• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Tarte à la crème

Tarte à la crème

308Herbert Néry prend la tête du pôle universitaire européen. La nouvelle en soi n’a eu d’autre intérêt que de me rappeler ce qui s’est passé vendredi dernier au tribunal correctionnel de Nancy. Deux membres de l’association Hermaphrodite, une maison d’édition plutôt décalée (rien ne les arrête sur le papier), avaient les honneurs du tribunal correctionnel. Leur délit : des violences volontaires sur ledit Néry. L’université qu’on agresse ?! Halte au feu, les violences en question étaient la dépose - ou le jet, selon les versions - de deux tartes à la crème sur le front et la face du président de l’Université de Nancy 2.
Il faut dire que le brave homme avait eu la bonne idée, le 10 décembre 2003, d’ouvrir officiellement le colloque consacré à la provocation. Philippe Krebs et William Guyot l’ont pris au mot. Au détour d’une citation pédante, selon leurs déclarations, ils se sont levés et ont commis leur entartage, dans les règles de l’art. Quelques rires dans la salle - sans doute nerveux - et ils ont déclaré le colloque ouvert. Moi, je trouve que cela avait de la classe, et en plus cela a donné une publicité inattendue à l’événement.

Mais voilà, deux mois et demi après - sacré délai de réflexion - Herbert Néry a porté plainte. Le parquet a proposé aux deux auteurs une composition pénale, c’est-à-dire une peine définie d’avance, en l’occurrence un travail d’intérêt général. Les deux hommes ont refusé : ils voulaient se défendre devant le tribunal correctionnel, croyant en leur innocence.
Le magistrat n’avait pas le sens de l’humour aussi développé qu’ils le croyaient. J’ai trouvé nos deux provocateurs tout d’un coup très empruntés, dépassés par les conséquences de leur acte. D’autant que les deux amendes de 250 Euros et les 800 Euros de préjudice moral ont porté un ’coût’ à leur porte-monnaie. Je ne tiens pas compte des 12,10 Euros de frais de pressing (le costume).

Nombre de personnes entartées n’avaient pas porté plainte. Mais Nancy 2 est cette université qui n’arrive pas à se trouver un nom et a reculé devant l’idée de s’appeler Louise Michel. Herbert Néry avait hier l’air beaucoup plus à l’aise dans la poignée de main officielle de passation de pouvoir que dans la réception de tarte à la crème. L’Université française a encore du chemin à faire.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires