• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Mouvement perpétuel ?

Mouvement perpétuel ?

Dans cinq jours, les Français qualifieront deux des douze candidats à la présidentielle. Pour beaucoup, cette campagne aura surtout mis en valeur des petits mots ou phrases au détriment de discours clairs sur la vision que les candidats ont de leur avenir et de celui du pays.

A propos justement de phrases ou bon mots, (si l’on exclut les accusations ou attaques personnelles) sommes-nous certains de l’originalité des déclarations des candidats ou de leurs représentants ?

Afin de s’en rendre compte, nous vous proposons ci-dessous un petit test.

Pourriez-vous dire en les lisant à quels candidats pourraient être affectées les citations ou déclarations suivantes ? (réponses en fin de test)

1- « La France, c’est tout à la fois, c’est tous les Français. C’est pas la gauche, la France ! C’est pas la droite, la France ! Naturellement, les Français comme de tout temps, ressentent en eux des courants. Prétendre faire la France avec une fraction, c’est une erreur grave, et prétendre représenter la France au nom d’une fraction, cela, c’est une erreur nationale impardonnable. »

2- « ...c’est sur des éléments d’action, d’autorité, de responsabilité, qu’on peut construire l’Europe..
Quels éléments ? Eh bien, les Etats ! Car il n’y a que les Etats qui soient à cet égard valables, légitimes et capables de réaliser. J’ai déjà dit et je répète qu’à l’heure qu’il est, il ne peut pas y avoir d’autre Europe que celle des Etats, en dehors naturellement des mythes, des fictions, des parades ... »

3- « Il s’agit que, dans chacune de nos activités, par exemple une entreprise ou une université, chacun de ceux qui en font partie soit directement associé à la façon dont elle marche, aux résultats qu’elle obtient, aux services qu’elle rend à l’ensemble national. Bref, il s’agit que la participation devienne la règle et le ressort d’une France renouvelée. »

4- « À chaque recul de la souveraineté populaire, à chaque disparition de la République, correspond un retour en force, franc ou dissimulé, de la justice régalienne. "Dis-moi par qui tu fais juger et je te dirai qui tu es". Il n’est pas en politique d’axiome plus sûr. »

5- « Quand un régime tombe en pourriture, il devient pourrisseur : sa décomposition perd tout ce qui l’approche. »

6- « Ceux qui se sont sagement limités à ce qui leur paraissait possible n’ont jamais avancé d’un seul pas. »

7- « Vous, nouveaux venus, qui vous plaignez de ce qu’on a pris toutes les places au soleil, si on vous donnait des terres à défricher sans la certitude de les garder, en voudriez-vous à ce prix ? »

8- « Où manque la force, le droit disparaît ; où apparaît la force, le droit commence de rayonner. »

9 - « Je suis l’homme du rétablissement de l’ordre, et non d’un rétablissement de l’ancien ordre. »

10- "Le gouvernement a pour mission de faire que les bons citoyens soient tranquilles, que les mauvais ne le soient pas."

"Un traître est un homme politique qui quitte son parti pour s’inscrire à un autre. Par contre, un converti est un homme politique qui quitte son parti pour s’inscrire au vôtre."

A votre avis, combien de bonnes réponses avec-vous obtenu ?

Réponses

1 - 2 - 3 Charles De Gaulle
4 - François Mitterrand
5 - Charles Mauras
6 - Bakounine
7 - Adolphe Thiers
8 - Maurice Barrès
9 - Mirabeau
10 - Georges Clémenceau

Etonnant, non ?

Sources

Wikipedia -Institut François Mitterrand -Fondation Charles de Gaulle


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 18 avril 2007 11:19

    Intéressante analyse... Mais, de là à penser qu’un homme ou une femme politique qui quitte son parti est un(e) traitre(sse), je ne suis pas d’accord... On pourrait parler de converti !

    Quoiqu’il en soit, il peut y avoir des alliances, même contre nature, certaines pouvant s’avérer très dangereuses pour l’exercice-même de la Démocratie !


    • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 18 avril 2007 12:38

      Bonjour Dominique,

      Merci pour votre commentaire. Une remarque toutefois : Les propos sur les traites sont de Georges CLEMENCEAU mais ne trouvez vous qu’ils sont effectivement en pleine actualité. Mouvement perpétuel .....


    • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 18 avril 2007 17:25

      Bonjour, Jean Claude BENARD... Honnêtement, je serais bien incapable de répondre à votre question...

      Cependant, il y a eu, tout au long de notre Vè République, des traitres politiques :

      - Jacques Chirac, qui, en 1974, a permis l’élection de Valéry Giscard d’Estaing en « torpillant » la candidature de Jacques Chaban-Delmas, qui était, tout comme lui, de l’UDR ;

      - Ce même Jacques Chirac, qui, en 1981, a permis l’élection de François Mitterrand...

      Puis, n’oublions pas que Jacques Chirac a raflé la Mairie de Paris en 1976 à Jacques d’Ornano, Membre du Parti de Valéry Giscard d’Estaing...

      Puis, Jacques Chirac a été trahi à son tour en 1995 par Nicolas Sarkozy, qui s’en est allé soutenir la candidature d’Edouard Balladur... Ce qui n’a pas empêché Jacques Chirac de devenir Président de la République Française !

      Dans ce bon vieux Département des Hauts-de-Seine, l’on raconte, lors des veillées, que Nicolas Sarkozy aurait soufflé la Mairie de Neuilly-sur-Seine à Charles Pasqua, son parrain politique ! Cela reste à creuser...

      Comme quoi, il y a beaucoup de trahisons dans les alcoves politiques... L’âme de Georges Clémenceau doit bien rigoler en observant toutes ces compromissions ou traitrises !


    • BAERTJC 18 avril 2007 15:33

      la France de c’est go l’haine,on la sent bien dans son désir de frime, de triche et de fric. Peu importe si les français et les françaises sont en majorité des sinistrés intllectuels précoces d’une machine éducative défaillante mue à l’énergie PS multicolore , on aime se gargariser des phrases venant d’hommes ou de femmes qui sont pour la plupart hors jeu puisque disparus et que ce triste état ne leur a pas donné le pouvoir de vivre avec notre temps. Appliquer des cittions sorties de leur environnement c’est le pari de l’éolienne politique de nouvelle génération qui voudrait ressembler à Edgard Faure, maître es-girouette et linguiste de l’Assemblée nationale consommé !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès