• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Route barrée

Plus c'est long, plus c'est bon

Un chantier qui s'éternise

 J’habite dans une rue longue, longue, et divisée en trois tronçons distincts dont le dernier est en sens interdit. Ce fut autrefois la rue des vergers est de la ville, juste après la porte Bourgogne. C’était un îlot préservé avec des venelles et des jardins enclavés entre les deux artères principales ; un vrai quartier où l’on se parlait entre voisins.

Les promoteurs sont arrivés. Le terrain à bâtir est un aimant pour eux. Ils ont proposé des prix exorbitants pour convaincre les jardiniers d’abandonner vergers et potagers au profit des pelleteuses et des bâtisseurs. Il leur suffisait de trouver un accès sur l’une des deux routes pour effacer la mémoire de l’endroit. Ils y sont parvenus aisément : l’argent permet tout dans ce pays !

Maintenant, d’autres engins sont arrivés. La municipalité a décidé, nous devons lui en rendre hommage, d’enterrer tous les odieux fils, câbles, poteaux dont le réseau imbriqué et anarchique détruit la belle harmonie de la perspective. Les travaux ont débuté, il y a deux ans de cela. Mais la rue est longue, longue, et le labeur avance doucement.

Deux ans déjà, et deux ans encore ,à subir les désagréments d’un tronçon qui affiche inconsidérément : « Rue barrée ! ». Quatre années au total pour les malheureux résidents à ne plus savoir sur quel pied danser, où passer ou bien par quel chemin parvenir jusqu’à chez soi. Dans ce long calvaire, nous avons la chance de nous trouver face à des ouvriers qui font tout leur possible pour libérer le passage de 17 heures à 8 heures du matin ainsi que le weekend.

Sans aucun doute, ce souci allonge la durée de ce chantier record. Et au final, ce sera quatre longues années de demi-tours impromptus, d’emprunts d’un sens interdit-en se demandant si un furieux n’arrivera pas comme un bolide en face-, de petits désagréments mécaniques pour mon scooter, ballotté par les nids de poules, les tranchées, les ornières qui ne cessent de fleurir dans notre rue.

 D’autres ont subi plus douloureux dommage encore. Le boulanger de la rue a fait faillite ; a vendu sa boutique qui resta fermée plus d’une année, durant laquelle son pas-de-porte ressembla à un champ de bataille de la grande guerre. Je n’évoque pas les désagréments pour parents des écoles privées et publiques, ni ceux pour les utilisateurs du collège et du lycée qui donnent, tous les deux, sur ce chantier au long cours ; les difficultés s’ajoutent à la boue, la poussière, le bruit et l’exaspération.

Quatre ans de réjouissance routière et piétonnière ! on ne peut se plaindre, notre bonne municipalité a bien fait la chose. Voilà un sujet de conversation qui a largement de quoi nous tenir en haleine dans le quartier. Nous qui ne savions que nous dire entre voisins ; nous sommes servis. Je tiens à remercier les instigateurs de cette magnifique réjouissance - à nous autres, gens des faubourgs - offerte !

Soudain surgit une interrogation, une pensée parasite qui vient barrer, elle aussi, sans crier gare, ma prose élogieuse : « Nuisance aussi longue serait-elle envisageable dans le centre-ville ? » Il est vrai que nous avons déjà remarqué un chantier escargot de cette nature rue des Carmes, une manière habile de mettre à la ruine des commerçants interlopes et de repousser plus loin des habitants trop colorés. Les méthodes locales ont parfois des cheminements retors pour imposer une certaine vision de la citoyenneté.

Mais dans cette bonne rue Saint Marc, qui faut-il punir ou repousser ainsi ? N’a-t-on pas eu la possibilité d'accélérer la chose pour éviter la crise de nerfs aux riverains ? Il faut bien admettre que nous sommes quantité négligeable dans cette cité qui ne se rêve Métropole que pour la seule jouissance des bourgeoisiaux de la coterie.

J’écris ma colère. Ce matin, c’est un ballet incessant de véhicules faisant demi-tour devant chez moi. Le portail est toujours ouvert ; les automobilistes aventureux en profitent pour rebrousser chemin. Demain, d’autres feront la même chose et, pendant deux longues années encore, ce cirque se déroulera. L’envie me prend d’aller dorloter le derrière du président de la nouvelle Métropole à coups de pelle. Voilà qui lui fera comprendre que « trop c’est trop », et que s’il veut faire son trou en devenant député, il ne s’y prend pas de la meilleure manière possible.

En voilà un à qui j’aimerais faire barrage. Il représente à mes yeux ce qui se fait de pire dans le petit personnel politique local. Mais l’homme est bien né : c’est là l’essentiel pour s’assurer une carrière sans obstacles majeurs. En attendant, ma rue sera barrée quatre longues années. Merci Louis-Philippe !

Chantièrement sien.

route_barree__041956900_1205_08022016.jpg

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Sergio Sergio 20 mai 13:05

    Bonjour Nabum


    Chez moi, on refait le centre-ville à chaque changement de municipalité. C’est la foire d’empoigne pour les sens interdits, les giratoires, vas-y que je te pelte un coup par ci, un coup par là, et comme vous, les blocages incessants de rues, écoles inaccessibles ... et j’en passe. Mais cela part d’un bon sentiment, re-dynamiser le centre-ville, sauf qu’il n’y a plus de commerce, sud de la région Hauts de France oblige ! 30% de chômage .... 

    Chez nous, on a déjà bu notre petit vin blanc avant qu’il existe !

    • C'est Nabum C’est Nabum 23 mai 12:33

      @Sergio

      Quand les travaux vont la municipalité va


    • Robert Lavigue Robert Lavigue 20 mai 14:14

      Bernard-Henry de la Loire et le syndrome du NIBY !


      • C'est Nabum C’est Nabum 23 mai 12:33

        @Robert Lavigue

        Route barrée


      • juluch juluch 20 mai 14:23

        Vous viendrai sur Marseille qu’es ce que vous diriez !!  smiley


        Le ville est en chantier permanent depuis des années !!

        Entre la L2 pas tout à fait fini, les travaux pour la fibre, pour le tram....etc.

        A cela ajouter les nouveaux logements qui grignotent les terres vierges ...les boules !!

        • C'est Nabum C’est Nabum 23 mai 12:34

          @juluch

          Maintenir l’économie à tous prix



          • C'est Nabum C’est Nabum 23 mai 12:34

            @Decouz

            Les commerçants trinquent toujours quand ils sont de proximité


          • pipiou 20 mai 17:54

            Soyez candidat à l’élection municipale : vous êtes brillant, vous serez élu et en tant que Maire pourrez ainsi montrer à tous ces manants ce qu’est une bonne gestion ventrebleu.


            • C'est Nabum C’est Nabum 23 mai 12:35

              @pipiou

              Aucune chance

              La route est barrée par les partis


            • troletbuse troletbuse 20 mai 18:35

              Merci Nabum. J’allais y passer.
              Au fait, c’est où votre patelin ?  smiley


              • C'est Nabum C’est Nabum 23 mai 12:35

                @troletbuse

                Partout en France


              • Areole 20 mai 18:51

                 « Il est vrai que nous avons déjà remarqué un chantier escargot de cette nature rue des Carmes, une manière habile de mettre à la ruine des commerçants interlopes et de repousser plus loin des habitants trop colorés. »

                Vous avez la mémoire sélective Nabum. Si je ne m’abuse, votre rue du faubourg Bourgogne prolonge la rue de Bourgogne qui fut après la guerre la rue des tailleurs juifs et des commerces de vêtements. Or ils en ont été chassés. Moins par la « rumeur d’Orléans » que par la gangrène des commerces « interlopes et cosmpolites » qui a fait perdre son âme à une des plus anciennes rue d’Orléans. Rassurez-vous Nabum il serait douteux que l’on chasse les gens colorés et le cosmopolitisme de votre rue. Soyez heureux, vos petites filles et arrières petites filles, voilées de pied en cap, vous remercierons de votre si généreux combat pour la mixité sociale.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès