• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Quand le cercle tourne en rond

Quand le cercle tourne en rond

Le fat et la béate !

C’est un cercle de lecteurs, gens appartenant à une espèce en voie de disparition, ils aiment lire à haute voix, partager leurs émotions et leurs coups de cœur. Ils se retrouvent ainsi tous les quinze jours pour écouter la sélection de leurs collègues puis leur donner envie de partager l’émotion d’un livre qui les a touchés.

C’est un bien agréable moment que celui de se retrouver en cercle, un livre à la main, d’attendre patiemment son tour, de discourir sur l’extrait qui vient d’être lu, d’en commenter le style, la teneur tout en suggérant quelques remarques agréables à celui ou bien celle (il y a surtout des femmes) qui a interprété le dernier passage.

L’écoute est au centre de l’activité. Sans elle point de partage réel. C’est pourtant là le principal piège car, inévitablement, celui qui prendra la parole en suivant est déjà totalement concentré sur son tour, perdant souvent le lien avec le lecteur du moment. Ne nous en étonnez pas, c’est ainsi dans tous les débats, les formations, les groupes de réflexion, prendre la parole en public demande pour beaucoup une telle concentration que bien souvent, celui qui veut parler oublie d’écouter ceux qui le précèdent.

Ce cercle entame une nouvelle saison. Il y a eu des départs, compensés par de nouvelles arrivées. C’est le lot de toutes les structures analogues. Ainsi, la première séance est destinée à se jauger, se juger, s’évaluer ou bien se faire une idée. Les nouveaux ont le cœur battant, ils doivent oser cette première lecture, pas simple pour qui n’a jamais effectué cette démarche devant un parterre de distingués lecteurs.

Parmi les nouveaux entrants, Giton -appelons-le ainsi en référence à monsieur de La Bruyère- joue le grand jeu. Il vient en représentation à moins que ce ne soit en boutiquier. Il se présente longuement, insiste sur son parcours professionnel durant lequel il enseigna les lettres, non pas celles qui s’échangent mais la littérature, la grande, la seule. D’ailleurs, il appartient à cet aréopage des écrivains patentés.

Il distribue, en guise de témoignage de sa grandeur, marque-pages à son effigie, dépliants évoquant sa bibliographie et sourires commerciaux. Ne manque plus que le bon de commande pour agrémenter son inénarrable présentation. Il convient à chaque participant de s’incliner devant sa grandeur, de considérer le personnage comme une référence dont les avis vont compter dans le petit groupe.

Encore sous le choc de la tirade, les lecteurs entament leur ronde des extraits. Pour les débutants, la gorge est nouée. Certains déclinent ce premier tour de piste, affirmant qu’ils veulent d’aborder découvrir et se jeter à l’eau, la fois prochaine. Giton, lui, n’hésite pas une seconde, il a sélectionné un morceau de bravoure, né sous sa plume si alerte. Il s'interprète car, pense-t-il, on n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Hélas, l’homme hésite, bégaie, bafouille, se trompe et s’égare dans ses propres mots qui ne sont pas si extraordinaires qu’il voulait bien le dire. La lecture à haute voix suppose une écriture qui coule, qui a son rythme intérieur, sa petite musique qui se love dans le débit de son interprète. Giton n’avait sans doute jamais songé à s’écouter !

Les autres membres ont des avis nuancés, ne cherchant nullement à contrarier le grand homme. Maintenant qu’il a eu son heure de gloire, il laissera peut-être se dérouler la séance, loin de son insupportable narcissisme. Que nenni ! Tandis que la suivante donne un extrait bien maîtrisé et fort agréable, l’homme, contrarié de sa prestation décevante, cherche dans son dernier livre, le passage qui va tous les convaincre de son importance.

Il feuillette, cherche, revient en arrière, fait grand bruit et a même des mimiques qui finissent par exaspérer la lectrice. Il ne l’écoute pas, soit, mais de plus il la dérange par ses simagrées détestables. C’est un gougnafier de la pire espèce et pour attester de la chose, prend la suite pour réparer l’injustice faite à son style inimitable.

Il déclame, il s’extasie de ses propres formules, s'appesantit sur une ponctuation qu’il a alourdie encore davantage. Il donne le ton à la manière d’un tragédien qui n’a rien compris à sa tirade. Des membres de la belle assemblée esquissent quelques bâillements … Décidément, la saison promet d’être laborieuse avec celui-là.

Giton en a terminé. Il lève les yeux de son ouvrage, espérant sans doute des applaudissements ou bien des achats immédiats. La déception se lit sur son visage, il n’a pas hérité de l’ovation pourtant méritée. Il a donné le meilleur de lui-même et c’est bien là, justement le problème. Les lecteurs, habitués d’explorer les grandes plumes, sont dépités devant ce duvet naissant, irritant et imperméable au génie. La politesse l’emporte sur la sincérité, chacun range le marque-page en se jurant de ne jamais l’utiliser, il pourrait bien souiller leurs belles lectures.

Giton a trouvé sa lectrice. Celle qui exécutait sans pitié quelques poèmes célèbres, a deviné qu’elle trouverait en ce personnage l’écho qui lui fait défaut. Un duo est né, un duo qui ne s’écoutera guère mais se congratulera à chaque fois. Il est vrai que ne pas écouter permet sans aucun doute d’avoir un bon jugement de l’autre. Il convient de tourner la page, la séance se termine et l’inquiétude est grande dans le cercle qui se promet des séances épiques.

Benoitement leur

Documents joints à cet article

Quand le cercle tourne en rond

Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Raison pour laquelle j’adore Modiano. En public, certains le prendraient pour un débile. Un peu comme Colombo. Je reconnais qu’il m’arrive aussi parfois de couper le parole à quelqu’un qui : parle pour ne rien dire dire. Je ne suis pas d’accord avec les psys qui vous disent que c’est une manière de « castrer » l’autre.


    • juluch juluch 18 octobre 12:33

      pas simple de parler en public pour certains....ça peut meme être un cauchemar.


      aprés il y a ceux qui se croient bon et que finalement sont médiocres....

      • C'est Nabum C’est Nabum 18 octobre 16:12

        @juluch

        J’espère n’être pas du lot


      • baldis30 18 octobre 14:19

        bonjour

        excellentissime !


        • C'est Nabum C’est Nabum 18 octobre 16:13

          @baldis30

          Grand merci

          ça va changer de la suite ... sans aucun doute


        • marmor 18 octobre 15:36

          Exceptionnelle auto-description ! En vous lisant, Giton, j’ai retrouvé tous les traits d’un certain Nabum ! Tout y est, le narcissisme, la fatuité, l’autosatisfaction, la prétention.... Excellent !!


          • Robert Lavigue Robert Lavigue 18 octobre 16:06

            @marmor

            Vous m’ôtez le pain de la bouche !
            Saviez-vous que Tartuffe de la Loire s’était livré à ce sordide exercice d’autopromotion dans ce même salon ? Lui aussi a commencé sa carrière dans ce cercle en boutiquier...

            Il y aura enfin votre serviteur, interprétant, en toute immodestie, un de ses billets. Je me suis inscrit à ce cercle si distingué pour justement apprendre à défendre à l’oral mes petites chroniques. Je ne m’en étais pas caché. (...). À la fin de la séance j’ai dédicacé deux livres.

            http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/le-cercle-des-lecteurs-distingues-189550
            .
            .
            (Melon de la Loire) a le teint frais, le visage plein et les joues pendantes, l’oeil fixe et assuré, les épaules larges, l’estomac haut, la démarche ferme et délibérée. (...)

            Il occupe à table et à la promenade plus de place qu’un autre. Il tient le milieu en se promenant avec ses égaux ; il s’arrête, et l’on s’arrête ; il continue de marcher, et l’on marche : tous se règlent sur lui. Il interrompt, il redresse ceux qui ont la parole : on ne l’interrompt pas, on l’écoute aussi longtemps qu’il veut parler ; on est de son avis, on croit les nouvelles qu’il débite.


            Il est enjoué, grand rieur, impatient, présomptueux, colère, libertin, politique, mystérieux sur les affaires du temps ; il se croit des talents et de l’esprit.

            Jean de la Bruyère - Les Caractères


          • C'est Nabum C’est Nabum 18 octobre 16:13

            @marmor

            L’effet miroir


          • C'est Nabum C’est Nabum 18 octobre 16:14

            @Robert Lavigue

            Vous voilà mitron
            Quelle promotion


          • marmor 18 octobre 17:45
            @Robert Lavigue
            Il faut partager le pain... Il ne reste plus à d’Orléans qu’à rencontrer son Harvey Weinstein à lui, et la promo ira bon train. Après tout, l’égo n’a pas de limite.

          • C'est Nabum C’est Nabum 18 octobre 18:17

            @marmor

            Avec vous c’est le tout à l’ego dans la Loire


          • Bernie 2 Bernie 2 18 octobre 20:54

            Ça me rappelle furieusement le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, à la sauce dubêret de la Loire.

            Quelle vie vous menez ! Ménagez vous ! Entre les repas aux pauvres, les cabotinages ligériens, l’écriture et la promotion du roman à quatre pieds, le cercle de lecture. Et devoir rentrer par les tranchées de Verdun qui vous servent de rue, quelle énergie !

            A moins qu’ une partie, grosse partie ne soit que de l’affabulation ? Vous parliez d’une relâche, promis nous serons fort, abandonnez nous, mais prenez soin de votre melon, euh santé.


            • Henry Canant Henry Canant 19 octobre 15:24

              Nabum,

              Certainement un de tes plus beaux textes.
              On pensait qu’il était impossible de faire mieux, tu viens magistralement de démontrer le contraire.
              Votre génie de l’écriture n’a aucune limite.

              J’aimerais tant te rencontrer, mais tu dois être sollicité de toutes parts par de grands intellectuelles que cela ne peut-être que dans un rêve.

              Boulversifiant ton.

              • C'est Nabum C’est Nabum 19 octobre 16:48

                @Henry Canant

                N’en rajoutez pas, je retranche tout


              • Henry Canant Henry Canant 19 octobre 22:45

                @C’est Nabum
                Pourquoi cette position, tu es notre Guide, retranche rien à ton message ?

                Continue à publier, c’est ton devoir envers tous les français qui sont tellement bêtes de leur ouvrir la voie.
                Beaucoup sont derrière toi, ne nous déçois pas.

              • covadonga*722 covadonga*722 19 octobre 23:02

                cher monsieur Nabum , je bat ma coulpe .Dans un moment d’égarement j’avais osé vous comparer 

                a un nautonier en pantoufles !J étais je l’avoue dans l’erreur certes vous êtes seillant en pantoufles ,
                mais de ce lieu de culture ,d’élévation et d’esprit vous êtes désormais  :
                 
                le grand Timonier  !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires