• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Le voyageur et le tremble

Le voyageur et le tremble

L'ancêtre de Raboliot

Il était un homme sage qui décida de tailler la route de son Berry natal jusqu'au cœur de ce qui était le minuscule royaume des francs. Il avait pour sobriquet : « Celui qui marche ! » parce que telle était sa manière de porter la bonne parole en se glissant à côté d'autres chemineux pour leur annoncer la bonne nouvelle. Il n'eut pas souvent oreille attentive, ceux qui sont sur la route ont bien d'autres préoccupations que le salut d'une âme qu'ils ignoraient possédée.

Celui qui marche, que nous appellerons en la langue de son époque, Viâtre espérait trouver dans l'abbaye de Micy en bord de Loire à deux pas d'Aurélianis, la grande cité des successeurs de Clovis, des oreilles attentives à son pieux discours. Il avait eu vent des exploits mirifiques des 26 moines cénobites qui à partir de 511 réalisèrent des miracles tous plus extraordinaires les uns que les autres. Il pensa que là était le point de départ de la conquête des esprits païens.

Il arriva donc un beau matin de l'an de grâce 594 dans ce monastère qui jusque-là avait sacrifié à la prière, la chasteté et la foi avec les règnes successifs de Saint Euspice (508 – 510), Saint Mesmin, celui qui terrassa le dragon (510 – 520), Saint Avit qui abandonna l'appât du gain pour la prière ( 520- 523), Saint Théodémir dont le corps eut droit à un catafalque dans la grande ville voisine (523- 552) et Saint Mesmin le Jeune qui clôt cette période faste (552 – 593). Après la mort de ce dernier, les moinillons se lâchèrent, oubliant leurs vœux pour vivre la bamboche. Il fallut l'intervention bien des années plus tard de Théodulphe pour remettre de l'ordre dans les esprits et l'abbaye en instaurant la règle bénédictine.

Ils en oublièrent de tenir du reste les registres de la maison et on ignore encore qui gouverna ce lieu de perdition de 553 jusqu'à 770 en dépit des récentes recherches de notre bon préfet pourfendeur de fêtards, du vice et des dépravations en tout genre. Pour Viâtre, ce spectacle de désolation ne pouvait le satisfaire lui qui avait la morale chevillée au corps. C'est ainsi qu'il prit ses jambes à son cou pour aller trouver refuge en Sologne.

Il trouva un menhir, héritier des croyances celtes qui dissimulait à sa base un petit espace secret, assez grand pour que ce pèlerin du nouveau dieu puisse s'y blottir. À son pied, poussait un jeune tremble avec qui le nouvel ermite allait établir des relations profondes qui feront sa gloire et sa postérité. Viâtre cessa donc de marcher le jour pour prier et montrer par son exemple que les moines de Micy avaient pactisé avec le diable.

Mais la nuit, il en allait tout autrement. En bon berrichon qu'il était notre bon père avait une faim de loup et une excellente connaissance de la nature. Il courut la forêt voisine pour traquer sa subsistance dans la plus grande dévotion mais aussi dans la plus parfaite discrétion. Il ignorait l'enseignement de Saint François d'Assises, tuant sans remords ceux qu'il allait se mettre sous la dent. Il prélevait sa nourriture en dépit de l'interdit fait aux manants de chasser sur les terres des seigneurs. Il fut ainsi le premier braconnier céleste.

Viâtre vécut dans le respect des autochtones, il est vrai qu'un berrichon et des solognots sont faits pour s'entendre, partageant bien des valeurs communes. Mais cela n'aurait pas suffi à justifier sa gloire posthume. Viâtre entra dans le panthéon des Saints de la région, prenant la succession des gens de Micy qui avaient perdu le fil de la béatification, par le truchement du Tremble.

Le pays était infesté de moustiques. La Sologne fut longtemps un territoire où les malheureux qui y vivaient souffraient de paludisme et de dysenterie. Ce n'est pas par hasard qu'on les surnommait les ventres jaunes. Viâtre avait profité de l'enseignement d'une birette dans son cher Berry. Il apprit à ceux qui venaient le visiter dans sa crypte les vertus de l'écorce et des feuilles du tremble qui sont utilisées pour leur action diurétique (elles améliorent le fonctionnement de l’appareil urinaire), anti-inflammatoire, fébrifuge (elles font baisser la fièvre), astringente (elles régulent le transit intestinal) et antiseptique (elles désinfectent les plaies). Cette plante est indiquée dans le traitement des infections urinaires (cystites), des troubles digestifs (diarrhées), des maux de tête, de la fièvre et des rhumatismes.

Il fut de plus en plus consulté, son nom et sa réputation diffusèrent dans toute la Sologne. À sa mort, son tremble fut vénéré à son tour et la crypte précieusement honorée. Il se dit alors que l'arbre pourtant chétif passa miraculeusement les années, acquérant ainsi l'immortalité que lui aurait conféré celui qui était devenu le vénérable Saint Viâtre. De rejets en rejets, le Tremble effectivement résista aux outrages du temps et put apporter ses bienfaits à la population.

Cette aventure m'a été confiée une nuit de pleine lune du côté de ce village qui devint Saint-Viâtre en 1854 pour honorer son ermite et oublier ainsi son ancien nom de Tremblevif qui évoquait l'immortalité de l'arbre. C'est un dahu poursuivi par une nuée de caquesiaux qui me narra cette légende après que je lui eus enseigné les vertus de la citronnelle. C'est vous dire que je me pique de vérité dans cette histoire.

Tremblement sien.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • juluch juluch 6 mars 12:42

    Voilà un arbre bien sage nabum !!


    • C'est Nabum C’est Nabum 6 mars 17:41

      @juluch

      Il faut parfois calmer le jeu


    • Jjanloup Jjanloup 6 mars 17:44

      Jolie histoire, Nabum...

      À propos de cénobites, il y a -en Provence -une congrégation qui se nomme :

      <<Les cénobites tranquilles>> .

      C’est un choix...

      Luxurieusement vôtre...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité