• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Sapiens perd sa cervelle !!

Sapiens perd sa cervelle !!

On se demande bien pourquoi le volume cérébral moyen des sapiens actuels est plus faible que celui de nos ancêtres d’il y a quelques dizaines de milliers d’années… alors qu’on s’attendrait plutôt à une accélération du « progrès » cérébral, dans un monde devenu ''civilisé'' et féru de Quarks et d’exploration intersidérale.

 

L'Article est divisé en deux parties :

> Le Miracle de l’Évolution

> La dégringolade cérébrale

 

(Il est prévu un autre Article en suite)

 «  Ce que la pince est au crabe, la main l'est à l'homme » (Aristote) (photo JPCiron)

 

La science moderne commence à peine à nous convaincre dans des domaines pour lesquels des pistes ont pourtant déjà été ouvertes et tracées voici plus de deux millénaires par quelque poète ou quelque philosophe... Pistes qui ont dû ensuite être remisées...

 

« Linné et Cuvier ont été mes deux divinités, chacun à sa manière, mais ce sont de simples écoliers par rapport au vieil Aristote  » (2) (Lettre de Darwin à William Ogle – 1882)

 

 

>>> LE MIRACLE DE L' ÉVOLUTION

(ce que la pince est au crabe, la main l'est à l'homme)

 

Je dis ''miracle'', car nous continuons souvent à croire en des balivernes pré-historiques, que même les Anciens d'avant notre ère avaient dénoncé.

Ainsi, Lucrèce explique qu' « Il existe en ces matières un grave vice de pensée, une erreur qu'il faut absolument éviter  :

 

> «  Le pouvoir des yeux ne nous a pas été donné, comme nous pourrions croire, pour nous permettre de voir au loin (…).  » (820) (Lucrèce, poète et philosophe, Livre IV, Ier siècle avant JC)

 

« Toute explication de ce genre est à contresens et prend le contre-pied de la vérité. Rien en effet ne s'est formé dans le corps pour notre usage ; mais ce qui s'est formé, on en use. » (…) « tous nos organes existaient (…) avant qu'on en fit usage, ce n'est donc pas en vue de nos besoins qu'ils ont été créés. » (1) (829)

 

Certaines intuitions géniales de poètes & philosophes antiques sont confirmées par la science moderne. Mais la magie de croyances mythiques & millénaires continue à réclamer la préséance.

 

Durant l’évolution des espèces, chaque organe (œil, main, langue, cerveau, …) n’avait pas nécessairement au début exactement la fonction qui est aujourd’hui la sienne.

 

> « Ce n’est pas parce qu’il a des mains que l’homme est le plus intelligent des êtres, mais parce qu’il est le plus intelligent des êtres qu’il a des mains. » (Aristote, philosophe Grec, 384 – 322 avant JC – ''La partie des animaux'')

 

« En effet, l’être le plus intelligent est celui qui est capable de bien utiliser le plus grand nombre d’outils : or, la main semble bien être non pas un outil, mais plusieurs. »

 

L’intelligence est ici implicitement définie comme la capacité du cerveau à utiliser des outils physiques (main, …) ou conceptuels.

 

Sans cerveau adapté, les mains seraient des pattes !

 

> « La pluie ne tombe pas plus pour faire croître le blé qu'elle ne tombe pour l'avarier... »

C'est ce que nous rappelle Charles Darwin (1809 – 1882), citant Aristote, dans la Note 1 de sa Notice Historique qui précède l' Introduction de «  L'Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou La lutte pour l'existence dans la nature  »  :

 

« Aristote, dans ses Physicæ Auscultationes (lib. II, cap. VIII, § 2), après avoir remarqué que la pluie ne tombe pas plus pour faire croître le blé qu’elle ne tombe pour l’avarier lorsque le fermier le bat en plein air, applique le même argument aux organismes et ajoute :

'' Pourquoi les différentes parties (du corps) n’auraient-elles pas dans la nature ces rapports purement accidentels ? Les dents, par exemple, croissent nécessairement tranchantes sur le devant de la bouche, pour diviser les aliments les molaires plates servent à mastiquer ; pourtant elles n’ont pas été faites dans ce but, et cette forme est le résultat d’un accident. Il en est de même pour les autres parties qui paraissent adaptées à un but. Partout donc, toutes choses réunies (c’est-à-dire l’ensemble des parties d’un tout) se sont constituées comme si elles avaient été faites en vue de quelque chose ; celles façonnées d’une manière appropriée par une spontanéité interne se sont conservées, tandis que, dans le cas contraire, elles ont péri et périssent encore.''

On trouve là une ébauche des principes de la sélection naturelle ; mais les observations sur la conformation des dents indiquent combien peu Aristote comprenait ces principes. » (C. Darwin)

 

La libération de la main a été un passage nécessaire pour que l’être humain puisse devenir ce qu’il est aujourd’hui  :

 

> « Le développement de l'espèce humaine ne commence pas par le cerveau, mais par les pieds. » (ethnologue et préhistorien André Leroi-Gourthan 1911-1986)

 

C'est une manière élégante de dire que « Le développement du cerveau est corrélatif en effet à la station verticale, qui a permis à la fois la libération de la main et la réduction des contraintes de la voûte crânienne, deux termes de la même équation mécanique.  » (3)

 

Leroi-Gourhan montre dans son livre « Le geste et la parole » que ce n’est pas le cerveau qui a accéléré l’évolution de l’espèce humaine en modifiant sa morphologie, mais le contraire : c’est la modification de la charpente corporelle (par ex. : position debout et modification de l’axe tête-tronc) qui a précédé d’autres évolutions (comme la libération de la main), ouvrant ainsi la possibilité pour le cerveau d’évoluer pour ‘gérer’ les nouvelles potentielles fonctionnalités (préhension fine, etc)

 

Ainsi, les premiers outils de l'humanité (choppers, biface, etc) sont un prolongement de la main. Ces outils ne sont que le 'passage à la main', libérée par la position verticale, des opérations animales : dentaires (de broyage), ou des pattes (de grattage), etc

Puis, les actions de la main se prolongent dans des instruments, comme l'arc, le piège, la meule tournante … pour ensuite intégrer l'utilisation de forces extérieures, celles de l'eau, du vent, des animaux, etc.

Il y a donc extériorisation progressive des organes de la technicité.

 

Chez l’homme, l’évolution de la charpente corporelle a précédé la libération de la main, ce qui a ensuite ouvert la voie pour que le cerveau puisse se structurer pour gérer cet outil complexe : la main.

 

 

SI des innovations évolutives se mettent en place au niveau du cerveau d’un groupe humain, ALORS les organes que ‘gère’ le cerveau pourront devenir des outils plus efficaces pour le cerveau (œil >> vue) (langue >> parole) (main >> préhension) (etc…)

A défaut d’innovations évolutive, le groupe pourra être supplanté par un autre (à moins que sa non-évolution soit satisfaisante pour l’environnement du moment).

Ainsi, à chaque moment donné de l’évolution de l’espèce, chaque sous-ensemble du cerveau effectue des tâches spécifiques : celles d’aujourd’hui n’étant pas nécessairement celles d’hier, ni celles de demain.

 

Leroi-Gourhan va plus loin en avançant que c’est la main (le toucher) avant tout autre organe et sens qui, une fois libéré, a pu permettre l’évolution du cerveau.

 

> Vérifions quand même les élucubrations de ces poètes, philosophes et rêveurs... car de nos jours, nous disposons d'instruments permettant de vérifier si l'on observe quelque cohérence ''sur le terrain'' avec leurs intuitions  :

 

B - Cortex sensoriel et Cortex moteur : schéma de leur importance relative, par zone du corps.

https://www.lecarnetdemaurine.com/2017/11/danse-et-geometrie.html

( London National History Museum)

C – Représentation d'un corps ajusté aux « proportions du cortex »

 

Les structures sensorielles et motrices du cerveau semblent bien se trouver en cohérence avec le sentiment de Leroi-Gourhan : une nette disproportion pour les mains.

 

D – Structure fondamentale du cerveau embryonnaire des chordés.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/54/EmbryonicBrain.svg

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cerveau

 

Les Chordés sont les animaux bilatéraux dotés d'une sorte de tube dorsal par lequel passe le système nerveux. Ce sont les dinosaures, reptiles, oiseaux, amphibiens, mammifères, poissons, lamproies, tuniciers, amphioxus,...

La structure générale du cerveau des chordés est caractéristique dans le stade larvaire/ embryonnaire. Aussi donc, bien sûr, chez les humains  :

 

E - Structure du cerveau humain, de l'embryon à la naissance : schéma de développement du cerveau pour l’humain actuel :

(Image Credit : Brocku.ca ) Source : https://www.quora.com/How-did-internal-development-in-mammals-evolve-Is-anything-known-about-that-with-no-fossils-from-soft-tissue

 

 

>>> LA DÉGRINGOLADE CÉRÉBRALE...

 

 Brain Homer Simpson –

Source :https://www.killersites.com/community/index.php?/gallery/image/18-brain-homer-simpsonjpg/

 

> D'où venons-nous ? De loin !!

 

Homo habilis est le premier du genre HOMO à utiliser des outils lithiques basiques (galets aménagés) (environ – 3 millions d’années à – 1,5 ma).

Avant Habilis, certains Australopithèques fabriquaient déjà des galets aménagés.

 

Puis différentes familles d’ Homo erectus sont venues améliorer les techniques lithiques, sur une période d’un ou deux millions d’années : hachereaux et bifaces.

Erectus est sûrement sorti d’Afrique à plusieurs occasions : sa branche asiatique est particulièrement riche.

Erectus a aussi maîtrisé le feu, voici environ un demi-million d’années.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Homo_erectus

 

La famille s’agrandit avec Homo neanderthalensis voici environ 300.000 ans. Ils se sont éteints voici 28.000 ans, dans la péninsule ibérique.

Neandertal n’est pas apparu d’un coup : différentes formes de « pré-néandertaliens » étaient présents ici et là en Europe, voici 6 ou 700.000 ans.

Neandertal a amélioré les outils lithiques, utilisait des pigments corporels et rituels, enterrait ses morts, fabriquait parfois des parures et des outils en os,… et ils utilisaient bien sûr le feu. https://fr.wikipedia.org/wiki/Homme_de_N%C3%A9andertal

 

Les premières formes d’Homo sapiens étaient Africaines.

Les premiers Sapiens ‘archaïques’ sont datés d’environ 300.000 ans. Les formes ‘modernes’ de Sapiens se rencontrent plus souvent entre 100 à 150.000 ans. Ex. : Homo sapiens idaltu - Ethiopie (160.000 ans) : https://www.berkeley.edu/news/media/releases/2003/06/11_idaltu.shtml

 

Il semble que Sapiens ne soit sorti d’Afrique en nombre important que voici 80.000 ans environ.

 

 

D’après les peintures des grottes de Lascaux, vers 18 000 av. JC, art magdalénien, Dordogne, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)

https://blogostelle.blog/2012/09/13/lunivers-spirituel-des-chasseurs-cueilleurs/

 

 

> Intelligence générale et Volume Cérébral

 

En conclusion de ce bref historique ''familial'', l'évolution des capacités cognitives (outils lithiques, feu, ...) et du volume moyen des cerveaux de nos probables ancêtres suggère une certaine corrélation entre ces deux éléments. (A)

 

 

Volume cérébral de la lignée humaine, sur 3 millions d'années.

(source : « La Recherche » Dossiers Août 2008)

http://svtedu.free.fr/acad/act_ped/svt_lyc/eva_bac/l-bac2011/bac2011-am.htm

Plus de détails :

Encyclopaedia Britannica - https://www.britannica.com/science/human-evolution/Increasing-brain-size

Hominidés.com : https://www.hominides.com/html/ancetres/ancetres.php

 

Notons néanmoins que corrélation ne signifie pas correspondance. Ainsi, l'homme de Florès, avec un cerveau voisin de celui des Australopithèques, fabriquait néanmoins des outils. Voir schéma : https://www.hominides.com/html/dossiers/cerveau.php

 

S’il y a donc une RELATION STATISTIQUE bien réelle entre les volumes moyens des cerveaux des familles humaines, on ne peut pas pour autant dire que gros cerveau signifie NECESSAIREMENT une grosse intelligence, pour un individu ou pour un groupe.

 

Volume Cérébral moyen et Stature de la lignée humaine, sur 3 millions d'années. D'après documents du Musée de Paléontologie Humaine de Terra Amata.  https://l-express.ca/pas-si-primitif-lhomme-de-neandertal/

 

 

Comparaison d'un crâne d'homme moderne à gauche et d'un crâne néandertalien, à droite.

Source : https://www.wikiwand.com/en/Early_modern_human

 

On voit que le volume des cerveaux de sapiens actuels étudiés se situe vers la moyenne de 1350 cm3. Il y a un fort consensus pour ce chiffre pour les chercheurs du monde.

La plupart des cerveaux se concentrent autour de la moyenne (distribution de type gaussienne). Mais une petite partie dépasse à peine 1000 cm3, tandis qu’une autre petite partie va jusqu'à 1800 cm3.

 

Comme Einstein, on peut être un grand savant avec un cerveau de 1230 g.

 

En fait, il y a plusieurs facteurs qui influent sur les chiffres correspondant à la «  taille  » du cerveau sur les individus d'une population indigène : stature/ masse/ régime alimentaire/ adulte ou juvénile/ climat (en climat chaud, le volume cérébral est plus faible).

La méthode utilisée pour mesurer la '‘taille’' compte aussi (volume endocrânien, volume du cerveau, poids du cerveau, extrapolation de mesures externes, …)

En outre, il y plein d’autres variables : circonvolutions, éducation, culture, mode de vie, etc … qui influent par ailleurs sur la manière de penser et sur certaines formes d'intelligence.

 

 

« L'homme préhistorique est aussi une femme » Marylène Patou-Mathis / Article de Christianne Peyronnard. https://www.clionautes.org/homme-prehistorique-est-femme.html

 

> Le Rapetissement du Cerveau des sapiens

 

Le plus ancien Homo sapiens ‘moderne’ connu est nommé ‘Homo sapiens idaltu’. Il s’agit d’un individu, qui a été découvert en Éthiopie et daté de 160.000 ans. Son cerveau faisait 1450 cm3.

Voici une reconstruction type ''police scientifique'' de ce à quoi il ressemblait : https://themulticore.files.wordpress.com/2014/06/homo-sapiens-idaltu-pic.jpg

 

Il y a environ 30.000 ans , en France, vivaient les ‘Cro-Magnon’.

Ils mesuraient environ 1,70m, avec un cerveau ‘moyen’ de 1650-1700 cm3 environ. (Les exemplaires retrouvés, d'âges différents, faisaient entre 1100cm3 et 2000cm3).

Seule une petite centaine de crânes ont pu être trouvés et étudiés.

 

Le volume cérébral des populations de Sapiens de différents lieux du monde (Chine, Europe et Afrique), il y a 20.000 ans, tournaient autour de 1500 cm3. Le nombre de crânes étudiés est considérable, et beaucoup de chercheurs y ont consacré leurs travaux.

 

Le Sapiens ‘moderne’ actuel, quant à lui, a un cerveau moyen de 1350 cm3.

Cette réduction moyenne de 150 cm3 sur 20.000 ans est considérable ! C’est le volume d’une balle de tennis !

 

(Par rapport à Cro-Magnon, c’est DEUX balles de tennis !) (B)

 

  

https://montillafranc.wordpress.com/

 

 

> Un rapetissement « normal » ?

 

Bien sûr, les chercheurs de tous horizons ont cherché à expliquer cette réduction ‘drastique’ de la moyenne de la taille du cerveau humain.

 

Globalement, la stature des humains s’est un peu réduite, et l’on pouvait espérer que le ‘coefficient d’encéphalisation’ resterait le même pour nos ancêtres « à gros cerveau » et pour nous.

Mais non !

Les Sapiens ‘modernes’, avec leur cerveau moyen de 1350 cm3, devraient être bien plus petits (genre pygmée) pour maintenir le même Coefficient d’encéphalisation (CE) que Cro-Magnon.

 

La période Cro-Magnon correspondait à un réchauffement climatique post-glaciaire, qui pourrait avoir eu l’effet de réduire le volume cérébral. Mais là, l'impact de cette réduction n'était pas perceptible.

Bien d’autres hypothèses ou combinaisons d’hypothèses ont été étudiées, qui n’arrivent pas à expliquer cette réduction du cerveau humain.

 

  

Crâne de Cro-Magnon âgé d'environ 40 ans – Source : CNRS/ Sciences et Avenir - https://www.hominides.com/html/ancetres/ancetres-cro-magnon.php

 

Au final, sur les derniers 10.000 ans (période sur laquelle on a beaucoup de crânes disponibles à l’étude en Europe, Chine, Afrique du Sud, Australie), les différentes raison possibles de réduction mises bout à bout ne pourraient expliquer environ 30 cm3, sur les 150 cm3 qui « manquent ».

 

Sur la sous-période couvrant les derniers 5.000 ans en Europe, certains chercheurs ont identifié une réduction de 100 cm3 alors que la stature est restée quasi inchangée : le phénomène s’accélérerait donc.

 

Ce rapetissement est dérangeant.

Aussi, certains avancent qu’il ne s’agit que de très naturelles succession de mutations qui ont progressivement sélectionné un cerveau plus compact, mieux connecté, plus rapide, qui produit plus d’intelligence en consommant moins d’énergie.

Cette hypothèse, pour flatteuse qu’elle est, ne tient pas. Car pour produire cette succession de mutations bénéfiques, 20 ou 30.000 ans sont très largement insuffisants. Et même si cela suffisait, il faudrait que cette même combinaison apparaisse de manière indépendante, pratiquement en même temps, en différents points du globe…

On pourrait argumenter que cette série est apparue en peu de lieux, et s’est rapidement disséminée partout avec les migrations croisées de population sur le globe. Si c’était vrai, ces multiples échanges de gènes croisés et recroisés feraient que nous nous ressemblerions tous physiquement beaucoup plus.

 

> Concrètement, qu'est-ce qui change ?

 

Comment procède-t-on pour évaluer ce qui a changé dans le cerveau ?

D’abord, on prend un crâne, et on va modéliser en 3D l’extérieur et la face interne du crâne. Cet endocrâne contient les traces laissées par les circonvolutions cérébrales, qui constituent une sorte de moulage du cerveau. (Ref. travaux d’Antoine Balzeau du CRNS et du MNHN)

 

Il apparaît ainsi que notre cerveau actuel est plus court, plus bas, comprimé au niveau des lobes frontaux et occipitaux alors que les lobes temporaux et le cervelet se sont élargis, par rapport à nos prédécesseurs. (Ref. :A. Balzeau du CRNS et du MNHN)

 

Antoine Balzeau résume (C) : Notre lobe frontal est plus court. C’est le siège du raisonnement, de la planification, de la régulation des émotions)

Notre lobe pariétal est plus long. C’est le siège des perceptions sensorielles, de l’intégration des signaux auditifs et visuels, de la mise en relation des souvenirs.

Notre lobe occipital diminue (décodage de l’information visuelle)

Le cervelet par contre s’agrandit (régulation de la fonction motrice).

 

On ne sait pas si l’on est en moyenne plus malins (ou moins) que nos très lointains ancêtres. (D)

Il est par contre très probable est que nous pensions autrement.

En tout cas, comme le suggère Yuval N. Harari, nos actuels dieux abrahamiques sont hors de cause pour ce qui arrive à l'humanité... (E)

 

 

JPCiron

 

(Il est prévu deux autres Articles complémentaires intitulés « LA DOMESTICATION DE L'HOMME » et « OÙ VA SAPIENS ? », pour essayer d'avancer quelque peu sur ce terrain finalement en friche...

 :: :: :: :: :: :: :: : NOTES  :: :: :: :: :: :: :: :

 

.. (1) - «  De rerum natura  » (De la nature des choses) par Lucrèce – poète et philosophe latin – Livre IV

http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/Lucrece/livre4.htm

 

.. (2) - Article « Le jugement de Darwin sur Aristote. » Par Byl Simon. In : L'antiquité classique, Tome 42, fasc. 2, 1973. pp. 519-521 ; doi : https://doi.org/10.3406/antiq.1973.1716 https://www.persee.fr/doc/antiq_0770-2817_1973_num_42_2_1716

 

.. (3) - Article « Le Geste et la Parole, T. I : Technique et Langage ; T. II : La Mémoire et les Rythmes.  » par André Leroi-Gourhan - Bastide Roger. In : Annales. Économies, sociétés, civilisations. 22ᵉ année, N. 3, 1967. pp. 664-667 ; https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1967_num_22_3_421561_t1_0664_0000_2

 

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::

 

(A)

Pour l'anthropologue Antoine Balzeau « Les premiers indices de ces mouvements humains sont les outils lithiques. Les plus anciens outils connus à ce jour ont 2,6 millions d'années et proviennent d'Afrique de l'Est. Quelques centaines de milliers d'années après, ils étaient utilisés en Afrique du Nord et du Sud. Un peu plus tard, il y a environ 1,5 million d'années, des outils étaient façonnés au Proche-Orient et en Asie. Toutefois, leur présence n'est pas avérée en Europe avant 1,2 million d'années, les industries plus anciennes demeurant controversées. » («  La Préhistoire » - Antoine Balzeau et Sophie Archambault de Beaune – CNRS Editions).

 

(B)

Voyons ce qui s'est passé entre les Cro-Magnon d'il y a 30.000 ans et sapiens d'aujourd'hui. Le cerveau de l'homme moderne est 15 à 20% plus petit que celui de Cro-Magnon.

https://www.hominides.com/html/actualites/taille-cerveau-cro-magnon-homo-sapiens-0391.php

 

(C)

Globalement, le cerveau des Homo sapiens aurait tendance à se comprimer. Une étude a été menée sur des crânes ''représentatifs'' vieux respectivement de 40.000 ans (Cro-Magnon) et de 200 ans :

Il a été observé que le lobe frontal raccourcit, diminuant de 6% (raisonnement, planification, régulation des émotions ), le lobe pariétal s'allonge (perceptions sensorielles, intégration des signaux auditifs et visuels, mise en relation avec nos souvenirs ) tandis que le lobe temporal s'élargit (distinction des tonalités et des sons, formation et remémoration des souvenirs), le lobe occipital diminue de 8% (décodage de l’information visuelle), et le cervelet gagne 5%en surface (régulation de la fonction motrice). Crédit : Antoine Balzeau, CNRS-MNHN)

https://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/le-cerveau-de-l-homme-moderne-se-recroqueville_7407

 

(D)

Le cerveau des sapiens est plutôt globulaire (il est plus allongé chez Neandertal). La structure du cerveau des sapiens d'il y a 10.000 ans (par rapport à ceux d'il y a 300.000 ans) montre un gonflement des zones pariétales (impliquées dans plusieurs domaines comme l'orientation, l'attention, la perception des stimuli, l'intégration visio-spatiale, la conscience de soi, la mémoire de travail et à long terme, le traitement numérique et l'utilisation des outils) et du cerveletfonctions motrices comme la coordination des mouvements et de l'équilibre, mais aussi au traitement spatial, à la mémoire de travail, au langage, à la cognition sociale et au processus affectif).

Ces changements sont intervenus principalement sur les derniers 100.000 ans, sans changement de 'taille' du cerveau.

https://www.hominides.com/html/actualites/cerveau-homo-sapiens-en-evolution-1199.php

 

(E)

« La morale, l'art, la spiritualité et la créativité sont des facultés humaines universelles inscrites dans notre ADN , dont la genèse remonte à l'âge de pierre en Afrique. » (…) « De nombreuses lois bibliques copient les règles qui étaient acceptées en Mésopotamie, en Égypte ou à Canaan des siècles, voire des millénaires, avant l'instauration des royaumes de Juda et d'Israël. » (…) « Pour autant que les chercheurs le sachent, tous ces textes sacrés ont été écrits par un Homo sapiens imaginatif. Ce ne sont que des histoires inventées par nos ancêtres pour légitimer les normes sociales et les structures politiques. » (…) « Ces lois ont très utiles pour instaurer et perpétuer l'ordre social durant plusieurs milliers d'années. » (Yuval N. Harari : « 21 leçons pour le XXI e siècle » – Albin Michel - 2018)

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 mars 2021 15:46

    Avec un cerveau pareil, comment voulez-vous que l’homo soit autre chose qu’  »érectus » ?


    • JPCiron JPCiron 19 mars 2021 16:01

      @Séraphin Lampion
      .
      A quelque chose malheur est bon...


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 mars 2021 16:21

      @JPCiron

      C’est déjà plus performant que de la cervelle de canuts, question puissance intellectuelle !


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 19 mars 2021 17:00

      Je vois que nous avons actuellement les même sujets de lecture. Darwin à ce que j’ai lu se préoccupait peu de l’éthique. Il a commencé à toucher ce domaine délicat quand il a vu les dégâts de l’esclavage. L’homme aurait trois cerveaux : le reptilien qui se rapproche de celui des animaux : il est uniquement préoccupé de survie (pas de Surmoi, ni de conscience), vient ensuite le cerveau émotionnel (qui parfois hélas peut aussi abaisser l’intelligence et le niveau de réflexion et de conscience, ensuite vient le Cortex : celui qui permet de réfléchir, de prendre du recul, et d’atteindre la connaissance, parfois à un niveau très élevé). actuellement semble-t-il le cerveau reptilien serait le plus sollicité et peut même être associé à un haut niveau d’intelligence technique : Mengele, le Q.I. très élevés des coréens ou des chinois). Ces cerveaux là optimalisent surtout le cerveau gauche (rationnel). Main gauche ou droite ne signifie pas que la personne est plus adroite si elle fonctionne sur le cerveau gauche. Léonard de Vinci était gaucher. le cerveau droit est plus intuitif et créatif, à la différence des hauts techniciens ils font souvent les véritables génies. L’idéal étant de pouvoir passer du cerveau droit au gauche selon les tâches. si la sélection naturelle conduit à voir les cerveaux reptiliens gagner sur les autres, on pourra dire dès lors de façon certaine que L’analyse de Darwin étaient très lacunaires. Parmi les animaux ou insectes, les plus doués restent les abeilles. Elles seront toujours utiles. Et pourtant elles disparaissent ...Quelques animaux risquent moins de disparaître actuellement : Panda, baleine à bosse, la panthère, les loups. Grâce surtout à l’action de l’homme....Le grosseur du cerveau est-elle vraiment important. A la dissection on a découvert que Freud avait un petit cerveau. Et que les hommes ne sont pas plus intelligents que les femmes. la véritable différence entre l’homme et l’animal serait le CORTEX. La seule partie du cerveau qui fait vraiment de nous des humains avec un grand H. Celle qui s’appelle la matière grise. Bien nommée, car cette partie seule permet de ne pas penser en noir ou blanc, mais avec des nuances. intéressant. Seuls les mammifère ont un peu de cortex. MAIS :Globicephala melas : "Pour la première fois, nous montrons qu’une espèce de dauphin a plus de neurones du néocortex que tous les mammifères étudiés à ce jour, y compris les humains.

       


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 19 mars 2021 17:21

        La différence entre le animaux et les humains, c’est que chez les animaux, l’ADN est prépondérant dans leur mode de fonctionnement. Contrairement à l’humain. L’humain peut posséder tous les outils pour pouvoir bien fonctionner, c’est l’environnement, les parents qui décident qu’elle partie du cerveau sera la plus stimulée (Exemple : l’enfant loup). Exemple, chez les psychopathes, c’est la zone concernant concernant la peur et l’empathie sont la moins stimulée. Cette absence de la permet est excellente pour la survie. elle fait les big boss, les patrons sans scrupules. L’immunité contre la dépression est également très forte (sang froid reptilien). Le quotient intellectuel pragmatique et scientifique peut parfois être très élevé....Parfois un deuxième gène Y est présent, mais pas toujours. en fait les psychopathe clivent la peur. Ils la ressentent surtout chez autrui, ce qui les excitent. .Leur amygdale et leur insula cérébrales sont actives. l’insula interviendrait dans le dégoût et la dépendance. Mais on ne sait par encore grand chose. 

        • De l’autre, un « axe myope et craintif », qui ne voit clairement ni l’interne ni l’externe. Il est l’expression du « monde du milieu », celui du néocortex sensorimoteur qui tâtonne, qui comme Thomas a besoin de voir, toucher et faire, et celui du cortex limbique qui déforme souvent par le prisme des émotions, projections contingentes, issues du passé et décalées dans un monde qui bouge... Cet axe fonctionne « au niveau des apparences », au premier degré et à court terme. Au fil de l’âge et des mésaventures de chacun, il tend à s’enfermer dans son passé, ses préjugés, ses appréhensions, à devenir psychorigide et évitant.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 19 mars 2021 17:28

          La complexification et l’amélioration globale de la performance de notre cerveau, au fil de millions d’années et de milliers d’espèces, ont donc leur rançon en matière de dysfonctionnement interne. Le bricolage de l’évolution est certes génial. Il n’est parfois que bricolage. À nous de rassembler certains morceaux pour faire que cela marche mieux « à l’endroit ». Conclusion, nous risquons surtout de moins en moins nous comprendre. Et comme on le dit bien : être sur la même fréquence ou longueur d’onde. Avec les sept ou parfois bien plus niveaux de chakra, les hindous ont mieux compris https://www.namaka.fr/blogs/magazine/quel-est-votre-chakra-dominant



            • rhea 1481971 19 mars 2021 17:51

              Vitesse de la lumière 299792458 mètres / seconde

              Ce sont des logarithmes népériens.

              logarithme de logarithme de logarithme de 299792458 = 1,089022422

              1,089022422 x 2 / 10 / ( e exposant 3,14159265358 ) = 0,009412185

              soit 0,009412185 coudée cube

              1 mètre cube = 6,966331438 coudées cube

              0,009412185 / 6,966331438 = 0,001351096 mètre cube

              soit 1351,096 centimètres cube c’est le volume moyen de notre cerveau

              Notre cerveau dépend de la vitesse de la lumière.


              • JPCiron JPCiron 19 mars 2021 19:29

                @rhea 1481971

                c’est le volume moyen de notre cerveau >

                Mais est-ce le cerveau moyen d’hier, ou bien celui de demain ?


              • Xenozoid Xenozoid 19 mars 2021 19:49

                @JPCiron

                sans parlé du cerveaux humain, mais un neurone a la memes dimension dans un etres humain ou un vers de terre, et les circonvolutions du cerveau ne gonfle pas la tête, elles se compressent et te construisent en réseaux,et apres peut être elle gonflent, on sait aussi que le neanderthal avait plus de capacité cérébral et que celui du dauphin n’est pas très loin du nôtre...

                bye


              • JPCiron JPCiron 19 mars 2021 21:13

                @Xenozoid

                Oui, le système nerveux des chordés a un ancêtre commun avec les vers.

                https://www.pourlascience.fr/sd/neurosciences/un-cerveau-ancestral-de-600-millions-dannees-10679.php


                https://cordis.europa.eu/article/id/27545-researchers-trace-evolution-of-central-nervous-system/fr

                D’où des proximités, mais aussi des différences.


              • rhea 1481971 19 mars 2021 22:30

                @JPCiron
                De nos jours.


              • Giordano Bruno 19 mars 2021 18:01

                Car pour produire cette succession de mutations bénéfiques, 20 ou 30.000 ans sont très largement insuffisants.

                Pourquoi ?


                • JPCiron JPCiron 19 mars 2021 19:39

                  @Giordano Bruno

                  Bonjour,

                  Il semble que les mutations sont fréquentes et sont le fruit du hasard. L’impact d’une mutation peut être nul durant une éternité. Ainsi, nous avons une partie de nous issu des néandertaliens, et la plupart de ces éléments issus du cousin n’expriment toujours rien de perceptible. 
                  On voit que sur 3 millions d’années, il ne s’est produit que quelques modifications fondamentales : l’échelle de temps de l’évolution n’est pas celui de nos sociétés.


                • Giordano Bruno 20 mars 2021 15:38

                  @JPCiron
                  Et les animaux domestiques ? Il ne sont pas domestiqués depuis des millions d’années. Et pourtant ils sont très différents de leurs ancêtres sauvages.


                • JPCiron JPCiron 20 mars 2021 16:54

                  @Giordano Bruno
                  .

                  Merci pour cette pertinente remarque.


                  Oui, les animaux domestiques n’ont commencé à l’être que depuis une grosse dizaine de milliers d’années. Les animaux que l’homme a réussi à domestiquer étaient déjà des espèces sociales à l’état sauvage : nous avons profité de qualités pré-existantes pour pouvoir les maintenir rassemblées.

                  Ensuite, les modifications ont été accélérées par l’homme par sélection ’’sans pitié’’ à chaque génération. Les animaux non dociles ont été sacrifiés, et les ’’qualités’’ qui nous étaient utiles ont pu être croisées pour stabiliser leur présence.

                  Et effectivement, cela n’a pris que quelques milliers d’années.

                  Cependant, comme pour l’homme, à la domestication correspond une réduction du volume cérébral.... et du même ordre de grandeur. J’en toucherai deux mots dans le prochain Article.


                  Mais de quoi parlions-nous au départ ? Du fait que le cerveau s’est rétréci, et de l’espérance que ceci corresponde à de très naturelles succession de mutations qui ont progressivement sélectionné un cerveau plus compact, mieux connecté, plus rapide, qui produit plus d’intelligence en consommant moins d’énergie. En outre, il faudrait que cela arrive simultanément partout dans le monde dans ces derniers 20 ou 30.000 ans.


                  Quand je disais qu’il faut beaucoup de temps pour qu’une évolution/ mutation se soit stabilisée partout dans le monde, j’avais en tête par exemple la cambrure des reins qui, quelques millions d’années après son ’’invention’’, n’est toujours pas finalisée (avec tous les problèmes que l’on connaît). C’est par autre exemple les seins qui se forment toujours -comme aux origines- comme si l’animal vivait à 4 pattes. C’est, par exemple, le raccourcissement de nos intestins ou la réduction de la taille des dents, qui ont sans doute lentement commencé avec l’invention du feu, il y a très très longtemps, avant Sapiens.


                  Sans doute nos conditions de vie, qui se sont modifiées durant ces dernières dizaines de milliers d’années (de manière plus ou moins similaires de par le monde) ont-elles créé un certain type d’environnement qui a favorisé certains changements plutôt que d’autres.


                • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 19 mars 2021 18:04

                  La vérité, c’est que l’homme ne sait rien sur le passé lointain, tout ce qui est admis scientifiquement aujourd’hui ne sont en faite que des suppositions. 

                  Je suis partie 2 années de suite en vacances dans le Périgord noir ou se trouve la fameuse vallée de l’homme. Après avoir visiter des lieux et discuter avec des connaisseurs, j’ai été stupéfait de constater les aveus du type « En faite on ne sait pas grand chose »

                  Trouver une dent de requin dans une grotte à 200 Kilomètres de la mer, trouver les restes d’un Hippopotame en Haute Loire au coté des animaux phares de l’âge de glace. Constater que tous les fossiles ont été ensevelis par une couche de charbon de bois, que des théories jugé jusqu’ici inébranlable se sont écroulés comme des châteaux de cartes sans que cela ne traverse les murs de la confidentialité, car CHUT, il ne faut pas remettre en cause l’establishment scientifique dont on a eu l’occasion de constater sa vraie valeur avec l’épidémie médiatique actuelle.


                  • Abou Antoun Abou Antoun 19 mars 2021 22:58

                    « Le développement de l’espèce humaine ne commence pas par le cerveau, mais par les pieds. » (ethnologue et préhistorien André Leroi-Gourthan 1911-1986)

                    Et cela continue ! L’électeur éclairé de nos jours vote avec ses pieds.


                    • JPCiron JPCiron 20 mars 2021 08:26

                      @Abou Antoun

                      Oui, tristement chaque famille a un membre ou l’autre qui est allé s’installer ailleurs et voter là-bas ! Cela arrive, je suppose, quand on en vient à penser que c’est indécrottable.



                    • JPCiron JPCiron 20 mars 2021 12:19

                      @Abou Antoun

                      Oui, l’émigration fait donc bien aussi partie des situations que couvre l’expression...


                    • Abou Antoun Abou Antoun 20 mars 2021 13:09

                      @JPCiron
                      D’un côté, c’est beaucoup plus radical, de l’autre on sait ce qu’on perd mais on ne sait pas ce qu’on trouve .


                    • JPCiron JPCiron 20 mars 2021 14:51

                      @Abou Antoun

                      < on sait ce qu’on perd mais on ne sait pas ce qu’on trouve >

                      L’avantage d’une famille qui a depuis longtemps des attaches un peu partout, c’est que cela réduit bien le niveau de la part d’inconnu.

                      Il est vrai qu’avec l’âge, on a appris à s’habituer et à avoir ses repères, plaisants et déplaisants.


                    • Rinbeau Rinbeau 20 mars 2021 09:07

                      il y a trente mille ans il existait au moins 6 espèces homo différentes mais suffisamment proche pour pouvoir à certains moment s’accoupler. Sans compter d’autres éventuelles mais pas encore découvertes. Il existait donc un réservoir de diversité capable de faire évoluer le genre Homo !

                      Le fait que nous soyons les seuls sur la planète aujourd’hui est peut être le signe d’une dégénérescence du genre HOMO très inquiétant pour l’avenir de notre espèce. En fait sans le savoir malgré notre nombre, nous sommes peut-être déjà en voix d’intinction Et dire qu’on imagine des guerres pour se détruire !


                      • JPCiron JPCiron 20 mars 2021 12:04

                        @Rinbeau

                        Effectivement. Peut-être que notre disparition serait une bonne nouvelle pour l’environnement et pour la biodiversité. Vu la surpopulation, le plus probable serait sans doute des pandémies qui combinent grosses contagiosité et mortalité. Ou l’éruption d’un super-volcan pendant un millénaire ? Yellowstone ou Naples ou Indonésie...

                        L’évolution des Grands Singes sans queue va dans ce sens. Il y a 30 millions d’années, il y avait 3 ou 4 fois plus de sortes de Grands Singes. Et puis, peu à peu, ces branches se sont éteintes.


                      • troletbuse troletbuse 20 mars 2021 10:53

                        Normal, l’homme d’aujourd’hui n’a plus besoin de penser pour survivre vu que nos dirigeants au cerveau déjà racorni pensent pour lui.


                        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 20 mars 2021 10:58

                          @troletbuse
                           
                           ’’l’homme d’aujourd’hui n’a plus besoin de penser pour survivre’’

                           
                          Et c’est pourquoi son espèce est traitée comme un cheptel. Même son système immunitaire est pris en charge par le système, qui entend bien nous piquer comme de vulgaires animaux domestiques, bêtes de somme ou de boucherie. .
                           


                        • troletbuse troletbuse 20 mars 2021 11:07

                          @Francis, agnotologue
                          J’ai quand même des doutes certains sur le vaxxin afin de survivre ou sur..mourir.


                        • JPCiron JPCiron 20 mars 2021 12:10

                          @troletbuse

                          nos dirigeants au cerveau déjà racorni pensent pour lui >

                          Mon sentiment est que c’est leur faire trop d’honneur, à ces dirigeants. Car au fond, ils sont entre les mains des Multinationales, du Système Financier, des Médias , des Lobbies transnationaux, etc qui les tiennent tous « par les écoutilles ».

                          Nos dirigeants choisissent (font voter ’’démocratiquement’’) certaines moyens pour se maintenir sur le chemin qui leur a été tracé.


                        • JPCiron JPCiron 20 mars 2021 12:13

                          @Francis, agnotologue

                          espèce est traitée comme un cheptel >

                          Très juste !
                          Je crois que c’est James Scott qui disait que l’homme est devenu « un animal de troupeau » !


                        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 20 mars 2021 12:24

                          @troletbuse
                           
                           je proposerais sous-vivre ou sur-mourrir.



                        • JPCiron JPCiron 20 mars 2021 13:36

                          @Francis, agnotologue
                          @troletbuse

                          Effectivement, le bouquin de Scott est très intéressant. Je l’avais lu il y a quelque temps, et vais le reprendre pour compléter mon prochain Article (qui suivra celui-ci).

                          Pour ma part, je pense que nous sommes parvenus à une étape ultérieure à ’’Homo domesticus’’ :
                          https://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/homo-ingredientus-211345 

                          Ce qui revient en fait à la négation de l’humanité dans l’individu.


                        • Attila Attila 20 mars 2021 11:59

                          « Ce que la pince est au crabe, la main l’est à l’homme »

                          D’où l’appellation : homo sapince.

                          .


                          • Jean Keim Jean Keim 20 mars 2021 17:52

                            Est-ce notre cerveau qui en prenant du volume avec la croissance induit notre mode de pensée ou plus vraisemblablement l’inverse ?

                            Si mon hypothèse est bonne, les pensées de l’homme moderne étant radicalement différentes de celles des hommes antiques et des hommes préhistoriques, le cerveau de chacun a le volume qui sied à son mode d’utilisation, cependant le volume ne fait pas le tout, la qualité du câblage est sûrement le facteur prépondérant.

                            Il y a d’ailleurs dans toute cette affaire une autre question à se poser : dans quelle limite un cerveau peut utiliser ses propres ressources pour s’auto-étudier ?


                            • JPCiron JPCiron 20 mars 2021 19:39

                              @Jean Keim

                              Bonjour,


                              < Est-ce notre cerveau qui en prenant du volume avec la croissance induit notre mode de pensée ou plus vraisemblablement l’inverse ? >


                              Je suppose que la formation de synapses permet la circulation de signaux : d’autant plus nombreux que les synapses sont nombreuses par cm3, et sans doute facilité par un volume cérébral plus important.

                              Ensuite, il faut mettre ces signaux dans un ordre : ce sera en bonne partie par l’éducation et l’expérience (outre les automatismes)

                              Il apparaît que, comme chez d’autres animaux, certains apprentissages ne sont possible que durant une certaine période (c’est bien connu chez le oiseaux).

                              Des enfants abandonnés et récupérés par une louve, même s’ils sont ’’bien’’ nourris resteront avec un énorme retard intellectuel. De même, voici quelques siècles, les aristocrates pensant que le langage qui vient naturellement aux petits est l’hébreu (si personne ne leur apprend une autre langue) a été un désastre. Les servantes ni personne ne parlait aux petits, qui n’ont donc jamais parlé, et sont restés très retardés.



                            • JPCiron JPCiron 20 mars 2021 21:05

                              @Jean Keim

                              <  les pensées de l’homme moderne étant radicalement différentes de celles des hommes antiques et des hommes préhistoriques, >


                              Différentes, oui, très probablement. Mais pas nécessairement radicalement.

                              Neandertal (il y a 2 ou 300.000 ans) avait développé des Ateliers de fabrication d’outils en pierre. Avec une zone de dégrossissage, et plusieurs autres endroits où se faisaient les finitions. (c’est avec les quantités de débris trouvés au sol que l’on déduit cela).

                              Des Ateliers similaires ont été retrouvés, encore plus vieux, en Afrique de l’Est.

                              Là, ils s’organisaient comme nous, en inventant des techniques particulières.


                              Neandertal enterrait ses morts (pas toujours), avec des rituels colorés. On fait de même.


                              Si on prend l’exemple de tribus d’Amazonie, avec leurs couleurs et leurs plumes, que constate-t-on ? La différence de pensée tient beaucoup à la manière de concevoir le monde. Ainsi, tailler une haie ou des arbustes décoratifs dans un jardin leur fait vraiment horreur. Car chaque être a une âme, et le massacrer vivant est intolérable. (pour manger la plante, il y a un rituel) Note : une de mes grand-mères ne tolérait pas que l’on touche au pain avant le rituel ;..


                              Mais, comme vous dites, le câblage est sûrement important. Quand on chasse (ou est chassé), il y a des mouvements qu’il faut détecter instantanément et mémoriser dans la fraction de seconde : nature et position. Par exemple, les chimpanzés sont capables de mémoriser la position de huit ou dix signes après les avoir entrevus une fraction de seconde, et de bien se les rappeler individuellement. L’humain en est incapable. En clair, le cerveau du chimpanzé est bien plus efficace que l’homme pour cette mémorisation de court terme.

                              Mais l’homme a conservé des bribes de cette fonction. Par exemple, dans le jardin, assis sur un siège, vous regardez devant vous. Sur le côté de votre champ de vision, un scarabée sort de sous une feuille >> sans l’avoir regardé, vous l’avez vu. C’est un automatisme archaïque qui nous est resté.


                              En conclusion, je pense que l’on peut penser différemment tout en étant capable de communiquer et de se comprendre. Pas nécessairement d’être d’accord. Cela aussi, c’est notre lot quotidien.



                            • Jean Keim Jean Keim 20 mars 2021 21:37

                              @JPCiron

                              Pour penser nous devons nous référez à ce que nous savons, en conséquence si la pensée est un processus commun à tous les êtres humains (ce qui n’exclut pas d’autres espèces) d’hier, d’aujourd’hui et de demain, nous les hommes contemporains pensons beaucoup car nous avons la tête remplie de plein de choses, en était-il également le cas des (soi-disant) chasseurs-cueilleurs préhistoriques ?

                              Dans les savoirs qui occupent nos mémoires, il y en a d’ordre pratique – parmi toutes les empreintes qui parsèment les pistes animales ou parmi les enseignes qui ornent les devantures, comment distinguer la piste du cerf ou la boutique du boucher – et d’autres d’ordre spéculatif, les dieux, les grands ancêtres, la vie après la mort, etc., la liste est infinie ; les différentes pensées abstractives ont-elles toujours occupées les esprits des êtres humains d’antan ?

                              Et je me permets de vous reposer une question : d’après vous dans quelle limite un cerveau peut-il s’auto-étudier ?


                              • JPCiron JPCiron 20 mars 2021 23:32

                                dans quelle limite un cerveau peut-il s’auto-étudier ? >

                                .

                                Il est clair que je ne suis pas un spécialiste du cerveau !!

                                .

                                Cependant, on sait que les processus mentaux se font en grande partie dans des zones inconscientesL’autre point important est que les différentes zones du cerveau ne sont pas hiérarchisées : leur importance relative change tout le temps en fonction des humeurs, des intérêts, des contraintes, de l’environnement, etc

                                .

                                Et au final, la ’’décision’’ ou ’’l’idée’’ émerge dans la zone consciente. C’est à ce moment que nous avons le sentiment d’avoir ’’décidé’’ ou d’avoir ’’trouvé’’ l’idée.

                                .

                                A mon sens, je ne pense pas que l’on puisse s’auto-étudier. C’est-à-dire décortiquer les éléments du processus ayant amené à l’ ’output’’, puisque la plupart dudit processus se trouve hors d’atteinte.

                                .

                                Les auto-analyses psychiques via une tierce personne constitue pour moi un input, une donnée que l’on met dans la moulinette, et qui donc produira un effet, que je ne saurais qualifier.

                                Comme tout un chacun, j’ai souvent essayé de réfléchir sur mes aprioris ressentis, mes réactions, le vrai pourquoi de mes décisions. Je pense que c’est positif de le faire, et que cela apaise, cela aide à vivre, cela donne un sentiment d’être plus ’’en contrôle’’. Je ne suis pas certain du tout de la qualité intrinsèque du résultat de l’analyse. Je ne pense pas que le mot ’’intrinsèque’’ soit applicable aux pensées.

                                En se basant sur une théorie (ou une autre) du fonctionnement du cerveau, on peut, avec une certaine rigueur ’technique’ étudier ’’depuis l’extérieur’’ un individu, et arriver à des conclusions. Et au besoin proposer un traitement dont le résultat, statistiquement, semble être une réponse au problème identifié (qui n’est pas nécessairement le problème vrai que personne probablement ne connait), mais qui permet d’améliorer le ressenti de l’individu traité et ses relations avec le monde.



                                • Jean Keim Jean Keim 21 mars 2021 12:31

                                  Merci pour cet échange.

                                  Je perçois qu’il y a deux modes de penser :

                                  L’un, le plus ordinaire, est le penser processuel qui fait appel à nos savoirs et qui produit des pensées en mode automatique, essentiellement en réaction à un événement, souvent c’est conflictuel, parfois l’ingéniosité est de la partie pour le meilleur comme pour le pire.

                                  L’autre commence par une ouverture par laquelle l’intelligence peut se manifester, ensuite s’élabore une pensée singulière, pertinente qu’il nous sera impossible de reproduire sinon en retournant dans le mode précédent.

                                  L’un est dans la concentration, il se produit (littéralement) à volonté, l’autre est dans l’attention, tout retour du processus de penser bloque l’intelligence.

                                  Si ce que je dis à un sens cela signifie que nous faisons rarement preuve d’intelligence et que l’intelligence est la propriété de personne, elle n’obéit pas à notre volonté, elle est alocale, notre cerveau est conçu probablement à l’origine pour lui permettre de se manifester, le fameux esprit sain ou saint esprit.

                                  Au fil du temps, compte tenu d’évènements traumatisants et de la sophistication des modes de vie, on peut envisager que les humanités successives ont basculé de plus en plus en mode de penser automatique.


                                  • JPCiron JPCiron 21 mars 2021 16:13

                                    @Jean Keim
                                    .

                                    En fait, de mon point de vue, il n’y a que des processus issus de la matière. L’intelligence étant une ’’Note’’, une sorte de ’’qualité’’ réelle ou imaginaire attribuée aux flux (= objets conceptuels) issus du cerveau. Lequel cerveau communique et est aussi influencé par le reste des organes du corps, ainsi que par les ’inputs’ extérieurs qui lui sont communiqués (via le corps) .

                                    L’intuition géniale qui surgit est un automatisme cérébral. Comme l’idée géniale ou médiocre que l’on produit en ’réfléchissant’. Mais nous prenons (nous nous approprions) les idées, comme ils arrivent à notre conscience.

                                    4 et 3 = ? La réponse vient toute seule (juste ou fausse). 

                                    .

                                    Les modes de pensée magiques ont de tous temps été un ressort formidable de représentation du monde : les fondations des civilisations. A présent que nous sommes ensevelis sous quantité de données, les gens seront plus facilement manipulés par des Médias qui ne les représentent plus. Mais se servent d’eux à leur propre profit.

                                    En outre, un peu déboussolés, les gens se tourneront encore plus vers des modes de pensée magique/ religieuses. Où chacun défendra les vues de son ’clan’ (qu’il croie ou non aux valeurs du ’clan’), car il deviendra toujours plus important de faire partie d’un Groupe dans lequel on ne se sent pas être un simple numéro.

                                    .

                                    Ce mode de fonctionnement ressemble peut-être (vu depuis une autre fenêtre que la vôtre) à ce que vous appelez un mode de fonctionnement automatique.

                                    .

                                    Voici quelques bouquins qui m’ont sûrement servi, au fil du temps, à me faire mon point de vue :

                                    L’homme neuronal de Jean Pierre CHANGEUX – Fayard

                                    L’homme de vérité de J-P CHANGEUX – Odile Jacob

                                    Le sentiment même de soi (corps, émotions, conscience) par Antonio DAMASIO – Odile Jacob

                                    L’erreur de Descartes (la raison des émotions) par Antonio DAMASIO – Odile Jacob

                                    A la recherche de la conscience (une enquête neurobiologique) par Cristof KOCH – Odile Jacob


                                  • Jean Keim Jean Keim 22 mars 2021 21:58

                                    @JPCiron

                                    C’est donc ce que vous pensez, sans percevoir (ce qui n’est pas comprendre) que c’est la pensée qui pointe le bout de son nez en premier, c’est observable en effet mais est-ce inéluctable ?


                                  • JPCiron JPCiron 22 mars 2021 23:01

                                    @Jean Keim

                                    Que la pensée apparaisse à un certain moment, cela semble raisonnable.
                                    Mais d’où sortirait-elle ?


                                  • Jean Keim Jean Keim 23 mars 2021 08:25

                                    @JPCiron

                                    D’abord, il n’y a rien de magique dans le mode « intelligence », car contrairement à la magie qui est censée pouvoir être maîtrisée quand ce n’est pas elle qui nous maîtrise, le mode « intelligence » se manifeste sans s’imposer, sans possession et sans aucune possibilité de se l’accaparer, tenter de le faire – donc inévitablement par le penser – chasse inévitablement l’intelligence, d’ailleurs le vocable « mode » ne convient pas parfaitement, un « état d’être » me semble plus approprié.

                                    La pensée en tant que processus s’impose, possède les lieux, et il est vain de « vouloir » s’en débarrasser, la volonté faisant appel à la pensée aucune technique ne le permet, au mieux l’expérimentateur s’abrutit.

                                    Il semble que le cerveau vis-à-vis de l’intelligence soit grossièrement comparable à une télévision, il capte celle-ci s’il est finement accordé sur elle ce qui suppose un certain degré de disponibilité qui crée une ouverture.

                                    La question de savoir d’où vient une pensée est simple, le processus (vous avez également utilisé ce terme) est continuellement alimenté par nos savoirs contenus dans nos (des) mémoires, à l’instar d’un programme qui du plus simple au plus compliqué ne saurait fonctionner sans faire appel à des registres et des mémoires qui peuvent se situer à l’extérieur de la machine, nous les humains n’inventons rien, nous copions...

                                    La pensée est limitée dans le temps et dans l’espace, elle spécule sur le futur en référence au passé et elle est limitée aux contenus des savoirs, c’est un merveilleux outil qu’il convient d’utiliser au mieux dans le domaine du concret, seulement l’abstraction est un labyrinthe dans lequel elle se perd, dans lequel nous nous perdons, la pensée de par sa nature est limitée au connu.

                                    L’ego c’est la pensée, il n’y a pas d’ego sans savoirs, il est capable du meilleurs comme du pire, tout est une question de mode de penser qui se construit au fur et à mesure de notre chemin de vie, rien n’est jamais irrémédiablement figé.


                                  • Jean Keim Jean Keim 23 mars 2021 08:30

                                    Dès les premiers balbutiements de la vie, le monde des adultes impose aux enfants un mode de penser semblable à un moule, c’est dramatique.


                                  • JPCiron JPCiron 23 mars 2021 12:14

                                    @Jean Keim

                                    L’expression ’’semblable à un moule’’ me semble appropriée. Si je reprend votre approche de programme informatique, c’est un formatage. En sortir est un exploit.

                                    C’est d’ailleurs la raison principale pour laquelle, quelle que soit la société, nous choisissons ’’librement’’ d’adhérer aux opinions du groupe dans lequel nous avons grandi. (la plupart du temps)

                                    De nos jours, le formatage vient aussi (et de plus en plus) de l’extérieur du groupe dans/avec lequel on vit. Ce sont les tablettes ’’intuitives’’, les séries TV, les Médias (du fait des informations absentes ET des infos biaisées qui passent), les Réseaux Sociaux, et même les programmes scolaires...
                                    Les adultes perdent effectivement progressivement la main sur les modes de pensées et les convictions des jeunes. Ce qui est aussi dramatique, c’est qu’il n’y a plus d’interlocuteur ’’physique’’ pour ces inputs extérieurs.
                                    .


                                  • Jean Keim Jean Keim 23 mars 2021 13:39

                                    @JPCiron

                                    Tant que nous ne prenons pas conscience (cette expression est bidon, la conscience est devenu un fourre-tout sans consistance)... tant que nous ne percevons pas la nature processuelle et donc mécanique de la pensée, il n’y a pas d’intelligence possible.

                                    Nous devrions être tourneboulé d’apprendre qu’un simple processus auquel nous nous identifions mène le monde, c’est le malin, le tentateur, il dévoie pratiquement chaque vie humaine, il y est fait mention dans quelques passages des Évangiles, et ailleurs bien entendu, mais si peu ; il n’est pas le dieu du mal qui n’existe pas, il est un dysfonctionnement qui nous touche quasiment tous, nous les êtres humains.


                                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 mars 2021 09:51

                                    C’est normal, l’homme actuel marche la tête en bas. Le cul a pris la place du cerveau. L’économique (la merde) a pris la place de la spiritualité. Le souffle divin sort par le bas et le cul se vide par le haut. Etonnez-vous que l’air soit pollué...Il ne reste plus qu’à se mettre en était de lévitation. Vous verrez, Certains y arrivent.....


                                    • JPCiron JPCiron 22 mars 2021 12:12

                                      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                                      Voilà qui ressemble à une très bonne analyse de la situation. Merci
                                      Le Prix Nobel Konrad Lorenz disait comme vous (avec ses propres mots) en 1973. Il soulignait une hypertrophie des besoins de nourriture et de copulation joints à un déclin des instincts sociaux.

                                      Il s’agit d’un des points du prochain Article sur Sapiens.


                                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 mars 2021 13:04

                                      @JPCiron Merci, je désespérais de votre commentaire.... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité