• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Tout conte fait !

Tout conte fait !

La formule initiale...

« Il était une fois ». Ne faudrait-il pas revoir de fond en comble cette formule liminaire qui fit jadis la gloire des contes et des légendes. Tout d'abord et en premier lieu si j'ose cette redondance essentielle ce « Il » initial devrait faire bondir les tenants de l'écriture inclusive. Pour l'histoire qui va suivre doit-elle débuter par un pronom masculin ? On pourrait alterner, usant tout à tour du Il ou bien du Elle à moins que la neutralité nous impose la prudence et le On qui parait si peu singulier. Il convient donc de changer pour une formule qui apporte de la complexité dans l'indétermination. « Ce qu'il » est incontestablement la forme idoine tout autant que porteuse de mystère.

Le premier pas franchi, la suite s'avère plus complexe. Ce « Était » ne me dit rien qui vaille. Il nous impose un imparfait qui sonne le glas de tout espoir de trouver ce temps merveilleux. Ce passé définitif ne pousse pas à l'optimisme. Il faudrait lui préférer un passé simple même si la simplicité n'est pas de mise dans le monde mirifique. Le mieux encore serait le plus que parfait à moins que l'on tente de changer de mode en modifiant toute la structure. La chose deviendrait sans doute trop complexe, gardons-nous de nous égarer en chemin.

Peut-on envisager un autre verbe après tout. L'éternel conflit entre être et avoir ne devrait pas pointer le bout de son nez dans cet univers. Un verbe d'état alors que bien souvent nous sommes plongés dans des royaumes, des principautés ou des univers factices serait déplacé. Le conte du reste n'est absolument pas subalterne dans l'histoire de l'humanité, il doit se passer aisément d'un auxiliaire pour lui dérouler le tapis volant. Il convient donc d'aller quérir un verbe qui lui ouvre toutes les portes du possible.

Éliminons d'entrée de jeu ceux du premier groupe, trop communs et d'emploi si aisé que le discoureur ne risque pas de commettre faute de conjugaison. La recherche de la virtuosité impose le troisième groupe avec si possible un bon préfixe pour se différencier d'un radical trop banal. C'est ainsi que « Advenir » a ma préférence tandis que d'autres peuvent lui préférer « survenir ».

Faire l'article apparaît quelque peu déplacé pour le conteur. Surtout que défini, il sonne faux dans cet univers hypothétique. Osons l'article démonstratif, il pointe précisément que le monde virtuel qui s'ouvre devant l'auditeur a toutes les chances de se concrétiser, l'espace d'un récit qui lui fera perdre pied avec sa sordide réalité.

Passons à la formule finale, cette fois qui se multiplie à l'infini des versions. Le mot à l'incontestable défaut de disposer d'homonymes qui créent aisément la confusion. De l'organe à la croyance, de la peur à la ville, le risque est grand de perdre en chemin le pèlerin des mots. Il faut trouver vocable plus fédérateur, échappant à tout risque d'appropriation. Demeurera une fois encore le problème du genre qu'un adverbe, supplantant un nom particulièrement commun, remplacera surtout s'il s'inscrit dans le temps qui passe.

Au bout de cette réflexion essentielle à mes yeux quoique totalement dérisoire pour le commun des mortels, je pense que débuter un conte par « Il était une fois » ne devrait plus être ma manière. J'ai au bout de ce raisonnement particulièrement spécieux, le désir de changer la donne, de m'autoriser nouvelle hérésie. Puis à bien y réfléchir, il est apparu nécessaire de complexifier la chose, de lui ajouter deux prépositions dont l'une fleure bon un lointain mystérieux et mythique.

C'est fort de tout ce raisonnement abracadabrantesque que j'opte pour cette formule, laissant tout loisir à mes collègues de prendre d'autres voies pour entrer en imaginaire.

Ce qu'il advint en cet avant au-delà d'auparavant…

Documents joints à cet article

Tout conte fait !

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Il était une fois. Et on se moque des belges... Je me souviens avoir traversé les Gorge de Samaria en apprenant un peu le grec...et sans chaussette, ni la chaise porteuse de l’archi-duchesse. Coq a nid haut, pie a nid pas. Cela ne colle pas mais sonne bien. Les Trompes-oreilles (pas celles d’Eustache,...). A Boby Lapointe : https://www.youtube.com/watch?v=a7P8dcPsfyE


    • C'est Nabum C’est Nabum 26 juin 15:43

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Je ne me moque que de moi-même


    • Mais qu’est-ce que ma mère voulait dire quand elle répétait en riant : Coq a nid haut, pie a nid bas. Elle avait compris comment me faire rire et manger ma soupe


      • C'est Nabum C’est Nabum 26 juin 15:43

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        et c’est ainsi que vous grandîtes


      • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 26 juin 15:14

        Bonjour Nabum.

        Voilà une idée aussi iconoclaste et perverse que celle qui a amené à dire la messe en français plutôt qu’en latin. Il ne faut pas jouer avec les formules magiques, sinon vous ne transformerez jamais le plomb en or, et la pierre philosophale vous rester aussi inaccessible que le Graal lui-même.

        Même si les deux mots ont la même origine que le « computer » anglophone, à savoir le calcul (computus en latin), l’un consistant à énumérer et l’autre à dénombrer, le conte et le compte ont divergé q dès qu’il s’est agi de taxer les résultats de l’u et de l’autre. Sinon, on pourrait commencer les narrations de ces fables et historiettes par : « vous trouverez ci-joint le bilan de l’activité de votre micro-entrepris pour l’exercice de l’année précédente ».

        Ça manquerait de magie et de charme, non ?

        Pour les anglophones, « once upon a time » est une formule aussi puissante que l’ »abracadabra » auquel vous faites allusion ou que le « Spero Patronum » d’Harry Potter pour faire surgir l’autre monde.

        D’ailleurs, il faudrait peut-être protéger la magie du conte en déposant à l’INPFM (institut national de protection des formules magiques) une graphie définitive pour la sésame du rêve : « ilététunefoi ».


        • C'est Nabum C’est Nabum 26 juin 15:44

          @Séraphin Lampion

          J’irai tout droit en envers


        • juluch juluch 26 juin 21:08

          Il etait une fois un bonimenteur......ne changez rien !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité