• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Merci d’être velus !

Merci d’être velus !

Par ces temps estivaux, les corps se dénudent, et les poils s’exhibent, à moins que, ne cédant à une mode qui prend de l’ampleur chaque jour un peu plus, l’épilation ne continue à faire des ravages, les adeptes de l’épilation se demandant à quoi pourraient-ils bien servir ?

Cette question mérite en effet d’être posée, et tombe pile poil, car tous ces poils dont la nature nous a dotés avec plus ou moins d’abondance, n’ont-ils aucune utilité ?

Le poil, ce n’est pas anodin, c’est même devenu une unité de mesure…à un poil près…au ¼ de poil…et puis le poil invite à l’érotisme, à une forme d’émancipation ?...tout le monde à poil !?

Par contre l’expression « s’arracher les cheveux » décrirait une personne furieuse, tourmentée…

La légende veut que Samson tenait sa force prodigieuse de sa chevelure, et que la traitresse Dalila l’en avait privé en la lui coupant…

Les cheveux donneraient-ils de la force ?... Toujours est-il que la chevelure est considérée depuis toujours comme un symbole de séduction chez la femme…mais aussi comme un symbole de force chez l’homme.

Les légendes antiques affirment que couper sa chevelure pour en faire un don aux dieux était l’offrande suprême… elle dit aussi que Bérénice offrit une boucle de ses cheveux à Aphrodite afin que Ptolémée, son époux, revienne vivant de la guerre en Syrie.

Plus tard, chez les Francs comme chez les Gaulois, la chevelure était synonyme de noblesse et de puissance, et si le roi de France la perdait, il perdait automatiquement son trône, ce qui avait permis aux Maires du Palais de se débarrasser des célèbres rois fainéants en les faisant raser, avant de les cloitrer. lien

En fait, couper ses cheveux est un symbole de soumission, et jadis, lorsqu’un peuple était réduit en esclavage, l’oppresseur s’empressait de lui couper les cheveux, convaincu qu’une fois qu’ils seraient coupés, la force des hommes diminuerait, rendant leur fuite plus difficile.

D’ailleurs, lors de la guerre du Vietnam, les forces spéciales américaines confiaient souvent des missions difficiles à leurs recrues d’origine amérindienne, mais ceux-ci échouaient car, une fois engagés, leurs cheveux avaient été coupés à raz, les privant, selon eux, de leur 6ème sens.

Aux Indes, les sages, appelés Sâdhus, atteignent un haut niveau de sagesse grâce à la méditation et au yoga, laissant pousser leurs cheveux sans jamais les couper.

Les scientifiques proposent une explication : chaque partie du corps humain possède une fonction, cheveux et poils compris, et ils affirment que l’on peut considérer les cheveux comme des « nerfs extériorisés », formant une sorte de capteur évolué, lequel transmet beaucoup d’informations au tronc cérébral, au système limbique et au néocortex, stimulant aussi la glande pinéale, ce fameux 3ème œil. lien

Mais revenons à nos poils…

Cette tendance à l’épilation, concernait d’abord la gent féminine, et s’est largement répandue chez les males, lesquels n’hésitent plus maintenant à raser, voire à épiler tous les poils de leur corps.

D’abord les aisselles, s’étendant plus tard à tout leur corps… la guerre contre les poils serait donc déclarée.

Mais est-ce sans risques ?

Si l’on songe aux moustaches des chats, qui comme chacun sait, comporte 24 poils, appelés vibrisses, on pourrait essayer de comprendre quelle serait l’utilité de nos poils.

Pour nos amis félins, leur absence serait une quasi tragédie, car ces poils, implantés profondément, leur donnent des indications essentielles.

Ils leurs permettent en effet de se déplacer sans problèmes dans le noir le plus complet, car ces vibrisses, enracinés profondément dans leur peau, reliés à des nerfs, transmettent différentes informations, puisqu’ils captent facilement le moindre courant d’air, le moindre souffle, permettant ainsi de détecter les obstacles éventuels, mesurant aussi la vitesse du vent. lien

Si les poils des chats permettent ces performances, nos poils humains seraient-ils donc sans le moindre intérêt ?

D’après le dermatologue Philippe Assouly, les poils participent à notre sens du toucher, en jouant le rôle d’antennes, ajoutant que la sécrétion et l’évacuation de la sueur par les glandes apocrines sont bien à l’origine d’odeurs fortes, mais n’ont rien à voir avec la pilosité de ces régions. lien

Pour les scientifiques, ces poils sont quelque part le vestige de notre vie archaïque, lorsque l’homme préhistorique, vivant nu, était couvert d’une forte pilosité qui, recouvrant tout son corps, le mettait ainsi à l’abri de la morsure du froid, permettant aussi une régulation de la température.

Nous n’en sommes plus là aujourd’hui, ayant trouvé d’autres moyens de ne plus avoir froid, mais pourtant, les poils ont d’autres utilités : ils nous protègent par exemple des effets néfastes des rayons ultraviolets que nous envoie généreusement l’astre solaire.

Quant à nos poils pubiens, et a ceux de nos aisselles, ils jouent un rôle protecteur contre les irritations, mais ils seraient aussi capables de capter les odeurs, en particuliers celles émanant des phéromones lesquelles jouent un rôle essentiel dans nos vies sexuelles.

Mais ce n’est pas tout.

Le poil permet une meilleure hydratation de la peau, car la glande sébacée guide le sébum le long du poil vers l’extérieur, mais il ne se contente pas seulement de ça, il retient les odeurs, notamment sous les bras et sur le pubis conservant ainsi les odeurs sexuelles, qui par les phéromones émettent un puissant signal érotique qui permet de belles rencontres.

D’autre part, l’action de raser ou d’épiler crée une irritation et une inflammation des follicules, causant ainsi de multiples blessures microscopiques, rendant notre peau plus vulnérables à de dangereuses bactéries, mais aussi aux infections par l’herpes.

Faisons un détour du coté des poils du nez, ou des oreilles…

Outre qu’ils filtrent les sons, les odeurs, et certaines poussières, ils peuvent aussi nous alerter si un insecte tentait de pénétrer dans ces orifices fragiles. lien

Mais cette obsession de se débarrasser de nos poils a aussi passionné les psychiatres, lesquels voyant dans cette volonté un refus de grandir et aussi une peur des rapports sexuels prennent les adeptes de l’épilation à rebrousse poil.

Ceux qui pratiquent donc l’éradication du poil auraient donc un souci de distanciation vis-à-vis de la virilité, l’associant de fait à l’animalité. lien

Tout ça fait les bonnes affaires du marché de l’épilation, qui, reprenant du poil de la bête, selon « the Independant » aurait généré plus de 2 milliards de dollars en 2011 aux Etats-Unis.

Aujourd’hui, 59% des américaines de 18 à 24 ans épilent ou rasent complètement leurs poils pubiens et elles sont encore 32% à le faire entre 30 et 39 ans. lien

De quoi faire dresser les poils sur la tête !

Quant aux hommes, ils suivent le même chemin avec un peu de retard, même s’ils ont parfois un poil dans la main…

Nouvelle qui est donc au poil pour ceux qui s’enrichissent de ce juteux commerce…

Comme dit mon vieil ami africain : « n’oublie pas que la terre se réjouit de sentir tes pieds nus, et que le vent joue volontiers avec tes cheveux ».

L’image illustrant l’article vient de l'essentiel.lu

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

L’œil du sommeil ou du réveil

Mais où sont passés nos héros

L’homme est-il une espèce domestique ?

Désaccord pour un accord

Les religions, parole d’évangile ?

Le Monde avant l’ère

Les voyages immobiles

De l’intuition humaine

Ce merveilleux 6ème sens

Ces tout petits humains

Main verte pour tomates rouges

Les cristaux de nos mémoires

Avant nous le déluge ?

Vous avez UN nouveau message

Des Hobbits aux Géants

2012, Odyssée de l’Espèce

La planète des singes

La leçon de Tchernobyl


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

92 réactions à cet article    


  • L'enfoiré L’enfoiré 31 juillet 2015 09:31

    Bonjour Olivier,

     Mais que voilà un article original.
     
    Bravo smiley


    • L'enfoiré L’enfoiré 31 juillet 2015 09:33

      Déjà essayé le barefoot dans la course à pied comme l’Africain ?
      Ça change tout.


    • olivier cabanel olivier cabanel 31 juillet 2015 10:21

      @L’enfoiré
      merci ! c’est sympa.

       smiley

    • VICTOR Ayoli VICTOR 31 juillet 2015 09:35

      Vive le poil !

       

      Rien n’est plus émouvant,

      Rien n’est plus excitant

      Rien n’est plus envoûtant

      Qu’une bell’ femme à poil

       

      Sachez mesdemoiselles

      Que pour le sensuel

      Que pour le sexuel

      Il faut avoir du poil !

       

      Touffe noire

      Ciboire

      Touffe blonde

      Profonde

      Touffe rousse

      Qui mousse

       

      Écrin doux et soyeux

      Du temple du désir

      Toboggan broussailleux

      Vers la grotte à plaisir

      Le poil, le poil, le poil, le poiiiil

       

      - Oh ! Victor, tu en parles avec tant d’émotion !

      D’où te viens, pour le poil une telle passion ?

      - De ma prime jeunesse où, branleur émérite,

      J’ai vécu, envoûté, un bonheur insolite.

      Carmencita Sanchez était la fille aînée

      D’une famille ayant franchi les Pyrénées

      Pour fuir les catastrophes d’une guerre civile.

      Tous travaillaient aux champs du mas de la famille.

      Carmencita, ce jour, préparait l’aïoli

      Un « foudaoù » sur le ventre, un caraco joli

      Laissant nu sa gorge, ses bras et ses épaules.

      Je m’étais proposé, moi, jeune branquignole

      Pour l’aider à peler patates et carottes

      En matant, de la belle les chairs blanches et rondes.

      Je sors pour emporter les épluches aux cochons

      En rêvant à ses yeux, son cul et ses nichons.

      Je reviens, tête en feu et la gaule en folie

      Derrière la Carmen qui montait l’aïoli.

      Assise, le mortier coincé entre ses cuisses,

      Elle tournait l’aïoli d’un geste ample et lisse.

      J’arrive doucement, par derrière la belle

      Et glisse prestement mon truc sous son aisselle,

      La chair tiède en sueur, les poils, le mouvement

      Rythmé, les parfums d’ail font un coquetèle dément,

      Carmen crie en français, m’insulte en espagnol

      Voudrait bien me pousser, me donner des torgnioles

      Mais l’aïoli est sacré, s’arrêter, c’est tabou

      Car sinon elle cague, le déshonneur au bout !

      Ses cris deviennent rauques, feulement de féline

      Son bras se fait complice, sa tête dodeline,

      Je voudrais tant l’avoir, toute nue, dans un lit !

      Puis mon plaisir jaillit, parfumant…l’aïoli !

      VictorAyoli


      • olivier cabanel olivier cabanel 31 juillet 2015 10:22

        @VICTOR
        bravo victor... du talent.

         smiley

      • P-Troll P-Troll 31 juillet 2015 13:40

        @olivier cabanel

        ta ta ta

        on peut être à poil sans en avoir !

        ta ta ta !


        • Ben Schott 31 juillet 2015 09:48

           
          Entre le « tablier de forgeron » et la coquille d’œuf, c’est une question de goût...
           
          Jardin à la française ou jardin à l’anglaise ?
           


          • aimable 31 juillet 2015 10:01

            @Ben Schott

            jardin a la Française , tiré au cordeau !
            les pré-ado passez votre chemin, je suis de l’avis de l’oncle Archi !


          • oncle archibald 31 juillet 2015 09:49

            Drôle d’idée en effet que de se raser entièrement, et j’ajoute que si le hasard me mettait en face d’une dame au pubis parfaitement « lissé » j’aurai le sentiment très désagréable d’abuser d’une petite fille impubère, ce qui probablement, me priverait de toute envie, mais mon grand âge me met à l’abri de pareille mésaventure, .


            Mon torse est largement couvert par les « vestiges de notre vie archaïque, lorsque l’homme préhistorique, vivant nu, était couvert d’une forte pilosité », grise depuis de longues années déjà.

            Cette particularité met en joie mes petits enfants lorsque nous sommes à la mer. Je « fais la planche » et ils trimbalent, l’un tirant par les pieds, les autres poussant aux épaules, la célèbre « baleine à poils gris de Méditerranée », que l’on peut apercevoir de temps à autre près des plages de Gruissan ou de Valras. Cette espèce rare et protégée est néanmoins en voie de disparition.

            • Alren Alren 2 août 2015 17:30

              @oncle archibald


              Les Égyptiens de l’Antiquité rasaient poils pubiens, cheveux et barbes pour lutter contre les arthropodes parasites (poux et morpions). Coutume qui a perduré en Algérie - avant l’indépendance du moins : les maris rasaient les parties intimes de leurs épouses, dans la même perspective semble-t-il.

              Les coureurs cyclistes rasent leur jambes soi disant pour mieux faire s’écouler leur sueur ...

              Les jeunes filles rasent leurs poils d’aisselles et de pubis pour plaire aux garçons de leur âge. C’est comme ça ...

            • oncle archibald 3 août 2015 10:26

              @Alren : il en faut pour tous les gouts, mais si vous n’aimez pas ça (les poils) n’en dégoutez pas les autres. Comme le disait Pierre Dac les poils superflus sont inutiles, mais les superflus seulement !


              En ce qui concerne les coureurs cyclistes, j’ai entendu dire qu’ils se rasent les jambes surtout pour favoriser les interventions médicales en cas de chute, mais bon, ça n’est que l’avis de mon fils puisné qui pratique le vélo, que dis-je, les vélos (route et VTT), avec passion mais en amateur.

            • Gabriel Gabriel 31 juillet 2015 10:10

              Alors Olivier voilà que maintenant on s’égare dans la pilosité. Du poil revêche au plus soyeux, les motivations des pour ou des contre, qui viendront ici débattre j’en suis sûr, ne manqueront pas de piquant. Même si les arguments sembleront parfois un peu tirés par les cheveux, j’ose croire qu’ils ne seront jamais rasoirs. Il serait émouvant d’avoir l’avis de la gente féminine sur un sujet aussi dru et, celle aussi des merlans tailleurs impétrants et ennemis jurés des épis rétifs. Comme le faisait remarquer Desproges : « Il n’y a pas de raison qu’il y ait plus de cons frisés chez les esthéticiennes que chez les coiffeurs (ou le contraire) »...


              • Auxi 31 juillet 2015 15:40

                @Gabriel

                l’avis de la gente féminine

                La gent féminine, nom de Dieu !

              • Gabriel Gabriel 31 juillet 2015 16:47

                @Auxi

                Excusez cette erreur d’inattention mais cela mérite il un blasphème ? Non de Zeus !... 


              • o.man 1er août 2015 20:19

                @Auxi

                L’ange Oliver , le protecteur des roux et de la gente féminine .
                Qu’on se le dise .


              • foufouille foufouille 31 juillet 2015 10:13

                c’est pas nouveau mais faut bien faire fonctionner le patator.


                • Le p’tit Charles 31 juillet 2015 10:14

                  +++++

                  Bien fait...tu l’à « VELUS »...t’auras ton plus... !


                  • Vipère Vipère 31 juillet 2015 10:23

                    Je vote résolument pour le poil, pourvu qu’on l’ait pas dans la main !


                    • olivier cabanel olivier cabanel 31 juillet 2015 10:31

                      @Vipère
                      t’as raison, ne coupons pas les cheveux en 4...

                       smiley

                    • hunter hunter 31 juillet 2015 12:14

                      @olivier cabanel

                      Salut Olivier,

                      Merci pour l’article, ça fait du bien de se changer les idées et d’être moins sérieux que d’habitude !

                      Pour ma part, il y a 20 piges, j’étais pour le rasage ou épilation total, mais j’ai changé d’avis !

                      Rien de plus beau qu’une petite chatte blonde, c’est vraiment dommage d’être privé de cette merveille visuelle !

                      Bon, un peu de contrôle, un peu de débroussaillage, je ne suis pas contre, mais l’éradication de la pilosité, non, ça ne me plaît plus !

                      Mais bon, faut faire avec, car le poil se fait de plus en plus rare dans ces régions..parait que c’est l’influence du porno...

                       smiley

                       Adishatz

                      H/


                    • olivier cabanel olivier cabanel 31 juillet 2015 13:17

                      @hunter
                      pareil...

                      et puis, il s’agit tout de même de favoriser le 6eme sens !
                      et ça c’est important, non ?
                       smiley

                    • hunter hunter 31 juillet 2015 13:29

                      @olivier cabanel

                      Plus qu’important ! je dirais même fondamental !

                      bye

                      H/


                    • BOBW BOBW 31 juillet 2015 20:54

                      @Vipère : c’est les pdg et les actionnaires des banques qui en ont un de trés gros ! smiley


                    • Vipère Vipère 1er août 2015 08:37

                      @BOBW

                      Un seul ? ce doit être le « très gros » qui cache la toison  ! smiley


                    • Vipère Vipère 1er août 2015 09:04

                       
                      Et Renaud chantait .... 


                    • Vipère Vipère 1er août 2015 09:12

                      Et Renaud chantait ... et re... (lien n’a pas pris)

                      https://www.youtube.com/watch?v=AhvGsbnSIp8


                    • Philippe Stephan Christian Deschamps 31 juillet 2015 10:41

                      je suis le poinçonneur des Lila adepte du ticket de métro

                      près de la moitié des hommes (43%), apprécient un triangle bien taillé, ne laissant pas déborder les poils du maillot. Prés d’un homme sur cinq (17%) admet une préférence pour le ticket de métro, appelé également bikini brésilien. Pour le côté original de l’étude, 15% sont fans de la toison en forme de cœur. Et à la grande surprise, ils ne sont que 12% à solliciter une épilation intégrale. Par ailleurs, une étude IPSOS datant de 2006, démontre que plus de la moitié des Françaises (54%) s’épilent le maillot de façon régulière. Et 44% des hommes seraient mécontents si leurs compagnes arrêtaient de s’épiler, alors que 30% disent s’en moquer. Enfin, une autre étude mettait récemment en garde les femmes contre les risques de l’épilation.
                      source


                      • oncle archibald 31 juillet 2015 11:07

                        @Christian Deschamps : « Et 44% des hommes seraient mécontents si leurs compagnes arrêtaient de s’épiler, alors que 30% disent s’en moquer. »


                        Tout va bien pourvu qu’en maillot sur la plage « le foin ne dépasse pas de la charrette » comme disent les chevaliers du fiel …. C’est pas joli, voire obscène, mais il est très rare de croiser des « adeptes de la nature » qui le soient à ce point là.


                      • bakerstreet bakerstreet 31 juillet 2015 13:15

                        @oncle archibald


                        Tant de pourcentages pour couper les cheveux en quatre, et dire que la satisfaction dépend d’une chatte taillée comme une haie de troènes, me rendent nostalgiques des jardins anglais, où Vénus pouvait se cacher. 
                        Drôle d’ époque lyophilisée où l’on ne trouve même plus de cheveux dans la soupe, où les soupes elles-mêmes se font rares et insipides. 

                        Voici venus le temps des tatoués ( ées) ! L’encre envahit l’espace corporel à mesure que le poil recule ! Peut être qu’un jour il refleurira pertinemment pour couvrir certains, plus vraiment d’actualités !
                        Car si les paroles s’envolent, les corps par contre les impriment pour l’immortalité, ou plutôt pour la mortalité.

                         Les poils finalement ont toujours milité pour la liberté !
                        Méfiez vous des tondeurs de pelouse si vous aimez les marguerites !

                      • Philippe Stephan Christian Deschamps 31 juillet 2015 13:27

                        @oncle archibald
                        je n’ai pas soulevé toutes les burka de mon quartier pour faire un sondage plus détaillé,
                        je te promet que ce n’est pas par lâcheté . smiley mais il y aurai eu du poile d’arraché,le mien
                        en l ’occurrence.
                        les 30% qui s’en moquent ont des femmes glabre,des asiatiques ou sont des menteurs. smiley
                        je n’ai pas encore vu de portugaise en string non épilés,mais si tu as des photos fait tourner.
                        On dit que même les avions là bas on des poiles sous les ailes.  smiley


                      • P-Troll P-Troll 31 juillet 2015 11:06

                        Ça, c’est un article au poil.


                        Les modes changent avec les rapports de production.

                        Il en va du poil comme du bronzage :
                        quand être hâlé signifiait « gagner sa vie en travaillan » (puisque 90% des travailleurs étaient des paysans), la noblesse allait jusqu’à se poudrer le visage pour montrer à quelle classe elle appartenait. Quand le travail a été transféré dans les bureaux et les resorts à la mode sur les plages tropicales, les valeurs se sont inversées.

                        Quan j’étais petit, être velu était synonyme de virilité. Aujourd’hui, on dirait que c’est synonyme de vulgariré sinon bestialité ! 

                        Pouah !
                        La belle ne veut plus de la bête

                        • bakerstreet bakerstreet 31 juillet 2015 12:50

                          @P-Troll

                          Tout à fait !
                          Par contre les tatouages qui étaient la marque des légionnaires, des forçats et des truands, sont devenus du dernier chic. Là aussi les valeurs se sont inversées. 

                        • Croa Croa 2 août 2015 16:17

                          P-Troll : « La belle ne veut plus de la bête »

                          Tout à fait et si l’homme répugne à montrer ses couilles c’est aussi par refus de son animalité.


                        • ETTORE ETTORE 31 juillet 2015 11:17

                          Nous vivons une belle époque « hygieniste » les femmes s’épilent et les hommes se laisse pousser la barbe.

                          Chasse le poil d’un endroit et il revient au galop....ailleurs.
                          Les femmes voudraient elles affirmer quelque chose de particulier en se rasant ?
                          Les hommes auraient ils besoin d’affirmer leur différence de genre en exhibant leur visage velu ?
                          Doit on rapprocher cela de la grande mode du tatouage ?
                          Notre corps semble la dernière frontière vendu à nos turpitudes de « l’image de soi »

                          En tout cas voilà un bel article .....de saison 

                          • Croa Croa 2 août 2015 11:51

                            À ETTORE
                            Le rasage n’a rien d’hygiénique, c’est juste plus facile de se raser que de se laver !


                          • rocla+ rocla+ 31 juillet 2015 11:33

                            je suis velu ’ j’ ai vulu ’’ et sus rupartu  .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires