• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Le cadeau royal

Louis XI, dernier roi d’Orléans.

Nous sommes en 1479, Louis séjourne dans sa belle résisdence qu’il s’est fait bâtir à côté du cloître Saint Aignan, une humble demeure de pierres et de briques, non pas un château mais une gentilhommière qui marque son désir de vivre chichement. Ses sujets apprécient le monarque même s’ils savent combien il est redoutable à ses opposants. Les geôles du château de Meung-sur-Loire sont souvent le théâtre de pratiques inhumaines qu’il fait subir à ses ennemis. C’est ainsi que l'on conquiert le cœur des braves gens, en maniant le fouet et la carotte. Il y avait bien réussi en orléanais.

Gaston, un trappeur des bords de Loire, vient de prendre dans ses pièges un castor gigantesque, magnifique bête à la robe impeccable et qui plus est, blanche comme neige. La bête est albinos, c'est là la raison de cette merveille. Il sait le Roi amateur de toque en peau de castor, il lui vient en tête de faire un cadeau royal qui lui vaudra sans doute belle récompense. L’homme confie la peau à un chapelier réputé de Sully-sur-Loire afin qu’il en fasset une toque digne de son destinataire.

Peu de temps après, muni de son présent, Gaston décide de descendre la Loire pour se rendre dans la demeure du souverain. Il ne doute pas de l’accueil qui lui sera fait. Son cadeau est magnifique, il devine aisément la satisfaction d’un souverain qui, à 56 ans, est déjà usé par l’existence et les obstacles qu’il a traversés durant son règne. Il y a six ans déjà, il a fait une première apoplexie qui l’a considérablement amoindri.

Gaston ne sait pas tout ça, pour lui le roi est indestructible, lui qui a chassé les anglais du royaume. Il vénère son roi en dépit de ce que les vilaines langues peuvent dire de ses pratiques de gouvernement. Il n’en a cure, en bon sujet, il compte bien lui faire hommage par ce cadeau royal. Il embarque sur une sapine qui descend le courant, chargée de nombreuses marchandises.

Sa première contrariété arrive bien vite. Saint Benoît l’attend et son péage auquel personne ne peut se soustraire, il faut bien entretenir les bons moines de l’abbaye. Le péager arrive, examine les marchandises, consulte l’ardoise qui précise ce qui sera taxé. C’est au tour de Gaston de répondre de sa destination et de ce qu’il transporte. Le brave homme dit la vérité, pensant ne rien devoir puisqu’il agit pour le roi.

L’homme voyant là une belle occasion de s’enrichir lui réclame pour prix de son passage un quart de la récompense qu’il ne manquera pas de recevoir du souverain. Gaston a beau protester, se plaindre, il est contraint de signer papier attestant du marchandage. Il peut ainsi repartir délesté d’une partie de ce qu’il n’a pas encore.

Bien vite ensuite arrive le péage de Laiz et Bich, cette ville qui aujourd’hui se nomme Châteauneuf-sur-Loire. Là encore, il ne peut se dérober à l’appétit du questeur. Celui-ci voyant l’avantage qu’il peut tirer de ce curieux cadeau réclame comme le péager de Saint Benoît un quart de la future récompense. Un acte écrit est établi avant que de permettre à Gaston de poursuivre son chemin.

Il continue son trajet. Le péage de Jargeau ne tarde pas à se présenter à eux. Nouvel arrêt, nouveaux contrôles, nouvel interrogatoire. C’est à croire que les péagers se sont donné le mot. Une fois encore, il subit des menaces, doit se plier à la loi du plus fort et se voit délesté d’un nouveau quart de ce qu’il n’est même pas certain de recevoir.

Décidément, se rendre en Orléans par la voie d’eau n’est pas la meilleure idée qui soit. Mais il est trop tard pour faire machine arrière, le courant pousse fort et il compte bien arriver pour l’audience publique du jour. D’ailleurs il aperçoit les murailles de la cité. Il sera bientôt reçu par sa majesté Louis le onzième, il en est convaincu.

Las ! il faut encore passer devant le péage de la Motte Sanguin. Cette fois, il n’y a pas moyen de l’éviter. Il doit s’arrêter quai du Châtelet pour se rendre à la demeure royale. Il subit comme aux trois autres endroits, la convoitise des puissants. Il signe une nouvelle reconnaissance de dette. De quart en quart, il ne reste plus rien de ses espoirs de fortune. Qu’importe l’argent, il va voir Louis XI et s’offrir au moins le bonheur de lui faire offrande digne de sa gloire.

Gaston explique devant la belle demeure toute neuve, l’objet de sa demande d’entrevue. Les gardes savent à quel point le Roi porte une attention toute particulière à ce genre de parure. Ils font rentrer le trappeur qui a l’honneur d’être reçu sans tarder par le roi en personne. Quand il lui remet son présent, Louis de s’exclamer, d’admirer la toque et de s’en couvrir dans l’instant. Jamais il n’en a eu une plus belle !

Gaston est heureux d’avoir vu juste. Il se prosterne devant son roi, le sourire aux lèvres. Le monarque veut le récompenser, il lui propose de lui verser cent deniers tournois, de quoi vivre bien le reste de ses jours. Gaston refuse tout net et devant le roi stupéfait réclame pour paiement de son cadeau cent coups de fouet. Louis dans un premier temps explose d’une colère folle. Comment peut-il ainsi de moquer de lui et défier sa puissance ?

Gaston de s’agenouiller devant lui et de lui demander d’avoir le droit de s’expliquer. Louis, touché par son attitude et toujours couvert de ce précieux présent accepte de se calmer et de l’écouter. Gaston lui fait part des rançons qu’on a exigées de lui. Le suzerain d’appeler ses hommes d’armes avec mission d’aller quérir sur le champ les quatre péagers si peu scrupuleux des lois.

Gaston est l’invité d’honneur du Roi en cette soirée. Les gredins vont être punis comme ils le méritent le lendemain et en attendant, il partage la table et la demeure du roi. Il n’avait pas imaginé plus belle récompense. Le lendemain, les contrats obtenus par la menace sont exécutés scrupuleusement. Les cupides personnages, le dos rougi par leur part de récompense n’en sont pas au bout de leur peine. Enchaînés, ils finiront leurs jours dans les oubliettes de Meung-sur-Loire.

Gaston rentre à Sully-sur-Loire, à Saint Germain exactement, là où il vit dans une petite maison de pêcheur sur le quai des mariniers. Il a des souvenirs plein la tête mais pas seulement. Il a été nommé trappeur royal par sa majesté en personne et doté d’une somme de cent deniers tournois déposée dans une bourse pleine qu’il a mission de remettre à son épouse. Ainsi, le contrat signé par les quatre lascars est caduc.

Pour une fois, la morale fut sauve. La raison du plus fort n’avait pas eu gain de cause. Si c’est Louis XI qui portait la toque blanche de Castor, quatre gredins portèrent le chapeau et Gaston sortit la tête haute de l’aventure. Il n’en était pas toujours ainsi en cette époque lointaine. Gaston pouvait s’estimer heureux que l’aventure tournât à son avantage.

Rackettement leur.

http://www.loiret.fr/louis-xi-le-dernier-roi-orleanais-histoire-et-tradition—1498.htm

Documents joints à cet article

Le cadeau royal

Moyenne des avis sur cet article :  3.9/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 décembre 11:27

    CHAPELLERIE. Feutre à poils longs et souples. Le grand chapeau est en mélusine ivoire (Jardin des Modes, févr. 1951, p. 20).Si la toque (...) révèle son fond de mélusine (...) par contre le chapeau du soir est surtout une coiffure dont on aperçoit peu le fond (Le Figaro,27 déc. 1951, p. 8, col.5). Prononc. : [melyzin]. Étymol. Mon grand oncle (ou peut-être grand-père maternel) chapelier à la Cour de Suède avait toujours sur « Louis » une reproduction (...) du fameux tableau peint par Clouet de Charles IX. https://www.google.be/search?q=Clouet+Fran%C3%A7ois+1er&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwithpWulPXXAhURJewKHQvvAwMQ_AUICigB&biw=1280&bih=675#imgrc=7I9FIgpz8HBSrM : Il était extravagant, avait des allures à la Sacha Guitry et un peu Jules berry (Les visiteurs du Soir). Il paraît qu’à l’époque, il y avait beaucoup de mercure dans les chapeaux (chapelier fou d’Alice au pays des merveilles). Bon ! il était du signe des gémeaux comme d’Ormesson. Les loutres passent outre,....http://boitedependore.com/horoscope/loutre.htm.


    • juluch juluch 6 décembre 11:57

      Bien rigolé !!


      La pratique des péages existe toujours me semble t’il non ??

      A quant Vinci dans des geôles ??

      merci nabum !

      • C'est Nabum C’est Nabum 6 décembre 17:45

        @juluch

        Je veux bien tenir le bâton


      • ysengrin ysengrin 6 décembre 11:59

        salut l’orléaniste,


        quelle belle histoire 
        j’aimerais bien aussi de temps en temps 
         avoir ainsi la peau de mon percepteur 


        • C'est Nabum C’est Nabum 6 décembre 17:46

          @ysengrin

          Comment vous n’avez pas de Paradis fiscal ?


        • ysengrin ysengrin 6 décembre 17:47

          @C’est Nabum

          un jour peut être...

          pour l’instant c’est le purgatoire...

        • C'est Nabum C’est Nabum 6 décembre 18:05

          @ysengrin

          Avec surtaxe


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 décembre 13:46

          Adam Fumée fut son médecin. L’ancien Premier ministre François Fillon est sa descendance par l’un de ses arrière-grands-pères maternels9.


          • C'est Nabum C’est Nabum 6 décembre 17:46

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            La moquette ?


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 décembre 13:56

            Le nom « Capétiens » ne fut jamais officiel. L’usage de désigner une dynastie par le nom de son premier auteur est une commodité d’historiens, ce qui a créé le terme courant[réf. nécessaire]. On nomme aussi la famille des ancêtres agnatiques d’Hugues Capet les Robertiens, d’après le prénom du bisaïeul de ce dernier, Robert le Fort, marquis de Neustrie mort en 866


            • Robert Lavigue Robert Lavigue 6 décembre 15:33

              Doté de ’cent deniers tournois, de quoi vivre le restant de ses jours’ ?

              Soit à peine 15 jours du salaire d’un journalier ! Dans les fadaises mitoyennes, on vit avec bien peu ou l’on meurt bien vite...

              Comme les billets du Melon de la Loire sont produits à la chaine pour une clientèle crédule, de telles idioties ne portent pas à conséquence...
              Business as usual !


              • C'est Nabum C’est Nabum 6 décembre 17:47

                @Robert Lavigue

                Heureusement vous êtes là pour mettre les pieds dans le réel


              • Robert Lavigue Robert Lavigue 6 décembre 18:02

                @C’est Nabum

                J’ai eu un maître qui nous a appris qu’à la fin de l’Ancien Régime, le denier était devenu une piécette de faible de valeur. Un vieux souvenir. C’est ce qui m’a mis la puce à l’oreille.
                Vous ne pouvez pas imaginer le supplice quand il nous faisait convertir des livres en sous, puis en deniers.

                Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir un pédagogo comme vous comme enseignant. Avec vous, tout est si simplement simple...
                Un effet d’estrade, la nécessité de faire des phrases pour enfumer le gogo (vous auriez tout aussi bien pu écrire ’cent pièces d’or ou d’argent’), un p’tit coup de pleurniche, la complicité du Grand Pimp et le tout est joué.

                Business as usual.


              • Bernie 2 Bernie 2 6 décembre 23:39

                @Robert Lavigue

                Un peu de respect pour notre futur premier contributeur, que diable !

                C’est un catalyseur pour notre héroïnomane belge, qui a arrêté de se répandre sous tous les fils pour se concentrer ici.

                Nabum, une sorte de fosse septique, je reste sceptique mais je valide. Pour une fois qu’il sert à quelque chose.


              • C'est Nabum C’est Nabum 7 décembre 07:11

                @Bernie 2

                Nul besoin de respect je me nourris de certains mépris


              • bob de lyon 6 décembre 18:05

                La Prudente ou l’Universelle Aragne était une redoutable intelligence parfois magnanime. N’a-t-il pas éloigné Villon du gibet ?


                • C'est Nabum C’est Nabum 6 décembre 18:12

                  @bob de lyon

                  Il a du y revenir plus tard

                  On a perdu sa trace


                • bob de lyon 7 décembre 10:40

                  Bien entendu…

                  N’y aurait-il pas là une possible écriture de Nouvelle…

                  Le François courant les routes et les chemins, accompagné d’un reste de Coquillards faméliques, pourchassés par des séides - arbalétriers ou surineurs
                  - mandatés par le Roi Louis qui n’a jamais rien oublié…


                  • C'est Nabum C’est Nabum 7 décembre 10:59

                    @bob de lyon

                    Je me contete de ce conte



                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 décembre 17:16

                      OSIRIS EST UN DIEU NOIR (c’est NOIR).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires