• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Le flux et le reflux

Le flux et le reflux

Au creux de la vague

Les affres d'une destinée.

Et si nos vies n'étaient faites que de ce mouvement permanent de flux et de reflux ? J'en viens à le croire tout en me laissant aller à ce puissant mouvement de ressac qui vient se briser parfois contre les rochers de la réalité. Je ne suis qu'un être soumis aux influences lunaires, à la force magnétique et aux pulsions secrètes. Mon libre arbitre serait donc une illusion, une invention des sages pour nous montrer une voie que jamais je ne pourrai atteindre.

Déjà notre conception relève de ce mouvement de va-et-vient, profond, vibratoire, incandescent parfois, qui illumine notre destinée tout en réduisant à néant, l'éventualité de millions d'autres nous-mêmes. Nous sommes le fruit du hasard et certainement pas de la nécessité ; nous entrons dans la grande famille des êtres vivants sous le signe de l'improbable et du miraculeux.

Pour découvrir ce monde, nous serons portés ensuite par d'autres vagues, des contractions elles aussi, flux et reflux d'un corps qui veut mettre à bas cette vie en suspens. Nous sortons vainqueurs de ce combat dantesque en un cri magnifique qui déchire nos entrailles. Le flux d'air qui nous parvient alors sera le signal du reflux du lien intime qui nous unissait à notre matrice.

Les années se succéderont ; nous aurons encore à subir ces vagues incessantes qui viennent se fracasser contre l'équilibre fragile de notre vie. Encore heureux que nos générations aient échappé massivement aux maladies infantiles, à cette hécatombe terrifiante qui était le lot des enfants dans les temps reculés. Mais il y a toujours, tapis sur le chemin, les drames et les injustices de la génétique pour faire de nos parcours, une loterie incertaine.

Le flux et le reflux, mouvement qui demeure notre guide et notre compagnon. Nos émotions ne seront construites qu'autour de ces vagues contradictoires, de ces sentiments diffus ou fantastiques qui nous porteront à nous émouvoir, à aimer, à détester, à croire ou à combattre sans trêve ni repos. Tout sera prétexte à émotion, à passion, à colère ou à fascination, rejet ou bien encore rupture.

Ballottés comme des fétus de paille, nous allons d'une rive à l'autre des sentiments sans raison ni certitude. Nous sommes des êtres en fusion, en confusion, en éruption ? Notre corps est un volcan incandescent duquel ne cessent de couler de la lave et des braises. Nous nous brûlons, nous nous consumons, nous prenons feu, nous tombons en cendres sans qu'il n'y ait de logique ni de chronologie dans ces phases anarchiques.

Il se peut qu'un reflux brise dans l'instant un flux que vous pensiez extraordinaire. Il vous avait enflammé, vous aviez cru en sa permanence, vous pensiez avoir trouvé l'extase et l'instant d'après, le rideau tombe, les illusions se dispersent. Un détail ou bien des remords, une incompréhension ou bien un rêve impossible vous sautent au cœur. Vous perdez pied et retombez dans le creux de la vague.

Vous êtes l'objet d'un vaste magnétisme. Qu'il soit terrestre, lunaire, solaire ou bien inscrit dans les astres, vous vous pensiez sujet et vous n'êtes que le témoin passif des forces qui vous gouvernent. Vous allez au gré de celles-ci, vous vous accrochez à quelques certitudes comme à un radeau de survie. Vous êtes parfois jeté par-dessus bord quand le choix d'un autre vient vous sortir de sa vie. Rien, jamais rien, n'est acquis dans ce mouvement tellurique de nos vies.

Le flux et le reflux vous portent encore jusqu'au reflux final : ce dernier souffle qui vous emportera dans le vide initial. Certains se pensent maillon d'une longue chaîne qui ne s'interrompt jamais ; ils se voient en une continuité au-delà des vies passées et à venir. Leur flux et leur reflux s'inscrivent dans l'histoire de l'humanité. Je crains quant à moi que mon dernier reflux ne me fasse le don de l'absence définitive.

Alors en attendant, je vais au gré des courants et des pulsions ; je perds pied, je me relève, je sombre ou je refais surface sans cesse. La vie est ainsi faite et malheureusement, elle s'accompagne de souffrances qu'on impose, de brisures qui exposent, de désastres qui indisposent, de compromis qui composent. Jamais les fluctuations de l'existence ne se mettent en pause jusqu'à son issue fatale !

Fluctuement vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Le p’tit Charles 20 novembre 2014 15:47
    Le flux et le reflux...A ce régime là on avance pas on fait du sur place.. ?

    • C'est Nabum C’est Nabum 20 novembre 2014 16:36

      Le p’tit Charles


      Pourquoi voulez-vous avancer ?

      Moi, en tout cas, je ne fais aucun régime

    • Le p’tit Charles 21 novembre 2014 10:13

      moi si....« sans selle »... !


    • C'est Nabum C’est Nabum 21 novembre 2014 11:28

      Le p’tit Charles


      Pour mettre un peu de piquant à l‘avis !

    • Le p’tit Charles 21 novembre 2014 13:17

      Vous savez...l’avis est un long fleuve tranquille.. !


    • C'est Nabum C’est Nabum 21 novembre 2014 15:31

      Le p’tit Charles


      Je ne connais que la Loire ! 

    • Jean 21 novembre 2014 19:36

      Ca devient théâtral, manque plus qu’ un neuf Rhône pour que Saône la mise en Seine de par Loire etc. ça dé... rive et ça vole gars !


    • C'est Nabum C’est Nabum 22 novembre 2014 08:20

      Jean 


      Nous allons monter sur Seine 
      Que le spectacle commence

    • Neymare Neymare 21 novembre 2014 11:31

      "vous vous pensiez sujet et vous n’êtes que le témoin passif des forces qui vous gouvernent. Vous allez au gré de celles-ci, vous vous accrochez à quelques certitudes comme à un radeau de survie"
      Vous avez mis le doigt sur un point essentiel : vous n’etes que le témoin de ce monde (et de vous meme puisque vous faites parti du monde). Si vous n’etes que témoin pourquoi vouloir vous accrocher (à des certitudes ou à quoi que ce soit) ? Restez dans la position du témoin, de l’observateur, ne soyez pas impliqué, comme si vous regardiez une fiction. Il n’y aura alors plus de flux ni de reflux, juste une présence.


      • C'est Nabum C’est Nabum 21 novembre 2014 11:35

        Neymare


        Me serai-je donc fourvoyé ?
        Je ne suis qu’un témoin et non un acteur.

        Bonne journée

      • Neymare Neymare 21 novembre 2014 13:54

        Bonjour C’est Nabum
        C’est là tout l’interet de la recherche : le témoin et l’acteur sont ils un ou sont ils différents ?
        Quand vous regardez un bon film, vous pouvez vous sentir tellement emporté par l’action que vous ressentez les sentiments des personnages, plus rien n’existe alors en dehors du film. Pourtant vous n’y pretez que 2 de vos sens. Mais la conscience possède la propriété de se mettre à la place de ce qu’elle observe.
        Imaginez maintenant que toute votre conscience est dans le film : vous ressentez tout ce que ressent le héros, les 5 sens, mais en plus la pensée, la mémoire et les émotions. Vous croirez alors que vous etes le héros du film, plus rien ne vous différenciera de lui


      • C'est Nabum C’est Nabum 21 novembre 2014 15:32

        Neymare 


        Héros moi ? Certes pas

        héraut je veux bien...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires