• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Que la lumière soit

Que la lumière soit

Plus près de Dieu ...

L’existence réserve bien des surprises. Il convient sans doute d’y voir la main de Dieu ou du destin selon que l’on soit bien accroché à des convictions religieuses ou bien alors mécréant notoire. Pourtant à l’instar de Paul Claudel, la lumière fut dans mon esprit hermétique. La chose peut vous sembler impensable, je vous invite à me suivre en restant bien accroché.

La cathédrale d’Orléans avait perdu sa belle croix lumineuse, une croix d’un mètre quatre-vingts de haut, habillée à neuf de cristaux et d’ampoules électriques. Pour que la lumière soit, de nos jours, il faut d’abord compter sur les ressources d’EDF et le savoir faire d’un électricien ingénieux. Ceci ne remettant nullement en cause le dogme catholique ni même le souffle divin. Il est possible du reste qu’une éolienne soit à l’origine des ressources énergétiques.

Par un concours de circonstances qui ne m’appartient pas de dévoiler ici pour conserver l’éternel mystère de la foi, je fus invité à donner un coup de main pour assurer l’ascension. Étant désœuvré, j’acceptai volontiers cette requête, espérant inconsciemment sans doute récolter quelques indulgences à l’heure du jugement dernier. J’ai assez écrit d’horreurs sur l’histoire locale de l’église et sur notre cathédrale pour me faire pénitent le temps d’une matinée.

C’est donc un mercredi matin, à ma grande surprise qu’eut lieu cette ascension cruciforme. Je pensais naïvement que cette opération ne pouvait avoir lieu qu’un jeudi, je dois revoir mes références sans doute. Nous étions un petit groupe de gros bras dont la plupart avait foi en notre seigneur. Il y avait même parmi nous deux scouts, deux appariteurs, deux séminaristes et un diacre qui se munirent chacun d’une gousse d’ail afin de supporter ma présence parmi eux.

Après avoir longuement admiré la croix qui reposait juste derrière l’autel, nous montâmes les 186 marches qui nous menèrent en deux étapes jusque sous la fabuleuse charpente de l’édifice. Rien que ce privilège valait le déplacement. Quelle merveille de précision, de savoir faire, de patience ! Un des artisans avait laissé son signe, un compas et une équerre pour honorer ce grand-œuvre. L’émotion était dans les combles.

Nous arrivâmes alors au pied d’un système somme toute assez archaïque pour réaliser à la force des bras, l’ascension divine. Deux cordes en parallèle qui pendaient du faîte de la charpente, reliées à un triangle métallique sur lequel venaient s’attacher deux filins tressés d’un assez gros diamètre. Nos deux appariteurs plongèrent sous le plancher pour préparer et assurer l’élévation sans hostie ni ciboire mais avec des clefs anglaises. Je ne sais si Rome appréciera cette entorse au rituel qui relève de la collusion avec l’église anglicane et néanmoins schismatique.

Après de longues minutes d’attente et une communication entre la nef et la voûte qui ne fut pas céleste mais assurée par la magie de la téléphonie mobile, nous reçûmes la consigne de tirer très délicatement sur les cordes. Me revinrent alors en mémoire mes années d’enfance quand j’accompagnais mon père pour changer les cordes des cloches dans les églises du Sullias. Un petit signe du très grand sans doute pour honorer la mémoire du paternel.

L’opération requerra un peu de force et beaucoup de coordination. Un des scouts assurait l’éventuel retour de corde tandis que nous agissions un peu comme des marins à la manœuvre, mêlant nos mains dans un effort commun. Ce fut un moment émouvant durant lequel j’évoquai les histoires restées dans la gibecière de ma mémoire relative à la cathédrale et aux légendes qui s’y rattachent. La lenteur de l’élévation permettant de faire un joli tour d’horizon des anecdotes de Saint Euverte et sa Colombe au bûcher des hérésies d’Orléans.

Puis vint des entrailles de la cathédrale et non du ciel la consigne d’arrêter. Nous maintînmes longtemps les cordes en tension le temps qu’avec dix boulons, les appariteurs sous nos pieds puissent serrer les câbles. L’ordre nous fut donné d’arrimer les cordes à deux vénérables piliers de chêne. Ce fut cette opération qui me fut confiée en ma qualité largement usurpé d’expert en nœuds marins moi qui en la matière n’a jamais été très malin. Je m’en tirai du reste de manière très honorable, modifiant et améliorant selon les commentaires avisés de la curie, le système de fixation.

Nous n’avions plus qu’à revenir sur terre, descendre non aux enfers mais dans le chœur de la Cathédrale pour admirer la croix lumineuse trônant en majesté. Avouons-le tout de go, il y avait de l’émotion à admirer le résultat de nos efforts. En ce jour où Charlie Hebdo publiait à nouveau quelques caricatures, j’espère que le Grand Architecte me pardonnera la manière quelque peu cavalière dont j’ai mené ce récit authentique.

Cruciforment sien.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • juluch juluch 5 septembre 12:34

    Mon Pére nabum je suis fier de vous !

    le seigneur s’en souviendra... 

    En pierre la croix ?,


    • C'est Nabum C’est Nabum 5 septembre 16:24

      @juluch

      Fort heureusement non

      Fer et cristal


    • martinez 6 septembre 18:39

      « L’émotion était dans les combles »

      Magnifique.


      • zygzornifle zygzornifle 7 septembre 09:19

        Petit rappel de qui est le vrai Dieu :

        La masse musculaire de Macron et supérieure à son poids total.
        Si la lumière va plus vite que Macron, c’est qu’elle a peur de lui.
        Macron ne ment pas, c’est la vérité qui se trompe.
        Macron n’essaie pas. Il réussit !!
        Quand Macron scrute l’horizon, il voit son dos.
        Quand Macron va au restaurant, c’est le serveur qui laisse un pourboire.
        Quand Macron s’est mis au judo, David Douillet s’est mis aux pièces jaunes.
        Macron est le seul homme à posséder une Bible dédicacée.
        Macron peut encercler ses ennemis. Tout seul.
        Macron a déjà compté jusqu’à l’infini. Deux fois.
        Certaines personnes portent un pyjama Superman, Superman porte un pyjama de Macron.
        Macron ne porte pas de montre. Il décide de l’heure qu’il est.
        Dieu a dit : « que la lumière soit ! » et Macron répondit « on dit s’il vous plaît »
        La seule chose qui arrive à la cheville de Macron… c’est sa chaussette.
        Quand Google ne trouve pas quelque chose, il demande à Macron.
        Macron fait pleurer les oignons.
        Macron sait parler le braille.
        Il n’y a pas de théorie de l’évolution. Juste une liste d’espèces que Macron autorise à survivre.
        Macron et Superman ont fait un bras de fer, le perdant devait mettre son slip par-dessus son pantalon.
        Un jour, au restaurant, Macron a commandé un steak. Et le steak a obéi.
        Macron connaît la dernière décimale de Pi.
        Macron peut taguer le mur du son.
        Quand la tartine de Macron tombe, la confiture change de côté.
        Dieu voulait créer l’univers en 10 jours. Macron lui en a donné 6.
        Macron est capable de laisser un message avant le bip sonore.
        Une larme de Macron peut guérir du cancer, malheureusement, Macron ne pleure pas.
        Si Macron dort avec une lampe allumée, ce n’est pas parce qu’il a peur du noir mais parce que le noir a peur de lui.
        Le Big Bang était la première éjaculation de Macron.
        Macron était le seul trader a la banque du sperme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité