• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > « Oui, nous avons été visités »

« Oui, nous avons été visités »

Que penser de la révélation du cosmonaute de la NASA Edgar Mitchell en Juillet 2008 : "Oui, nous avons été visités" ?
Hallucination ? Mythomanie ? Manipulation ? Nous le savons tous : les extraterrestres n’existent pas et nous sommes définitivement seuls dans l’immensité de l’univers. C’est un sujet passionnant pour les amateurs de science-fiction. Et il n’y a aucune preuve. Il sera plus facile au lecteur de rire et de se réfugier dans le déni que d’affronter une enquête perturbante. Car il n’est pas question ici de croire sur parole mais bien de s’ interroger et d’enquêter dans le détail. C’est la moindre des choses.

 

Karry Mullis, inventeur de la technique d’amplification genique dite PCR ou “polymerase chain Reaction”.

Prix Nobel de chimie en 1993.

Durant une retraite pendant l’été 1985 dans une cabane dans les contrées sauvages et isolées du nord de la Californie, Karry Mullis fit une expérience étrange. Alors qu’il se dirigeait, de nuit, muni de sa lampe torche, vers une cabane annexe à sa maison, il vit sous un sapin "un raton laveur luminescent" qui lui aurait dit "bonsoir docteur". Il se retrouva instantanément le lendemain matin sur une petite route, non loin de sa maison ("missing time"). Aucune rosée du matin sur ses vêtements, aucune blessure et aucun moyen de retrouver sa lampe torche. Il n’en parle à personne. Sa fille Louise fera la même expérience au même endroit et se retrouvera sur la même route.

Mullis a écrit “Je n’essaierai pas de publier un article scientifiques sur ces choses, car je ne peux faire aucune expérience. Je ne peux pas faire apparaître de ratons laveurs luminescents. Je ne peux pas les acheter chez un fournisseur scientifique pour les étudier. Je ne peux me remettre à leur recherche. Mais je ne renie pas ce qui s’est passé. La science qualifie cette expérience d’anecdote, car elle s’est produit d’une manière impossible à reproduire. Mais c’est arrivé.”

ENQUETE

Comment expliquer que Karry Mullis et sa fille puissent fournir un témoignage aussi aberrant ?

Vous trouverez ci dessous deux cas authentifiés scientifiquement.

29 Aout 1967 FRANCE


La Montagne du 1/9/1967 page 5

Un garçon de 13 ans et sa sœur de 9 ans gardent le troupeau familial près du village de Cussac, quand apparaissent, à 80 mètres d’eux, quatre petits êtres en combinaisons noires d’environ 1m20 accompagnés d’une sphère posée sur l’herbe : « c’était un rond en métal brillant mais pas lumineux », déclare François. Sa soeur ajoute « il avait trois béquilles ». François précise « Moi, je ne peux pas dire, je ne les ai pas vues, mais Anne-Marie dit qu’elles étaient là ». Ils avaient "des poils sur la face" avec un renflement à peu près au niveau des oreilles comme "une barbe bouffante". Le garçon remarqua leur tête légèrement allongée, avec un menton pointu et leurs bras légèrement plus longs que la normale.

L’engin dégage une lumière aveuglante et une odeur de soufre. Les enfants rejoignent en pleurant le village. Sur place, les gendarmes constatent l’odeur de soufre et le dessèchement de l’herbe à l’endroit de l’atterrissage de la sphère. De même, un garde champêtre affirme avoir entendu le mystérieux sifflement. Il faut attendre 1978 et la naissance du GEPAN, organisme du CNES pour qu’une enquête plus poussée soit menée. En 11 ans, les témoignages des protagonistes n’ont pas changé d’un iota. Les enfants et le garde donnent tous la même durée pour le sifflement, et tous trois identifient la même odeur parmi un vaste échantillon. « Aucune explication rationnelle n’a été donnée à ce jour de cette rencontre exceptionnelle entre des enfants et des êtres insolites dont il est impossible de nier le comportement intelligent et semblant disposer d’une technologie qui nous est inconnue », conclut finalement le GEPAN.

16 Septembre 1994 ZIMBABWE



C’est à Ruwa, Zimbabwe que se trouve l’école de Ariel, située à 20 kilomètres de la capitale Harare. Comme à l’ordinaire, ce 16 septembre 1994, les enfants jouent dans la cour d’école tandis que les professeurs profitent de la pause pour tenir un conseil dans la salle de réunion. Le jeu des enfants est interrompu quand une " soucoupe volante " se pose près de la zone de récréation pour y débarquer d’étranges humanoides. Des élèves se précipitent dans la salle de réunion pour avertir les adultes. Colin Mackie, le directeur de l’etablissement, témoigne de l’absence d’intérêt du corps enseignant : "Nous étions en pleine réunion. Aucun enseignant n’aperçut quoi que ce soit. Quelques élèves prirent des collègues à parti pour leur signaler cette étrange présence. Mais nous n’y prêtions aucune attention. J’ai commencé à prendre l’affaire au sérieux quand des parents d’élèves vinrent me voir et inspecter les lieux de l’incident ".

Pas moins de 62 élèves âgés de 8 à 12 ans observent la "soucoupe volante" et les deux petits " extraterrestres ", dont les descriptions se recoupent. "Ce n’était pas un humain. Je ne sais pas ce que c’était, mais il avait une grosse tête et de gros yeux noirs et portait une combinaison noire ", se rappelle une élève. Un autre enfant raconte, joignant le geste à la parole, que la créature avait "l’air marrante avec ses longs poils sur les joues".

Après enquête, John Mack, professeur de psychiatrie à Harvard et Prix Pulitzer, atteste de la sincérité des témoins : "Rien ne peut pour le moment m’inciter à conclure que quelque chose d’autre que ce que les victimes m’ont rapporté se soit réellement produit. Les données de l’expérience individuelle, qui, en l’absence d’autres preuves matérielles plus tangibles, demeurent la seule source preuves matérielles dont nous disposons, suggèrent que les victimes ont été visitées par des espèces “d’intelligence” extraterrestre avec comme résultat un violent impact aussi bien au niveau physique que psychologique. En vérité, cette conclusion “colle” tellement aux données que moi-même et d’autres enquêteurs ont pu rassembler qu’il ne fait aucun doute que cette possibilité ferait l’objet d’un consensus général si le phénomène lui-même ne violait pas toutes nos pseudos-certitudes scientifiques avec, en arrière-plan, la croyance que nous exerçons un contrôle parfait sur notre environnement."

Plusieurs élèves furent interrogés par Cynthia Hind, ufologue africaine, en présence de Colin Mackie : " Je peux vous assurer que les élèves n’auraient jamais osé raconter des sottises en présence du directeur de l’école, qu’ils craignent par dessus tout ".


COINCIDENCES ?

Le contre-argument qui vient naturellement à l’esprit tient en deux mots : “illusion collective”. Ce contre-argument est fragile et a d’ailleurs été pris en considération par John Mack. Une illusion collective suppose un consensus généralisé sur une représentation donnée. Comprenons bien le mécanisme : Cela veut dire que la représentation illusoire n’était rien d’autre qu’une création mentale de la conscience collective.

La représentation collective de l’extraterrestre est imberbe. C’est un consensus généralisé véhiculé par les médias, le cinéma et la science : la pilosité ne colle pas avec les schémas classiques de l’évolution.

Or, ces enfants ont vu des "extraterrestres poilus".

Et 15 ans après les faits, ces enfants maintenant adultes maintiennent ce qu’ils affirment avoir vu.

Un autre contre-argument consiste à remettre en cause depuis son salon les enquêtes de terrain réalisées par ces scientifiques (le CNES et John Mack). Mais alors comment expliquer ceci : exactement le même jour que l’observation de masse au zimbabwe, à quelques milliers de kilomètres, l’aéroport international de Mexico a récupéré un écho radar d’un ovni de 50 mètres de diamètre au dessus de la ville de Metepec, non loin de Mexico. Il y a une centaine de témoins. La description corrobore l’observation de masse au Zimbabwe, "un grand ovni avec des petits autours" :

Nous avons pour le même jour un écho radar et 60 enfants dont les déclarations ont été authentifiées par la science de la psychiatrie.

C’est sans doute une simple coïncidence. Il est par ailleurs assez aberrant d’imaginer des extraterrestres poilus. Mais alors comment expliquer ceci :

Parmi les témoins au Mexique ce jour là, il y avait deux soeurs, Sara et Erika Cuevas, qui rentraient chez elles à Metepec en voiture au moment où les ovnis furent vus. Alors qu’elles approchaient de la ville, elles virent, elles aussi, l’ovni dans le ciel. Pendant qu’elles étaient en train de regarder l’ovni toujours présent, deux objets rouges plus petits en jaillirent et descendirent dans un champ voisin de leur maison. Sara et Erika n’en croyaient pas leurs yeux. Elles virent cette même manifestation extraordinaire se reproduire deux heures plus tard, et cette fois, sept petits disques descendirent à leur tour vers le sol. Sara Cuevas n’arrivait pas à convaincre son mari de ce qu’elle avait vu. Sidérée par son scepticisme, elle jura de rester debout toute la nuit suivante, en tenant prête sa caméra vidéo, pour le cas où l’ovni reviendrait. Avec sa soeur Erika, Sara attendit effectivement, mais l’ovni ne se manifestait pas. Soudain, au milieu de la nuit, les soeurs remarquèrent une étrange lumière dans le champ derrière leur maison. La lueur était à environ 30 m, mais lorsqu’elles se déplacèrent pour mieux la voir, elles s’aperçurent qu’il s’agissait en fait d’une créature bipède trapue, poilue et lumineuse se tenant au centre du champ de maïs écrasé la veille. Sara attrapa immédiatement son caméscope et commença à filmer.

La vidéo en question est tombée dans l’oubli après que les sceptiques aient avancés l’hypothèse d’un déguisement. Cependant, il est troublant de constater la similitude avec le témoignage de Karry Mullis.

Une analyse récente de la vidéo révèle une image floue du visage de cette silhouette. Elle semble effectivement trapue avec des sortes de longs poils au niveau des joues.

Mais cela est une simple coïncidence et ne constitue aucunement une preuve.


Gilbert Calba, Daniel Hirsch, Jean-Pierre, 9 Octobre 1954

Que penser alors du témoignage troublant ci dessous avec 3 enfants à Pournoy la chétive, en France, le 9 octobre 1954 affirmant avoir vu un ovni avec une étrange créature : " L’homme avait de gros yeux, un visage poilu , était tout petit, 1 m 20 peut-être. Il était vêtu d’une robe noire, comme un prêtre."

JOURNAL “LE REPUBLICAIN LORRAIN”

Les “soucoupes volantes” continuent de faire parler d’elles
Trois enfants de Pournoy-la-Chétive affirment avoir vu un engin bizarre et un curieux petit homme qui leur adressa la parole.

Trois enfants de Pournoy-la-Chétive viennent d’affirmer avoir vu dans la soirée de vendredi un engin bizarre descendre du ciel et un étrange petit homme en sortir, et leur adresser la parole. Telle est la nouvelle qui se répandait dans les villages de la Seille.

Il ne s’agissait pas d’une plaisanterie de mauvais goût. Les enfants, en effet ont aperçu effectivement quelque chose d’anormal et furent témoins d’un événement particulier qui les a “frappés de telle façon qu’ils ont perdu l’appétit et qu’ils ont rentrés chez eux tremblant de peur et affolés. Mais il est impossible de savoir s’il s’agit d’un fait réel ou de la défiguration involontaire d’une scène authentique et naturelle, par des imaginations impressionnés à la suite de nombreux récits. Gilbert Calba 11 ans ; Daniel Hirsch 9 ans ; et son petit frère Jean-Pierre, 5 ans, étaient allés, vendredi soir, faire une partie de patins sur la route départementale n° 41, à l’entrée du village sinistré. Il était 19 h 30 et la nuit tombait. Soudain, à proximité du cimetière, les enfants assistèrent au phénomène. Voici la scène telle que l’ont racontée Gilbert et Daniel, 2 excellents élèves de M. Martignon, l’instituteur de Coin-Sur-Seille :

“Dans le ciel, nous avons vu quelque chose de lumineux. Il s’agissait d’un engin rond de 2 m 50 environ de diamètre, qui a atterri un peu devant nous. L’appareil avait des rayures noires, jaunes et blanches et reposait sur 3 pieds. Nous avons attendu 1 mn ou 2 et un homme en est sorti. Il avait une lampe allumée dans une main, une lampe qui lançait des rayons, et dans l’autre main, un objet lumineux en forme de croix. L’homme avait de gros yeux, un visage poilu était tout petit, 1 m 20 peut-être. Il était vêtu d’une robe noire, comme un prêtre. Il nous fixa dans les yeux. On avait peur, mais nous pouvions pas bouger. Il a dit quelque chose dans une langue que n’avons pas comprise. Quand il a éteint sa lampe, nous nous sommes sauvés. Après nous avons vu dans le ciel quelque chose de lumineux qui s’en allait très vite.”

Et Gilbert Calba ajouta : “C’est pas pour me faire remarquer que je dis cela, mais je vous jure que je l’ai vu…” Un autre habitant de Pournoy, Robert Maguin, 15 ans, a aperçu, lui aussi, semble t-il, l’engin mystérieux, dans le ciel. Telle est cette curieuse relation qui laisse perplexe.

Pour sa part M. Delacour, le sympathique Maire de Pournoy, hésite à se prononcer : “Je vous dis franchement, je n’y crois pas trop aux soucoupes volantes… Je suis un peu comme saint Thomas… Mais après tout, il a pu y avoir quelque chose.”

Quant à M. Léonard, le dévoué secrétaire de Mairie, il ne vient que le Samedi et, dans la présente affaire, il se contente de douter… L’avenir apprendra peut-être si les 3 enfants ont été les jouets d’une imagination trop fertile.


JANINE SEON, 24 Octobre 1954

Un contre-argument s’impose à l’esprit : il est très facile de trouver des coïncidences dans la masse des observations. C’est sans doute vrai. Le témoignage très crédible de la petite française Janine Seon le 24 Octobre 1954 ci dessous ne relate pas de combinaison noire mais rouge. Est-ce pour autant un argument valable pour attester de l’incohérence du phénomène ? Nous même, n’avons nous pas des vêtements de formes et de couleurs différentes ? Voici l’essentiel de sa description :

Il avait de grands cheveux et un visage poilu. Il était légèrement plus grand qu’elle et on peut penser qu’il mesurait 1 m 40 environ.
“Ce qui m’a fait peur, ce sont ses grands yeux qui étaient… comme ceux des boeufs !"

 

JOURNAL “LA DEPECHE-LIBERTE”

A SAINTE-CATHERINE-SUR-RIVERIE

Janine SEON (10 ans) a vu dimanche une benne-volante (à vitres)
et un martien rouge aux yeux de boeuf !

RIVE-DE-GIER. — De plus en plus se multiplie le nombre de personnes ayant ou prétendant avoir vu des engins interplanétaires. Celles-ci s’empressent de le proclamer dès l’événement. Cependant, dans les campagnes, il semble que l’on soit moins prolixe, on se méfie et on hésite à ébruiter la nouvelle. C’est ainsi que dimanche dernier, 24 octobre, vers 17 h. 30, une fillette de dix ans, Janine Séon, domiciliée dans une ferme, au lieudit “Les Egots”, commune de Sainte-Catherine (Rhône), rentrait précipitamment chez ses parents, après avoir vu et entendu parler … l’occupant d’un cigare volant.

La nouvelle, que l’on avait pris soin de ne pas ébruiter, nous parvenait seulement hier, et grâce à l’amabilité de M. Pierre Bonjour, aviateur, que ces histoires passionnent - nous le comprenons - nous gagnions, vers 12 heures, ce coquet village avant d’escalader un chemin rocailleux qui devait nous conduire à la ferme habitée par la petite Janine.

Dominant les rares fermes du coin, un coteau boisé surmonté d’une haute croix : la Croix du Chatelard. C’est là que la fillette vit atterrir et s’envoler le mystérieux engin et son non moins mystérieux occupant…

LA PETITE ETAIT TOUTE “REVOLUTIONNEE !”…
A la ferme, nous ne trouvons qu’une dame jeune et sympathique, la tante de la petite Janine, cette dernière étant à l’école du village. C’est elle qui devait la première nous conter le retour de l’enfant, dimanche soir, après cette vision qui l’avait bouleversée.

“Janine arrive en courant et nous comprîmes qu’il venait de se passer quelque chose de pas ordinaire. Elle était toute pâle et ne parvenait pas à s’expliquer. Elle était toute “révolutionnée” !…

“Alors, nous l’avons mise au lit après l’avoir purgée, et le lendemain, nous ne l’avons pas envoyée à l’école.”

“UN HOMME TOUT POILU AVEC DES YEUX COMME CEUX DES BOEUFS…”
Nous frappons ensuite à l’école où l’institutrice, Mlle Lombardin, nous accueille très aimablement. La petite Janine déjeune en compagnie de l’institutrice et de deux autres élèves qui, comme elle, habitent trop loin de l’école pour rentrer à la ferme durant midi.

Nous essayons, en nous rapportant aux déclarations de la tante de l’enfant, de changer la version et de tromper Janine. Pas une seule fois nous n’avons réussi à la prendre en défaut. Ces déclarations faites posément, concordent en tous points avec celles qu’elle a déjà faites à ses parents.

“J’étais dans mon champ, occupée à faire “tourner” mes vaches, lorsque je vis dans le ciel, une “affaire” toute blanche, de forme ovale, qui descendait. Le coteau la masque à ma vue et je me dirigeais vers elle.”

Et l’enfant nous raconta ensuite qu’elle vit un appareil ressemblant à une benne, quoique plus grand, avec des vitres. Elle se rapprochait de celui-ci lorsque, soudain, un homme qui était appuyé à un fagottier [sic, fagotier] et qu’elle n’avait pas vu jusqu’ici, s’approcha comme pour l’empêcher d’aller vers l’appareil.

Cet homme était vêtu de rouge, mais ses vêtements avaient l’apparence du fer. Il marchait les jambes raides - Janine nous mime la démarche de l’homme - et gesticulait. Il avait de grands cheveux et un visage poilu. Il était légèrement plus grand qu’elle et on peut penser qu’il mesurait 1 m 40 environ.

“Ce qui m’a fait peur, ce sont ses grands yeux qui étaient… comme ceux des boeufs ! Il m’a parlé d’une voix grave, mais je n’ai pas compris. Alors il m’a montré quelque chose de vert qu’il tenait à plat dans sa main, s’est approché encore de moi, m’a touché l’épaule et il est remonté dans son appareil. Il a ouvert une porte qui se trouvait en bout du cigare, l’appareil a tourné sur lui-même puis est monté tout droit dans le ciel.

“Il ne faisait pas plus de bruit qu’une machine à coudre. Arrivé à une certaine hauteur, il m’a semblé voir comme des flammes sortie de l’appareil, j’ai vu des couleurs bleues, rouges et vertes, et puis plus rien…”

LES CHIENS SE SONT SAUVES
Lorsque la petite Janine se dirigea vers l’appareil, ses deux chiens la suivirent, mais arrivés à proximité du cigare, ils se sauvèrent sans même aboyer. Pourtant habituellement ils le font lorsqu’ils voient des chasseurs.

Une autre fillette qui se trouvait par là, mais qui ne pouvait voir l’appareil, devait affirmer avoir aperçu les vaches et les chiens, dans le champ d’un voisin.

L’INSTITUTRICE CROIT EN LA VERACITE DES DIRES DE JANINE
Quel crédit peut-on accorder au récit de la petite Janine ? N’est-il pas le fruit d’une imagination fertile ? Celle-ci n’a-t-elle pas inventé cette histoire de toute pièce pour se donner une certaine importance ?

Mlle Lombardin, l’institutrice de Janine, questionnée, est persuadée que la fillette a dit la vérité.

“Jamais, nous dit-elle, Janine n’a inventé des histoires. C’est une élève très positive, qui apprend bien - elle est sixième en classe - et dont nous n’avons qu’à nous féliciter. Ce n’est pas elle qui aurait été inventer pareille histoire et, personnellement, je crois en la véracité de son récit…”

… Et nous avons quitté Sainte-Catherine, laissant la petite Janine à ses devoirs d’écolière…

H. MEILLAND.


CONCLUSION

Le lecteur remarquera que Janine Seon décrit une créature poilue avec des yeux énormes et de longs cheveux. De longs cheveux ? Etrange....car cela corrobore le témoignage d’un enfant dans l’observation de masse au Zimbabwe :

Portrait-robot schématique d’un enfant le 16 Septembre 1994 au Zimbabwe : gros yeux noirs et longs poils au dos.

Mais cela est une simple coïncidence et ne constitue aucunement une preuve.

Des coïncidences, d’ailleurs, on en trouve facilement. Le portrait-robot ci-dessous, a été déclassifié l’année dernière par les Archives Nationales du Royaume-Uni. Classé secret-défense pendant plus de 30 ans. Il s’agit d’une respectable famille britannique ayant rencontré en 1974 des créatures extraterrestres trapues et...poilues avec une robe comme un prêtre. La description corrobore parfaitement les témoignages des 3 enfants à Pournoy la Chétive en 1954. Mais cela, encore une fois, est une simple coïncidence et ne constitue aucunement une preuve.

 

The National Archives of United Kingdom-PDF File DEFE24-1925 p24

La question que l’on peut se poser légitimement est la suivante : à partir de quand la somme des coïncidences constitue-t-elle une preuve ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.02/5   (61 votes)




Réagissez à l'article

78 réactions à cet article    


  • dup 21 février 2009 16:50

    Jimmy Guieu a de bonnes videos . Il y a tellement de témoignages étranges qui se recoupent qu’on peut pas évacuer cela d’un revers de manche .En plus ces videos sont très interessantes .Il y a plus de mystères entre le ciel et la terre que l’esprit ne peut concevoir. Si nous voyons pas tout il faudrait peut être se méfier de connaissance que nous avons pas encore comme les mondes multidimensonels de fréquences différentes et les vortex temporels qui font que ces objets dispariassent subitement . Ne rien croire ,mais être ouvert à tout 

    http://www.youtube.com/results?gl=FR&hl=fr&search_query=jimmy+guieu

    http://pagesperso-orange.fr/philosophie/humani-terre.htm


    • Emmanuel Aguéra LeManu 22 février 2009 02:40

      Il prend toute la place cet article, y’en a plus pour les commentaires.
      Ils sont vraiment partout ces ETs, plein la page. Très jolis d’ailleurs, ces dessins d’enfants. J’adore les dessins d’enfants. C’est frais un dessin d’enfant. c’est Innocent.
      Ca nous change du language de Frêche. Ca oui.


    • exobio 22 février 2009 02:51

       Voici ce qu’on trouve sur internet à propos de Arthur Mage : 

      "Arthur Mage, le ..... qui délire sur Agoravox ? non, pitié ! pas ce troll !"
      Voici maintenant comme il se présente sur Agora Vox :
      "Je crois beaucoup plus aux vertus de l’échange qu’à Dieu."

      Alors où se situe la vérité ? 
      Il est assez significatif de constater que la moyenne mondiale des croyants dans le monde serait de 85,7 % (source). La majorité de l’ humanité accepte donc facilement de croire en une forme de Vérité à travers des textes sacrés. Le phénomène des rencontres rapprochées du troisième type, est un phénomène qui existe (témoins oculaires crédibles, articles de presse, enquêtes du CNES, etc). Il n’a rien à voir avec le sacré ou quelques croyances religieuses mais peut faire l’objet d’une dérive sectaire. Les sectes idiotes et dangeureuses, et quelques ufologues excentriques contribuent donc à le discréditer. Enfin, il participe aux mythes et fictions de notre culture moderne à travers le cinéma. Il est inscrit profondément dans notre imaginaire et ne peut pas être réel.

      Quelle position adopter face à ces témoignages authentiques et sincères d’hommes, de femmes et d’enfants depuis 1954 ? Se moquer ? Ou écouter ? Il n’a jamais été question ici de croire sur parole mais bien d’entendre ce que ces témoins ont à nous dire : "Je crois beaucoup plus aux vertus de l’échange qu’à Dieu."


       

       

       


    • TiBo 22 février 2009 23:01

      <<Quelle position adopter face à ces témoignages authentiques et sincères d’hommes, de femmes et d’enfants depuis 1954 ? Se moquer ? Ou écouter ?>>

      Le problème est que la retranscription que vous faites parait biaisée. En effet, dans l’image que vous nous proposez de l’article de La Montagne, on peut lire <<[les voisins] n’ont rien entendu, et nulle part on n’a trouvé de traces>>. Dans votre texte l’accompagnant,
      <<Sur place, les gendarmes constatent l’odeur de soufre et le dessèchement de l’herbe à l’endroit de l’atterrissage de la sphère. De même, un garde champêtre affirme avoir entendu le mystérieux sifflement.>>

      Comment à partir de là accorder quelque crédit à votre enquête ?

      Pareil pour votre photo <<preuve>> : on peut y voir ce que l’on veut, comme dans ce célebre test psychologique avec les tâches d’encre dont j’ai oublié le nom...


    • sisyphe sisyphe 23 février 2009 03:37

      Décidément, Mage se manifeste avec une virulence étrange....
      Serait-il un ET infiltré, chargé de détourner les soupçons ? 
       smiley


    • Gasty Gasty 21 février 2009 17:17

      Que nous ne soyons pas seul dans l’univers me parait évident. Pourquoi le serions-nous ? L’univers est tellement....tellement semble-t-il infini.

      Le problème est : Comment ont-ils fait pour arriver jusqu’ici ? Ou alors d’etre ici au même temps que nous ?


      • dup 21 février 2009 17:35

        nous sommes conditionnés par ce que nous appelons ’science’ . La science se base sur nos 5 sens et sur un appareillage horriblement limité , même le LHC est un vulgaire jouet qui nous avancera pas beaucoup. On a dit longtemps que la vitesse de la lumière était la vitesse max possible dans l’univers . La science n’est qu’une forme de croyance . Par exemple la pensée n’a pas cette limite de vitesse et le temps lui même n’a d’existence que dans la 3e dimension .

        http://www.youtube.com/watch?v=mN1_x2IRI6E&feature=PlayList&p=CB3BCFA9DCAA0CE7&playnext=1&index=68

        un peu de patience pour comprendre . Je roule pour personne ,mais je trouve cette video pertinante

        et ça aussi ça décoiffe

        http://www.dailymotion.com/relevance/search/what%252Bthe%252Bbleep%252Bknow


      • Gasty Gasty 21 février 2009 17:35

        Par contre , des illuminés tout le monde en a vu. smiley


      • Gasty Gasty 21 février 2009 20:09

        @ dup

        C’est pourtant la science qui apportera une réponse.

        Avec la lunette de Galilée ou e=MC2 la science a progressé. La science propose le LHC que vous dites vulgaire. Mais en comparaison de quoi ?

        D’une pensée hors du temps parti plus vite qu’un corps celeste ? Pourquoi pas, mais on fait comment pour l’atome, la gravitation , la lumière, le vide,l’espace temps.

        Nous sommes conditionnés à notre univers et il semblerait que nos visiteurs en pleine forme physique le soit également.


      • Romain Desbois 21 février 2009 22:35

        Qu’il y ait des formes de vies sur d’autres planètes me parait fort probable puisqu’il y a en a sur terre !

        Et puis cela me semble plus logique que de croire en l’existence d’un dieu plus hypothétique tout de même.

        Et pourtant il semblerait que des milliards d’êtres humains croient en l’existence d’un dieu !

        Certains essaient même de concillier les deux en expliquant que les dieux sont des extra-terrestres ou que les extraterrestres sont des dieux, et vice et versa.


      • Emmanuel Aguéra LeManu 22 février 2009 02:45

        T’as encore déçu quelqu’un, Gasty, fais gaffe avec tes histoire de sciences à dormir debout !


      • dup 22 février 2009 10:44

        Avec la lunette de Galilée ou e=MC2 la science a progressé. La science propose le LHC que vous dites vulgaire. Mais en comparaison de quoi

        en comparaison de ce que nous devrions savoir sur notre nature et l’univers pour avoir une vie heureuse et harmonieuse et connaitre notre vraie place dans le cosmos. La preuve c’est que les savants cherchent toujours . Ils on fait le LHC ,mais ce ne sera pas la fin . Ce jouet posera de nouvelles questions et c’est reparti pour un tour. La science donne l’impression de répondre aux questions . Elle répond au ’comment’ ,mais pas au ’pourquoi’. C’est dans la nature humaine de chercher et cela apporte quelquefois des retombées positives . Il a que .les Raeliens qui sont des gens purement matérialistes et qui pensent que tout provient d’un laboratoire situé dieu sait oû. Je roule pour personne ,mais je crois que la sicence ne répond pas à la place de la consicence et de la spiritualité si non elle pourrait répondre à la questin pourquoi la vie plutôt que rien ?


      • Gasty Gasty 22 février 2009 11:45

        La science répond aux questions par erreurs successives mais pas à la question. Et d’ailleur quel est la question ? La bonne question.

        Posons-nous les bonnes questions pas la mauvaise car nous avons toutes les chances de nous tromper dans l’énoncé de la question.



      • Philou017 Philou017 21 février 2009 20:48

        Ce texte, c’est les modérateurs qui l’ont voté, pas la direction d’Agoravox. Et je ne vois pas pourquoi il y aurait un tabou dessus.
        A quoi ca sert ? A essayer de vous ouvrir l’esprit, peut-être.

        Moi, ca fait longtemps que je pense que la probabilité de la présence d’extras-terrestres au voisinage de la terre est tres forte. Beaucoup de témoignages vont dans ce sens.

        Sur ce sujet comme sur un certain nombre d’autres, les préjugés et les peurs prennent souvent le pas sur une analyse objective et sereine des faits.


      • deovox 22 février 2009 02:39

        la croyance scientifique la plus répandue pretend que la vie est générée par des combinaisons de cellules, elles mêmes issues de combinaisons de molécules, elles mêmes issues de combinaisons d’atomes, eux mêmes issus de combinaisons de particules, et que ces combinaisons dont la vie est issue sont dues au hazard.


        statistiquement il est impossible que, si l’on considère que l’univers est constitué de milliards de galaxies elles mêmes constituées de milliards d’étoiles autour desquelles gravitent des milliards de planètes, et que cet univers existe depuis des milliards d’années, statistiquement donc il est impossible que ces combinaisons dues au hazard ne se soient produites qu’une seule et unique fois dans un monde si vaste sur une durée si longue. 


        la question de l’existence ou pas d’autres formes de vie, d’autres mondes habités, ne se pose donc, même d’un point de vue scientifique, qu’en raison de l’anthropocentrisme de l’espèce humaine.


        toujours en raison de l’ égocentrisme de l’être humain, on s’obstine à vouloir expliquer l’univers en fonction du niveau des connaissances acquises au moment ou on l’explique. tout ce qui est impossible à expliquer au moyen de ce champ de connaissances est considèré comme de la foutaise ou du charlatanisme. et on range dans la catégorie des illuminés ceux qui démontrent que la communauté scientifique ne sait pas tout, ne maitrise pas tout. les visionnaires, les précurseurs, ont toujours les pires difficultés à imposer la nouveauté. voilà pourquoi certains décrètent qu’il est impossible que la planète terre ait jamais été visitée par des ET.


        Voilà pourquoi certains se demandent comment un tel folklore a réussi à être publié sur Agoravox.


      • Hieronymus Hieronymus 22 février 2009 02:59

        @ la chouette Athena

        inquietant chez vous cette propension a se poser en censeur moral
        et a edicter ce qu’AV aurait le droit de publier ou pas ?
        cela ne date pas d’
        hier (Anthroposophie ou vous excelliez)
        j’en ai surement oublie au passage mais tout recemment vos propos
        se doublent d’accusations de
        complot completement fantaisistes ..

        merci encore
        de vos precieux conseils mais nous sommes tous adultes sur ce site
        et chacun peut tres bien decider lui meme ce qu’il a envie de lire ou pas
        si la chouette est censee representer la sagesse de l’antique Cite
        ou les citoyens pouvaient librement s’y exprimer sur l’Agora
        vous en etes une bien curieuse version a notre epoque ..
        peut etre auriez vous un autre
        logo plus parlant ?
        (cela c’est quand vous etes completement a court d’argument)
        bien a Vous
         

      • del Toro del Toro 22 février 2009 23:09

        Pas de soucis, Renève.

        Puisque les rationalistes sont "méchants", "sectaires", carrément pas "ouverts", ben je crois qu’il faut travailler à mériter cette réputation et mieux organiser notre force de farce  :->


      • ZEN ZEN 21 février 2009 18:27

        Article lamentable
        Je peux en faire des tonnes comme cela...
        Pas de coup de chapeau à la rédaction
        La crise, comme chaque fois, ferait-elle refleurir l’irrationel . ?
        Je le crains


        • Chromino Chromino 21 février 2009 20:04

          Il y a environ 400 ans, Galilée suggera que la Terre n’était pas le centre du monde et qu’elle tournait autour du soleil. Il fût censuré par la pensée unique en place , à savoir celle de l’Eglise et dû se renier pour ne pas être emprisonné. Fort heureusement, aujourd’hui, en France, une certaine pensée unique et étriquée ne tue plus.

          Cet article a au moins le mérite de ne pas faire dans le sensationel et de traiter un aspect de ce vaste sujet.



        • deovox 22 février 2009 03:02

           @Zen

          Croire que la vie n’existe que sur une seule planète dans un univers qui en compte des milliards de milliards, çà c’est irrationnel. Tout ramener à la crise, ça c’est irrationnel. En revanche, les causes de la crise actuelle sont pour leur part totalement irrationnelles. Votre commentaire souffre d’une inversion de polarité.


        • Philou017 Philou017 21 février 2009 20:54

          Des communications par ce qu’on appelle "Channeling" disent que les extra-terrestres se manifesteront pleinement quand ceci sera souhaité par la population de la Terre. Ce qui n’apparait pas être le cas, pas majoritairement du moins.

          Je pense en fait que c’est surtout dans leur évolution spirituelle que ces êtres sont plus avancés que nous. Ne ramenons pas tout à notre échelle de la technologie typiquement 20e siecle.


        • Chromino Chromino 21 février 2009 21:15

          Le paradoxe de Fermi (physicien italien, 1901-1954) devrait pouvoir répondre en partie à votre interrogation :
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Paradoxe_de_Fermi


        • Albator71 Albator71 22 février 2009 00:59

          Le paradoxe de Fermi considere que si la vie pouvait exister en plusieurs points dans l’univers, les rencontres entre civilisations ou du moins les observations devraient etre légions

          On remarque qu’effectivement c’est le cas et ce depuis fort longtemps et dans toutes les civilisations


          En second lieu, concernant la rencontre de 2 civilisations, celle-ci ne peuvent entrer en contact et echanger que si le niveau biologique / intellectuel et eventuellement technologique le permet

          Les Fourmis qui forment à leur niveaux une forme de société à t-elle conscience de la presence de l’homme et envisage t-elle de nous envoyer des emissaires pour nous parler ?


        • K K 22 février 2009 19:47

          Un extra terrestre a poils furtifs ?


        • jc74 21 février 2009 21:20

          Pour ceux qui souhaitent analyser rationellement la chose, voir le Paradoxe de Fermi (énoncé en 1950)  : fr.wikipedia.org/wiki/Paradoxe_de_Fermi

          En résumé, Enrico Fermi part du raisonnement logique que si les conditions nécessaires à la vie ont pu se reproduire ailleurs, une civilisation ayant quelques millions d’années d’avance aurait déjà colonisé toute la galaxie. A moins que... et là on touche à la question fondamentale de l’évolution et de ce que serait une civilisation ultime ). Très intéressant.

          Extrait (une hypothèse parmi d’autres expliquant pourquoi )

          La vie intelligente est vouée à l’autodestruction avant d’essaimer [modifier]

          Il y a au moins trois raisons qui peuvent soutenir cette hypothèse.

          La première est que l’intelligence est directement liée à l’agressivité, et qu’elle en rend les effets de plus en plus graves. À l’extrême, elle peut s’auto-exterminer, et avec elle une bonne partie des formes vivantes de la planète. C’est le scénario brutal.

          La seconde est que la vie animale est régulée et motivée par des systèmes émotionnels (douleur, angoisse, plaisir, etc.), que l’intelligence permet de modifier, court-circuiter. Si on donne à un rat la possibilité d’auto-stimuler ses centres nerveux associés au plaisir, il le fait, et il en meurt. Les drogués donnent un autre exemple similaire, et la façon dont les émotions naturellement associées à la reproduction (plaisir sexuel, émotions familiales) sont maintenant court-circuitées et obtenues sans reproduction (avec chute de la natalité sous le seuil de maintien de la population, dès que les techniques adéquates sont disponibles) est également très éclairante. Inversement, l’intelligence peut donner une angoisse existentielle face à une réalité vertigineuse, conduisant au suicide individuel. La perspective de voir une espèce intelligente disparaître « de bonheur » ou « d’angoisse » n’a rien d’inimaginable. C’est le scénario de la disparition en douceur.

          La troisième est que sur le chemin des avancées technologiques menant à l’essaimage, il s’en trouve au moins une qui soit incontournable mais mène immanquablement à la perte. Par exemple une dont toute expérimentation a un résultat cataclysmique (vitrification de la planète), ou une très utilisée mais aux effets délétères découverts trop tard (endommagement irréversible de l’environnement ou de l’espèce). Dans ce cas nous serions voués nous aussi à provoquer notre perte.

          Dans tous les cas, la vie intelligente peut disparaître avant de se diffuser ou de laisser des traces visibles. Sans aller jusqu’à l’extinction, elle peut aussi se retrouver suffisamment rare pour que chaque individu ait déjà assez à faire pour découvrir seulement la planète, et pour que les ressources importantes nécessaires à un voyage ou un signal spatial ne soient plus disponibles.


          • curieux curieux 24 février 2009 13:38

            Je suis étonné que personne ne parle de la probabilité quasi-nulle que 2 civilisations distantes de plusieurs années-lumière puissent se rencontrer. Le facteur temps est loin d’être négligeable. Combien dure une civilisation ? Vu l’imbécilité de l’homme, je doute fort que l’humanité soit encore présente dans quelques milliers d’années. Si l’univers a 15 milliards d’années, que représente la durée de notre civilisation ? Sur le calendrier de Sagan, si l’univers est vieux de 1 an, l’homme est apparu le dernier jour à 23h59, je crois.
            Encore faudrait-il qu’il soit capable de fabriquer une technologie permettent de voyager très vite. Je pense que l’humanité sera disparue avant.


          • Trashon Trashon 21 février 2009 22:11

            Imaginez un alien de petite taille, il aurait pris forme (presque) humaine et serait reconnaissable à plusieurs petits détails :


            - Déformations faciales régulières dues à la transmutation moléculaire

            - Tics nerveux en abondance

            - Effets indésirables similaires à la prise de coke voir d’alcool sous certaines latitudes...

            - Surdéveloppement du moi

            - Propension à la mégalomanie

            - Crises d’agressivité répétées

            - Hyperactivité chronique


            Je vous l’affirme ils sont parmi nous !!!

            La vérité n’est plus ailleurs, elle est ici !!!

            David Vincent


            • jc74 21 février 2009 22:20

              Une nouvelle de Isaac Asimov sur le sujet :


              Pauvres imbéciles
              (titre original : Silly Asses, 1958)



              Naron, qui appartenait à la race rigellienne à longue vie, était le quatrième de sa lignée à tenir les dossiers galactiques.

              Il avait le grand livre qui contenait la liste des nombreuses races qui, dans toutes les galaxies, possédaient une intelligence, et le livre bien plus petit où étaient inscrits les noms des races qui avaient atteint la maturité et s’étaient qualifiées pour la Fédération galactique. Dans le premier livre, un certain nombre de celles qui étaient enregistrées étaient barrées ; celles qui, pour une raison ou une autre, avaient échoué. Le malheur, les imperfections biochimiques et biophysiques, l’inadaptation sociale avaient prélevé leur droit de passage. Dans le petit livre, pourtant, aucun membre enregistré n’avait été jusqu’à présent barré.

              Et maintenant, Naron, grand et incroyablement âgé, levait la tête, alors qu’approchait un messager.


              - Naron, dit le messager. Grand Naron !


              - Bon, bon, que se passe-t-il ? Pas tant de cérémonies.


              - Un nouveau groupe d’organismes a atteint la maturité.


              - Excellent, excellent. Ils évoluent rapidement maintenant. Il ne se passe guère d’années sans qu’il y en ait un nouveau. Et qui sont ceux-là ?

              Le messager donna le numéro de code de la galaxie et les coordonnées du monde en son sein.


              - Ah ! Oui, dit Naron. Je connaît ce monde.

              Et d’une écriture élégante, il le nota dans le premier livre et transféra son nom dans le second, se servant, comme d’habitude, du nom sous lequel la planète était connue de la plus grande fraction de la population. Il écrivit : Terre.


              - Ces nouvelles créatures, dit-il, ont établi un record. Aucun autre groupe n’est passé si rapidement de l’intelligence à la maturité. Pas d’erreur, j’espère.


              - Non, monsieur, dit le messager.


              - Ils possèdent bien la puissance thermonucléaire, n’est-ce pas ?


              - Oui, monsieur.


              - Bon, c’est le critère, gloussa Naron. Et bientôt leurs vaisseaux partiront en expédition et contacteront la Fédération.


              - Actuellement, Grand Naron, dit le messager , les observateurs nous disent qu’ils n’ont pas encore pénétré dans l’espace.

              Naron était stupéfait.


              - Pas du tout ? Pas même une station spatiale ?


              - Pas encore, monsieur.


              - Mais s’ils possèdent la puissance thermonucléaire, où donc font-ils leurs expériences et leurs explosions ?


              - Sur leur propre planète, monsieur.

              Naron se leva et, du haut de ses six mètres, il tonna :


              - Sur leur propre planète.


              - Oui, monsieur.

              Naron sortit lentement son stylo et fit un trait sur la dernière adjonction dans le petit livre. C’était un acte sans précédent, mais Naron était très sage et pouvait voir l’inévitable tout aussi bien que n’importe qui dans la galaxie.


              - Pauvres imbéciles, murmura-t-il.



              • Philou017 Philou017 21 février 2009 22:58

                "Tant que tu ne vois les etoiles qu’au dessus de toi, tu n’as pas le regard de la Connaissance". Nietzche.


              • Chromino Chromino 21 février 2009 23:15

                Ne vous moquez pas Philippe Renève, on pourrait penser que votre ligne de vision et de pensée ressemblent à l’avatar de Léon...


              • mcm 21 février 2009 23:29

                @L’auteur,

                "c’était un rond en métal brillant mais pas lumineux... L’engin dégage une lumière aveuglante"

                Ben alors il était lumineux ou pas l’engin ?


                • exobio 21 février 2009 23:51

                  Le “négationnisme” repose sur le discrédit jeté systématiquement sur les témoins. Nier la parole de l’autre est aussi dangeureux que d’y croire aveuglément.
                  Les témoins parlent effectivement d’une lumière aveuglante lors du décollage. L’engin au sol était "en métal brillant mais pas lumineux" (phosphorescent ?). François et Anne-Marie ont été victimes ensuite de moqueries à leur école. On appella François "le martien".

                  Certains pourront découvrir dans ce phénomène une passionnante matière littéraire, révélant ainsi une part précieuse de l’imagination humaine.

                  D’autres pourront y voir, à travers de fascinantes coincidences, la mise en évidence de la réalité du phénomène.

                  Mais qu’il soit réel ou imaginaire, chacun d’entre nous s’accordera à trouver un intérêt dans ce phénomène qui touche à une question essentielle de notre humanité : Sommes-nous seuls ?

                  Découvrir témoignages des 60 enfants : lien


                • MR MERLIN Perpleks 22 février 2009 00:10

                  On nous parle de créatures intelligentes qui viendraient nous rendre visite :
                  Concrètement pour quelles raisons, pour faire quoi ?
                  Simplement nous regarder et repartir, et ce depuis plus de 60 années ? Absurde.
                  Si ils existent et ont les techniques que l’on suppose, ils ont tout simplement placé des sondes
                  pour déterminer quand les terriens feront tout sauter.
                  Qu’attendre de plus des terriens ?
                  Pas la peine de faire du rase-mottes tout les quatres matins au dessus de nos champs,
                  a moins que par coquetterie ils souhaitent que l’on parle d’eux. 


                  • goc goc 22 février 2009 01:12

                    le problème des ET est un problème autant d’espace que de temps

                    comme dit Gasty, il est certain que nous en sommes pas seuls, par contre il faut replacer l’homme actuel dans l’espace et dans le temps de notre univers.

                    si nous ramenons l’univers depuis sa creation a une seule année, l’homme moderne n’en representerait que le centième de seconde. Or a votre avis combien ya t’il de centiemes de secondes dans une année ?? :un peu plus de 3 milliards.

                    cela veut dire qu’il faudrait qu’une civilisation intelligente existe deja durant ce 1/100eme de seconde, qu’elle n’en soit pas trop loin, qu’elle s’interesse a son univers, que nos traces de vie intelligente soient captables et comprehensives a cette civilisation, et enfin que ces traces arrivent suffisament tot, c’est a dire avant notre propre disparition (que ce soit a cause d’un meteorite, ou de nous-meme), pour qu’ils aient l’idée de venir nous voir.
                    voila pourquoi je pense que des extra-terrestres ont peut-etre bien pu venir sur terre, mais pas en ce moment, et peut etre meem pas avant quelques millions d’années


                    • curieux curieux 24 février 2009 13:54

                      Tu as parfaitement raison- Probabilite quasi-nulle sauf si l’homme peut dominer le temps. L’homme a une capacité infinie à détruire la terre bien avant que l’on rencontre une autre civilisation. 


                    • Emmanuel Aguéra LeManu 22 février 2009 02:04

                      C’est la montre à Séguéla sur la photo !


                      • Emmanuel Aguéra LeManu 22 février 2009 02:34

                        Elle n’en a que Pournoy-la-Chétive !
                        (Mieux que les quarante Anglaises de cette crème de Frêche...)


                      • Emmanuel Aguéra LeManu 22 février 2009 02:54

                        A vendre : BENNE VOLANTE (Pièce rare) Oct. 1954 .
                        1ère main, faible année-lumièrage, carnet d’entretien (VO). modèle vitré, GPS + nombreuses options probables.
                        Faire offres à Janine Seon à Sainte Catherine sur Riverie (69).



                      • del Toro del Toro 22 février 2009 12:26

                        @ Renève,

                        Vous êtes cordialement invité à exercer vos talents critiques sur de tels sujets smiley

                        Faut que ça serve à quelque chose quand même, ce genre de narticle ! smiley


                      • hieronymus73 22 février 2009 02:51

                        Pour les gens qui ont envies de creuser le sujet, vous pouvez aller faire un tour sur ce site ;

                        http://www.inrees.com

                        Vous y trouverez des extraits d’un interview de John Mack, le psychologue dont il est fait mention dans cet article à propos de l’ovni du 16 septembre 1994 au Zimbabwé.
                        C’était un scientifique qui a traité de nombreux cas d’abductés, comme on à l’habitude de les appeler aux Etas-Unis, des personnes qui ont été enlevées pas des extra-terrestres.
                        Pour John Mack, brillant psychologue diplomé de Harvard et dont la carrière était déjà très avancée quand il a commencé à s’intéresser à ce sujet, il ne faisait aucun doute que la plupart de ses personnes ne souffrent pas d’une pathologie de l’ordre de la schyzophrénie ou de la mythomanie mais d’un choc postromatique comme peuvent en souffrir les personnes ayant vécues une terrible catastrophe du genre guerre ou désastre climatique.
                        A partir de cette conclusion, il s’est toujours contenté de faire son travail pour aider ces personnes comme il le pouvait en tant que psychiatre.

                        En ce qui me concerne, je suis persuadé, du fait des conférences que j’ai pu écouter sur le site, et aussi y assister, en plus des reportages que j’ai pu voir sur le net ou autres médias, que nous ne sommes pas seul dans l’univers et que nous sommes visités depuis bien longtemps. Cela n’est pas quelque chose qui m’empêche de dormir ou qui me préoccupe fortement mais cela m’incite à m’intéresser d’avantage à ce qui se passe dans les domaines scientifiques comme la physique ou la biologie. L’institut de recherche qu’est l’inrees est un outils qui permet, je trouve, de progresser de manière positive dans la façon d’appréhender une réalité dont on sait finalement toujours très peu de chose.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires