• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Pendant ce temps-là, en France...

Pendant ce temps-là, en France...

Les manifs qu’on ne verra jamais en France, parce qu’on n’a pas le temps de soutenir tout le monde, ma bonne dame, et que le fond de l’air est frais.

Il en va des expressions populaires comme des déclarations présidentielles sarkozyennes : c’est souvent très imagé, ça rase les pâquerettes de la France de tout en bas (voire des égouts) et ça score très haut question vulgarité.
J’en veux pour preuve les très usités "ça me casse les couilles", "ne me chie pas dans les bottes", "tu pètes plus haut que ton cul" et autres "tête de noeud".

C’est du lourd, du velu, ça décoiffe nos Académiciens, ça fleure bon le comptoir en zinc d’un bar-tabac enfumé rempli de consommateurs avinés, ça vole à peu près aussi haut qu’un avion Rafale de chez Dassault, mais le premier qui m’affirme qu’il n’a jamais utilisé la moindre formule de ce genre est soit un menteur patenté, soit un réfugié Mossi du Burkina Faso ne parlant que le mooré.

Or donc, puisque nonobstant leur haute teneur en trivialité inqualifiable, ces expressions se trouvent être largement employées aux quatre coins de notre doux pays, il m’a semblé intéressant, ami lecteur, de te proposer à intervalle régulier d’en étudier quelques-unes, afin que nous apportions, toi et moi, notre modeste pierre à l’édifice ô combien noble et admirable de l’enseignement de notre belle culture hexagonale.

Aujourd’hui, si tu le veux bien, nous allons évoquer une formule quelque peu oubliée, remplacée le plus souvent par le politiquement correct "et ta soeur" (qui devient moins correct si l’interlocuteur auquel on s’adresse vient, par exemple, de perdre sa soeur dans un tragique accident de Rafale, ou si la soeur en question s’avère être Christine Lagarde ou Rachida Dati, ce qui nous fait alors retomber dans les abîmes de la vulgarité la plus crasse, mais là n’est pas la question).

Où en étais-je ?
Ah oui.
La locution du jour, donc, sera l’ignoble et obscène "Touche à ton cul" (quelle horreur !), ce qui signifie à peu près "Commence par te mêler de tes affaires, si tu veux bien".

Afin de faciliter ta compréhension, j’ai choisi l’illustration par l’exemple, parce que comme dirait Pennac, y’a pas de pédagogie, y’a que des pédagogues.

Hier, je me trouvais en train d’étudier le dossier d’une impudente impétrante qui sollicitait (oh la vilaine) une place en Appartement de Coordination Thérapeutique dans notre modeste institution, afin de disposer d’un espace de vie décent et de long terme lui permettant de soigner correctement son SIDA et de s’occuper de son nourrisson âgé d’un mois.
Ma fonction consistant, entre autres, à obtenir un maximum d’informations d’ordre médical dans le but d’assurer un suivi optimal de mes patients, je me suis posé un certain nombre de questions, tu t’en doutes, et comme je n’avais pas les réponses, j’ai fait ce que toute infirmière normalement constituée fait dans ces cas-là : j’ai passé un coup de téléphone au médecin hospitalier de ladite jeune personne.


- Allô ?

- Bonjour docteur Trucmuche, je suis l’emmerdeuse, l’infirmière du Foyer Bidule. Dites voir, j’ai sous les yeux le dossier de votre patiente, mademoiselle Machin, et j’aurais deux ou trois petits détails à régler avec vous.

-  Faites donc, l’emmerdeuse, faites donc, mais faites vite, j’ai un dix-huit trous sur le green du Paris Golf Country Club dans une heure.

- Je me dis parfois que j’aurais dû faire médecine, docteur.

- C’est pas faux, l’emmerdeuse, c’est pas faux.

- Or donc, docteur, il se trouve que votre patiente est l’heureuse maman d’un petit loupiot âgé de quelques semaines.

- En effet, l’emmerdeuse. Ne l’avez-vous point trouvé craquant, soit dit en passant ?

- Oui-da, docteur, c’est un beau bébé, bien que très...Comment dire ? Maigre. Je me demandais justement quel était son état de santé, étant attendu que la maladie de la mère a été découverte pendant la grossesse ? L’adorable bout de chou serait-il malade, lui aussi ?

- On peut pas dire, l’emmerdeuse. Le souci, c’est que son poids de naissance était anormalement faible, ce qui peut nous inciter à craindre le pire, mais d’un autre côté, le fait que la mère ne se soit presque pas alimentée pendant la gestation pourrait expliquer ce phénomène.

- Fichtre, docteur, voulez-vous dire par là que cette jeune personne souffre également de troubles alimentaires relevant de l’anorexie mentale ?

- Absolument pas, l’emmerdeuse. Il se trouve que cette demoiselle a passé l’essentiel de sa grossesse dans la rue et qu’elle ne disposait point des ressources suffisantes pour s’alimenter correctement.

- Je crains de ne pas saisir votre propos, docteur.

- Bon, j’te la fais courte, ma petite : Mademoiselle Machin dormait sous les ponts avec son gros ventre, elle n’a rien eu à se mettre sous la dent ou presque pendant sept mois, conséquemment le foetus a comme qui dirait été sévèrement rationné, ce qui peut expliquer qu’il ait vaguement ressemblé à un haricot vert anémié quand il a quitté la divine matrice pour débarquer dans le meilleur des mondes. Comme ça c’est plus clair ?

- Tout à fait, docteur. Vous m’excuserez, j’ai un peu la gerbe, tout à coup.

- Tu l’as dit, ma petite. Tu l’as dit.

En raccrochant le combiné, il m’est subitement venu à l’esprit que depuis pas mal de temps déjà, nous autres vaillants Français avons une propension marquée à renifler avec délectation le cul des autres, qu’ils soient Tibétains ou Tutsis, Palestiniens ou Tchétchènes, car il est bien connu que le Français se soucie profondément des Droits de l’Homme et n’hésite pas à débattre sur internet, à lancer des pétitions, voire même à manifester bruyamment, chaque fois que ceux-ci sont bafoués quelque part dans le vaste monde.

Alors pour conclure cette séquence pédagogique (qui vise à illustrer, ne l’oublions pas, l’expression populaire "Touche à ton cul"), je dirai que dans un pays où une jeune femme malade et enceinte se retrouve forcée de dormir dehors sans pouvoir manger à sa faim, il serait peut-être bon que nous, citoyens, passions un peu plus de temps à soigner les hémorroïdes éthiques qui perturbent le fonctionnement de notre propre orifice rectal national, et peut-être un peu moins à passer de la pommade sur celles qui enflamment le trou de balle du reste de la planète.

C’était la minute pédagogique consacrée aux locutions vulgaires mais populaires.
Merci de ton attention.


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • Fergus fergus 13 janvier 2009 10:03

    Tout à fait d ’accord avec l’objet de votre article et le ton employé. Je regrette à cet égard que les papiers consacrés aux démunis et à la misère de nos rues ne fassent guère recette sur le net.

    Cela dit, je crois que s’il faut en effet apporter plus d’attention à nos propres hémorroïdes, cela ne doit pas nous détourner pour autant du trou de balle des autres.

    Je n’en ’approuve pas moins votre démarche et vous apporte mon total soutien.


    • emmerdeuse 13 janvier 2009 10:16

      Je vous approuve, Fergus : Cela ne nous dispense en rien de réagir aux évènements plus "lointains" (l’actualité récente nous le démontre bien).


    • emmerdeuse 13 janvier 2009 10:19

      Capitaine (je peux vous appeler Capitaine ?), si vous visitez des centres d’hébergement ou des structures pour populations précaires, vous risquez de tomber sur un paquet d’emmerdeurs qui vous tiendront à peu près le même genre de discours...
       smiley


    • fantomas 13 janvier 2009 11:22

      Justement dans la marine on ne dit pas "mon Capitaine" mais Capitaine . La particule "mon" diminutif de monsieur aurait été retiré aux marins depuis la défaite de Trafalgar selon la légende.

      salutations


    • Emile Red Emile Red 13 janvier 2009 13:08

      Et ne pas confondre le coup de Trafalgar avec le cul de taf à la gare, ce qui pour un propos anal n’aurait aucune place aux annales.

      Bien à vous l’emmerdeuse, j’aime le châtiage du langage et ne peux que vous féliciter.

      J’attends, piaffant, la suite des évènements...


    • pallas 13 janvier 2009 10:17

      Il n’y a rien de mal a voir els autres souffrir, de les voirs dans l’impuissance face a une indifference generalisé.

      Je vous dirai bienvenu dans mon monde, la ou vous m’avez jettez pour mieu m’oublier, comme je Hais l’humanité, je ne suis pas le seul dans se neant, et nous sommes la ricanant, se moquant, vos souffrances sont satisfaction pour moi.

      C’est un gout de vengeance et de haine, souffrez, souffrez, encore, encore, toujours, eternellement, soyez comme des cafards que l’ont ecrasent.

      je ne suis pas mechant, ont m’a appris a l’etre, de plus pourquoi des autres alors que ces Autres jamais ne se soucieront de vous.

      Derriere l’ironisme chere Auteure, ce cache l’impuissance et la peur.


      • emmerdeuse 13 janvier 2009 10:26

        "Prends garde de ne pas avoir, à l’égard des misanthropes, les sentiments que les misanthropes ont à l’égard des hommes", disait ce bon vieux Marc-Aurèle.
        Ceci dit, c’est facile à dire et moins facile à faire, je vous le concède bien volontiers.


      • pallas 13 janvier 2009 10:30

        Je repondrai

        Pourquoi se soucier des autres des autres, alors que ceux si ne se soucieront jamais de vous ?


        • emmerdeuse 13 janvier 2009 10:57

          Peut-être parce que, malgré tout, et en dehors des grenouilles de bénitier qui prétendent se soucier des autres entre deux génuflexions hypocrites (salut, madame Boutin, ça biche ?), peut-être, donc, parce qu’il reste un peu partout des gens de bonne volonté qui, eux, se soucient davantage de vous que de la taille du prochain écran plasma qui sera en soldes à la Fnac...


        • emmerdeuse 13 janvier 2009 18:51

           smiley Pas mauvaise...


        • ASINUS 13 janvier 2009 10:51

          mon salut et mon respect a celle qui croise tous les jours le vrai visage

          de nos defaites


          • Fergus fergus 13 janvier 2009 11:12

            Un de ces jours, j’écrirai pourquoi j’ai été écoeuré du foot en 1998. Cette année-là, j’ai, entre autres choses, participé à une manifestation contre l’exclusion au printemps. Malgré l’appel de nombreuses associations, nous n’étions qu’environ 7000 dans le cortège.

            Quelques semaines plus tard, 1 million de personnes se réunissaient sur les Champs-Elysées pour fêter la victoire de la France dans la Coupe du Monde !


            • mcm 13 janvier 2009 11:17

              La pauvreté n’interesse nos politiques que si elle est lointaine, pour la bonne raison que la pauvreté locale ne se soigne pas avec l’argent des autres. 


              • SANDRO FERRETTI SANDRO 13 janvier 2009 11:43

                Bonjour et bienvenue au club des rédacteurs, emmerdeuse.
                J’ai voté pour votre article en modération car il n’est pas mal écrit et parle naturellement de vrais sujets.
                Aussi parce qu’il me parait temps de renouveller un peu le "stock " des rédacteurs.
                Pour le reste, sans vous connaitre, j’avais écrit en son temps un article sur vous (du moins sur les diverses femmes résumées dans votre CV/ Pseudo) :

                http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=37211

                Bonne lecture.


                • emmerdeuse 13 janvier 2009 11:57

                  Bonour, Sandro.
                  Comme je suis curieuse, j’ai lu votre petit texte.
                  Je ne suis pas une adepte de la brosse à reluire, donc si je vous dis que votre billet sur les femmes m’a fait fondre, c’est du sincère.
                  Merci.
                   smiley


                • LE CHAT LE CHAT 13 janvier 2009 11:52

                  de la merde comme ça , il est bon d’en mettre devant les ventilateurs de nos dirigeants , qu’ils aient un peu le nez dedant , et n’écoutent pas seulement ce qui ce dit chez les bildeberger , au siècle et autres Davos ! smiley


                  • Gül, le Retour II 13 janvier 2009 12:01

                    @ Emmerdeuse,

                    Le ton est pertinent, le fond est juste. Bref, une histoire de fondement qui laisse sur les lèvres un sourire jaune...

                    Bravo ! smiley


                    • emmerdeuse 13 janvier 2009 12:06

                      Gül, merci du compliment, j’en souris (et pas jaune).


                    • pallas 13 janvier 2009 12:23

                      Cher Auteure,

                      Personne ne se soucie de personne en se bas monde, en tout cas en terme de jolie coeur et de pitier, sa n’existe pas et sa n’a jamais exister.

                      Les grandes phrases, grands principes Moraux, sur Agoravox, sa atteint des sommets, mais ce bla bla inutile est fatigant, a ecouter tout le monde individuellement, ils sont tous des anges, alors pourquoi la societe est si mal ? car ce n’est que de l’hypocrisie.

                      Tous les grands principes ne sont que des fadaises et rien d’autre, le soucie d’une personne, n’a que pour but l’interet, l’argent, le pouvoir, le sexe, c’est tout, sa ne mene guere plus loin.

                      Personnelement, je ne vois pas le mal que la societe evolue dans un sens réel des choses.
                      Non pas que la Societe se gagrenne et devienne violente et mechante.
                      Car en realité elle a toujours ete comme sa, mais les medias ainsi que les Masses s’aveuglait en s’inventant dans leurs petites reveries d’existences quotidiennes que tout allait dans le meilleur des mondes, tellement meme, que le SDF du coin n’existai pas, que la fille violé, n’existai, tout va bien dans les meilleures des mondes.

                      Mais se Temps d’hypocrisie est Terminé, place a la Réalité, car les pouvoyeurs de Souffrance et de Rejet, ne sont autres que les BHL et consort que nos chers Intellectuels et aux Peoples s’extasient a nous verser dans le Mieleu des plus pathetiques.

                      Les Stars du football, les Chanteurs, les Peoples, ne sont rien, ils ne créent rien, ils vivent sur la souffrance des autres, sur la misere des autres, en criant bien fort, que la Misere c’est Mal, en disant cela, ils se font plein d’argent, car les Ecouté, est Payant forcement, et ils vivent qu’en, Parasitant la Masse, et la Masse, aime voir se genre de Parasites pissé dans les violons, voila pourqoi les Peoples gagnent autant d’argent.

                      Ensuite, ce n’est pas que je sois pour la Misere et la tristesse, car en toute Honneté, cette existence pour moi ainsi que pour beaucoup d’autres, c’est un veritable Cauchemard. La Faute, elle est du a mes contemporains, voir se monde s’ecrouler, comme un chateau de carte, la planete se meurt, les ressources energetiques deviennent rare, l’eau potable devien denrée rare. Les maladies qui deviennent resistantes aux antibiotiques, les enfants qui sont deja atteint de maladies endoctriniens qui les rends inapte a la reproduction, le systeme reproductif humain, qui touche la totalité de l’humanité a l’heure actuel, est a 50% Sterile, alors imagine les bébé qui naissent aujourd’hui, ils seront sterile a plus de 70%.

                      Toute cette misere, me fait rire, je ne pleure pas un monde qui m’ecoeure, mais c’est chose amusante de voir des etres Pitoyables et totalement debile, parler de bon sens, d’amour et d’intelligence, alors que dans leurs gestes quotidiens se ne sont que des Cafards.

                      Pour conclure, Soyez Heureux, vous avez reussie ce que vous avez crée, toute Acte, crée des Consequences, donc soyez fiere de Vous, car moi je suis tres Fiere de vous.

                      Bienvenu dans le Cauchemard, et je vous rassure, il n’y a pas d’espoir, c’est puit sans fond de tristesse

                      Salutation


                      • emmerdeuse 13 janvier 2009 18:07

                        Pallas, je vous dirais bien que j’ai envie de me tirer une balle tout en absorbant des barbituriques pendant que je me pendrais à une poutre en me mettant la tête dans le four, mais je suis malheureusement trop optimiste et boulimique de vie pour ça.


                      • alberto alberto 13 janvier 2009 13:49

                        L’auteure : Bravo !
                        Pallas : faut arreter le chichon...
                        Bien à vous.


                        • Warhouha Warhouha 13 janvier 2009 14:07

                          (Oserais-je demander quelle serait le quotidien d’un "Tibétains ou Tutsis, Palestiniens ou Tchétchènes" soumis aux mêmes difficultés que la jeune femme que vous évoquez ?)

                          Naturellement, je vous rejoins pleinement, il serait sain, et, en tout cas, bien plus productif de nous soucier d’abord de nos propres échecs, de nos propres laissés pour compte.

                          Il y a un certain confort à se soucier d’une misère lointaine pour laquelle nous ne pouvons pas grand chose, tout en ignorant une misère toute proche, pour laquelle nous pouvons beaucoup.

                          Merci pour cette remise en place, elle tape juste.

                          J’ajoute, même si ça n’est pas le thème du billet, qu’il est illusoire d’attendre de la part de nos politiques quoi que ce soit à destination de ces exclus : ils ont ceci de commun avec les maladies orphelines, nos exclus, qu’ils ne sont pas rentables, électoralement s’entend.


                          • emmerdeuse 13 janvier 2009 18:12

                            Warhouha, je pense qu’il faut comparer ce qui est comparable, et que les Tchétchènes massacrés par les Russes, ou les Palestiniens bombardés à Gaza sont dans des situations humanitaires critiques, parce qu’à la différence des exclus de France, pratiquement aucune ONG n’a accès à ces populations.
                            Ceci dit, je vous rejoins sur ce point : Si on ne devait compter que sur le gouvernement, les gens auraient le temps de mourir dehors.
                            Ah ? On me signale que des gens meurent DEJA dehors.
                            Au temps pour moi..


                          • SANDRO FERRETTI SANDRO 13 janvier 2009 18:37

                            @ emmerdeuse
                            Oui, je vous confirme que des gens meurent déjà dehors. Parfois depuis longtemps, parfois loin des villes , du Samu social et des grands-messes de TF1 et sa dame pipi, parfois ils font méme un peu exprès de s’habiller léger et de partir dans la neige.

                            http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=49717

                            Mais c’est une autre histoire, et il est bien tard....


                          • Jiache 13 janvier 2009 14:14

                            Un paradoxe bien Français :

                            • d’un côté on s’indigne des conditions de vie de certains et c’est légitime. On va même jusqu’à mettre la main au porte monnaie.
                            • d’un autre côté on se plaint toujours de payer trop d’impôts.
                            Paradoxe car, à mon sens, l’aide aux plus démunis est une mission publique. Nos impôts sont en partie là pour ça. Et que voit-on à la place ? Un état qui ne fait pas son boulot et qui compte sur des dons de particuliers ou sur l’action de bénévoles et d’associations pour faire le boulot.

                            Pour citer Blum :
                            "Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté, doit commencer par leur garantir l’existence."

                            • K K 13 janvier 2009 15:33

                              Justement, quand l’Etat utilise les impots pour aumenter les salaires et primes des ministres, parlementaires et du president de la Republique tout en diminuant les prestations sociales et en radiant des personnes du chomage, on a peut etre un peu raison de raler apres les impots, non ?


                            • emmerdeuse 13 janvier 2009 18:48

                              Nos impôts financent, entre autres, des organismes comme la DDASS...qui finance, elle, l’institution dans laquelle je travaille...


                            • A. Nonyme Trash Titi 13 janvier 2009 14:50

                              Bravo pour le fond et pour la forme !

                              Vous régénérez Agoravox qui en a bien besoin : entre un obsédé qui compte les cartouches au fin fond d’un contener, les Sarko par-ci et les Rachida par-là, je commençais à me dire que Av ne valait plus un clou tellement fond et forme devenaient pauvres, récurrents, prévisibles !

                              Et ben, non !

                              Merci.


                              • ronchonaire 13 janvier 2009 15:41

                                Magnifique article, dans lequel une bien-pensante de gauche nationaliste nous fait la morale à propos des sans-abris, tout en tapant sur les autres bien-pensants de gauche, moins nationalistes eux, qui nous font la morale sur les palestiniens, tchétchènes et autres miséreux des cinq continents. Finalement, c’est ça le vrai problème de la gauche : ils ont tellement de bons sentiments qu’ils n’arrivent même pas à se mettre d’accord sur ceux qui sont le plus à plaindre.


                                • emmerdeuse 13 janvier 2009 18:28

                                  Je vous remercie de me faire remarquer que se préoccuper un minimium de ses concitoyens est une valeur de gauche, Ronchonaire (et que, par conséquent, être de droite signifie se moquer de tout ce qui n’est pas soi-même, si je vous suis bien ?).
                                  A vous lire, je tire les conclusions suivantes : Tous les médecins, les infirmières, les travailleurs sociaux, les éducateurs, et plus généralement les gens qui exercent des métiers tournés vers autrui, sont donc des gens de gauche (bien pensante ou pas).
                                  C’est marrant...j’avais pourtant l’impression de côtoyer des gens de droite, dans mon boulot...Mais non, j’ai dû rêver, on ne peut pas être de droite ET avoir des valeurs répubublicaines, pas vrai ?
                                   smiley


                                • pallas 13 janvier 2009 16:31

                                  Faudrait arreter de vous envoyez des fleurs en vous complimentant mutuellement et en sortant de longues phrases Moralisateur a la BHL, c’est d’un gonflant et d’un bla bla inutile, vous faites pitiez.


                                  • emmerdeuse 13 janvier 2009 18:31

                                    Pallas, vous avez vraiment un compte à régler avec BHL... ?


                                  • Gasty Gasty 13 janvier 2009 18:12

                                    Bravo ! Enfin des articles qui ont le gout d’une révolte interne. Et comme les révoltes s’exportent ...Par ce salutaire touché rectal national nous pourrions grace à cet acte fédérateur converger vers un nouveau monde de pensées.


                                    • pallas 13 janvier 2009 19:08

                                      Chere Auteure,


                                      Je n’est aucuns compte envers BHL, quoi que, il est un exemple, Mr Kouchner, ou Mr Lang, pour moi sont du meme accabie. Ils ont un metier ou ils gagnent de tres bons salaires en disant que la Misere c’est Mal, la guerre c’est pas bien, que les gentils sont gentils et les mechants des mechants, voila, juste du bla bla sterile, plein de bon sentiment steriles, faut arreter de sortir les violons.

                                      Les individues faisant parti des Partis de Gauche sont des petits Bourgeois ou ceux faisant parti d’une classe social de la haute classe moyenne en general, ceux de droite c’est pareil, juste du bla bla steriles des 2 cotés, c’est l’ecole primaire.

                                      Ce n’est pas en faisant du bla bla que sa changera le monde et faire du bla bla a part brassé de l’air ne fera rien.


                                      Mais Chere Auteuse, le probleme est beaucoup plus profond que la simple notion de parti politique, c’est de l’ordre individuel et la il y a un probleme, entre Dire et Faire, il y a une difference.

                                      Le chomage des Jeunes par exemple, dont les entrepreneurs ne veulent pas engager car ils exigent un CV avec 10 ans d’etude du haut de leurs 21 ans en sortant de leurs Bac + 2, en passant par le Mepris des Balayeurs et Personnels de Menages dont ont les considerent comme de la vermine.
                                      Question qui est le plus important, le Balayeur ou le Footballeur ?
                                      La reponse, decrivez moi la societe sans Balayeur en laissant les Footballeurs
                                      et ensuite decrivez moi la societe avec les Balayeurs sans les Footballeurs
                                      la reponse est simple, sans Personne pour nettoyez nos rues et Immeubles, demain nos cités deviennent des decharges publics avec infection bacterienne garanti et donc des millions de mort.

                                      Ensuite le Footballeur, c’est l’apologie de gagné enormement d’argent en faisant quoi ? tapper dans un Ballon, c’est super top, et puis il y a la triche, le banchiment d’argent, quand je parle de triche, les Sportifs se dopent a fond, qu’elle exemple de loyauté a Exprimé et tout le monde applaudi des 2 mains et adorent sa.

                                      Ensuite il y a le Chomage des Seniors, tu a 50 ans, ont te virent comme un chien, meme si tu est hyper competant, c’est bien.

                                      Et les jeunes chercheurs Diplomé, ceux qui ont un Cerveau, a la Television ces etres intelligents, sont méprisées, Humilié, ils ont une petit sexe, ils sont traitres, alors qu’a contrario, le Gentil Voyou, le Gentil Mechant, lui ont lui pardonne tout, attire toutes les filles, c’est bien les rebelles, c’est cool.

                                      Tout cela est d"ordre individuel, et non de Politique.

                                      Chere Auteuse, vous voulez avoir un Barometre de notre societe, regarder comment ont traitres nos Vieux en Maison de Retraite, s’ils ne sont pas insulté ou etrangement accidenté, c’est fragile un vieu dans un lit d’hopital, sa se casse la Hanche, comme sa, par miracle, sur son lit, ou bien quand ils pissent sur lui, sans personne, et le Pire, les Enfants et Arrieres petits enfants qui ne viennent jamais les voirs qui ne s’en preoccupent pas.

                                      Notre societe est totalement Sclerosé, donc avant de Parler de bon Sentiments, sur les Tchechenes, les Palestiniens, ou tout autre peuples de la Planete, il serait de s’occuper de nos Problemes a NOus, qui sont enormes.

                                      D’ailleur, Chere Auteuse, tu est une Femme, donc d’apres la Loi, tu dois gagné moin qu’un homme pour un meme travail, je ne vois pas Beaucoup de Femmes de la Ligue Feministe, n’y les Dames Politiques, Parlant de cela, Sa ne vous derangent pas de gagné moin ?

                                      Salutation


                                      • ASINUS 13 janvier 2009 20:23

                                        @ Parkway

                                        suis plutot " emballé" par le texte et les reparties de " l emmerdeuse" , Pallas à tord a mon sens
                                        mais vos arguments relevent du reflexe habituel de la " classe eduquée" pour contester le droit à la parole à l opposant


                                        • pallas 13 janvier 2009 21:32

                                          Bien au contraire Mr ASINUS, ils justifie mes propos par son argumentaire, n’ayant aucuns arguments pour me contre dire, il se sent obligé de jouer dans la Violence Verbal, d’ailleur, il n’y a personne qui consteste ce que j’ecris, pas meme L’Auteuse de cette article que je nomme "l’emmerdeuse", que pourraient ils dirent ?. A ce nieau de discution, ils se sentent dans l’obligation d’user de violence, tel que celui du mauvais orthographe et donc faire du terrorisme intellectuel.

                                          Il est plus qu’evident qu’apres ce que j’ai ecris, l’Auteuse, ainsi que les Autres vont se manifester de nouveau, malheureusement, il est trop tard, le faire maintenant, apres cet ecrit n’aura aucunes valeurs, il fallait le faire sur mon precedent commentaire et non celcui, qui n’est qu’une conclusion.


                                          Parkway est l’exemple type de ce je denonce, la Vermine, se cachant derriere de belle paroles, mais une fois les masques tombé, le vrai visage se montre, donc le bla bla bla des beaux Ideaux n’est que simulacre et hypocrisie, je donnai l’occasion de vous prouvez a vous meme que vous etes réellement ce que vous dites et non que cela ne soit qu’une Farce.

                                          Il semble que j’ai raison, et Sieur Parkway m’a parfaitement donné raison, le silence des autres ainsi que de l’Auteuse, n’a fait qu’accroitre ce Fait qui est Maintenant Prouvé.

                                          On ne peut Jugé que sur les Actes et non sur les Dires, et vous avez prouvé par vos actes que j’avai Raison.

                                          Salutation


                                          • Philou017 Philou017 14 janvier 2009 08:24

                                            J’avais envie d’en parler, mais je sais pas où. Puisqu’on parle de vulgarité et de grossiereté...

                                            J’ai écouté la radio ce matin. Il y avait greve hier à la gare Saint-Lazare, elle a même fermé quelques heures. Il fallait écouter le dechainement anti-greve des "journalistes". Sur toutes les staions, des reportages systématiques sur les ennuis des usagers, avec interviews à la clé. Il y en a même certains qui ont fait le trajet en fin de journée avec les malheureux usagers afin de receuillir les jérémiades à la gare, dans le train, à l’arrivée (le trafic a repris en fin de journée).

                                            A coté de cela, quasimment pas un mot sur la greve-surprise elle-même et son motif (une agression). Pas d’interview de cheminot, rien que la litanie incessante anti-greve.

                                            Si il y en a qui pensent que les médias ne sont pas des outils de manipulation dans la main des pouvoirs (politiques, économiques, financiers), c’est vraiment de l’aveuglement volontaire.

                                            Cette grossiereté médiatique rejoint le scandale de notre époque, qui a vu le retour des mendiants avec l’indifférence génée de notre belle société "démocratique" et "moderne". Ces mêmes médias qui il y a peu chantaient sans discontinuer les louanges de l’Europe, de la mondialisation, du libéralisme quasimment 24h/24, avec commentaires enthousiastes sur la derniere prise de bénéfice sur telle ou telle action.

                                            Jusqu’à quand vivrons-nous dans cette société de manipulation ?


                                            • chmoll chmoll 14 janvier 2009 08:35

                                              c’est vrai (un ex) si sarko dirait, vous m’prenez pour un con ou un imbécile ?

                                              pour ètre poli, j’dirais le cumul des 2 ne serait pas impossible

                                              cele dit ,c’est qu’il cumul dans s’domaine l’gus


                                              • homosapiens homosapiens 16 janvier 2009 08:02

                                                Excellent article !
                                                Sur un ton acide comme je les aime, un peu d’humour et de second degré tout en soulignant
                                                les absurdités dans lesqelles nous nous prélassons, j’adore.

                                                Pour une fois les commentaires associés sont dans la lignée, à part un suicidaire, mais bon
                                                s’il est comme ça c’est qu’il a du coeur.

                                                Bravo, vivement un nouvel article avec ce même ton acerbe et efficace !

                                                "j’en veux encore !" -(entretien avec un vampire)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires