• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Que regarder ce soir ?

Que regarder ce soir ?

Demandez le programme ....

Finalement, un bon livre fera l'affaire.

MireOrtf2nettoyee.jpg

Est-ce l'effet de la nostalgie, du gavage médiatique, de l'usure du temps sur la curiosité ou bien encore la lassitude devant la magie évaporée du petit écran mais choisir un programme devient impossible de manière inversement proportionnelle à la quantité des propositions à notre disposition.

Plus l'offre est grande , plus affligeante se fait la médiocrité des programmes . Les séries ont la part belle et j'avoue mon peu d'appétence pour ce genre qui désire enchaîner sa proie aux frasques de héros si peu crédibles. Je n'ai rien à faire de ces personnages que jamais je ne croiserai dans la vie réelle. Je ne suis pas une ménagère de cinquante ans : il est clair que les diffuseurs ne se préoccupent pas de moi. Les dialogues sont plats, les situations pitoyables, les acteurs si peu convaincants.

Les films disparaissent des chaînes : c'est du moins le sentiment que me donne la lecture fastidieuse de ces nouveaux labyrinthes que sont devenus les magazines de télévision. Il faut être expert en balistique pour se repérer dans cette avalanche de sigles, de numéros, de codes et d'indications. Le pauvre téléspectateur occasionnel n'a aucune chance de comprendre à quelle enseigne se vouer et, quand il repère une offre alléchante, il découvre, à son grand regret, qu'il ne bénéficie pas de l'abonnement adéquat. Il lui reste éventuellement des navets ou des films vus et revus jusqu'à la nausée.

JPEG - 15.9 ko

Le théâtre, tout comme le spectacle vivant, ne semble pas trouver grâce auprès des diffuseurs. C'est le vide sidéral pour l'art, l'intelligence, la création et la réflexion. Autant de qualités qui doivent effrayer les vendeurs d'espace publicitaire. Si vous voulez découvrir de nouveaux talents, si vous aimez les auteurs classiques, si vous avez envie de vous enthousiasmer pour autre chose que des produits factices, des chanteurs ou des chanteuses choisis sur catalogue, vous devez aller au spectacle ; la télévision ne défend que la médiocrité et les intermittents à la mode Medef.

Les débats, les émissions culturelles, les rencontres entre un témoin et un journaliste qui s'intéresse plus à son client qu'à lui-même, sont repoussés aux heures de fin de soirée. Seuls les insomniaques ont la possibilité de s'instruire sur leur petit écran. Je sais que l'on va me dire que j'ai toujours la possibilité d'enregistrer ce qui devrait me séduire. Mais, avouons que faire cette démarche, ce serait accorder bien trop d'importance à cette télévision qui n'est qu'un bouche-trou occasionnel, une distraction d'opportunité.

Le sport pourrait constituer un spectacle acceptable s'il ne fallait pas supporter les commentaires insipides et niaiseux des journalistes sportifs, ces êtres décérébrés qui hurlent pour n'importe quoi, s'enthousiasment sur commande et vous imposent des propos d'une banalité consternante quand ce n'est pas d'un chauvinisme honteux. Le sport s'est, en plus, vendu aux chaînes payantes : il a fait allégeance avec les puissances de l'argent et décidé de se blottir dans les bras du Qatar. C'en est trop pour moi !

ORTF.jpg

Alors, je renonce à passer ma soirée à me farcir l'autocélébration du cinéma après celle de la musique. La télévision en effet s'est spécialisée dans ce type de programmes qui n'ont rien à montrer, rien à apprendre, rien à fournir d'autre que le spectacle de la congratulation feinte, de l'émotion sur commande, de bons mots préparés dans les coulisses. Plus ce monde est douloureux, plus ceux qui échappent aux difficultés du quotidien doivent rire et s'exclamer, sortir des fadaises et des truismes pour divertir le bon peuple à assoupir. C'est à vomir !

Il y a bien longtemps que la télévision ne sert plus à rassembler une grande majorité de Français autour d'un programme commun. Elle s'est multipliée dans les familles au point de s'imposer dans toutes les pièces d'une maison moderne. Nous sommes des dinosaures avec notre unique écran de petite taille … Pire même, elle trône en majesté dans la maison et se refuse à se taire quand des visiteurs font irruption. Bavarde impénitente, elle couvre de son bruit insupportable, de sa vaine jacasserie , les éventuelles conversations !

Devenue d'une insigne médiocrité, elle n'accueille que des gens triés selon des critères d'aseptisation et d'anesthésie de la conscience collective, quant elle déverse son flot d'une nullité incroyable, submergé, perdant pied, je ne trouve mon salut que dans la fuite, renonçant une fois de plus à m'abrutir avec mes semblables. C'est ainsi que devant l'écran vide de tout mouvement, je me replonge, avec une délectation sans pareille, dans la lecture de mon roman du moment. Rien ne remplace un bon livre, ce plaisir à nul autre pareil. Bonne nuit les amis, je vous laisse à vos émissions indigestes.

Littératurement vôtre.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 3 mars 2014 10:12

    Bonjour, C’est Nabum.

    Il est dans l’air du temps de taper sur la télévision. A juste titre ; il faut le reconnaître, tant la qualité des programmes a progressivement baissé pou laisser la place à des talk-shows lamentables, des émissions de télé-réalité affligeantes et des séries d’un médiocre intérêt.

    Pour autant, tout n’est pas à jeter. C’est ainsi que les fictions inspirées par les romanciers du 19e siècle sur France Télévisions sont souvent d’excellente facture et rendent justice aux auteurs qui les ont inspirées. De même Arte propose souvent des cycles de cinéma eux aussi de très bonne qualité, à l’image de celui qui a récemment été consacré aux frères Coen. Et même les séries peuvent offrir un réel intérêt comme cela a été le cas avec Borgen, série politique danoise.

    Etc.


    • Fergus Fergus 3 mars 2014 10:14

      D’ailleurs, pourquoi se plaindre de la télévision ? Une soirée sans programme intéressant, c’est effectivement l’occasion de lire un bouquin ou d’écouter un CD. Et puis il y a les DVD de films et de concerts...


    • Plus robert que Redford 3 mars 2014 11:19

      Quand même !

      Il a raison, Nabum !

      Je suis d’accord avec le fait qu’on trouve (Entre autres sur Arte) des programmes de qualité, mais statistiquement, sur les propositions de 18 chaines accessibles sans supplément de prix, il y a un maximum de grosses bouses !

      Entre la rediffusion jusqu’à la nausée de séries (Américaines) les reconstitutions d’ « Affaires Judiciaires », les activités filmées (et sonores hélas) de décérébrés bodybuildés ou maquillées à la truelle, les bêtisiers, zappings et autres séquences « trop mignonnes »... Guère d’occasions de se stimuler les neurones ou la glande à réfléchir..

      Les « débats » et autres talk-shows (plus shows que talk !) réunissent les mêmes personnes, donc ressassent les mêmes théories mollement consensuelles...

      Pour se farcir de la bonne daube, faut vachement chercher !

      Comme disait Audiard : Les poissons qui volent, ça existe, mais ça ne constitue pas la majorité du genre !!


    • Fergus Fergus 3 mars 2014 11:44

      Bonjour, PRQR.

      Effectivement, le constat global est plutôt affligeant. A noter que les jeunes se détournent massivement de la télévision, et c’est sans doute une bonne chose car l’on peut espérer que devant cette fuite les responsables de chaîne comprendront tôt ou tard qu’ils vont dans le mur en privilégiant la médiocrité et la vulgarité pour assurer de l’audimat, les programmes plus ambitieux étant malheureusement nettement moins regardés.


    • C'est Nabum C’est Nabum 3 mars 2014 13:59

       Fergus


      Je ne me plains pas, je fais autre chose avec plaisir

      C’est simplement que ce soir là, je n’avais envie de rien, je voulais passer la soirée ainsi et la lecture du programme m’a totalement laissé pantois.

      Rien dans tout ce fatras ne trouvait grâce à mes yeux !!!

    • C'est Nabum C’est Nabum 3 mars 2014 14:00

      Plus robert que Redford 


      Fort heureusement il y a Arte mais pour le reste, que sauvez vous de la noyade ?

    • Gasty Gasty 3 mars 2014 17:18

      Chuuuut !.....Taisez-vous malheureux, ARTE c’est la dernière encore valable qui reste.
      Déjà que certaines émissions ont tendance à s’aligner progressivement sur la tendance générale. Que vaudra la redevance après ça ?


    • C'est Nabum C’est Nabum 3 mars 2014 18:39

      Gasty 


      Alors n’en disons rien ! 


    • oncle archibald 3 mars 2014 10:29

      Bonjour C’est Nabum : à la télé ce qui était chouette c’était le petit train d’interlude mais ces cons l’ont supprimé ! Et il n’y plus jamais la mire non plus .. Consternant !


      • C'est Nabum C’est Nabum 3 mars 2014 14:01

        Mon oncle archibald


        Plus de mire, inutile alors de les encenser ... 

        Mais que font les rois mages ?

      • oncle archibald 3 mars 2014 14:23

        L’or, l’encens et la mire pour les rois du paf .. oui, cela me parait bien approprié ... J’espère qu’ils ne vont pas trouver un oeuf couvé !


      • C'est Nabum C’est Nabum 3 mars 2014 14:27

        oncle archibald


        Pour les rois du Paf, il est plus facile de marcher sur l’or que sur des œufs !

      • Gaston La Baffe Gaston 3 mars 2014 10:37

        (re)Bonjour Nabum,


        c’est clair que pour l’instant à la télé rien d’intéressant, juste les images de la fin du monde (pour certain).

        Par contre pour bien voir avec le cœur, c’est encore plus clair, il suffit d’écouter RTL2.




        • C'est Nabum C’est Nabum 3 mars 2014 14:03

          Gaston


          RTL BFM OCM ... tout ceci fleure bon la grande médicrité.



        • Gaston La Baffe Gaston 3 mars 2014 14:05

          Alphanumériquement votre smiley


        • Alex Alex 3 mars 2014 12:12

          « Rien ne remplace un bon livre »

          Je vous suggère les Œuvres complètes de C. Nabum, en 42 volumes in-folio (pour l’instant...).
          Attention : c’est du lourd !


          • Shawford Shawford43 3 mars 2014 13:54
            Salut Na Boom smiley

            42 c’est un joli nombre. Par contre on sait pas dans quelle bibliothèque trouver ça.

            J’aurais bien idée, c’est peut être dans un Bistrot que cela serait le mieux exposé.

            Encore faut il que l’auteur valide une telle hypothèse 

          • C'est Nabum C’est Nabum 3 mars 2014 14:05

             Alex


            1890 billets : 42 volumes => 45 chroniques par volume

            C’est raisonnable

          • C'est Nabum C’est Nabum 3 mars 2014 14:07

             Shawford43


            Ça n’est exposé que dans mon bureau 

            Il y a 28 volumes ... Venez les consulter !

          • Gaston La Baffe Gaston 3 mars 2014 14:09

            Question de béotien qui s’incruste smiley


            Faut y aller en stop ou en Delorean ?

          • C'est Nabum C’est Nabum 3 mars 2014 14:12

            Gaston


            L’encyclopédie semble le véhicule le plus adapté

          • Gaston La Baffe Gaston 3 mars 2014 14:14

            Tout à fait, et pas encore de Paul&Mike au menu du jour smiley smiley



          • Shawford Shawford43 3 mars 2014 14:18

            Il ( smiley ) parle du tenancier du Bistrot 42, attendu dans l’agora


          • C'est Nabum C’est Nabum 3 mars 2014 14:21

             Shawford43 


            Je n’ai fréquenté que la boutique de Dame Mimosas au Post :

            Le bistrot de la dame Mimosas.

            L’estaminet sublime.



            Il est un petit coin virtuel où le bonheur séduit le pauvre surfeur échoué là par hasard. Il pose alors sa planche et découvre un monde merveilleux à l’écart des usages de notre monde réel. On s’y salue en entrant, la chose est étonnante, l’habitude perdue depuis des lustres à moins que ce ne soient des lurettes magnifiques.


            La tenancière du lieu n’a rien d’une mère Ténardier. Elle se paie le luxe de jouer elle-même les Cosettes pour descendre plus que de raison à la cave, quérir une de ces bouteilles qui vous ravissent les yeux, l’imagination, la parlure avant que de combler un gosier assoiffé d’avoir trop disserté de la chose.


            Elle offre la tournée générale sans rechigner à la dépense. La dame sait recevoir et il semblerait qu’il ne lui en coutât rien. Elle n’est pas la seule à montrer cette générosité que notre pouvoir d’achat en berne (sauf pour les résidents Suisses) ne permet plus d’exprimer en d’autres lieux.


            Le client de passage s’étonne rapidement de cette soif maladive qui habite les piliers de ce bar étrange. Les tournées vous font tourner la tête et le cœur. Les payeurs viennent de toute la France et même de contrées bien plus lointaines encore. Le cosmopolite s’y déploie tout à son aise à l’unique et louable restriction de manier la langue française dans de ses forts nombreux registres.


            Les patoisants y perdent parfois leurs idiomes, les lettrés leur latin, les imaginatifs leurs néologismes, les argoteurs leur jactance. Car au bout du comptoir, la langue ne pend jamais bien longtemps et le coude ne risque guère de s’ankyloser.


            Je devine les abstèmes intégristes et les empêcheurs de tourner en barrique se lever et crier à l’ivrognerie indigne, à la décadence ou pire à la déchéance physique. Ils poussent des cris d’orfraie en un lieu où le chambré est toujours préféré au frappé. Ils ne peuvent savoir que nulle atteinte réelle ne brisera les réputations des visiteurs.


            Le foie des habitués se porte très bien, merci pour eux. Je n’en dirai pas tant de leur foi tant les conversations roulent parfois dans la sciure les calotins et les culs bénis. Il faut savoir pardonner et quand l’offense est trop grande, tendre un autre verre à celui qu’on a courroucé.


            Chez dame Cerise, les copains d’abord, les autres ensuite, ne se privent jamais de l’offrande immatérielle. Elle ne coûte que quelques minutes de clavier pour des éternités de bonheur. Le troquet est installé en pays imaginaire, il a bouté la brève de comptoir pour réclamer la prolixe d’écritoire.


            Pas de licence IV ni d’heures d’ouverture, le bistrot du net est à votre porte, bien caché dans les arcanes de cette toile gigantesque qui s’accorde un petit coin de paradis entre la souris et le clavier, à l’heure qui convient quand on a un chagrin à épancher, un bonheur à partager, une indignation à exposer.


            Qu’importent les motifs, il y aura bien un gentil fou pour pousser les tables qui n’existent pas. Il vous entraînera alors dans une folle farandole, une valse langoureuse si la patronne accepte de partager. D’autres arrivent avec des morceaux choisis, musique ou cinéma, le don est règle et tant pis pour les droits d’auteur.


            Si vous voulez passer un moment, prendre un abonnement, vivre intensément sans débordements ni tourments, allez donc quérir Marie-Cerise du côté du Post. Vous y découvrirez une belle bande d’illuminés qui vous fera le meilleur accueil.


            Bistrotement vôtre



          • Shawford Shawford43 3 mars 2014 14:26

            C’est superbe (comme d’hab) mais effectivement trop courtois pour un bistrot. 

            Nous garderons donc le Salon ici si vous le voulez bien.

            Par contre en conséquence il n’y aura pas de distribution de noisettes ici de ma part, puissent les buddys être charitables envers vous, ligérien smiley


          • Surya Surya 3 mars 2014 15:27

            Bonjour C’est Nabum,

            Le fait que vous écriviez un article pour faire part de votre déception (votre écoeurement ?) devant la médiocrité des programmes de télévision (et vous n’êtes pas le seul à le faire) me fait penser que la télévision a encore de beaux jours devant elle : elle a, visiblement, une place de premier choix dans notre maison, dans le choix de nos activités, dans notre vie. Elle fait partie plus qu’intégrante de notre vie quotidienne. On attend énormément d’elle, elle a une importance démesurée... on consulte fébrilement le programme, en tournant les pages avec un sentiment d’espoir... et du coup on est déçu. Nous avons une relation quasi affective avec la télévision. On est déçu, parfois même en colère. Comme si nous attendions de la télévision qu’elle justifie l’impôt que nous payons pour la financer.

            Le réflexe conditionné, le rituel « qu’est-ce qu’il y a ce soir à la télé » est encore largement répandu, et s’il n’y a rien, du moins rien qui soit à notre goût personnel (car les programmes proposés satisfont de très nombreuses personnes et c’est très bien), alors on se « rabat » sur la lecture, dont on semble alors redécouvrir tout à coup les bienfaits, les avantages, et le plaisir qu’elle procure.

            La télévision, ce média qui décide à notre place de la façon dont on va passer sa soirée, du programme que l’on va ingurgiter, du film que l’on va visionner, pour moi elle est finie depuis longtemps, même s’il y a encore, fort heureusement (mais pour encore combien de temps ?), de très bons programmes. Choisir soi même ce que l’on va faire de sa soirée, au lieu d’attendre que cela vienne de l’extérieur, et que ce soit quelque chose d’imposé. Oui, ça peut être un bon livre, mais pas seulement. Il n’y a pas, je pense, de hiérarchie à faire dans les activités intellectuelles.

            Personnellement je suis une très grande fan des séries télévisées des années... antérieures (et parfois même récentes), et passer une soirée à visionner les Star Treck originaux des années 60, avec Spock, Kirk, McCoy et compagnie, ou un bon « Chapeau melon et bottes de cuir » est un vrai régal.

            Je dois vous avouer que si je suis dans l’ensemble d’accord avec votre article, je n’ai cependant pas beaucoup aimé sa fin : "Bonne nuit les amis, je vous laisse à vos émissions indigestes. Littératurement vôtre." Je pense que vous devez avoir compris pourquoi.


            • C'est Nabum C’est Nabum 3 mars 2014 15:41

              Surya


              La fin n’est pas pour vous

              Je suis assez en phase avec vos réflexions

            • anny paule 3 mars 2014 15:46

              Nabum, mais ce soir, sur France 3, à 23 h 50, certes, ils osent passer « Les jours heureux » !!!

              C’est à ne pas manquer, il s’agit de tout le programme du CNR qui se détricote allègrement pour le plus grand plaisir des « Financiers » maîtres du monde.
              Même si je ne regarde guère la TV et suis une grande lectrice, il se trouve que ce soir, justement, il serait opportun de ne pas manquer ce docu qui a beaucoup à nous apprendre en ce monde d’individualistes frileux et de rapaces insolents. Ce qu’il fut possible de faire à une certaine époque l’est encore assurément, si chacun se pense comme membre d’un tout, d’une République Une et Indivisible bien malade par les temps qui courent !

              • C'est Nabum C’est Nabum 3 mars 2014 16:04

                anny paule


                C’est trop tard pour moi

                la télé détricote elle aussi ce programme à sa manière

              • Allexandre 3 mars 2014 23:01

                Bonjour c’est Naboum,

                Je suis Globalement en phase avec votre article. La télévision est devenue un outil de propagande et d’abêtissement sans pareille.Quand je consulte les programmes tv, je suis déçu 8 fois sur 10. A part Arte, parfois le 5 ou LCP, bien peu de chaînes alléchantes..et pourtant il y en a pléthores. Mais entre les séries étatsuniennes qui n’ont plus l’ennemi soviétique remplacé par un terroriste islamiste, les films grandes productions hoolywoodiens, souvent manichéens, etdes jeux venus des EU et agrémentés à la sauce française. C’est passionnant. Quant à la France, ces productions sympas sont rares, et le plus souvent passées en fin de soirée, genre 23.30. La télévision pratique un vrai lavage de cerveau calculé, « le cerveau humain, de l’espace humain pour coca cola. I L FAUT QUE NOS CHERS BAMBINS EN SACHENT LE MOINS POSIBLE ET QU4ILS OIENT CAPABLES DE SES OUMETTRE A L4ORDRE ETABLI PAR LE MAÎTRE. C’est affligeant de voir cette nullité. Tu es gentil quand tu dis médiocrité.. C’est nullité qu »il faut dire. Il faut réformer i,telligemment et sans complaisance, jusqu(à ce que d’atres comprennent enfin l( organisation ; loisir par

                 saddam Hussein) . En général, hegarder les différences propres explique bien des aspects. Mais avant cela, , il faut savoir quelles sont les questions.


                • C'est Nabum C’est Nabum 4 mars 2014 06:52

                   Allexandre


                  La réforme en ce domaine est désormais impossible
                  C’est un rouleau compresseur au service d’une idéologie totalitaire et débélisante

                  L’état de consommateur se paie au détriment de sa perte de liberté de pensée. Pour celà il faut employer de grands moyens, il faut abrutir le peuple et pire que tout, le peuple aime ça !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès