• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Suzette

 

Escorte Gueule Princière ...

 

JPEG

Il est des notoriétés qui doivent leur bonne fortune au hasard ou à la coïncidence. Celle de Suzette est de celle-là tout en portant autour d'elle un parfum de suspicion, d'orgueil et de mystère. Tout ceci n'aurait d'ailleurs aucune importance si têtes couronnées et têtes toquées ne se mêlaient pas à cette sombre histoire qui fit la fortune des gazetiers et des cuisiniers.

Suzette, fort belle dame, n'a sans doute jamais enfilé un tablier de cuisine quand on voit dans quel microcosme elle évolue. L’élégante accompagne le Prince de Galles, habillé, le détail a son importance pour la suite du récit, en pied de poule. Suzette ne serait pas sa cocotte mais en la circonstance, il nous appartient de marcher sur des œufs, nous frôlerions le crime de lèse-majesté.

Le futur Édouard VII pour l'heure n'est encore que le rejeton de la reine Victoria, il peut bien jeter sa gourme en galante compagnie, d'autant plus qu'il est fort loin de son royaume insulaire. Cependant, on se ne refait pas, le couple ou le duo, passe d'agréables moment dans une Principauté. Il n'est pas question de fréquenter n'importe qui n'importe où quand on a le sang bleu.

Dans cette histoire, tout est douteux du reste puisque ladite Suzette ne se prénomme pas ainsi. Suzanne Reichenberg de son vrai nom, se contente de tenir le bras d'Édouard pour se rendre au restaurant du Grand Hôtel de Monte Carlo, une table simple et modeste, vous devez bien vous en douter. C'est donc en toute discrétion que ces deux-là remettent le couvert sur une nappe blanche un soir de Chandeleur.

On ne sait pas si Henri Charpentier, apprenti marmiton de 16 ans, a tenu la chandelle pour faire couleur locale, toujours est-il que bien des années plus tard, le susdit, se rappelant soudainement que faire des crêpes ce jour-là avec une pièce en or, peut rapporter gros, il s'attribua les mérites d'une recette qui retourna complètement l'art de la galette.

Si ce n'est donc pas Henri, c'est certainement le chef en personne, Auguste Escoffier, un grand escogriffe qui se mit en quatre pour honorer son illustre convive. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué pensa-t-il tout en se disant, en cette époque douloureuse pour les monarchies européennes : nous sommes en janvier 1896, il ne serait qu'une juste et douce revanche de faire d'une recette du peuple, un plat d'exception pour le haut du panier.

Ainsi naquit une recette qui au fil des époques se trouva largement transformée. Permettez-moi que je vous livre celle de l'époque afin d'en apprécier la simplicité. Quand un futur roi mange une galette, il ne va tout de même pas se contenter d'une simple crêpe bretonne.

Les ingrédients pour un plat digne d'un roi : 250 g de farine, 3 œufs, 50 cl de lait, 40 g de sucre, 2 cuil. à soupe de curaçao. Beurre de mandarine : 60 g de beurre pommade, 60 g de sucre, jus et zestes de 4 mandarines, 2 cuillères à soupe de curaçao (liqueur bleue à base d’orange amère).

La préparation pour un chef étoilé  : Préparer la pâte à crêpes en versant la farine dans un saladier en argent en faisant un puits au milieu. Casser les œufs au milieu, ajouter le sucre et mélanger en incorporant la farine petit à petit. Ajouter le lait et la liqueur d’orange. La pâte doit être parfaitement lisse et sans grumeau. Laisser reposer 2 heures.

Préparer le beurre de mandarine : mélanger le beurre pommade avec le sucre et la liqueur d’orange, ajouter jus et zestes de mandarine. Mélanger. Cuire les crêpes dans une poêle légèrement graissée qui n'attache pas. Tartiner les crêpes avec le beurre de mandarine, plier en 4 et napper éventuellement avec un peu de beurre. Servir aussitôt !

Le Prince apprécia le dessert et en félicita le chef. Celui-ci, pour l'honorer prétendit qu'il avait conçu cette préparation tout spécialement pour lui et que d'ailleurs, il entendait lui en décerner le mérite en la nommant Crêpe Prince de Galles. Le Prince, flatté certes, se rendit vite compte que la chose risquait fort de tourner à la farce d'autant plus que cette crêpe pouvant être flambée, cela raviverait le vieux conflit historique avec les Français.

Galant homme, Édouard souhaita que sa charmante accompagnatrice (en tout bien tout honneur) hérite de ce présent royal. La Crêpe Suzette était née. Depuis, les recettes évoluent au gré des interprétations des maîtres et maîtresses queux. Le curaçao a laissé la place au Grand Marnier tandis que les crêpes continuent d'être sautées, ce qui ne cesse de me retourner l'esprit.

À contre-emploi.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • hans-de-lunéville 4 février 12:08

    Dommage avec l’article de Desmaretz au dessus, je préfère les crèpes


    • troletbuse troletbuse 4 février 12:40

      Et loi je préfère les gaufres

      Recette pour Suzette  smiley

      https://www.youtube.com/watch?v=92h02Dq_eok


      • Sergio Sergio 4 février 13:18

        Je suis allé dans une crêperie hier, Mélusine parlerait de synchronicité 

        https://4.bp.blogspot.com/-_uDmcLax_Rc/VqnDinOprVI/AAAAAAAAdlo/zjPLSXooNoY/s1600/18Auguste-Escoffier.jpg


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 4 février 13:26

          Faut essayer aussi les crêpes a la bière de ch’nord ...


          • wagos wagos 4 février 13:46

            @Aita Pea Pea

            Oui et sucrées simplement à la vergeoise ...


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 4 février 13:54

            @wagos
            Chez nous on préfère la cassonade , issue de la canne à sucre.


          • Joséphine Joséphine 5 février 00:20

            @Aita Pea Pea

            Comment ? Qu’ouïs-je ? Qu’entends-je ? Des crêpes à la bière ? Là tu m’intéresses. Je suis passionnée par les recettes du terroir français qui sont bon marché, je les archive toutes , j’aimerais entendre ton secret sur les crêpes à la bière. Toi, homme noble du Nord ! Hombre ! 


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 février 00:24

            @Joséphine
            Les crêpes dans ma famille...


          • Joséphine Joséphine 5 février 00:35

            @Aita Pea Pea

            Oui, c’est précisément cela qui m’intéresse, le secret des terroirs des familles françaises, et le ch’nord n’est pas en reste . Sinon moi les crêpes je les préfère salées, champigons, fromage, épinard, j’ai banni toutes formes de sucre il y’a des années, et ce rhume 19 me donne raison. Mon corps aussi me donne raison. 


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 février 01:11

            @Joséphine
            Vais pas te donner aussi le secret des endives jambon au gratin de ma maman. J’ai vu une recette d’un étoilé dernièrement qui virait totalement l’amertume...fuck off


          • Joséphine Joséphine 5 février 01:45

            @Aita Pea Pea

            Oh Deart ! You don’t dare to give me your fucking mother’s recipe of your fluffy beer pancakes ! F...ck me I’m famous ! 


          • Perso de rajouter une boule de glace aux amandes... 


            • Joséphine Joséphine 5 février 00:44

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              Gourmande ! 


            • A Mende et Mandarin font un couple impérial...


              • juluch juluch 4 février 21:34

                Trop bon les crêpes !!

                Les accompagner d’abord avec de la confionte,

                la suivante avec du miel,

                la suivante avec de la chantilly,

                la suivante avec du sirop d’érable,

                la suivante avec du nutella,

                la suivante avec du sucre en poudre......

                ensuite....recommencez la manœuvre jusqu’à épuisement du stock !!!!

                bon appet’ à tous !!!!

                Merci Nabum !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité