• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Nino Ferrer homme libre hors norme !

Nino Ferrer homme libre hors norme !

Nino fut bouffé tout cru par ses quelques tubes, qui gommèrent toute son œuvre riche et variée, aux frontières du jazz, du rhythm’n’blues et du rock’n’roll sur des paroles très actuelles et visionnaires pour son époque. Henry Chartier dans son livre rend hommage à toutes ses activités créatives et dresse le portrait d’un homme libre, écorché vif révolté et bon vivant malgré tout.

JPEG

Vous avez peut-être vous aussi remarqué lors d’une époque morose où la culture de bas étage ruisselle la mièvrerie aux gondoles de la consommation, les industries du disque se repaissent sur les cadavres des auteurs compositeurs interprètes qui avaient des tripes et un certain talent anticonformiste.

Ainsi, cet automne, on fêtera, on festoiera sur les restes de Jacques Brel, qui quarante déjà était passé de vie à trépas. Au point qu’une revue très sérieuse telle Le nouveau Magazine littéraire lui consacre un dossier en septembre 2018. A nous faire prendre des lanternes pour des étoiles au firmament d’un Brel qui aurait été « un grand rockeur méconnu » ! Ah bon, ça m’avait échappé !

J’ai hâte de considérer sous quel regard le père Nino Ferrer (né le 15 aout 1934 à Gênes en Italie / et décédé le 13 août 1998 à Saint-Cyprien dans le Lot) sera traité, suite justement à la parution de sa biographie et dont je vais me faire un plaisir de vous repaitre. D’autant plus que « Vingt ans après », on pourrait le dire en paraphrasant Dumas, Nino Ferrer est toujours vivant par son œuvre multifacette, très riche et subversive.

Henri Chartier, l’auteur de « Nino Ferrer un homme libre  » aux éditions Le mot et le reste lui redonne vie. Contrairement à son blaze c’est un homme de lettres féru de musiques ouvertes et textuelles. Capable à lui tout seul de jeter des ponts entre Lennon, Gainsbourg, Cobain, Christophe, le rock et la politique et même le rock satanique, à qui il a déjà consacré des ouvrages.

Déjà, pour les éditions Au bord de l’eau, au trémolo tout près de Bordeaux, il s’était penché sur le père Nino en 2007.

Marseille l’a pris sous son aile et c’est tout naturellement que les éditions Le mot et le reste lui ont ouvert leurs pages. D’autant que cet éditeur à consonance musicale actuelle et littéraire représentait le parangon idéal pour porter Nino à sa juste démesure, tant son œuvre digresse toutes les catégories musicales où on a voulu l’enfermer.

N’était-ce pas Monsieur Boris Vian qui caractérisait le tube comme un morceau creux ? Nino pourtant pas nœud nœud s’était pris les pieds dedans et toute sa vie durant, on a voulu le parquer dans le carcan des « Mirza », « Le Téléfon » ou « Le sud », qui au demeurant ne sont pas des raves !

Nino exprime son amertume pour ses fameuses chansons « Ces chansons (Mirza, Le Téléfon ect) traversent les années parce qu’elles ont été matraquées en radio. Le show-biz a fait ce qu’il fallait pour les faire entrer dans la tête des gens. « Mirza », c’est un blues en mineur sur tempo rapide, rien de plus. « Le Téléfon, c’est un texte rigolo qui aurait sûrement fait rire Max Jacob ou Alfred Jarry. Mais leur réalisation musicale et technique était épouvantable ». (page 39)

C’est encore Boris Vian flanqué d’Henry Salvador et Michel Legrand qui ont importé le rock’n roll en France (il y est fait d’ailleurs une légère allusion dans le livre), comme une farce et ode à la dérision pour se bidonner. Lorsqu’ils se sont s’aperçus que la sauce prenait, ils ont très vite retiré leurs billes du jeu de massacre. D’autres après eux beaucoup plus sérieux se sont enfournés dans la brèche pour recevoir les pépettes. Je préfère taire leurs noms !

Nino quant à lui à ses débuts n’était pas encore le « T’es rock coco » d’un Léo Ferré, mais un créateur de rhythm’n’blues à la française. Tenant ses sources musicales dans le jazz. France Musique lui a consacré un temps d’antenne de qualité pour cerveau ouvert et accessible intitulé « Nino Ferrer, l’enfant du jazz » et ce n’est sans doute pas un hasard. 

 

Accompagnateur à la contrebasse de la chanteuse Nancy Halloway, puis du batteur Richard Bennet, il est passé du jazz, au blues, au rhythm’n’blues au rock’n roll. Car durant toute son existence, il s’est joué des styles musicaux pour effectuer une mue constante, une sorte de synthèse de différentes musiques qu’il affectionnait.

 

« Adolescent mal dans sa peau, appartenant à une famille bourgeoise déclassée et déracinée, la musique est un moyen de s’évader : « Ca m’a permis de décoller vers un autre monde » confiera-t-il ». (page 19)

Il a essayé pléthore d’instruments avant de jeter son dévolu sur une guitare basse Fender. « La basse a été très importante pour moi. Je suis illettré en matière de musique, mais joue de la basse, ça m’a appris à décomposer les harmonies, ça m’a permis finalement de composer et d’arranger ». (page 19)

« Illettré en musique », c’est vite dit Nino ! Eclectique, il tire ses influences aussi diverses chez Mozart à Rachmaninov, de Brassens à Ferré, de la bossa nova, des Beatles, Doors, Santana… mais aussi du regretté Jacques Higelin, qui dans les années 70 influencera son mode d’écriture de ses textes mis en musique. Mais aussi évidemment de la musique noire américaine blues ou jazz (Armstrong, Modern Jazz Quartet, et ensuite du rhythm’n’blues (Ray Charles, Otis Redding…)

Sans oublier un James Brown qui chantait en 1968 : « Je suis noir et j’en suis fier » et associait musique et revendication des noirs. Quant à Nino, il nous signifiait : « Je veux être noir ».

Durant toute sa carrière, Nino alla de malentendus en malentendus.

Lui qui ne jurait à ses débuts que pour et par le jazz, passa à côté de la vague yéyé des années 60. Il se rattrapa avec le rhythm’n’blues en phase avec sa personnalité. Son Mirza de 1966 l’installera durablement dans la peau d’amuseur public et ne put jamais à son grand dam s’en dépêtrer.

Autre malencontreux malentendu, son titre « Un an d’amour (c’est irréparable) » de son premier 45 tours fut piraté devint un tube au Proche Orient. En 1964, dans un club branché de Beyrouth, il fut accueilli comme un héros musical et remarqué par un producteur italien, qui tomba raide dingue de cette chanson. Il confia à la voix de Mina, chanteuse très populaire, le soin de la chanter dans son pays mais également dans différents contrées d’Europe et remporta un succès considérable. Traduit en douze langues, ce fut un succès planétaire. Outre le fait du triomphe de cette chanson dans la langue natale de Nino Ferré né à Gênes, « Ce qui est le plus terrible, au-delà des droits que ne touche qu’en partie, c’est que jamais personne ne sait que cette chanson est de moi, alors que je l’ai faite seul » (page 34)

Le mariage fut consommé entre Nino et le show-biz, et depuis ce moment précis, il lui voua une humeur d’arracheur de dent jusqu’à son ultime souffle. Les médias en prirent pour leur grade et commencèrent à vouloir l’oublier. A tel point qu’il rejoignit Dick Annegarn au club des révoltés contre le système marchand des œuvres musicales. Il osa quitter le giron du carnaval commercial pour s’autoproduire vaille que vaille et enregistrer dans son propre studio d’enregistrement de sa bastide du Quercy.

A tel point, que Nino se posait certaines questions vitales, qui durant toute son existence se retrouveront comme un leitmotiv de son œuvre.

Ecoutons Nino, 60 piges dans les rotules nous confier ce qu’il a sur le cœur : « Je me trompe ou est-ce le reste du monde ? » dans cette archive INA.

Face à un journaliste pas du tout hostile à Nino, il parle de son enthousiasme pour un recueil de textes qu’il vient de publier. Qu’il est passé à côté de mai 68 qui « lui a cassé la baraque du succès planétaire ». Qu’il demeure assez pessimiste pour les générations futures. Sous le regard des œuvres picturales, retiré du monde dans le Quercy, il exulte que « la vieillesse est l’âge d’or de l’homme ». Sauf que pour Nino, écorché vif, à la veille de ses 65 ans il se tira une balle dans le cœur !

Quelques jours avant sa mort, il avait confié à son ami et musicien Richard Bennett toute sa rancœur du show bizz qui ne s’était jamais érodée avec le temps, mais qui le minait toujours autant : « Tu te rends compte, j’ai écrit et produit près de deux cents chansons, et les gens n’en connaissent que trois. C’est comme un peintre prolifique dont on ne connaitrait que trois tableaux, car tous les autres sont dans le coffre  ».

Cet état d’esprit de mélancolie peut aussi s’apparenter à la « Désabution » terme qui porte bien son nom inventé par Nino qui donna aussi le titre d’une chanson et d’un album enregistré entre 1991 et 1992 à la Taillade.

Il peut aussi s’en prendre à son public et lui dédier une chanson, en souvenir d’un concert explosif en Bretagne. Le rock’n’roll cow-boy se démène sur scène, avec Margerin en couverture de l’album (1992).

« Voilà qu'on me tire dessus du haut de ce balcon
Des canettes de bière, des tomates, des melons
Et moi j'avance de plus belle, à grands coups de décibels
Pour garder dans mon théâtre tous ces bovins opiniâtres
Qui vont de l'autre côté parce que c'est mieux éclairé
Et moi, je me sens tout seul sous le feu des projecteurs
Pendant que le spectacle avance à toute vapeur
Je suis un rock'n'roll cow-boy
Qui meurt... de soif
 ! »

Nino aimait aussi la BD à tel point qu’Hugo Pratt, un compatriote italien, lui prêta son crayon pour lui dresser le portrait de la pochette de l’album « Concert chez Harry » en 1995 sous les traits d’un marin à la Corto Maltese.

En 1989, Nino décide sa naturalisation française pour célébrer le bicentenaire de la Révolution française.

 

En 1970, il innova encore lors de sa rencontre avec le groupe anglais les Leggs, avec à la guitare le fameux guitariste incontrôlé et ingérable Micky Finn dont Higelin ne tarira pas d’éloges pour ses nombreux talents.

L’album « Nino Ferrer and Leggs » (1972) ne peut pas laisser indiffèrent. « L’alchimie entre le rock brut apporté par les musiciens britanniques et l’inspiration très jazz et rock progressif de Giombolini font merveille ». ( Henri Chartier page 89)

La chanson « L’an 2000 » du visionnaire Nino questionne quant à l’avenir de la planète. « On est arrivé à une situation qui évolue de façon très rapide et qui va arriver obligatoirement dans les vingt ou trente années qui vont suivre à une explosion ou à un changement radical. Cette progression de tous les domaines : de la pollution, de la démographie etc. ne peut pas continuer de cette manière. Il doit obligatoirement y avoir un changement. Il peut y en avoir un bon ou un mauvais. Moi, personnellement, je le vois bon » (1973, page 89)

La catastrophe nucléaire de Tchernobyl lui défrisa les méninges. La même année, il en tira une chanson « L’année de la comète ».

Le portrait de l’amuseur en prit un sacré coup, par sa rage de vivre et de décrire le monde tel qu’il était et que les médias ont sciemment occulté.

Il traita des sujets de société récurent dans ses chansons toujours d’une véritable acuité. « Cannabis » (1971), « La télé libre » (1981

 

La révolution des œillets au Portugal : Alcina De Jesus (1975) avec son superbe son mélodieux au violoncelle à vous arracher des cris d’extase !

a drogue in « Freak » (1971), « La Révolution » ((1972), les sectes in « Moon » (1975) et bien d’autres encore !

De plus, comment refuser une telle déclaration !

« Je suis amoureux
D'une petite guenon
Qui fait... hou... hou. »

Sauf que le beau Nino s’était gouré, il m’avait confondue avec cette conne de Chitah ! (« Chita-Chita » 1986)

 

Henry Chartier décortique chaque album de Nino Ferrer au fil des pages et on en ressort grandi, avec l’envie d’écouter ou réécouter tous les albums de Nino avec un nouvel éclairage sonore lié à leur histoire souvent mouvementée.

En particulier Métronomie (1971) avec le fameux morceau qui donne le titre à l’album, un instrumental digne de la richesse du foisonnement des années 70 dans le giron du jazz rock décomplexé, avec des collages de sons dadaïstes. Un chef d’œuvre qui a bien vieilli et peut encore s’écouter en 2018 sans complexe.

Retour de bâton prolifique, les albums hommage à Nino refleurissent l’oseille dans les années 2000, ainsi que les visites de son œuvre par la fine fleur de la chanson bobo en canon, qui de son vivant, s’ils étaient nés n’en avaient rien à fiche de son œuvre.

Léo Ferré très sélect avait autorisé dans ses vieux jours à Mama Béa et Joan Pau Verdier de l’interpréter et pour ce dernier en français et occitan.

En ce qui concerne Nino, je ne vois que Gérard Blanchard au sort similaire plombé par des tubes : « Rock Amadour » et « Elle voulait revoir sa Normandie ». Partageant le même esprit pour les jeux de mots, le swingue dans les rimes, et la peinture en tant qu’artiste. « J’ai toujours peint et dessiné. Une chanson laisse des souvenirs à tout le monde. C’est magique. Mais contrairement à la peinture, ça reste un art mineur ». Mais aussi et surtout le même trait de caractère : « Je ne refuse pas le succès. Je refuse la putasserie du succès ». (in http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/la-nouvelle-vie-du-chanteur-gerard-blanchard-27-06-2018-7796292.php)

 

« Hein Nino que c'est rosse « !

Et l’hommage appuyé et sincère de Gérard Blanchard à Nino : « Nino Ferrer, je lui rends hommage à l’accordéon. J’ignorais qu’il avait des attaches dans le Lot. Et comme lui je fais de la peinture. Nino était un excellent peintre ». (in https://www.ladepeche.fr/article/2018/05/25/2804620-gerard-blanchard-suis-venu-rocamadour-barclay-balavoine.html).

Nino est immortel, il nous enterra tous et lui laissera, des sons, des toiles, sa voix de charmeur et de chanteur de blues, son humour, sa désabution, ses révoltes légitimes contre le show-biz, ses colères légendaires, son amour pour les animaux, son charme indéniable au sujet des femmes, un grand auteur compositeur et interprété d’une œuvre singulière issue à la base du jazz.

Henry Chartier nous le met en scène. On ressent le souffle de Nino dans ses pages. Cet amour de la liberté en chansons gazouille et continue de nous émerveiller et vous faire vibrer. Il s’est inspiré des interviews données par Nino, des rencontres avec sa famille et ses amis. « Nino Ferrer un homme libre » un titre qui lui colle à la peau.

Un très grand merci pour le travail de titan d’Henry Chartier, sans concession, pour Nino dans ses hauts et ses bas, avec le recul nécessaire et l’oreille très fine. Il redonne vie à toute l’œuvre éclectique et magnifique de Nino Ferrer !

 

Henri Chartier : Nino Ferrer un homme libre », éditions Le mot et le reste, 256 pages, août 2018, 20 euros

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.68/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • NEMO Joker 8 septembre 09:10

    on passe à côté de tant de choses magnifiques en se résignant par paresse à se limiter au programme imposé, facilement accessible et catapulté à coups de promotions clinquantes, que c’en est affligeant....


    • capobianco 8 septembre 13:32

      Merci pour toutes ces infos sur un artiste dont je conserve les albums vinyles et à l’occasion me surprends à chanter certaines de ses meilleures chansons telles « la maison près de la fontaine » .

      Son suicide m’avait beaucoup marqué.

      • Macondo Macondo 8 septembre 19:48

        Bonjour et merci pour cet hommage. Je voudrais parler de « La maison près de la fontaine » chef d’œuvre d’actualité depuis les 60’s et « La rua Madureira » bossa magnifique au jus de saudade. Un très grand quelqu’Un ...


        • Djam Djam 8 septembre 23:35
          @ Singette

          J’aimais bien Nino Ferrer... davantage le bonhomme que ses chansons qui, effectivement, sont restées canguées dans la catégorie chansonnette marrante.
          Merci pour ce long rappel avec commentaires et vidéos.

          Permettez-moi juste un petit rappel... un « homme libre » ça n’existe pas. On lit et on entend cette expression qui étiquette des personnalités qui auraient vécu hors système, hors contrainte. On oublie qu’indépendamment du système (qui déjà aliène gravement), l’esprit humain n’est jamais libre. Englués dans nos illusions mentales, dans des valeurs parfaitement arbitraires élaborées pour servie des idéologies, notre esprit n’est jamais libéré. Nous croyons décider de nos vies mais en réalité c’est bien le conditionnement qui construit un « je » artificiel auquel on s’identifie. Être libre exigerait que l’on se défasse de toutes les croyances, valeurs, principes etc... or, cela empêcherait tout simplement de vivre dans la société telle qu’elle est : une société qui fabrique des esprits totalement formatés... même Ferrer l’était...

          • velosolex velosolex 8 septembre 23:55

            Nino Ferrer n’a rien de l’incompris ; Il eut tout de même la chance de vivre de son art, et même plutôt bien. Amuseur sans doute, mais pas en dépit de son propre grès. Quand on est écrit « Z’avez pas vu Mirza », ou « les cornichons », on s’étonne pas que les gens en redemandent

            . Ou alors faut écrire va tout s’en va « ou » les vieux«  »
            Dans les années 70 on se complaisait dans la grisaille existentielle, et on rebondissait la chanson d’après dans la chanson populaire. Nino faisait dans les deux genres, d’où incompréhension, mais pas fatale quand même à jouer le poète maudit.
            Son sud, le temps qui dure de millions d’années, ça m’est resté dans le cœur. Les accords, le texte si court et juste, on peut dire qu’il a fait là un truc semblable à « sensation », ce très court poème de Rimbaud, qui vous mouille les yeux. 
            Un été j’ ai été passé Juillet à Montcuq, c’était l’année d’après l’enterrement dans les blés. Pas pour lui, je suis pas nécrophile, mais impossible de ne pas penser à ces soleils, à son sud. J’ai vu son tableau dans l’escalier de la mairie, Une autre façon d’atteindre le sud, même en hiver
            . SO LONG NINO !

            • velosolex velosolex 9 septembre 00:06

              Cette chanson, « Le sud » elle était en tête du hit parade, comme on disait, à l’époque.Je l’avais aimé dés la première écoute ! Je fréquentais toujours le même café, en 74,sur les docks de Saint-Nazaire !. Je revois le juke box comme si c’était hier. Il suffisait de glisser une pièce, et la machine se mettait en branle, allant chercher le disque de vinyle parmi cent autres.

              « C’est un pays qui ressemble à la Louisiane, à l’Italie !…. »

               C’était toujours « le sud », ce printemps là que je choisissais, coincé entre un morceau de Stone et Eric Charden, et un autre de Serge Lama. Je ne m’en lassais pas. Je savais par cœur à l’avance tout ce qu’il allait dire, et c’était comme si tout le texte existait déjà en puissance dans ces premières notes élastiques et ensoleillées.

               Est-ce que je me faisais des idées ? Mais tout le monde semblait touché par la grâce de ce morceau. Ce type avait visé juste ! Les femmes arrêtaient de tirer sur leur cigarette et regardaient fixement les volutes de fumée monter vers le plafond, tentant de camoufler leurs émotions. Et c’était comme si la bulle du mensonge et de la dissimulation éclatait. J’avais envie de parler avec eux de ces choses fragiles, liés au bonheur, à la vie qui passe et aux rêves inaboutis, mais bien sûr, je me taisais, comme les autres.

              J’en voulais juste un peu à la vie de m’avoir pas fait la grâce d’être un artiste, de savoir souffler dans une trompette ou d’écrire ce genre de morceau. On n’a pas tous la même chance sur cette terre, non ? Il y avait des prolos et des musiciens, et puis aussi des crèves la faim.

              Dieu merci je n’étais pas dans la dernière catégorie. Mais est-ce que j’étais plus heureux pour ça ?Qu’est ce que cette foutue chanson provoquait en moi, je l’ignore ? Mais je devais me cacher pour ne pas montrer mes yeux brouillés par une larme ou deux, que je refoulais, ou que je faisais passer pour un effet d’un rhume, en reniflant, et en me mouchant bruyamment.

              « Bon dieu, foutu temps ! » Je faisais.

              Et oui, le ciel bas et lourd pesait comme un couvercle, comme disait Leo Férré, qui tenait le secret de Baudelaire. Du coup, j’avais acheté le bouquin des fleurs du mal, en livre de poche. Pour voir !Quand je sortais du bar, en remontant mon col, avec cette pluie fine qui brouillait le paysage, j’étais furieux contre moi-même de me faire avoir de la sorte. Je tentais de me persuader que ma vie avait un sens dans ce que je faisais, et que cette chanson n’était qu’une chanson, rien d’autre !

               Mais les chats, les chiens, les tortues et les poissons rouges du sud continuaient à m’escorter un moment, alors que je regardais les eaux de l’estuaire briller sous la lune et sous les lumières du port. Nantes au loin, ramenait les vers de Barbara, et de la grange aux loups. Cette ville était bonne pour le spleen, mais je l’aimais plus que tout. j’y avais mes repères

              C’était bien vrai ; Un jour il y aurait la guerre. On le savait bien mais on ne savait pas quoi faire. Et alors ! C’était un secret de polichinelle. Pas de quoi s’émouvoir comme une minette !

              « La vie c’était pas de la tarte ! »

              J’avais déjà assisté au pot de départ en retraite de plusieurs collèges. Si jeune de mes 20 ans sentant encore la peinture fraîche, que le nombre de leurs années accomplies me semblait d’une énormité semblable à ce million d’années, dont parlait la chanson !

               Ca me rendait malade d’imaginer que je serais un jour à leur place, m’extasiant en sortant un vélo tout neuf, acheté à Manufrance. « En espérant que tu profite longtemps de ta retraite, vieux ! »

              Bon dieu ! Est-ce qu’il faudrait attendre si longtemps pour atteindre le sud ?

              A moins bien sûr qu’il n’y ait la guerre !


              • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 9 septembre 19:55

                @velosolex

                Ah ! Le Sud, cette belle ( très très belle ) chanson,( que j’ai souvent en tête ) , je l’ai évoqué dans mon article dans la semaine !


                @+ P@py


              • Gasty Gasty 10 septembre 12:34

                @velosolex

                Votre écrit rend hommage à cette chanson avec brio.


              • Hijack Hijack 9 septembre 02:40
                Merci pour le billet sur Nino Ferrer ... ça rappelle des souvenirs. Nino, en voulait au public de n’avoir retenu que l’humour de quelques chansons à ses débuts (qui plus est, bonnes musicalement parlant) ... J’avais bcp d’admiration pour cet artiste et homme.

                Certes, il s’est suicidé ... mais j’avais lu (sans en être certain, donc) qu’en plus de tout ce qui faisait qu’il était un écorché vif, n’avait pas supporté la mort de sa vieille mère, avec qui il était très proche.
                .
                Un type décalé, trop intelligent, trop libre ... J’imagine, que s’il vivait à notre époque, ne supporterait rien ... encore moins la musique.

                • Vudenbas 9 septembre 13:08

                  Pessimiste mais visionnaire apparemment avec le « blues en fin du monde »...


                  • alinea alinea 9 septembre 13:26
                    Heu...ça veut dire quoi « libre » ?
                    La semaine dernière, c’était Catherine Deneuve qui était libre.. ; vous ne pensez pas que beaucoup de gens seraient libres dans leur situation ? D’ailleurs, c’est intéressant : est-on plus libre avec du fric ?
                    Je pense que nous avons tous notre idée de la liberté, la mienne c’est qu’on n’est pas forcément libre quand on se suicide quelques mois après la mort de sa mère.
                    Je ne juge pas du tout, je trouve plutôt beau une relation forte et structurante qui permet de vivre sa vie très positivement, et que cette vie n’ait plus de sens ni de structure quand la mort interrompt le lien.
                    Mais « liberté » n’est pas le qualificatif que j’aurais employé !

                    • Hijack Hijack 9 septembre 17:33

                      @alinea


                      Si tu parles de moi, car j’ai souvent dit de certaines personnes qu’elles étaient libres par rapport à l’extrême majorité prisonnière d’énormément de choses ... l’argent n’entrant pas en ligne de compte. Si on fait référence à des gens connus, c’est parce que l’on en parle. Je connais quelques personnes (bas niveau social) inconnues, totalement libres ... et d’autres, très connues, voire très riches ... pas libres du tout. Par exemple : Depardieu, homme totalement libre. Johny Hallyday (Dieu aît son âme) ... pas du tout. Aucun homme d’état (du moins leur majorité) dans le monde n’est un homme libre ...
                      .
                      Le suicide après la mort de sa mère m’avait surpris ... il devait y avoir autre chose que nous ignorons ... mais comme tu le dis, il était libre au niveau de ses idées, et c’est dans ce sens que j’en parlais ... probablement qu’il lui manquait quelque chose qui est devenu trop évident après la disparition de sa mère, qui devait compenser ce manque.

                    • L'enfoiré L’enfoiré 9 septembre 18:10
                      @alinea bonjour,
                       J’ai eu le même sentiment et la même réaction.
                       On est libre quand on ne dépend de personne.

                       

                    • alinea alinea 9 septembre 18:48

                      @Hijack

                      Je pense que beaucoup utilisent « libre » pour anti-conventionnel, pour ceux qui ne font pas comme tout le monde ; dans le monde des artistes,ils sont légion ! c’est même une marque de fabrique, mais au fond, on ne sait rien.
                      Je ne parlais pas de toi particulièrement, j’avais en tête, comme je l’ai dit, Catherine Deneuve en tête ; je ne vois pas en quoi Catherine Deneuve est plus libre que Miou-Miou ( le même auteur en parle aussi), ou Nino Ferrer plus libre que Julien Clerc !! par exemple, et tout à fait au hasard !

                    • velosolex velosolex 9 septembre 20:01

                      HijackLa liberté...Vaste sujet de philo...Est ce que ça vaut le coup de ressortir Camus et Sartre. ? ;...et Puis orwell, la liberté du renard libre dans un poulailler libre ?..Il est libre Max, y en a même qui l’ont vu volé", chantait Hervé Cristianni si ma mémoire est bonne....

                      Nino Ferrer a t’il perdu le nord à force de chercher le sud ?Pour le peu que je connais de cet homme, il était sujet à des écarts d’humeur. Voilà ce que c’est la réalité d’un suicide pour beaucoup, Quelque chose de pas programmé, et qui n’est qu’un raptus. De l’immense majorité des gens que j’ai vu revenir à la vie, après parfois des TS terribles, ils étaient contents d’être là. J’évite de me faire une idée d’un homme qui est partie dans ce genre d’acte. 
                      On ne sait pas trop ce que c’est la liberté, sauf sous un régime dictatorial, comme on ne connait que la faim dans certaines situations cruelles, non choisies. Diogène à mon sens est libre, car il ne dépend de personne, et se moque de l’avis des autres. Mais cela lui coûte très cher, et l’oblige à suivre une ligne de vie difficile. La voix peut être. Quand à Depardieu, je me risquerais à dire que tous ceux qui sont sous dépendances ne sont pas libres. L’équilibre est plus facile à déterminer ; 
                      Quand tu l’as, tu l’as, chantait France Gall......


                    • Hijack Hijack 21 septembre 18:56

                      @alinea


                      Un peu ancien ... mais je réponds, pour la forme.
                      Oui, tu as raison que l’on utilise le « libre » ... pour anti conventionnel ... mais ça commence tjrs comme ça la liberté. Cette liberté ne l’est que contre une autorité, un système ... une politique.
                      .
                      Que Miou Miou que j’adore ... soit libre ... peut-être, mais sur des sujets chauds ... Deneuve est plus réactive.


                    • L'enfoiré L’enfoiré 9 septembre 18:09
                      La singette,

                       Bel hommage.... que de souvenirs qui passent et que j’écoute encore à radio Nostalgie
                       Pour moi, c’est « Le sud » que je préfère

                      • Raymond75 9 septembre 19:16
                        Il y a un point qui n’a pas été signalé (ou alors j’ai lu trop vite) : Nino Ferre fut un militant actif contre l’extension du camp militaire du Larzac. Il y avait acheté un vieux bâtiment, et il eut souvent maille à partir avec les militaires.

                        Il était un homme de conviction, engagé.

                        Je me souviens l’avoir vu passer avenue de la Grande Armée à Paris, au volant d’un vieux cabriolet anglais (peut être une TR3).

                        • la Singette la Singette 9 septembre 19:28

                          @Raymond75

                          Henri Chartier, l’auteur de la bio de Nino a côtoyé sa famille, ses amis et tous les documents concernant Nino. Et s’il a donné comme titre « Nino Ferrer un homme libre », ce n’est sans doute pas un hasard, pour répondre aux personnes qui pinaillent autour des termes homme libre qui correspondent selon moi aussi à la personnalité de Nino.

                           

                          Pour répondre à Raymond, Nino était allergique aux uniformes en général et il était antimilitariste, tu as raison de le signaler.

                          Dans une chanson il y fait une allusion directe, à propos de son 4x4 défoncé par les militaires en manœuvre qui étaient rentrés chez lui, sous prétexte que sa propriété n’avait  aucune clôture. Nino avait la tête dure encore heureux !


                        • alinea alinea 9 septembre 19:36

                          @la Singette

                          Je ne pinaille pas ! je pense qu’il est important d’être juste dans ses mots !
                          Il y a énormément de militants qui ne sont pas libres !
                          Si on a chacun sa définition, de chaque mot, la communication n’est plus possible ; ce n’est pas du pinaillage, c’est fondamental.
                          Et ne pas être libre n’est pas péjoratif tandis qu’être libre n’est pas une garantie !
                          S’il faut sous un article juste dire pareil, je ne vois pas l’intérêt ! mais je n’en fais pas tout un fromage, je suis bien sûr que vous emploierez ce mot comme vous l’avez toujours fait, quand quelqu’un vous plaît !!

                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 9 septembre 19:58

                          Dans le titre « Le sud » , outre les paroles il faut voir la qualité d’écriture musicale...ces questions -réponses .chapeau Nino .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès