• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Les vilains secrets du terroir

Les vilains secrets du terroir

La liste est longue, du savon de Marseille, à la porcelaine de Limoges, provenant parfois de Tunisie, au foie gras, et passant par la truffe de Chine, nombre de ces produits n’ont plus de français que le nom.
Prenons par exemple les champignons de Paris  : Il y a longtemps que l’on ne les produit plus à Paris, (lien) et aujourd’hui les principaux producteurs de ce « champignon du terroir » viennent des Pays Bas, des USA, de Pologne, et surtout de Chine. lien
Le « champignon de Paris » n’est qu’un label, rien de plus.
En France, Il n’en pousse plus guère qu’à Saumur, ce qui ne représente que 12% de notre consommation.
Restons dans les champignons.
La truffe du Périgord est légitimement fière de son origine, pourtant, des vendeurs peu scrupuleux n’hésitent pas à la mélanger avec la truffe chinoise, moins parfumée, mais 80% moins chère. lien
La raison en est simple, nous en consommons 45 tonnes par an, notre production ne dépasse 25 tonnes, et puis, il n’y a pas de petits bénéfices.
Le fameux « Jambon d’Aoste » vient en principe d’Aoste en Italie, mais un petit malin, profitant de l’homonymie de sa petite ville iséroise, avec la ville italienne, en à profité pour lancer le Jambon d’Aoste. lien
Si ces deux villes, française et italienne, ont le même nom, c’est grâce au l’empereur Auguste, qui créa d’énormes garnisons dans ces 2 villes.
Bien sur, un procès eut lieu, donnant naturellement raison aux Italiens, et les producteurs français furent obligés de l’appeler « Jambon Aoste  » au lieu de « Jambon d’Aoste ».
L’origine française est en toutes petites lettres, entretenant ainsi la confusion.
La marque a été achetée par « Cochonou, Justin Bridou », puis aujourd’hui par l’entreprise « Smithfield Foods Inc » qui fabrique industriellement. lien
La viande qui constitue ces jambons vient d’élevages en batterie américains ou chinois.
Le jambon d’Aoste (Italie) est un véritable produit du terroir italien, de très bonne qualité, provenant de la Vallée d’Aoste, et fabriqué en petite quantité. lien
Le Jambon Corse connait les mêmes malheurs puisqu’aujourd’hui, il est très complexe de faire la différence avec des produits réellement fabriqués avec des cochons corses, (lien) élevés en pleine nature, dont la nutrition est naturelle et biologique, et ceux qui sont fabriqués avec de la viande d’origine étrangère ou du continent, provenant d’élevages en batterie. lien
Pour ne pas tomber dans le piège, c’est quasiment mission impossible. lien
Il faut carrément enquêter. lien
Seuls les jambons issus de cochons de la race corse « Nustrale » méritent le respect du consommateur. lien
La moutarde peut légitimement monter au nez de ce dernier, car justement la fameuse « moutarde de Dijon », crée en 1336, n’est plus fabriquée à Dijon depuis le 31 décembre 2009. lien
A part sa fonction de condiment, elle était considérée chez les romains comme un bon conservateur alimentaire. lien
Dés le 18ème siècle, elle servait aussi à réaliser des cataplasmes considérés comme révulsif, afin de dégager un organe atteint de congestion ou d’inflammation.
La graine de moutarde, appelé sénevé, était à l’origine broyée avec du moût, puis du jus de raisin vert.
Ce nom « moutarde  » vient d’ailleurs de l’expression « moult me tarde » qui est la devise de la ville de Dijon.
Comme l’appellation « moutarde de Dijon » n’est pas protégé, il suffit qu’un fabricant respecte une composition bien précise pour que le produit puisse se prétendre « de Dijon ». lien
Elle est produite un peu partout en France, dans toutes les régions à vigne, et même à Paris. lien et bien sur à l’étranger (Pologne, Turquie, république Tchèque…) depuis qu’Unilever a acheté « Amora Maille ».
Les graines de moutardes sont principalement importées, à 90%, du Canada. lien
On pourrait en faire tout un fromage, car justement, Marie Harel, originaire de la petite ville de Camembert, tenait son invention de l’Abbé Charles Jean Bonvoust, et n’a jamais protégé son célèbre fromage. lien
Raison pour laquelle le nom de « camembert  » peut être utilisé par n’importe quel producteur.
Il existe bien, depuis 1983, une AOC « Camembert de Normandie » (lien) mais en utilisant le terme « Camembert fabriqué en Normandie », le producteur peut aussi bien utiliser du lait pasteurisé, et raccourcir le temps d’affinage, ce que ne permet pas le produit AOC.
Le tour est joué, et le consommateur aussi.
Restons dans le fromage :
L’Emmental (ou Emmenthal) vient en principe de la vallée de l’Emme, dans le canton de Berne, en Suisse.
Mais il est fabriqué aujourd’hui dans le monde entier, en Bretagne, mais aussi en Allemagne, en Autriche, au Danemark, aux Pays Bas, en Irlande, et même en Finlande. lien
Les Suisses ont déclenché une bataille juridique, sans résultat à ce jour, pour imposer une AOC, et leur unique victoire est due à la convention internationale de Stresa qui ne reconnait à l’Emmental aucune origine française.
Au grand dam des savoyards qui proposent leur « emmental savoyard » et qui ont même crée de l’emmental grand-cru label rouge. lien
Idem pour le Gruyère, fromage logiquement issu de la région suisse du même nom, et qui est aujourd’hui aussi fabriqué en France.
Pour le Gruyère, la Suisse a gagné, et la France a donc perdu l’AOC dont elle revendiquait l’exclusivité pour son gruyère français.
Bruxelles a en effet tranché : le gruyère français devra se contenter d’une IGP (indication géographique protégée) et le Gruyère Suisse est donc le seul à pouvoir revendiquer une AOC, qu’il avait obtenue en 2001. lien
Pour ne pas faire la confusion entre les deux produits, il suffit de savoir que l’authentique gruyère suisse n’a pas de trous.
Et si vous aimez la bonne fondue, je ne peux vous conseiller que celui là, en le mariant avec l’emmental suisse, le Beaufort savoyard, et le Comté Jurassien.
Les gourmands peuvent y ajouter du vacherin vaudois, ou fribourgeois. Lien
A quand une guerre entre la France et la Suisse pour une histoire de fromage ?
Car si le Beaufort est indéniablement savoyard, et le Comté Jurassien, ne faudrait-il pas rendre à César ce qui lui appartient, et à la Suisse ses fromages ?
Et pour découper ces excellents fromages, le couteau Laguiole est indispensable.
Ce couteau, dont la marque n’a jamais été protégée, permet qu’il soit fabriqué à Laguiole, aussi bien qu’en Chine, au Pakistan, ou Portugal, en Espagne, d’autant que certains couteliers de Laguiole les font fabriquer à Thiers. lien
De plus, l’acheteur fait souvent la confusion confondant la coutellerie qui fabrique le Laguiole de A jusqu’à Z, avec le fabricant qui ne fait qu’assembler les pièces détachées fabriquées ailleurs qu’à Laguiole. lien
La présence de l’abeille sur le manche du couteau n’en garanti ni la qualité, ni la provenance. lien
L’amateur devrait quand même au premier coup d’œil faire la différence entre un authentique Laguiole, et une imitation asiatique, (lien) l’idéal restant de se rendre à Laguiole, afin de vérifier l’authenticité du célèbre couteau. vidéo
Le Français est réputé comme mangeur de grenouilles, mais aussi d’escargots.
Le plus fameux, celui de Bourgogne, n’a de Bourgogne que le nom.
Une fois de plus, il n’a pas d’appellation contrôlée, ce qui permet toutes les origines.
Nous en consommons 30 000 tonnes tous les ans, mais nous en produisons seulement 1000 tonnes. lien
Les 90% de notre consommation viennent de Grèce ou d’Europe centrale.
Pour la France, ils viennent des Vosges, ou de Franche Comté.
Le melon Charentais (dit jaune charentais) n’est pas produit uniquement en Charente, ce qui est un comble, mais aussi dans le Sud Est, et le Centre Ouest. (lien) et plus étonnant en Espagne ou au Maroc. (melon charentais vert), ou même en extrême Orient.
La raison ? Autant le melon de Cavaillon a une appellation d’origine contrôlée, celui des Charente n’en a pas. lien
Et la célèbre galette bretonne ? Hélas, elle est plutôt Chinoise, Polonaise, ou Canadienne que Bretonne. lien
La raison en est simple : pour la fabriquer, il faut du sarrazin, appelé aussi blé noir.
Or nous en consommons 8000 tonnes, et la production française (4900 tonnes en 2008) ne permet pas de répondre à la demande.
Il serait pourtant simple de décider de protéger tous ces produits, en leur obtenant une AOC, et en augmentant notre production nationale, afin de rendre l’importation inutile.
Mais cela ne fera pas les affaires de tous, et le consommateur continuera de vivre sur son petit nuage, convaincu que son gruyère troué vient bien de Suisse, et que la truffe qu’il a acheté vient du Périgord.
La truffe n’est donc pas celle que l’on croit, car comme disait mon vieil ami africain :
« Aussi longtemps qu’il séjournera dans le fleuve, le tronc d’arbre ne deviendra jamais crocodile ».
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

74 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 20 août 2010 10:48

    ben suffit de regarder les etiquettes
    « artisanal » « tradition »
    on regarde la composition


    • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2010 10:57

      foufouille,
      justement, ce sont des mots du marketing,
      ils ne prouvent rien.
      seule une appellation d’origine contrôlée semble être la solution,


    • foufouille foufouille 20 août 2010 13:53

      @ olivier
      si il y a des Exxx ou des proteines de lait
      c’est marque
      « emballe en france »
      « elabore en france »
      ...........


    • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2010 17:30

      foufouille,
      les as du marketing font des merveilles,
      pour le jus d’orange, il faut aussi être prudent, il existe des « pur jus d’orange » truqués : c’est de la pulpe d’orange mélangée à l’eau...
      c’est un truc à passer des heures dans les commerces à décrypter les étiquettes.
      merci de ton commentaire
       smiley


    • Vladdrak1476 Vladdrak1476 20 août 2010 11:07

      On trouve même maintenant des cèpes de Bordeaux ........... venant de Hongrie, de la viande des Grisons (canton de Suisse) fabriqué en France......
      Alors plus rien ne m’étonne !!!!


      • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2010 11:27

        Vladdrak1476
        bien sur, mais dans le cas des bolets, il s’agit de l’appelation du champignon ce qui n’a rien a voir avec le lieu ou il a été ramassé.
        les cèpes de Bordeaux poussent bien évidemment dans toute l’Europe, et il serait peu raisonnable de lui preter une AOC, en prétextant que seuls les cepes poussant dans la région de Bordeaux soient bons !
        par contre, il est prudent de ne pas acheter sur les marchés des chanterelles qui viennent des pays de l’Est, car il n’y a pas de contrôle de la radioactivité (à ma connaissance) et on risque des surprises, rapport à Tchernobyl, et aux incendies récents.
        sinon, merci de nous apprendre que la viande des grisons était aujourd’hui fabriquée en France ce qui est un comble.
        merci de votre commentaire.


      • HELIOS HELIOS 20 août 2010 14:01

        Oh Oooohhhh.... on a même notre dernier president français qui vient de Hongrie, c’est pour dire, hein ?????


      • Vladdrak1476 Vladdrak1476 20 août 2010 11:41

        Bonjour Olivier
        Pour le cèpe de Bordeaux j’avoue que je suis impardonnable car j’en ramasse moi même assez souvent dans le Gévaudan.
        Sinon idem pour les chanterelles, ramassées aussi dans le Gévaudan ; le marché ou les grandes surfaces ne m’inspirent pas confiance.
        En fait à propos des cèpes, ce que je voulais dire, c’est qu’en grande surface, vous pouvez trouver des cèpes séchés soit disant de nos montagnes mais si vous lisez attentivement l’origine du produit il est indiqué que ces champignons sont des mélanges (donc même pas issu du même endroit) provenant de plusieurs pays de l’est différents.
        Donc par rapport à ce que vous disiez sur Tchernobyl, c’est pas très rassurant cette mode des champignons des pays de l’est.
        La mondialisation au niveau de la nourriture à quelque chose d’inquiétant quand même car si j’achète un kouign aman par exemple, le minimum syndical attendu est qu’il soit fait en Bretagne, non ?


        • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2010 13:01

          Vladdrak,
          mais bien sur, vous êtes tout a fait pardonné !,
          nous faisons tous ce genre de confusion ;
          moi le premier.
          par exemple l’âne du Poitou peut tout à fait naitre et vivre ailleurs qu’au Poitou,
          il n’en reste pas moins un âne du Poitou.
          enfin, je le crois.
          en tout cas, je vous remercie de l’info sur « la viande séchée des Grisons », car dans ce cas, il y a effectivement tromperie sur la marchandises, lorsque cette viande séchée est fabriquée ailleurs qu’aux Grison (un canton suisse)
          même si on peut aujourd’hui faire de la viande séchée, et de qualité, elle ne peut pas avoir l’appellation « viande séchée des grisons »
          http://www.saler-fumer.com/Recettes/Viande-des-Grisons.html

          je ne doute pas un instant que d’autres commentateur lèveront « d’autres lièvre »
          merci de votre commentaire.
           smiley


        • Vladdrak1476 Vladdrak1476 20 août 2010 13:21

          Merci olivier
          Sinon pour la viande des grisons, je vous renvoie à ce lien d’un hypermarché bien connu : http://www.e-leclerc.com/marquerepere/Marque-Repere/Produits/Viande-des-nbsp-grisons-10-tranches—80-nbsp-g.aspx?id=2756
          Si vous lisez bien le résumé produit, il est bien annoncé « salée, séchée et affinée en Suisse » mais si vous regardez à droite de la photo, vous lirez « transformé en France » et ce fameux « transformé en France » signifie ni plus ni moins que la fabrication du produit a été faite dans une usine en France.
          Elle comme vous l’avez dit si bien plus haut, il y a tromperie sur la marchandise et nous, consommateurs, somme victimes de Dol.
          Je ne sais pas si vous avez remarqué Olivier mais depuis quelques années se multiplient les produits avec la dénomination « transformé en France » ce qui peut et a déjà entrainé des dérives.


        • foufouille foufouille 20 août 2010 13:55

          @ vladdrack
          pour les champi, ils changent l’etiquette arrive en france


        • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2010 16:51

          Vladdrak
          merci pour ce complément d’information,
          la tentation est grande pour les producteurs de tricher, puisque des produits comme la viande des grisons ont des prix assez élevés,
          ils pourraient aussi bien faire sécher de la viande de boeuf, de porc ...etc en affichant clairement la couleur, çà n’en ferait pas moins un produit intéressant,
          près de chez moi, un petit charcutier de campagne propose du filet de porc séché, qui est une pure merveille, mais bien sur, il ne peut pas en espérer le même prix que la viande des grisons,
          ce qui n’empêche pas que son produit est de qualité.
          merci de votre commentaire.


        • L'enfoiré L’enfoiré 20 août 2010 12:04

          Olivier,
           Quand on ne veut plus payer pour la qualité, voilà ce qui arrive.
           Tu te souviens de « Choc au la ».
           Rien de changer sous le soleil smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2010 13:08

            oui Guy,
            je me souviens de ton article,
            tu l’avais d’ailleurs évoqué au sujet d’un article ou j’expliquais les conditions de travail discutables de ceux qui nous procurent ce bon chocolat.
            çà s’appelait « un chocolat qui sent mauvais »
            http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/un-chocolat-qui-sent-mauvais-54543
            merci de ton commentaire.
            j’en profite pour demander aux lecteurs de m’aider sur le sujet « maladies orphelines »
            s’ils ont quelques infos, je suis preneur.
             smiley


          • foufouille foufouille 20 août 2010 15:43

            @ olivier
            le site de la salpetriere
            il y en a classe dans les CMT, charco marie tooth


          • Pyrathome pyralene 20 août 2010 12:14

            Bel exposé Olivier !
             Le marketing, c’est comme la propagande...tous les prétextes sont bons pour faire vendre et flouer le consommateur.

            Le commerce est l’école de la tromperie ( Vauvenargues )...





            • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2010 13:09

              pyra,
              oui, Vauvenargues avait déjà tout compris,
              heureusement les consommateurs sont de plus en plus prudents.
               smiley


            • HELIOS HELIOS 20 août 2010 16:08

              ... et a propos de Vauvenarges, et de Peyrolles, deux petits villages au nord d’Aix en Provence qui etaient au coeur de la tomate et des sauces du même fruit ! jusqu’aux années 80 c’est la region qui fournissait la matiere premiere que le soleil avait muri en plein champs.

               Les pendelottes, ces tomates allongées dont le pied ne croit pas en hauteur mais forme un petit buisson ne necessitant pas de tuteur. elle reposeint souvent par terre et etait laides, de quoi passer directement a la conserve.


              Maintenant, on les appelle « roma » ou « allongées » et elles coutent plus cher et.... il n’y en a plus en Provence. Alors, les conteneurs plein de futs arrivent de Chine et UNE usine a Peyrolles fait du conditionnement... avec un code a barre Français et une mention d’origine française.

              Bien a vous


            • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2010 16:53

              Hélios,
              eh oui, la tricherie est a tout les niveaux,
              comme l’a signalé un commentateur, il suffit de changer l’emballage d’un produit venant hors de France pour faire croire qu’il est du terroir,
              une question de code barre.
              merci de votre info,
              à+


            • Vladdrak1476 Vladdrak1476 20 août 2010 13:22

              Merci olivier
              Sinon pour la viande des grisons, je vous renvoie à ce lien d’un hypermarché bien connu : http://www.e-leclerc.com/marquerepere/Marque-Repere/Produits/Viande-des-nbsp-grisons-10-tranches—80-nbsp-g.aspx?id=2756
              Si vous lisez bien le résumé produit, il est bien annoncé "salée, séchée et affinée en Suisse" mais si vous regardez à droite de la photo, vous lirez « transformé en France » et ce fameux « transformé en France » signifie ni plus ni moins que la fabrication du produit a été faite dans une usine en France.
              Elle comme vous l’avez dit si bien plus haut, il y a tromperie sur la marchandise et nous, consommateurs, somme victimes de Dol.
              Je ne sais pas si vous avez remarqué Olivier mais depuis quelques années se multiplient les produits avec la dénomination « transformé en France » ce qui peut et a déjà entrainé des dérives.


              • TSS 20 août 2010 13:42

                L e savon de Marseille à l(huile de palme(même dans les magasins bio) alors que normalement

                 il n’y a que de l’huile d’olive(c’est une copie du savon d’Alep).

                le melon charentais(la célèbre marque à la coccinelle)est produit ,du Maroc aux charentes en

                passant par l’Espagne.(mais siège social en Charente)

                il faut savoir lire les etiquettes :

                camembert de Normandie :lait cru de Normandie (Réau et autres)

                camembert fabriqué en Normandie ;lait pasteurisé ou microfiltré et venant de n’importe où

                quant au meilleur fromage pour la fondue je vote pour l’Appenzel... !!


                • Vladdrak1476 Vladdrak1476 20 août 2010 13:49

                  Bonjour TSS
                  Pour ma part la fondue c’est beaufort d’été, comté vieux (12 mois d’affinage) et emmental de Savoie mais l’appenzel pourquoi pas.


                • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2010 16:59

                  TSS,
                  il faut lire bien sur les étiquettes, et lire ce qui est écrit en tout petit,
                  comme dans les contrats d’assurance
                   smiley
                  mais le consommateur ne pense qu’à une chose, remplir son caddy le plus vite possible,
                  sans regarder les étiquettes.

                  pour la fondue, oui l’Appenzel n’est pas un mauvais choix, et les recettes de fondue sont multiples,
                  celles de Suisse peuvent aller jusqu’à 7 fromages mélangés, ailleurs on ne met qu’un ou deux fromages,
                  affaire de gout.
                  j’aime beaucoup y mettre du vacherin, qu’il faut couper en gros cubes, pour qu’il fonde en même temps que les autres, çà donne un coté crémeux à la fondue très sympa.
                  vous devriez essayer.
                   smiley
                  au sujet de l’Appenzel, les Appenzellois ont réputation en suisse d’être de petite taille, et plein d’histoires circulent en Suisse pour se moquer d’eux.
                  en voici une :
                  « lorsqu’ils meurent, on les enterre à même le sol, en laissant dépasser légèrement le derrière, c’est pratique pour ranger les vélos »
                  c’est vrai, c’est d’un gout douteux.
                  ...au contraire de la fondue.
                   smiley


                • 2013 20 août 2010 18:42

                  il faut lire bien sur les étiquettes, et lire ce qui est écrit en tout petit,
                  comme dans les contrats d’assurance
                   
                  mais le consommateur ne pense qu’à une chose, remplir son caddy le plus vite possible,
                  sans regarder les étiquettes.


                  Reste le problème des courses au marché.
                  Sur les grosses étiquettes, qui indiquent plus le prix au kilo que la composition, on est moins sur. Sauf si le fromager est quelqu’un de confiance..

                  Vive le terroir / Agritourisme 

                • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2010 20:05

                  2013
                  généralement les fromagers producteurs affichent carrément le fait qu’ils le sont bien, et ne sont pas des revendeurs,
                  sinon, effectivement, c’est affaire de confiance.
                  merci de votre commentaire


                • TSS 20 août 2010 20:31


                  personnellement en dernier je mets un morceau de roquefort ,cela donne du peps à la fondue... !!

                  En ce qui concerne les escroqueries ,les pires sont « transformé en France » « elaboré en France »... !!


                • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2010 20:41

                  TSS,
                  oui, j’avais entendu parler de cette originalité,
                  je ne l’ai jamais essayé, mais je crois que je vais tenter le coup à la prochaine fondue !
                  par contre je me souviens d’un repas épique dans un restaurant.
                  nous étions une douzaine, et une partie avait commandé des raclettes, les autres des fondues.
                  j’étais au milieu, et j’ai piqué des tranches de viande de grison, je les ai plongé dans la fondue, c’etait pas mal du tout.
                   smiley


                • morice morice 20 août 2010 14:17

                  et le NAIN SECTAIRE de votre article, il vient de Hongrie ? L’Elysée est un local d’affinage alors ?


                  ah ben ouais, on y a même détecté des traces de moisissure noble...

                  • Pyrathome pyralene 20 août 2010 14:54

                    Ah non , n’allez pas confondre du bon saint Nectaire au lait cru d’Auvergne et du président sectaire et infecte....c’est une insulte à l’auvergnat que je suis en partie.... smiley


                  • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2010 17:02

                    merci morice des deux liens,
                    n’a tu pas remarqué que le premier lien est en fait l’illustration de l’article ?
                    question moisissure, pas sur qu’elle soit « noble », juste mal rasé,
                    quoi de plus normal pour un tel raseur.
                     smiley
                    merci de ton commentaire.
                     smiley


                  • orage mécanique orage mécanique 20 août 2010 14:36

                    J’ai même mangé du Houmous provenant de Vendée avec la mention « peut contenir des traces de céleris rémoulade sur l’étiquette »

                    et du Baba Ganoush produit dans le Nord de la France à 5 km de chez moi.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2010 17:04

                      orage mécanique,
                      faut pas manger n’importe quoi,
                      au fait, le Baba Ganoush, vous le préparez comment ?
                       smiley
                      moi, j’y met du Schimmouchschmet.
                      c’est très bon.
                       smiley


                    • orage mécanique orage mécanique 20 août 2010 17:27

                      Du Schimmouchschmet du pays basque biensur ?


                    • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2010 17:42

                      orage mécanique,
                      bien sur, celui du pays basque est le seul qui mérite l’attention,
                      il faut impérativement qu’il soit maturé dans une préparation a base de glandoufiét, et de lichette pendant au moins 49 h et 12 minutes, sinon, il ne vaut rien,
                      mais je ne vous apprend rien.
                       smiley


                    • slipenfer 20 août 2010 15:20

                      Bon article bonjour
                      a propos (une petite rallonge à ton article)
                      Camembert de Normandie ou Camembert fabriqué en Normandie ?
                      Depuis que Lactalis et la coopérative d’Isigny Ste Mère ont décidé de quitter
                       l’AOC du camembert de Normandie, une nouvelle catégorie de camemberts est
                       apparue dans les rayons : les camemberts fabriqués en Nomrandie au lait
                       thermisé ou micro-filtré.
                      j ’ai retourné un de ces camemberts l ’étiquette était en allemand et le lait aussi

                      Cré vin dieu,les boches reviennent.....
                      Yvonne !!!!!! va dans l’cellier chercher le 12 vlà qu’ça rrcommance.

                      y a rien a faire avec tout ces vicieux,complètement détraqués.
                      et ils veulent réintroduire les farines animales en+, c’est la fete des tarés
                      qui font coin !coin !


                      • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2010 17:06

                        slipenfer,
                        merci de cette info supplémentaire,
                        faut vraiment être à l’affut, on est trompé de tous les cotés.
                        au sujet du camembert, il faut impérativement qu’il soit au lait cru, sinon c’est du platre,
                        mais y en a qui aiment le platre.
                         smiley


                      • Laoren 20 août 2010 15:30

                        La truffe du Périgord vient à 95 % du Vaucluse et de la Drôme et ceci depuis bien longtemps. En fait son appellation est « truffe noire ». Le Périgord n’en produit presque pas.


                        • Laoren 20 août 2010 15:33

                          La truffe du Périgord vient à 95 % du Vaucluse et de la Drôme et ceci depuis bien longtemps. En fait son appellation est « truffe noire ». Le Périgord n’en produit presque pas.
                          Pour voir le seul grand marché mondial aux Truffes noires il faut aller à Richerenches dans le Vaucluse.



                          • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2010 17:18

                            Laoren,
                            c’est un peu plus complexe,
                            il y a des truffes un peu partout en France,
                            à part l’excellente truffe du périgord (mélanosporum)
                            on trouve aussi la mélanosporum en Dauphiné, en Bourgogne, dans le Vaucluse, d’ou le marché de Richerences.
                            mais il y a aussi d’autres variétés de truffe comme la « blotti (truffe blanche) ou la truffe d’été (aestivum) qui n’ont pas la même saveur que la mélanosporum.
                            il y a même une truffe du désert, (terfezia boudieri) que l’on trouve en Algérie, Tunisie, au Moyezn Orient, Afrique du Sud, Chypre et Caucase.
                            on les ramasse en grande quantité, »comme des pommes de terre", et les tricheurs s’amusent à les colorer, pour faire croire que ce sont des mélanos.
                            merci de votre commentaire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires