• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Quel manque de classe !

Quel manque de classe !

On le sait : « les premiers seront les derniers  » laissant donc un jour la tête aux derniers de la classe.

Ces paroles bibliques trouvent une réalité dans notre vie de tous les jours puisqu’on s’aperçoit que de nombreuses célébrités n’étaient pas toujours les meilleurs élèves de la classe.

Tout le monde sait qu’Albert Einstein ne brillait pas à l’école, ce qui ne l’a pas empêché de devenir ce que nous savons, précédé par Thomas Edison, qui lui non plus n’était pas une lumière, et de tant d’autres, mais au delà de cette caricature, il ne faut pas oublier que, s’ils n’ont pas été les meilleurs élèves de la classe, c’était pour jouer les autodidactes, se plongeant tous les deux dans les livres scientifiques des l’âge de 9 ans.

Mais quittons le monde de ces scientifiques pour se rendre dans celui de la littérature : Daniel Pennac, dans un livre récent (chagrin d’époque paru en 2007, et prix Renaudot) raconte l’histoire de ces cancres qui de Balzac à Malraux ont trouvé très long le temps passé sur les bancs des écoles. Lien

Des auteurs aux politiques il n’y a qu’un pas puisque c’est là que l’on trouve quelques cancres célèbres, comme Napoléon, par exemple.

C’est Henri Guillemin, le célèbre historien qui le raconte, avec la volonté de sortir de l’histoire académique, pour en arriver à l’histoire historique, rappelant cette phrase de Victor Hugo : « il serait temps que l’histoire entra dans la voie des aveux  »

Comme l’on sait, Napoléon était d’abord Buonaparte, fils de Carlo, un pauvre greffier de tribunal, lequel vivait en Italie, puis s'en alla, direction la Corse, italienne encore à l’époque pour s’installer modestement à Ajaccio, dans une maison délabrée, rue des mauvaises herbes, accompagné de Laetitia, mère du futur empereur, qui aimait répéter : « mieux vaut manger du pain sec, et briller dans ses vêtements  ».

Mais Gênes vends la Corse à la France provoquant l’arrivée des troupes françaises et la résistance des Corses, qui ne comprennent pas cette langue, et se refusent à payer des impôts à ceux qu’ils considèrent comme des envahisseurs.

Carlo Buonaparte, avec d’autres, rentre en résistance contre la France, puis devant la difficulté de la lutte, il va tourner sa veste et collaborer avec « l’envahisseur », trahissant ainsi son propre camp en juin 1769.

C’est à ce moment que Laetitia,  va mettre au monde le 15 aout 1769 son 4ème enfant, qu’elle va appeler Napolionné, puis affectueusement changer en Naboulionné, en lui donnant le diminutif de Nabou (nabot en français).

L’histoire est cruelle, car le gouverneur français qui gère la Corse,  du nom de Marbeuf va devenir l’amant de Laetitia, et Carlo, le mari outragé, au lieu d’en prendre ombrage, profitera de la situation pour gagner des avantages, comme par exemple celui d’obtenir l’éducation de son fils Nabou dans une école militaire en France, à Brienne, le Gouverneur de Marbeuf devenant en fait le protecteur de cette famille.

Le futur Napoléon parlera toujours un français approximatif, à preuve cette lettre écrite à 17 ans  à un libraire : « j’entant votre réponse, pour vous envoyer l’argent à quoi cela montera » puis à 24 ans, il écrit à un colonel : « je me trouverais le plus près de voir les nouvelles des commissaires, j’entant de vos nouvelles, je vairais de travailler à éclairer l’opinion ».

Mais comme disait Chateaubriand, « quand un homme est devenu fameux, on lui compose une enfance de légende  ».

Mais il faut se rendre à l’évidence, Napoléon ne brillait pas en français et les dossiers le classent comme « élève très moyen », puis dans l’école militaire suivante, il sortira 42ème sur 58…la direction de l’école parlera de lui comme de quelqu’un d’hautain, imbu de sa personne, très ambitieux (il a alors 15 ans).

Dans l’école militaire suivante, il enchainera permissions sur permissions, désertant quasiment, pour la bonne et simple raison, comme le dit Henri Guillemin, qu’il déteste la France  : il parle mal le français, il a un teint olivâtre, il est pauvre, il n’a pas de relations et ses camarades le considèrent comme un métèque.

« Continuerons-nous à baiser la main insolente qui nous opprime », écrira-t-il alors à des amis corses, montrant l’état de révolte qui était le sien et déclarant : « Féroces et lâches, les français joignent aux vices des germains, ceux des gaulois, c’est le peuple le plus hideux qui n’ait jamais existé ».

En résumé, ce cancre qui n’aime pas la France, n’a qu’un but, devenir riche, car il convoite l’argent, cherche l’opulence et le luxe.

On peut voir la totalité de la conférence d’Henri Guillemin sur ce lien.

Plus près de nous, attachons nous à la carrière d’une certaine Rachida Dati. lien

Cette bosseuse avérée aurait pourtant, d’après une enquête menée par « l’Express  », usurpé au moins l’un de ses diplômes.

Elle a en effet mentionné sur son CV un diplôme de l’Institut Supérieur des Affaires (MBA) qu’elle n’a jamais obtenu. lien

Ce qui n’est pas très approprié pour celle qui fut Ministre de la Justice.

A se demander si elle connait l’article 441-7 du code pénal qui punit l’usage de faux documents ?

Le détail de cette affaire sur ce lien.

Oublions Rachida, d’autant qu’elle n’est pas la seule à avoir falsifié son CV : Christine Lagarde, Brice Hortefeux, et Roger Karoutchi auraient sombré eux aussi dans ce travers peu citoyen. lien

Oublions aussi Cécile Duflot qui place le Japon dans l’hémisphère sud, faisant preuve de lacunes incontestables en géographie,  (vidéo) et intéressons nous à la carrière scolaire du Chef de l’Etat français.

C’est Alain Garrigou, professeur de science politique à l’université de Paris X, Nanterre qui nous la raconte.

« L’histoire universitaire et le rapport malheureux de Nicolas Sarközi à celle-ci permettent de comprendre la politique de mépris qu’avec constance ses affidés développent à l’endroit de la recherche et des chercheurs, de l’université et des universitaires, preuves à l’appui. »

Mais avant d’évoquer les études universitaires du futur président de la république, écoutons ce qu’en disent 3 professeurs de Vonnas, dans l’Ain.

Les notes obtenues au bac du candidat Nicolas Sarközi, sous le n° 18917 en 1973 ne sont pas très brillantes, et c’est le moins que l’on puisse dire :

7/20 à l’épreuve écrite de français, et 12 à l’oral, ce qui explique le français approximatif qu’il lui arrive d’utiliser.

Philo : 9/20, Math : 8/20, 10/20 en Anglais, et 11/20 en économie.

Il fut donc recalé avec 142 points sur 300, ce qui l’obligea au repêchage. lien

Après avoir redoublé sa 6ème au cours Saint Louis de Monceau, il quitte Sciences Po sans le moindre diplôme et n’a jamais réussi l’ENA. lien

Alain Garrigou a mené une enquête, et à sa grande surprise, il a pu constater, en parcourant l’annuaire des anciens élèves de sciences Po que le nom de Sarközi de Nagy Bocsa n’y figure pas, ce qui signifie qu’il n’a pas mené ses études à leur terme, et ne peut donc se parer du titre d’ancien élève, réservé aux seuls diplômés.

Quand à son DEA, si on n’en trouve aucune trace dans les archives de Paris X, c’est que, bien qu’apparaissant dans le procès verbal de la première cession, il est ajourné car il ne s’est pas présenté pour l’épreuve écrite terminale, et n’a pas rendu son mémoire.

Alors malgré un contrefeu paru dans le Monde, (lien) les documents proposés sur le net, confirment bel et bien ces informations.

Au sujet de sa profession d’avocat, s’il a bien obtenu son certificat d’aptitude, c’est avec un 20/40 (7/20 à la première épreuve et 13/20 à la seconde).

Ceci expliquerait donc le phrasé parfois approximatif du premier personnage de l’état. Video…à moins qu’il ne tente d’inventer une nouvelle langue. vidéo

Par ces temps de catastrophe, entre nucléaire et extrémisme, il aurait été dommage de se priver de ces occasions de sourire, car comme dit souvent mon vieil ami africain :

« Plus un singe monte sur le cocotier, plus il montre son derrière ».

L’image illustrant l’article vient de « agoravox.fr »


Moyenne des avis sur cet article :  3.89/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

145 réactions à cet article    


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 23 mars 2011 08:37

    vous voulez le savoir ? eh bien je vais vous le dire .....




    • olivier cabanel olivier cabanel 23 mars 2011 09:01

      capitaine, mon capitaine,
      nous sommes toute ouïe !
       smiley


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 23 mars 2011 09:17

      l’ houille blanche , l’ houille noire , Louis de Funaise , et l’ ouïe  ouille ouille c ’est des andouilles  inouïes .... smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 23 mars 2011 10:37

        capitaine
        « des andouilles inouïes », très joli, je prends.
        on dirait du langage eskimo, des inouits en quelque sorte.
         smiley


      • Traroth Traroth 23 mars 2011 18:17

        D’ailleurs, si les andouilles voulaient bien rester inouïes, le monde serait un endroit meilleur ! smiley


      • BOBW BOBW 23 mars 2011 19:47

        @ Capitaine Haddock : Une réponse de Bourvil sied à votre saillie verbale :

        « Talleyrand d’Ouilles » smiley

      • rocla (haddock) rocla (haddock) 23 mars 2011 20:20

        Bobw , 


        Vous faites bien , et Bourvil est de ceux  qui nous manquent le plus . 
        Du talent et pas d’ esbroufe .

        De l’ humanité tout court , à la place de la connerie , disons universelle de deux couillons se la jouant  idiots supérieurs du village .

      • Gabriel Gabriel 23 mars 2011 09:26

        Bonjour Olivier,

        Ils n’acceptent pas l’équivalence, ils se veulent au dessus de l’ensemble car ils se croient supérieur aux autres. Par un besoin affectif obsessionnel, ils s’inventent des diplômes ou des faits d’armes dont ils salissent, en se les octroyant malhonnêtement, la valeur. Malheureusement pour eux, ils ne font pas illusion très longtemps et l’histoire les rattrapant se charge de les juger. Le seul inconvénient avec l’histoire, c’est qu’on y est toujours jugé par coutumace.


        • olivier cabanel olivier cabanel 23 mars 2011 10:38

          Gabriel
          c’est vrai, jugé par coutumace, sauf pour notre excité présidentiel pour lequel il semble que le jugement soit déjà très avancé.
           smiley


        • dominique 23 mars 2011 09:48

          bonjour Olivier

          « Arrangeurs de vérités » est un diplome qu’ils auraient pu avoir, mais cette école n’existe pas encore...
          Triste pour des élus et des gouvernants de n’etre nis intelligents ni même cultivés.


          • olivier cabanel olivier cabanel 23 mars 2011 10:41

            dominique,
            à leur décharge, il faut reconnaître que de nombreux historiens tentent de construire une belle image de nos historiques célébrités, ce que dénonce justement Henri Guillemin,
            d’ailleurs, un précédent article avec Napo comme thême m’avait attiré quelques colères de Bonapartistes révoltés.
             smiley
            je ne serais pas étonné de les voir commenter sur ce fil avec virulence.
             smiley


          • gaijin gaijin 23 mars 2011 10:01

            Napoléon, Hitler, Sarkosy, Isnogoud,
            De petits hommes avec de petits esprits animés par une haine et une ambition démesurée au delà de toute caricature.

            « Plus un singe monte sur le cocotier, plus il montre son derrière ».

            il demandes des droits d’auteur ton ami africain ? 

             smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 23 mars 2011 10:26

              gaijin,
              mon ami africain puise dans la mémoire collective pour proposer ses jolies phrases,
              il n’y a donc aucun droits d’auteur.
               smiley


            • mick_038 mick_038 24 mars 2011 09:15

              C’est parce qu’ils sont petits qu’ils sont méchants ?

              OK -> je sors []

              Plus sérieusement, je pense qu’effectivement ces gens là devaient être incroyablement complexé par leur petite taille, et ont tout fait pour « paraitre grand »...
              Regardez notre .... gesticulant... , il s’autoglorifie dans le monde entier et raconte à qui veut bien l’entendre qu’ils ont sauver le peuple arabe d’un véritable bain de sang. Il cherche à tout prix à faire parti des grands de ce monde et à laisser son empreinte dans l’histoire mondiale (non l’histoire de france, trop petit pour lui).
              Je suis quasi certain que si lors de son enfance, il eut existé une loi sur les enfants de maternelle potentiellement aggressifs comme celle qu’on a essayé de nous faire passer, il aurait sans doute été un des premiers inscrits dans des établissements spécialisés, lui, hortefeux, devedjian, Dati, ...


            • olivier cabanel olivier cabanel 24 mars 2011 09:22

              mick,
              faut pas généraliser :
              sans les 7 nains, blanche neige était perdue ! et chez les « très grands », il n’y a pas que des gentils...hortefeux mesure 1,88 m, henri Guaino, 1,87...
               smiley


            • mick_038 mick_038 24 mars 2011 09:59

              et Chirac, qui fait dans les 1,90 je crois.
              Au fait Mitterand, il était plus grand ou plus petit que Spasmozy ?


            • olivier cabanel olivier cabanel 24 mars 2011 10:12

              mick
              Mitterand, 1,72...et Chirac 1,85, c’est à dire 20 cm de plus que notre n’impérial président.
               smiley


            • mick_038 mick_038 24 mars 2011 21:56

              C’est donc bien le plus Petit des présidents qu’on ait eu alors....


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 23 mars 2011 10:12

              Bonjour Olivier,

              si l’on observe les règles de l’éducation, elle ne servent qu’à produire des formatés à l’obéissance, dans ce domaine, ce sont les plus filous qui échappent au filet et profitent de la liberté pour s’auto proclamer autodidactes...

              a+


              • olivier cabanel olivier cabanel 23 mars 2011 10:32

                lisa
                je ne serais pas si définitif, car il semble bien que le carcan scolaire met souvent à rude épreuve la créativité...
                alors bien sur, ceux qui échappent au formatage scolaire peuvent prendre des chemins très différents,
                il y a quelques jours, jai découvert sur le petit écran, un ancien prof qui a justement eu, dans le cours privé cité dans l’article, Sarközi comme élève.
                il n’en a pas trop dit, mais le peu qu’on a pu comprendre, c’est que le garçon était plutot un semeur de m....e.
                pour les autres comme les Einstein, Balzac et les Pennac, échappant au formatage, ils sont devenus par la suite des personnalités pleines de talents,
                merci de ton commentaire,
                 smiley


              • cevennevive cevennevive 23 mars 2011 10:13

                Merci Olivier,

                Merci de votre article. Au moins, j’ai bien ri.

                Et d’ailleurs, passées les colères qu’ont pu susciter chez moi ce personnage, je ris souvent (un peu jaune malgré tout) de le voir s’enférer chaque jour un peu plus.
                 
                Ce qui est drôle aussi, c’est de voir la plupart des hommes politiques intervenant à la radio dire, comme notre « grammairien » présidentiel : « ça veut dire quoi ? » à chaque début d’explication (fumeuse...). Sur une rédaction au lycée, ce terme serait biffé en rouge...

                Olivier, je profite de ce message pour vous remercier très chaleureusement de toutes vos explications, liens, chiffres et interventions en temps presque réel concernant la catastrophe nucléaire du Japon et ses implications chez nous. Merci ! Je ne suis pas intervenue dans vos différents articles, je ne pouvais rien apporter. Mais cela m’a beaucoup appris de vous lire et de suivre les commentaires. Merci à tous. 


                • olivier cabanel olivier cabanel 23 mars 2011 10:35

                  cennevive,
                  merci de ce commentaire très sympa,
                  merci aussi d’avoir apprécié la fraicheur amusée que j’ai essayé de mettre dans cet article.
                  je prépare pour bientot un article un peu plus grinçant, entre fusion et confusion.
                   smiley
                  à+


                • BOBW BOBW 23 mars 2011 19:53

                  Confusion nucléaire ?


                • LE CHAT LE CHAT 23 mars 2011 10:54

                  salut Olivier ,

                  tu sais , diplômes ou pas diplômes , qu’est ce que ça change , quand on voit la merde dans laquelle les « brillants économistes » nous ont plongés , les experts qui ne voient pas venir les crises et les apprentis sorciers des laboratoires pharmaceutiques ...

                  où est passé le simple bon sens ???


                  • olivier cabanel olivier cabanel 23 mars 2011 11:01

                    au Chat,
                    bien sur, je suis d’accord, parfois ces énarques qui prennent les décisions font des choix discutables, on le voit ces jours ci, et ils manquent sérieusement de ce bon sens que tu évoques,
                    ce qui me gène surtout, c’est ce qui s’inventent des diplomes qu’ils n’ont jamais eu...
                    mythomanie ? orgueil ? qu’importe, c’est pas joli, joli.
                    à+
                     smiley


                  • olivier cabanel olivier cabanel 23 mars 2011 13:40

                    Christian
                    c’est un joli témoignage que vous nous proposez et qui ne m’étonne pas,
                    il y a souvent confusion entre intelligence et culture,
                    savoir n’implique pas comprendre.
                    le « bon sens populaire » évoqué dans l’un des commentaires en dit long sur ce que nous ratons.
                    il ne s’agit pas de cracher sur les énarques, mais si l’intelligence n’est pas au rendez vous, celle qui permet d’analyser vite et juste, la culture ne peut pas pallier.
                    mais là ou çà s’aggrave, c’est lorsqu’il n’y a ni l’un, ni l’autre,
                    comme dans le cas présidentiel, ou l’on trouve plus de l’intuition, du calcul, qu’une réelle et profonde réflexion, il n’y a plus qu’à tirer l’échelle.
                    merci encore de votre commentaire.


                  • Leo Le Sage 23 mars 2011 17:42

                    Antoine Pinay ?
                    Ce n’est pas une référence sérieuse ce monsieur...
                    Tout simplement parce qu’être ministre des finances pendant les trentes glorieuses (8 mars 1952 - 8 janvier 1953) n’est pas une référence.
                    Il faut vraiment être un incapable de première pour rater la gestion de ce ministère dans un pays où le chômage est très faible...
                    Essayez de faire la même chose maintenant vous aurez du soucis...

                    Et à cette époque vous pouvez monter l’echelle de la hiérarchie sans difficultés... y compris pour ceux qui n’avaient pas de diplôme.
                    (Oui un sans diplôme peut parfaitement diriger une entreprise, et c’est un membre de l’élite qui vous le dit)
                    Demandez à votre mère ou grand mère (je ne sais pas quel âge vous avez).


                  • Leo Le Sage 23 mars 2011 17:47

                    "Quand je dis aux jeunes d’aujourd’hui que des chefs du personnel de grosses boîtes (qu’on n’appelait pas encore DRH) venaient en juin sur le parvis de la fac relever les noms des lauréats de quatrième année pour leur offrir un poste de cadre, disponible de suite, ils se demandent si nous avons vécu sur la même planète"

                    Cà existe encore... sous une autre forme.

                    Maintenant ils font mieux, ils te propose déjà un contrat avant que tu ne sortes de ton école, à ton époque il ne propose pas de contrat apparemment.

                    informez vous mieux...


                  • Leo Le Sage 23 mars 2011 18:53

                    Par Christian Navis (xxx.xxx.xxx.99) 23 mars 18:30
                    Pour le moment nous sommes en crise mon cher...
                    La remontée sera très lente disent tous les économistes.
                    Par contre depuis quelque temps l’embauche recommence (des précaires pour le moment)...

                    En général, une entreprise ne prend pas un bacc +8, tout simplement parce qu’à cause de la grille des salaires on ne va pas le payer au niveau d’un bacc + 5, surtout qu’il pourrait porter plainte à ce sujet.
                    D’ailleurs le pôle emploi ne le permettrai pas à ce que j’ai compris...
                    Ce qui intéresse les entreprises ce sont les bacc +5 ou bacc +3...

                    Les bacc + 8 cachent leur diplôme et ne montre que le diplôme bacc +5
                    Mais çà vous le savez...
                    Il suffit de lire une bonne revue.

                    De mon côté j’ai même vu que des incapables (bacc + 3) avaient été engagées dans une entreprise. Incapable pour le niveau requis...

                    Mon cousin (il est probablement directeur en ce moment) me disait qu’ils prenaient dans leur entreprise que des personnes immédiatement opérationelles et compétentes...
                    Et ils n’en trouvent pas souvent...

                    Normal, les meilleurs sont pris notamment par des américains hors de France de plus en plus.


                  • Leo Le Sage 23 mars 2011 20:06

                    Pour être complet, j’ajouterais que contrairement à une affirmation généralement véhiculée, même une personne qui a seulement un bacc +5 en français peut très bien être recrutée dans une entreprise.
                    Il y a de gros besoins dans le secteur des langues...

                    Et contrairement à une idée reçue il y a pénurie même dans les secteurs où il y a nécéssité de très peu de qualification. Cela se verra nettement lorsqu’on commencera à sortir sérieusement de la crise.
                    Là encore je ne fais que vous renvoyer à la remarque de mon cousin ci-dessus.


                  • dom y loulou dom y loulou 24 mars 2011 00:31

                    il va se taire définitivement au milieu de tout ce bruit de parlottes infinies qui commence à faire vomir jusqu’au bout de l’univers

                    bon paléo


                  • jluc 23 mars 2011 11:16

                    Kadhafi, capitaine autoproclamé colonel et « guide de la Révolution », a finalement beaucoup de points communs avec Sarközi.

                    La Libye libre est l’alibi de Sarkozy comme de Kadhafi.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 23 mars 2011 11:21

                      jluc,
                      j’étais en train de me faire la même réflexion.
                      il semble que sarko ait décidé d’outrepasser la mission fixée par l’ONU.
                      il s’agissait d’empêcher le dictateur (le libyen !) le massacre de son peuple,
                      mais, j’ai l’impression que notre petit président veut aller plus loin.
                      cela aurait-il un rapport avec les révélations récentes qu’a fait kadhafi concernant le financement de la campagne présidentielle française ?
                      il dit qu’il en fournira les preuves,
                      mais s’il meurt, ces preuves, si elles existent, nous ne les aurons jamais.
                      je m’interroge ?
                       smiley


                    • LE CHAT LE CHAT 23 mars 2011 11:26

                      Je ne suis pas là pour colporter des ragots , mais ils me semble que quelques rédacteurs sur ce site ont des CV encyclopédiques , souvent inversement proportionnels à leur ouverture d’esprit ...  smiley


                    • olivier cabanel olivier cabanel 23 mars 2011 11:48

                      au Chat,
                      des noms, des noms !!!
                      non, j’déconne.
                       smiley


                    • posteriori 23 mars 2011 13:25

                      La Libye libre est l’alibi de Sarkozy comme de Kadhafi.

                      La Lybie libre de khadafi est l’alibi libre de sarkozy et vice vers ça.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 23 mars 2011 13:34

                      postériori
                      comme titre d’article c’est un peu long, mais j’aime bien.
                       smiley


                    • non666 non666 23 mars 2011 11:55

                      Ecrivant parfois quelques commmentaires, je suis connu pour mes fautes d’ortographe sur Avox...

                      Je vais donc defendre les anes !

                      Pour moi l’ortographe est la science des anes justement.
                      Techniquement, il s’agit d’apprendre par coeur des règles stupides , illogiques qui ne sont que le choix d’ecriture des premiers ecrivains ayant tenté d’inventorié la langue française.
                      Tous les mots de la famille de char prennnent un deuxieme r sauf chariot, justement, va savoir pourquoi ?
                      Des milliers d’enfants perdent chaque années des heures a apprendre des règles debiles et illgoque pour la simple raison que les premiers academiciens ont fait des choix idiots et que les autres, depuis travaillent en dilettante, un mercredi par mois pour reecrire le dictionnaire officiel...
                      Alors qu’il nait un concept, une invention, une idée par minute dans le monde, les academiciens qui decident de notre langue sont aux 8 h par mois....

                      Alors oui, il y a des fautes impardonnables.
                      Mais non, l’ortographe n’est pas l’unique filtre, lunique critere d’evaluation pertinent des hommes .
                      Surtout pas aux vues de ce que j’explique avant aurais je envie de rajouter.

                      La culture, ce n’est pas QUE l’ortographe, ni son unique commencement d’ailleurs
                      Je suis sur que BHL et finkielkraut ne font pas de fautes de français.
                      En ferez vous des exemples de culture, de bon gout et d’opinion juste ?

                      Il se trouve, il est vrai, que la caste des decideurs actueuls se composent de gens issus des memes milieux ayant fait science po, les ecoles de journalisme et de com, le droit romain.
                      Sommes nous tous surs qu’il sagit la des meilleurs elites que nous ayons jamais eu ?

                      Je ne defends pas non plus les coteries de grande ecoles qui sont, à leur maniere, aussi des lieux aux references fermées, ni les castes anciennes de societé purement militaire ou tribale.

                      Je dis juste, OK, Sarkozy est un pietre etudiant, comme son fils.
                      Mais ce n’est pas sur ça qu’il a été jugé, ni par l’UDR/RPR/UMP , ni par ses amis corses (Pasqua) puis juifs (Ashliemann, Finkielkraut), ni par les grands patrons , ni par les agences ennemies (CIA, Mossad), ni par les electeurs.
                      A un moment , il a été le menteur capable de nous abuser et ses reseaux ont fait en sorte que la majorité des electeurs le croient.

                      C’est donc un acteur competent et une des leurs marionettes les plus efficaces....
                      Personne ne l’a jugé en 2007 sur son orthographe qui n’est donc symptomatique de rien d’autre.

                      De plus dans notre societé en dehors de l’ortographe, nous avons quand meme des millions d’autres données a ingurgiter.




                      • olivier cabanel olivier cabanel 23 mars 2011 13:17

                        non666
                        que celui qui n’a jamais fait de « fote d’aurtografe » me jette la première pierre.
                        il ne s’agit pas d’orthographe, bien évidemment, mais de tenter de dénoncer les manoeuvres grossières et pitoyables que pratiquent certaines célébrités politiques afin d’embellir la vérité,
                        ceci dit, j’aurais du évoquer la disparition récente de maître Capello.
                        même si certains peuvent trouver désuet notre grammaire française, je trouve qu’elle mérite plus d’attention,
                        la faute n’étant surement pas à l’éducation nationale, que ce gouvernement place en situation d’échec, en supprimant des postes, etc
                        je ne suis pas le seul (heureusement) a penser qu’il faudrait rapidement envisager le renforcement de la culture partagée, car je n’oublie pas que fermer des écoles équivaut à remplir des prisons.
                        pour le reste, je partage ton commentaire.
                         smiley


                      • NEPNI NEPNI 23 mars 2011 15:43

                        +100 ma compagne est prof de français dans le secondaire et elle est bien placée pour juger de l’arbitraire et de la complexité idiote, parfois de l’orthographe.

                        J’ajoute que le but est de partager des idées que ce soit avec ou sans « s ».

                        Donner tant d’importance à ça est un moyen comme un autre de décrédibiliser, dominer, nier l’autre quand on est à court d’arguments.

                        Combattre les idées sur l’orthographe est une preuve de pauvreté logique ou de mauvaise foi .

                        Sans compter ceux qui écrivent avec le coeur (donc avec émotion) et non rien a foutre de se relire.
                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires