 20 janvier 2010 14:44

                      et ceux qui font du tuning , vous les classez comme Beaufs ?

                      Arrêtons de mettre les gens dans des cases , l’informatique comme l’automobile a pris une place prépondérante dans la vie occidentale , ce n’est pas parce qu’on sait ce qu’il y a à l’interieur d’un PC qu’on est un geek ou un beauf ...
                      article de merde ...

                      • plancherDesVaches 20 janvier 2010 15:17

                        OMFG !

                        Là est toute la différence entre : utilisateur OU informaticien.

                        D’ici que tu vois un gars qui fait du tuning s’y connaître en mécanique, tweet-moi sur mon ipod.


                      • Cogno2 20 janvier 2010 15:44

                        -et ceux qui font du tuning , vous les classez comme Beaufs ?

                        Pourquoi, tu es adepte ? T’as une bagnole pourrave des années 80 avec un autocollant GTI ? Des sorties de pots en plastique ? Un aileron à rendre jaloux un 747 ?

                        Beauf me parait gentil comme terme... débile profond me semble plus adapté.

                        -Arrêtons de mettre les gens dans des cases

                        D’accord, mais faut reconnaitre que si on ne le fait pas, on ne parle jamais de rien. Envisager chaque cas, c’est la spécialité des maths, et l’humain n’est pas « mathématisable » (Hélas pour certains sociologues, économistes, ou autres grands penseurs comme on en trouve ici).

                        On est donc bien obligé de généraliser un peu, il faut juste connaitre les limites des génralisations.


                      • Pyrathome pyralene 20 janvier 2010 17:25

                        Tu ferais bien d’en faire autant , Fufu , smiley....arrêter les conneries de beauf !


                      • plancherDesVaches 20 janvier 2010 18:10

                        Ca s’appelle : le « dialogue » intergénérationnel.

                        Soit, la bataille des jeunes cons contre les vieux cons smiley


                      • Pyrathome pyralene 20 janvier 2010 17:24

                        C’est ça un geek ? ça baise en postant des insultes sur les articles de morice........ smiley


                        • rocla (haddock) rocla (haddock) 20 janvier 2010 18:45

                          J’ ai trouvé :

                          s’ pèce de tronche de geek.... smiley


                          • Marc Bruxman 20 janvier 2010 19:09

                            En tout cas si l’on devait exhumer une « tendence » des années 2000 cela serait bien celle la. Et c’est la tendence la plus lourde de la décénnie.

                            En 2000 vous étiez encore un original si vous étiez un peu geek sur les bords. En 2010 ce même geek est rentré dans la normalité. Et le reste de la société se « geek-ise » à grande vitesse.

                            En 2000 vous passiez pour un mec grave si vous surfiez sur le net grâce à votre téléphone portable. Si on émettait que cela serait possible, les gens vous demandaient à quoi cela pourrait il bien servir. En 2010 cet usage est dans les normes sociales (suffit de prendre le métro pour s’en convaincre).

                            En 2000 vous évitiez d’avouer votre profession d’informaticien en boite à une nana que vous croisiez pour la premiére fois de peur de voir vos chances réduites à néant. Ce n’est plus nécéssaire en 2010.

                            Le gros du facteur de réticences face aux nouvelles technologies a été vaincu durant cette décénie. La ou le commerce électronique a fait très peur pendant longtemps, Facebook s’est imposé en peu de temps.

                            C’est une tendence qui va être très lourde en conséquences car elle modifie les rapports entre notre société et sa technique. Cela diminue la capacité du politique a controler le sens de l’innovation, les pressurise à donner aux gens ce qu’ils veulent.

                            Les conséquences de tout cela vont devenir apparentes dans les années 2010, elles risquent d’être surprenantes. Oui notre monde change...


                            • Sébastien 20 janvier 2010 20:28

                              Si on entend autant parler de Geek, c’est qu’on les assimile à de gros consommateurs, c’est bien la mode d’en parler et de se revendiquer Geek, mais c’est surtout se faire mettre des carottes en achetant des daubes inutiles en faisant vivre grassement nos cher publicitaires et consorts.

                              Allez les moutons, consommez pour être à la mode, c’est beau la connerie.


                              • letuyauteur 20 janvier 2010 20:53

                                le plus dur dans tout ca c’est d’etre soi-meme .

                                Mais c’est vrai qu’aduler les geeks (moches et boutonneux) ca permet aux 99,999% de loosers que nous sommes d’entrevoir la lueur d’espoir d’un avenir meilleur ...flippant.

                                • Juju Dredd 20 janvier 2010 21:33

                                  Bill Gates, visionnaire ? smiley

                                  Deux citations de cet illustre personnage :

                                  « Internet ? C’est juste un truc pour ados boutonneux ! »

                                  « Ça ne sert à rien de faire un système d’exploitation multitâches puisque les gens ne peuvent pas faire deux choses à la fois ! »


                                  • Zord Zord 21 janvier 2010 00:15

                                    no-life de mon point de vue, c’est venu des MMORPG (comprendre jeux online massivement multijoueurs du style World of warcraft), bien souvent les plus puissants guerriers de ces jeux sont assimilés à des no-life du fait qu’ils passent la plupart de leur temps dans le jeu plutôt que dans la réalité.
                                    Quand à Otaku, c’est beaucoup plus les mangas et la culture japonaise que les jeux vidéos (enfin je chippote, généralement les deux vont de paire ^^)
                                    Sinon, étant passé par à peu prêt toutes ces phases avant de finir mes études, je suis globalement assez d’accord avec l’article =p


                                    • apopi apopi 21 janvier 2010 00:54

                                      Il est très bien cet article, il informe, tous les internautes ne sont pas forcément des fanatiques de nouvelles technologies. En 2010 internet est un média « populaire » dans le sens le plus positif du terme. Si demain « les bidochons » deviennent des geeks, des no-life ou dieu seul sait quoi, pourquoi pas ? Personnellement je trouve l’image du geek plutôt sympathique et bien en accord avec notre époque, maintenant les goûts et les couleurs...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires