• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Le terrain du Presbytère

Le terrain du Presbytère

JPEG

L’aventure sous le regard de Dieu

Juste derrière le Presbytère et l’église Saint Ythier, il était un endroit où nous aimions nous retrouver, un espace qui nous semblait alors un vaste terrain d’aventure alors qu’il n’avait la taille que de deux terrains de basket. Pourtant, il y avait là un charme tout particulier, une configuration inhabituelle dans notre Val avec ce mur de pierres, ces petits reliefs, ces arbres qui laissaient à croire que nous étions en un ailleurs, loin des adultes.

Tout avait commencé pour moi avec l’homme qui tenait le Familistère. À mes yeux de gamin de 6 ou 7 ans, c’était un géant débonnaire qui nous initiait au basket sur un terrain en terre battue. Le ballon était immense pour nos petites mains et les paniers, qui n’ont pas changé depuis cette époque si lointaine, semblaient inaccessibles.

C’est sans doute l’impossibilité matérielle de marquer un panier qui me fit quitter ce sport pour aller découvrir le football sur le terrain des Épinettes. Souvent nous allions chercher le ballon dans le fossé. C’était un terrain bosselé, sans limites précises. L’essentiel était ailleurs, nous savions que la ville allait s’équiper d’un beau et grand complexe sportif que nous attendions tous.

Le terrain du Presbytère, nous le retrouvions à la moindre occasion pour des parties acharnées de foot avec un des sacs d’école pour délimiter le but de l’autre côté du poteau de basket. Nous quittions l’école pour nous retrouver là, entre garçons. Les filles jouaient sans doute ailleurs, c’était encore l’époque d’un développement séparé.

L’église elle aussi favorisait cette distinction. Nous étions nombreux à aller au catéchisme mais c’était uniquement entre garçons. Le terrain nous attendait après des leçons de morale que nous écoutions d’une oreille distraite. Pourtant l’abbé avait toute notre sympathie et devint bien vite un adulte référence avec lequel certains d’entre nous allaient vivre de nombreuses aventures.

Puis vint le temps du collège, de la mixité et des retraites qui précédaient les grands moments de la vie des catéchèses. Pour la première communion, la confirmation et la communion solennelle, nous quittions l’école pour une retraite spirituelle qui nous menait vers notre terrain préféré. Garçons et filles enfin réunis, nous rédigions de belles promesses vis à vis du ciel que nous oubliions bien vite quand nous nous égayions joyeusement sur cet espace magnifique.

Il y en a eu des parties de chats perchés, des jeux du gendarme et des voleurs, des sessions de croquet et d’autres jeux qui se terminaient par des pique-niques ou des goûters et toujours des fous rires. Nous nous découvrions, nous nous sentions bien après des années de vie séparée. Les filles devinrent nos amies. Avec certaines, se constitua alors une complicité qui semblait alors éternelle.

Le terrain du Presbytère était encore notre piste de cyclo-cross. Quand je l’ai retrouvé pour écrire ce texte, j’ai demandé au curé actuel s’il acceptait de m’ouvrir la porte pour y prendre quelques photographies, j’avais bien du mal à croire que ce fût là que nous nous prenions tous pour des cascadeurs, affrontant une redoutable pente, nous envolant sur une bosse qui était la préfiguration des futures pistes de bi-cross. L’enfance se construit des rêves qui se moquent souvent de la réalité.

La fréquentation du Presbytère pour une petite bande ne s’arrêta pas à la grande communion. L’abbé Philippe était notre ami au point d’ailleurs qu’il finit par abandonner la prêtrise pour se marier avec l’une de nos amies. En ce temps-là, naissait sans doute leur passion sans que nous en percevions les prémisses ! C’était pour nous l’aventure d’un roman photo, de longues conversations philosophiques qui resteront à jamais dans nos mémoires.

Les années lycées n’eurent pas immédiatement leur effet délétère. Notre amitié résista à nos destinations respectives jusqu’à ce que les premiers émois amoureux et les déménagements séparent le groupe pour toujours. L’enfance s’achevait, le terrain du presbytère n’était plus notre point de ralliement. Nous étions nombreux à quitter pour toujours Sully.

Puis les années passèrent, la mémoire semblait s’effacer ! Longtemps après, mes écrits sur mon village d’en-France firent écho, je retrouvai quelques amies de l’époque. Le temps semblait s’être aboli. Nous nous sentions en communion, porteurs de valeurs communes qui s’étaient façonnées en quelques lieux symboliques de notre enfance. Le terrain du Presbytère était de ceux-là.

Je ne peux vous décrire le bonheur que j’ai de retrouver ces camarades, le sentiment incroyable quarante ans plus tard de les revoir sans que rien n’ait changé. Nous étions encore en complicité, en connivence, en accord parfait. Nous avions grandi dans un univers préservé qui nous a façonnés pour toujours.

Spirituellement vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Je profite de l’article de Nabum pour mettre les personnes en garde. Les SPAMS existent aussi sur les réseaux téléphoniques. Je viens de recevoir un coup de téléphone d’une personne avec une voix asiatique qui désirait me rembourser pour tous les coups de téléphone et harcèlement de firmes diverses. Le but étant certainement d’obtenir mon numéro de compte. 

    Autrement, j’ai déjà répondu ailleurs sur l’article de Nabum. J’y développais l’idée que la mixité n’a pas rapproché plus les hommes des femmes. Bien au contraire. 


    • ZXSpect ZXSpect 19 janvier 16:54

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Démarchage téléphonique abusif, spam vocal ou par SMS : que faire ?


      https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F33267

      Le site officiel de l’administration française


    • @ZXSpect

      Je suis sur la liste contre le démarchage téléphonique. Mais je ne comprends l’action de la personne puisque je détiens ses coordonnées que (si j’ai envieà d’aller à la police. Mais revenons à l’article de Nabum
      les filles et les garçons ne sont jamais jamais si proches séparés. Ma dernière année dans un lycée de filles, la mixité (on parle actuellement de diversité) se préparant, se bousculant aux portes. Il me fut raconté bien plus tard que le premier garçon entré dans l’Athénée Royal A.T. s’est enfuit devant toutes ces jeunes. J’ai partie au bon moment. Finit les rêveries couchée sur mon cahier en regardant passer les garçons par les fenêtres. La Saint-Verhaegen (en Belgique), en octobre. Les gars de sauter la barrière comme la prise d’une forteresse pour foutre la pagaille enfarinée dans les classes. Chacune de se préparer au passage, des universitaires. Les prof de se cacher derrière le tableau. Les étudiants d’entrer dans les classes et faire leur choix en lançant une fleur à leur élue. Je ne sais si les français ont eu les mêmes traditions, mais j’en conserve de merveilleux souvenirs. Oui, je l’avoue, la mixité ne m’intéressait que par interlude. O, nous enlevait cette part de rêve. L’homme, cet inconnu (,.....pas celui d’Alexis Carell mais celui du Jardin de ton corps). Nous découvrir aux moment voulu, décidés mais pas imposés. Ces interdit qui nous apprenait la sexualité sans détour par n’importe quel manuel médical (verge, pénis, phallus : KESAKO, même pas de dessin dans le Larousse). Tant mieux, l’imaginaire s’épanouissaient dans le champ magnétique des questions. Les liens se faisaient, solide comme la corde du marin. Il fallait quitter l’incertain pour le sol assuré. A son rythme. Merci mes parents de muse au monde à la belle époque. Le Pays De Ton Corps - Catherine Le Forestier lyrics. Mais Nabum nous laisse perplexe pour les personne comme moi qui pratique le langue des oiseauX. « Presse bite sous le regard de Dieu....... ». Il n’y aurait pas que Onfray qui aurait frayé,.... 


    • Relu : Mais Nabum nous laisse perplexe. Pour les personnes comme moi qui pratique le langue des oiseauX. « Presse bite sous le regard de Dieu....... ». Il n’y aurait pas que Onfray qui aurait frayé,.... ?


      • juluch juluch 19 janvier 18:15

        Une belle évocation de l’enfance !!


        • Sergio Sergio 19 janvier 19:41

          « ... Pourtant l’abbé avait toute notre sympathie et devint bien vite un adulte référence avec lequel certains d’entre nous allaient vivre de nombreuses aventures... »

          A bout portant, nous étions la préférence de l’abbé avec lequel nous eûmes bien des mésaventures, mais .... c’était uniquement entre garçons, hélas !


          • Sergio Sergio 19 janvier 19:42

            @Sergio

            J’ai hésité, mais j’ai cliqué ! Que Dieu me garde.


          • math math 20 janvier 08:44

            Le Presbytère..terrain de jeux des curés pédophiles… smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès