• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Licenciement par SMS

Licenciement par SMS

Au pays de la vache Milka et du phrasé un peu lent, on sait aussi être expéditif. La Tribune de Genève, dans son édition du 9 novembre, relate qu’un jeune homme de dix-sept ans s’est vu notifier son licenciement, un dimanche soir, par un simple SMS.

De SMS en fait, il y eut deux. De la même veine. Un : “Tu n’as plus besoin de venir au bureau”, complété quelques minutes plus tard par : “Ramène-moi demain à 9 heures le portable que je t’ai prêté.” Simple et sans bavure, devait penser le patron. Un peu court.

Le délicat employeur eut la surprise d’avoir une réponse. Elle aussi par SMS. Mais pas de l’ex-salarié, de son père, furieux du traitement réservé à son fils : “Votre portable est à votre disposition à mon bureau.” Il y serait toujours. Le patron de la petite entreprise, une start-up, conteste les faits, arguant qu’il n’avait pas engagé le jeune mais qu’il lui rendait service, que les mille francs suisses qu’il lui versait n’étaient pas un salaire mais de l’argent de poche pour... promener son chien. Pas totalement faux, reconnaît le jeune, qui précise qu’en plus de ses tâches administratives, il devait à toute heure s’occuper de l’animal, parfois jusqu’à deux heures du matin.

Les Prud’hommes trancheront. Pourtant, en droit suisse, le moyen n’a rien d’illégal, même s’il constitue, comme le note l’avocate du jeune, “un indéniable manque de respect humain”. Juridiquement, l’employeur a la seule obligation de communiquer clairement sur la fin de la relation de travail et sur la date de cette fin.


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (90 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Deep Throat (---.---.224.216) 13 novembre 2006 10:36

    Je ne comprends pas Henry : la nouvelle citoyenneté, à l’entour, censure bien et exclut bien par e-mail.

    Pourquoi s’étonner plus avant.

    Demian West


    • Anto (---.---.178.10) 13 novembre 2006 11:01

      ...

      il y a t-il dans l’univers quelqu’un de plus à plaindre que vous ? Ils auraient au moins pu vous payer le resto


    • LE CHAT (---.---.75.49) 13 novembre 2006 10:53

      On n’arrête pas le progrès , après les licenciements au porte-voix , jusqu’où ira t-on dans le mépris pour les salariés .la Suisse est au centre de l’Europe , mais on y pratique apparament le « you’re fired ! » à l’americaine . J’espère pour ce jeune que les prud’hommes lui donneront de quoi faire passer la couleuvre , qu’on ne lui fasse pas passer l’Helvetie pour des lanternes ..........


      • (---.---.19.186) 13 novembre 2006 15:01

        il n’a quà se mettre à son compte smiley


      • Depi Depi 13 novembre 2006 11:03

        http://emploi.journaldunet.com/php/publication/publication.php?i=1435

        C’est vrai que c’est nouveau. Il y a aussi des cas en Corée, etc.


        • Dragoncat Dragoncat 13 novembre 2006 11:25

          @ l’auteur et au Chat

          J’ai les mêmes souvenirs que vous.

          On avait (début années 90 ?) licencié une partie des ouvriers et employés d’une usine et lisant une liste par haut-parleur. Très classe. Et si délicat. smiley

          Alors un SMS... Pourquoi pas ? Autant s’adapter aux moyens modernes. Avec les téléphones 3G, le patron aurait pu faire l’effort de se filmer disant « tu es lourdé ! » et envoyer la vidéo.

          Quitte à être goret...


          • (---.---.18.32) 13 novembre 2006 11:27

            Il ya auusi des gens qui annoncent leur intention de divorcer à leur compagnon par SMS, j’en ai connu un smiley

            Ce jour, ils ont pris leur petit déjeuner et chacun est parti à son boulot, comme d’habitude, quoi !

            Vers 10 h, le mari reçoit un SMS de sa femme :

            « Je viens de voir mon avocat, je t’annonce mon intention ferme d’entamer une procédure de divorce. »

            Il s’attendait à tout, peut-être, mais pas à ça, perplexe, il lui répondit :

            « Nous en parlerons calmement ce soir, je prends du pain, à + ».

            La réponse fut instantanée :

            « Nous n’avons plus rien à dire, Ok pour le pain. Voilà les coordonnées de Maître...à + »....

            Huit mois après, ils divorcèrent ! La mère a obtenu la garde de la petite que le père peut prendre le W.E.

             smiley


            • Gasty Gasty 13 novembre 2006 11:49

              En fait « LE CHAT » je dirais plutot , on n’arrete pas la lâcheté. Et qui s’accorde parfaitement avec le mépris.


              • LE CHAT (---.---.75.49) 13 novembre 2006 12:07

                Au moins , on lui a signifié son renvoi . Que dire pour les salariés trouvant porte close en rentrant de congés ! c’est pas gagné pour toucher les assedic dans ce cas ......


              • Sam (---.---.129.10) 13 novembre 2006 12:32

                A mon avis, on devrait pouvoir automatiser tout ça plus efficacement : alerte mail et message automatique déclenché pour les licenciés.

                Qui sont évidemment abonnés obligatoirement à la newsletter de la boite.

                Procédure de sécurité : l’employé licencié par alerte-mail n’obtient qu’un mailer daemon s’il réplique à l’activation automatique de son licenciement.

                Elle est pas belle la vie ? smiley


                • Panama (---.---.198.59) 13 novembre 2006 15:04

                  Complétement illégal dans le droit du travail français ! pas la peine de vous inquiéter, ça ne vous arrivera pas.


                  • LE CHAT (---.---.75.49) 13 novembre 2006 15:36

                    bonjour panama, c’est tout a fait exact , sauf si Sarko nous americanise le code du travail, on sait jamais ce qui peut arriver s’il arrive à se hisser sur le trône malgré sa petite taille !


                  • Panama (---.---.198.59) 13 novembre 2006 15:57

                    Bah ! Il n’est pas encore élu celui-là ! smiley


                  • (---.---.113.30) 13 novembre 2006 22:27

                    Dans le système juridique suisse - __une difference grande au CODEX JUSTINIANIS__ - les stipulations orales(accords verbaux) ont une force de la loi la plus élevée.


                  • Cosmic Dancer (---.---.31.192) 13 novembre 2006 19:21

                    Ce qui m’interroge, c’est malgré tout la valeur légale d’un tal licenciement, puisque, après tout, rien ne prouve, aux yeux du législateur, que le patron ait envoyé lui-même ce SMS. D’où, en général, l’usage des recommandés, histoire d’être bien sûr.


                    • Fredal (---.---.121.76) 14 novembre 2006 04:44

                      Grace a la lettre recommandée électronique de la poste, on peut licencier ou démissioner en un click de souris smiley

                      Si vous etes en vacances sous les tropiques, que vous n’avez pas envie de rentrer smiley, hop 3 clicks de souris et votre patron recevra votre lettre de démission a l’autre bout de la planete.

                      http://www.laposte.fr/LRE/


                      • panama (---.---.198.59) 14 novembre 2006 10:21

                        Et le préavis ?

                        Autant faire un abandon de poste, méthode de plus en plus courante pour les salariés, souvent en accord avec leur employeur.


                      • Stephane Klein (---.---.19.227) 14 novembre 2006 13:25

                        Et voila toute la clique gauchiste qui n’est jamais sorti de France qui fantasme. Pour ma part, je connais un gars regulierement ivre au travail, qui est rentre dans quelques conteneurs avec son fenwick et qui n’a ete licencie qu’au bout de plusieurs annees, pas mal d’avertissements et de nombreux mois de conge maladie et encore parce que l’activite de la boite a serieusement decline. Encore est-il parti avec 6 mois de salaire plein plus 6 mois de salaire partiel. Et tout dans l’immonde, l’inhumaine Suisse.

                        Un dernier detail : le taux de chomage en Suisse est de 3.5%, rien a voire avec la liberte d’entreprise bien sur.


                        • Bergame (---.---.21.92) 16 novembre 2006 14:34

                          Effectivement, rien à voir, comme le disent tous les économistes.


                        • fawad 17 novembre 2006 22:26

                          Il est stipulé en haut, qu’il ne s’agit pas d’un emploi, mais d’une personne faisant cela de temps à autre. Je ne le vois donc pas comme un licenciement. Pour un licenciement, il faut qu’il y ait eu avant un contrat, il n’y en a pas eu.

                          C’est comme si vous disiez à un ami qui vous aidait, mais qui a fait des conner... que vous ne voulez plus qu’il vous aide. Un point c’est tout, arretez avec vos paranos anti-patron, le licenciement par sms serait illégal, car il doit y avoir une lettre en AR.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès