• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > La vieille dame et les haricots

La vieille dame et les haricots

Fable sur un marché

La pluie sans doute …

 

3213072935_1_2_x5KZrFSV.gif

Sur un petit marché de province, en ce mois d'août 2014 qui entrera dans les annales des vendeurs de parapluies, une vieille dame distinguée avance dans les bourrasques. Il pleut des cordes, les chalands traînent leur peine, les vendeurs font grise mine, la recette sera, une fois encore, à l'image du temps.

La vieille dame pousse dignement son chariot. Elle se moque du mauvais temps, elle vient contre vent et giclées, faire ses provisions. Il y a une belle obstination dans son attitude. Je l'observe et envie sa détermination. Elle fend les flaques sans se soucier de se mouiller. Elle est seule au monde, toute à sa préoccupation du moment : remplir son chariot !

Même s'il n'y a pas grand monde sur ce marché, la dame trouve le moyen de chercher à doubler un client, tout aussi pressé qu'elle, de se retrouver au sec. Elle a l'art de placer son engin roulant devant celui qui se contente d'un panier. Elle passe ainsi d'une courte roulette devant celui qui était arrivé avant elle. Il faut être magnanime parfois ; l'âge justifie quelques écarts à la bienséance.

La dame a le ton inversement proportionnel au temps qu'il fait. Elle s'adresse le plus sèchement du monde au vendeur, transi et quelque peu énervé par la tournure que prend sa matinée. Elle se moque des états d'âme de ce comparse. Elle veut des haricots verts, des bien fins et très frais, ça va de soi ! Jusqu'à présent, mises à part ses manières peu amènes, elle tient bien son rôle de cliente exigeante.

Les choses ne vont pas tarder à se gâter. La vieille dame, si digne, demande le prix des haricots. Il lui suffirait de lire l'ardoise destinée à l'édification de la clientèle mais ce n'est pas exactement sa seule intention. Le vendeur, patiemment et sans lui en faire la remarque, répond à sa requête : « Cinq euros le kilo, madame ! ». La qualité est toujours au rendez-vous chez ce producteur local, respectueux de l'environnement.

La vieille dame, un peu moins digne, s'étonne d'un tel prix, qu'elle n'hésite pas, bien à l'abri derrière son chariot, à qualifier d'exorbitant. Nous y voilà : doubler le quidam tout aussi trempé qu'elle ne lui suffit pas, elle désire imposer une douche froide à ce charmant commerçant. Le vendeur se contente d'un signe d'épaule, la dame, non.

Elle reprend de plus belle : « J'ai une amie qui en a eu pour 1 euro 50. Comment expliquez-vous une telle différence ? ». Le vendeur en appelle à l'arbitrage de son patron : le responsable de l'exploitation maraîchère. L'orage gronde ; il faut mettre un terme à l'esclandre. Il arrive, bienveillant, pour expliquer à notre ronchonneuse, que ses haricots ont été cueillis hier soir, qu'ils sont parfaitement frais et à un prix qui lui permet tout juste de vivre.

La dame, accrochée à sa posture indignée, s'étonne d'une telle marge entre les haricots vendus sur le marché à 5 euros et ceux que l'on peut cueillir dans la propriété-même pour 1 euro 50. Nous y voilà : la cliente bien informée, avait eu vent des tarifs à la cueillette. Elle voulait certainement bénéficier d'un tel service sans avoir à se pencher ...

Conséquence du mauvais temps sans doute, de l'irritation peut-être : notre marchand prend la mouche et répond sur un ton sans appel : « Madame, il me faut payer mes employés ! » Il semble que la dame au chariot, retraitée de son état, ne soit pas sensible à la nécessité de faire vivre convenablement les masses laborieuses ; elle réfute cet argument.

Le ton monte et je ne manque pas de me mêler à l'algarade. Manifestement cette vieille dame indigne se moque des paramètres auxquels est confronté le marchand. Elle veut le meilleur prix sans se soucier des conditions liées à cet avantage. En ce sens, elle est parfaitement de son époque. Aucune éthique dans l'étiquette, aucune empathie non plus, le « chacun pour sa gueule » est la règle de cette société.

Impossible pour moi de ne pas intervenir alors ! Il est surprenant, lui fais-je remarquer, de la part d'une retraitée, dame de cette génération bénéficiant encore d'un avantage que ne connaîtront jamais celles à venir, de remettre en cause le droit du travail et le juste paiement du labeur. La dame s'est drapée dans sa respectabilité outragée. Elle a payé les haricots et s'en est allée, le buste droit et la tête haute. Plus tard, elle dira, sans doute, à quelques connaissances de son acabit, qu'elle a été agressée verbalement sur le marché.

La question mérite en effet un examen sérieux. Qui est l'agresseur ? Celui qui renvoie la réalité du moment, l'égoïsme érigé en institution ou bien ceux qui, chaque jour, nient la réalité, les difficultés et la nécessité de repenser une société plus juste ? Le mauvais temps a peut-être semé le trouble dans cette scène ordinaire ; les uns et les autres ont un peu perdu le sens de la mesure et des convenances.

La vieille dame s'en est allée. Je souhaite qu'elle n'oublie jamais que le travail se paie, y compris quand on a la chance de ne plus avoir besoin de travailler. Combien de retraités sont désormais dans l'obligation de chercher de petits emplois pour améliorer une pension indigne ? Ceux-là, pourtant, ne songeraient pas à remettre en cause le prix de ces beaux haricots verts si frais : ils n'ont tout simplement pas les moyens de se les offrir.

Ainsi va notre petit monde hexagonal. Les uns sont à l'abri du besoin et perdent la valeur des choses, d'autres s'en trouvent exclus et le plus grand nombre se fiche de tout ça. Ce petit instantané n'est sans doute pas révélateur d'un pays en déroute. Il le fut pour moi et tant pis si je me fourvoie !

Instantanément sien.

JPEG

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 14 août 2014 10:16

    Bonjour Nabum,

    Avez vous noté le jour et l’heure car, il sera dommage de recroiser Ma Dalton par beau temps un jour de marché. Mémé est sans doute aigrie par toute cette jeunesse désœuvrée qui traîne dans le quartier à fumer du shit plutôt que de trouver un honnête travail comme, par exemple, cueilleur de haricots.

    Gériatriquement votre.


    • C'est Nabum C’est Nabum 14 août 2014 12:33

      Gabriel


      Mémé fournit la jeunesse du qurtier et même la prison voisine
      Elle est de mauvaise humeur car la maison d’arrêt va déménager en la privant d’une partie de ses revenus

    • caillou40 caillou40 14 août 2014 10:31

      Bonjour Nabum...le dernier prix en francs (avant l’euro) d’un Kg était de 3,15 francs.. ?
      Drôle d’inflation... !


      • caillou40 caillou40 14 août 2014 10:32

        Dans le fond elle avait toute les raisons du monde de faire la gueule..non..Non.. ?


      • claude-michel claude-michel 14 août 2014 12:22

        Les français sont vraiment des veaux (De Gaulle)...payer 5 euros 1 k de haricots.. ?


      • C'est Nabum C’est Nabum 14 août 2014 12:34

        caillou40


        De celà il est interdit de se plaindre

        De bien plus savants que nous prétendent que nous nous trompons quand nous prétendons avoir été grossièrement trompés. 
        Ils savent mieux que nous sans doute

      • foufouille foufouille 14 août 2014 12:08

        pour 1.5€/kg, elle aurait du se déplacer et faire la cueillette. pour moins cher, elle fait son jardin.


        • claude-michel claude-michel 14 août 2014 12:21

          Par foufouille...Ou alors elle vote pour un retour aux francs.. ?


        • C'est Nabum C’est Nabum 14 août 2014 12:36

          foufouille


          Encore eut-il fallut que le transport fut gratuit

          La dame a l’habitude que le Consiel Général soit particulièrement généreux avec cette catégorie sociale

        • C'est Nabum C’est Nabum 14 août 2014 12:40

          Claude-Michel


          Elle espère le retour du Grand Charles et je ne peux ui donner tort

        • cedricx cedricx 14 août 2014 15:17

          Oui je connais ce genre de vieilles dames exigeantes, tout à fait à l’aise financièrement, qui exigent de leur boucher des tranches de jambon toujours plus fines, qui s’offusquent lorsqu’il leur est rétorqué : « Mais enfin madame, il faudrait quand même qu’on puisse la voir ! »


          • C'est Nabum C’est Nabum 14 août 2014 21:14

            cedricx


            Il faut avouer que parfois il y a des clients qui disposent de très peu de ressources. Ce n’était pas le cas de cette dame pingre et méchante

          • rmusic rmusic 14 août 2014 18:54

            Pourquoi un tel ergotage pour simplement dire ce qu’a déjà dit le grand penseur Jacques Attali « Est-il utile de laisser vivre des gens dont l’âge les rend improductifs »


            • C'est Nabum C’est Nabum 14 août 2014 21:15

               rmusic


              Si c’est ce que vous pensez, il faudrait mieux passer votre chemin.
              Je me pique de ne pas penser comme monsieur Atali

            • rmusic rmusic 14 août 2014 22:13

              Je déteste M.Attali et tous les mots qui sortent de sa bouche.

              C’était du deuxième degré.


            • C'est Nabum C’est Nabum 15 août 2014 07:35

              rmusic


              Certes car comme le dit le bon Jacques : Même les harocits sans fils ....

            • C'est Nabum C’est Nabum 14 août 2014 21:41

              sampiero


              C’est pas de la tarte un tel comportement 

              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 15 août 2014 09:51

                Bonjour Nabum .
                Vous êtes tombé sur un cas ...
                Sinon ,plusieurs fois à des gens qui se plaignaient que des anciens venaient lors des coups de bourre à la poste ou ailleurs , alors qu’ils avaient tout le temps le reste de la journée ,je leur ai rétorqué qu’ils venaient lorsqu’ il y avait du monde ...pour voir du monde, et sortir un peu de leur solitude .
                Vidéo comique :http://dai.ly/x9prh6.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires