• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Webgéographie du Maghreb : obsédés sexuels ou pirates ?

Webgéographie du Maghreb : obsédés sexuels ou pirates ?

Dans son dernier numéro, l’excellent périodique marocain Le Journal hebdomadaire publie un billet dont nous devrions pouvoir nous régaler pour égayer cette morne rentrée, pris en otage comme nous le sommes par le Sarkoségo-Circus et les cartables gadgétisés des bambins qui ont envahi les trottoirs. Habitué à mettre le doigt là où ça fait mal, avec un humour des plus décapants, l’excellent journaliste Yassine Zizi raconte ses explorations estivales sur la toile marocaine et sur le site Google http://www.google.com/trends. Site qui comptabilise par pays et par ville les mots d’entrée les plus recherchés, à travers le monde. Politique, culture, monuments, sites naturels, santé, drogue, terrorisme, tourisme... la matière première est inépuisable, et elle a de quoi intéresser pas mal de sociologues.

S’il est instructif de prendre connaissance des résultats de ces recherches, il est plus intéressant encore de goûter la subtilité avec laquelle l’auteur de ce billet, toujours bien inspiré, les commente. Laissons-nous donc guider par cet homme d’esprit, et entreprenons avec lui un bref séjour en webgéographie maghrébine. La balade vaut largement un séjour en thalassothérapie à Essaouira, ou une visite en calèche sur la place Jamaâ al F’na de Marrakech. Que Yassine Zizi ne m’en veuille pas de citer un aussi long passage de son texte. Les lecteurs d’AgoraVox seront certainement sensibles à son talent. Et de même qu’on ne coupe pas une chanson avant la dernière note, le passage retenu est trop bien ciselé pour être charcuté.

Que dit-il : « Tapez par exemple le mot »sexe« , et si vous cherchez par région, vous aurez l’Algérie qui vient en premier, suivie du Maroc. La France ne vient qu’en troisième position sachant qu’elle compte pourtant dix, vingt ou trente fois plus d’internautes que nous. Tapez maintenant le mot »porno« . Maroc, troisième position après le Pérou et la Turquie. Pour le mot »pédophilie« , nous sommes encore à la deuxième place après nos amis les Algériens. Pour le mot »amour« , nous sommes médaille d’or, pour le mot »salope« on est quatrième, pour »pute« toujours deuxième après nos amis les Algériens, pour »mariage« pareil, deuxième place après l’Algérie et pour le mot MSN, le Maroc est le numéro un mondial. J’ai également essayé le mot »manger« . Les premiers sont les Egyptiens et nous, on vient juste après. Par contre, et c’est une fierté pour nous, nous sommes classés premiers quand on tape »voler« . Pareil quand on cherche »piratage« et cette fois-ci, ce sont nos amis les Algériens qui viennent après. Na ! Mais les Marocains ne peuvent pas s’intéresser qu’à ça, me suis-je dit. Alors j’ai cherché des mots comme »éducation« . Voici les résultats du tableau : Pakistan premier, suivi de l’Inde, des Philippines, de la Nouvelle-Zélande, de l’Irlande, de l’Afrique du Sud, de l’Australie, des Etats-Unis, de Singapour et de la Grande-Bretagne. Le Maroc et nos amis les Algériens, walou, ils ont disparu, plus aucune trace ! J’ai tapé »culture« , même chose, pas de trace de nous sur les dix pays listés. Plus de place pour lister d’autres mots, mais amusez-vous chez vous et essayez des mots comme »études« , »islam« , »vacances« , » joie de vivre« , ou »tourisme sexuel« . - Fin de citation. Ajoutons que pour »homosexualité" la France est, si je puis dire, coincée entre l’Algérie et le Maroc.

Inutile d’essayer de s’immiscer dans ce petit chef-d’oeuvre de littérature engagée et dégagée de toute langue de bois de tuya. Suivons plutôt le conseil de l’auteur et allons jeter un coup d’oeil sur Google aux rubriques mentionnées et à d’autres.

Voyons l’entrée : « islam ». Le Maroc coiffe l’Algérie d’une tête, mais les deux pays du Maghreb se font distancer nettement par l’Indonésie, le Pakistan et la Malaisie. Le terme « musulman » semble particulièrement en vogue au Sénégal qui l’emporte, avec plusieurs longueurs, devant l’Algérie, le Maroc et la France. Notons que le terme « religion » n’intéresse pas grand monde au Maghreb, et plus généralement dans les pays à forte population musulmane. On dirait que ce mot n’existe pas. « Juif » fait un tabac en Algérie, en France et au Maroc. « Chrétien » semble être une exclusivité de l’Afrique noire. « Israël » est tabou dans le monde musulman : circulez, y a rien à voir ! Pour se distraire, on peut apprécier au passage l’excellente place de l’Inde en « architecture ». Ce pays truste les quatre premières places des villes qui s’intéressent au sujet. Mais faut-il s’inquiéter de constater qu’à la rubrique « aviation », ce sont les Emirats arabes unis qui arrivent en tête de liste...

Passons à d’autres rubriques qui, est-ce utile de le préciser, n’ont rien à voir avec les précédentes, si ce n’est qu’elles occupent l’actualité de façon parfois concomitante. Le Maghreb n’a pas à rougir pour ce qui est du « terrorisme ». Certaines cités de nos chères banlieues non plus, et cette indication résume à elle seule l’actualité et les préoccupations qui les ont secouées, ces derniers mois : Rosny-Sous-Bois, Aubervilliers, Ste-Geneviève-Des-Bois, Puteaux, Franconville, Fontenay-sous-Bois, Boulogne-Billancourt, figurent en bonne place... D’ailleurs, en ce qui concerne « explosif », la France est toujours dans le trio de tête, entre l’Algérie et le Maroc. Idem pour « bombe ». Parmi les autres populations intéressées par ces joyeusetés, on trouve les Belges, les Suisses, les Anglais, les Hollandais et les Allemands. A noter que les Norvégiens montrent aussi le bout de leur nez. Le terme « attentat » est particulièrement prisé en Algérie, au Maroc et en France. La Belgique s’y intéresse aussi, de même que la Suisse.

Bien sûr, ces considérations peuvent sembler anecdotiques, d’autant que ces classements sont établis au moyen de données « normalisées » par Google selon des critères qu’il serait intéressant de connaître. Ils n’ont évidemment pas valeur d’étalonnage de population.

Revenons-en alors à Yassine Zizi. Dans le même billet, il raconte une semaine passée à traîner sur le chat de Paltack Maroc où, selon ses dires, il n’a visité « que les salons marocains ». Sa conclusion : « Paltalk Maroc se divise en trois catégories : sexe, insultes et piratage informatique ». Dans la catégorie « Insultes », il mentionne des salons spécialisés : « Salon insulter les Egyptiens », « Salon insulter les pays du Golfe », « Salon insultes entre Rajaouis et Wydadis » (équipes de foot locales) et « Salon insulter tout individu qui passe par là ». Ce qui n’est pas sans rappeler le comportement de certains intervenants sur AgoraVox. Concernant le piratage informatique, il constate que « la plupart des discussions tournent autour de TPS ou du piratage des cartes bancaires », mais que les internautes marocains sont surtout passionnés par un nouveau jeu qui consiste à « craquer les mots de passe de MSN ou de Yahoo », grâce à des logiciels espions qui leur permettent d’asservir à leurs fantasmes n’importe quel ordinateur. Ainsi, tous ceux qui, faute de visa, ne peuvent aller vivre ailleurs leur jeunesse, passent désormais le plus clair de leur temps à jouer, dans leur chambre ou au cyber, à se croire les nouveaux Maîtres du monde, en s’espionnant les uns les autres ou en usurpant des identités de Don Juan ou de nababs.

Salé, Alger, La Goulette... Ces villes encore tapies dans notre imaginaire romanesque redeviendront-elles bientôt les capitales de la piraterie qu’elles ont été durant quelques siècles ? Une piraterie informatique qui commence à donner des résultats mirobolants dans notre monde hyperentoilé. La presse marocaine a rapporté qu’un jeune prodige local de treize ans aurait réussi à pénétrer au coeur du Pentagone. Heureusement qu’il n’en a pas profité pour donner l’ordre d’envoyer une demi-douzaine de 747 bourrés de passagers triés sur le volet, un 11 septembre quelconque, sur la mosquée du Vendredi, à Ispahan... Les partisans acharnés de la complotite ne se seraient pas privés de hurler qu’ils nous l’avaient bien dit.

Patrick Adam


Moyenne des avis sur cet article :  4.07/5   (176 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • Antoine Diederick (---.---.217.243) 6 septembre 2006 12:58

    Wouarfff, excellent.... !!!


    • Marsupilami (---.---.227.240) 6 septembre 2006 13:18

    • (---.---.101.8) 6 septembre 2006 14:23

      « Ce qui n’est pas sans rappeler le comportement de certains intervenants sur Agoravox »

      Mort de rire :)


      • julialix (---.---.31.210) 6 septembre 2006 14:55

        Et oui c’est bon de pouvoir s’exprimer en instantanné avec des gens intéressé par le meme sujet que soi.

        Alors un peu de retenu dans ses paroles serait plus approprié. De plus l’ humour, la dérision ou le sarcasme sont des outils ou des armes que l’on peut aiguiser et manier à sa guise et qui dénotent plus d’intelligences et d’à propos que de banales insultes.

        Pour mémoire rappelez- vous les temps pas si lointains où n’existait que son téléphone fixe avec parfois répondeur que l’on ne pouvait consulter que le soir.

        Ou bien pensez à la rapidité et le nombre infini de co-échangeurs d’idées que sont « la toile » par rapport au couriers des lecteurs des hebdomadaires.

        Bien à vous


      • faxtronic faxtronic 6 septembre 2006 15:58

        Rigolo mais un peu debile. Il y a truc qui m’etonne. Tu utilise des mots de recherche francais comme vacances et de mots anglais comme culture ou education. Evidemment tu vas tomber sur des anglophone a culture et education. Tape maintenant ordinateur, et tu verra aucun pays anglo-saxon (quoi, il n’y a pas d’ordinateur aux USA), oui il y en a pas, il y a des computer (quoi, il y a pas de computer en France) ???

        Un peu debile comme enquete


        • (---.---.52.252) 6 septembre 2006 16:12

          L’idée de départ est amusante, mais comme le précise Faxtronic, ce sont des mots en français.

          Faites la même recherche avec les mots en anglais, ou même en chinois et là ça changera pas mal de trucs,

          bien que le net chinois soit un peut bridé si je peux dire .....


          • Guil (---.---.170.165) 6 septembre 2006 17:04

            Notons que ce journaliste Yassine Zizi doit se sentir célèbre en son pays : lorsqu’on essaie avec son nom de famille, le Maroc apparaît en tête juste devant la France smiley


            • (---.---.83.166) 6 septembre 2006 19:06

              Essayez le mot « cannabis » pour voir... c’est assez flagrant...


              • faxtronic (---.---.183.158) 6 septembre 2006 19:48

                C’est toujours le meme probleme. Si tu utilise des mots francais, tu tombe sur des pays francophone. Si tu utilise des mots anglais du tombe sur de pays anglais, etc...

                si tu a essaye cannabis essaye donc

                marijuana

                hashish

                et tu verras le resultat


              • mowglii (---.---.64.89) 6 septembre 2006 20:11

                tres instructif ; plus on bride les instincts, plus on erige des barrières, plus on lance des fatwas, plus on cache la peau ; plus grande estl’envie de braver l’interdit ....


                • (---.---.84.94) 6 septembre 2006 20:31

                  la haine que tu porte envers l’afrique du nord qui se dégage de tes différents articles, je suis sûr que tu gagneras une place de choix dans les salons de l’insulte dont le journal marocain a parlé smiley


                  • Herodote (---.---.246.119) 7 septembre 2006 03:55

                    Je rejoins les remarques concernant l’effet sur les statistiques de la langue utilisée. L’article semble faire croire que les pays du maghreb sont numéro 1 dans tout ce qui aurait trait au sexe et au piratage et qu’ils seraient inexistants dans tout ce qui concerne la culture et l’éducation (qui ont le meme sens en anglais). Si vous essayez des mots comme informatique, mathématiques, physique, ecrivain, philosophe, artiste, les pays du maghreb sont également en tête ...


                    • reminder 7 septembre 2006 04:54

                      c’est vrai ça cette enquête de journaliste est amusante mais manque de rigueur !


                    • wrisya (---.---.231.251) 7 septembre 2006 06:56

                      Bonjour à tous,

                      Pour ceux que cela intéresse de retrouver l’article dans son contexte « originel », voici le lien : http://www.lejournal-hebdo.com/article.php3?id_article=8982


                      • Patrick Adam Patrick Adam 7 septembre 2006 09:50

                        @ aux commentateurs qui se croient toujours plus malins que les autres

                        Ce qui me semble intéressant dans l’article de Yassine Zizi (merci à Wrisia d’avoir mentionné le site du Journal Hebdo pour lequel il travaille), c’est qu’il a été écrit par un Marocain, fin d’esprit et qui jette un regard lucide sur la société dans laquelle il vit. Je pense qu’il n’est pas débile au point de ne pas avoir remarqué que la plupart des mots qu’il a mentionnés faisaient partie du vocabulaire français et non anglais.

                        Et moi aussi par la même occasion (cf. le § de mont texte : « Bien sûr, ces considérations peuvent sembler anecdotiques, d’autant que ces classements sont établis au moyen de données »normalisées« par Google selon des critères qu’il serait intéressant de connaître. Ils n’ont évidemment pas valeur d’étalonnage de population. » C’est extraordinaire cette propention de nombreux intervenants de toujours se croire plus malins que les autres...

                        A noter que si un Européen s’était permis un tel papier, il aurait été traité d’être le plus immonde des racistes...

                        Comme il le dit lui-même, Yassine Zizi s’est fait une idée sur le sujet en tenant compte que la France doit avoir un parc de PC dix fois plus important que n’importe quel pays du Maghreb, et même qu’eux tous réunis. Je recommande donc à tous les touristes du verbe, de profiter d’un séjour Fram ou Club Med au Maroc pour aller passer une heure ou deux dans un cyber, en observant les jeunes Marocains (et les moins jeunes - garçons et filles confondus) qui entrent en contact avec des étrangers (âge ou pays indifférent) dans le seul but de quitter le pays en leur promettant tout ce que le Coran promet à ceux qui atteindront le paradis.

                        Aucun contrôle n’est exercé dans les cybers et l’on y voit souvent des groupes de très jeunes enfants (8 à 12 ans) s’agglutiner autour d’un poste pour visionner des films porno des plus hardssous l’oeilindifférent des responsables qui ne les font partir que pour des raisons de « rentabilité » c’est à dire quand il faut leur libérer un poste pour un autre client.

                        Patrick Adam


                        • Herodote (---.---.246.119) 7 septembre 2006 10:25

                          « A noter que si un Européen s’était permis un tel papier, il aurait été traité d’être le plus immonde des racistes... » C’est ce qu’on appelle une lapalissade. Ben oui car ça aurait insuffler des contre vérités sur le maghreb basée d’une enquête pas très rigoureuse. Si c’est un marocain qui en est l’auteur ça s’appelle de l’auto-dérision, de l’humour mais en aucun il ne s’agirait de racisme. Par définition on ne peut pas être juif et antisémite pas plus que marocain et anti-maghrébin ...

                          Je tiens à m’excuser au nom de tout ceux qui ont relevé les quelques incohérences de l’article. Désolé à l’avenir on évitera de se prendre pour « des petits malins »


                        • (---.---.165.134) 7 septembre 2006 11:51

                          Article trés interessant sous plusieurs angles. Voici la page origine sur le site de Zizi avec des commentaires hilarants.

                           smiley


                          • (---.---.180.214) 7 septembre 2006 12:39

                            Tiens tiens, j’avais répondu à notre auteur le 6/09 vers 14h30 de suite après marsupilami, je ne retrouve pas mon écrit, bizarre non ? On sélectionne donc les commentaires sur Agora, qui est-ce ce on ? n’est-ce pas de la censure ? citoyen vous disiez ?

                            Mon commentaire présentait le Maroc comme étant la Thailande des pays musulmans, faute à son pouvoir bien entendu et non à sa population. L’auteur de l’article, tristement célèbre pour son anti-arabisme, n’échappait pas à une volée de bois vert également !


                            • Hakim (---.---.100.107) 7 septembre 2006 13:09

                              Sur paltalk maroc notre ami a oublier de mentionner les rooms des islamistes qui vehiculent tres bien leur message via ces room de chat.


                              • Patrick Adam Patrick Adam 7 septembre 2006 19:02

                                @ Herodote de Lapasilissequeça

                                Qui a parlé d’enquête ? Savez-vous faire la différence entre un « billet », car c’est ainsi que j’ai présenté le texte de Yassine Zizi, et une « enquête » journaliste ? A première vue, pas tant que ça... Herodote doit se retourner dans sa tombe. Heureusement il ne connaissait pas Internet. Donc me coulant dans le moule choisi par l’auteur que j’ai intitulé « webgéographie » pour une invitation au voyage, ma réflexion sur le racisme induit n’en est que plus juste. Je n’aurais pu écrire ce texte sans mentionner celui du périodique marocain sous peine de me voir honnir par tous les bien-pensants, et vous avec peut-être. Vous avez donc tout faux. Je ne suis ni raciste ni enquêteur. Relisez vos classiques.

                                Patrick Adam


                                • jerome (---.---.129.90) 7 septembre 2006 19:14

                                  @ P.Adam : bien dit ! Je m’étonne toujours de la mauvaise foi de certains ... ou alors c’est de la faute de l’Educ-Nat.qui ne leur a pas appris à lire le Français correctement ??


                                  • (---.---.215.93) 7 septembre 2006 19:58

                                    bof, de tout temps, tout ce qui tourne autour du sexe (pr ne prendre que cet exemple) et son assouvissement n’a cessé d’évoluer dans toutes les sociétés humaines sans toutefois jamais atteindre ce degré d’industrialisation. Alors que les jeunes Maghrébins utilisent le Net pour y plonger quoi de plus normal, eux qui vivent dans des sociétés moins permissives que les notres.

                                    le porno est une industrie qui rapporte13 milliards d’euros/an et il existe quelques 100 millions de sites sur le sexe. Je n’ose pas croire que c’est pour le seul plaisir des jeunes Maghrébins que ces philantrophiques « webmasters » oeuvrent.

                                    Pour le reste, j’ai compris le billet de Zizi. Moins le votre, du moins jusqu’à la conclusion. et j’espère que vous accepterez au moins l’idée qu’on est toujours mieux defendu par les siens. En conlusion, vous dérivez comme toujours en vous posant en arbitre face àux dérives imaginaires des hommes pourtant façonnées depuis l’aube de l’humanité, surtout quand il s’agit des arabes. Vos analyses sont, somme toute, très artificielles car vous continuez à partagez tous les poncifs traditionnels quand il s’agit de penser la pensée arabo musulmane.

                                    Votre plus grande erreur dans tous vos articles est d’essayer de calquer votre propre culture sur une autre que vous cotoyez sans comprendre. En épicier.


                                    • wrisya (---.---.1.82) 7 septembre 2006 20:11

                                      Bonsoir,

                                      Il serait intéressant d’avoir justement ce genre de chiffres mais sur tous les sujets (politique, religion, société, international, économie, école, famille...) afin d’apprécier justement dans quelle mesure les termes ayant trait à la sexualité et ses dérivés ont une place prépondérante ou non proportionnellement aux thèmes récurrents. Je pense que le répertoire dudit journaliste visait surtout à pointer les récurrences de ce terme dans un salon internétique précis et non pas « en général ». Il aurait été intéressant de saisir combien cela représente en termes d’internautes (par rapport à l’ensemble des sites du même genre, du nombre d’internautes dans le pays) ainsi la vision aurait été plus précise sur la réalité du terrain... Mais ce genre d’études doit être compliqué à réaliser je pense...


                                      • Patrick Adam Patrick Adam 7 septembre 2006 22:41

                                        @ IP:xxx.x6.215.93 anonyme grossiste

                                        Car si je suis « épicier » vous êtes un grossiste grossier et usurier (dans la chaine de la distribution ce sont toujours les grossistes qui s’enrichissent sur le dos tant des producteurs que des détaillants). Montrez-donc le bout de votre museau et dites nous à qui nous avons affaire et quelles sont les références que vous pouvez nous présenter pour vous permettre de juger les gens sur la perception qu’ils ont de qu’ils vivent.

                                        D’autant que votre analyse est à côté de la plaque. Vous croyez que j’ai écrit un texte sur le porno ? J’ai voulu donner un peu d’écho à un texte que j’avais trouvé remarquable. Et je suis heureux d’avoir donné l’envie de le lire à plusieurs dizaines d’intervenants qu je suis sûr n’avaient jamais rien lu de tel. Ca ne va pas plus loin. J’y ai ajouté une touche personnelle, car je ne me contente jamais de faire du copier-coller. Le texte de Yassine Zizi parle de sexe, il parle aussi d’insultes et de piratage. Vous semblez ne pas l’avoir vu ou ne pas l’avoir compris...

                                        Quant à « me poser en arbitre » de quoi que ce soit je n’ai jamais entendu une telle ineptie. Arbitre de quoi ? Je donne un point de vue, je fais un compte-rendu d’observations. Ce que je perçois de la « pensée arabo-musulmane » je l’ai forgé sur le terrain et en mettant la main à la patte. Il n’est pas sûr que vous puissiez en dire autant.

                                        J’espère qu’un jour vous serez capable de réaliser qu’entre « comprendre » et « accepter » il y a un monde.

                                        Patrick Adam


                                        • Patrick Adam Patrick Adam 7 septembre 2006 22:52

                                          Bonsoir Wrysia

                                          Bien sûr, il pourrait être intéressant de faire un jour une étude scientifique à partir de telles données. Mais je pense que ce n’était pas le but de Yassine Zizi qui officie avec un immense talent dans l’art d’attiser les démangeaisons. Quant à moi, j’ai avant tout cherché à donner un peu d’écho à un texte plein d’esprit et qui dépeint très bien une réalité qui n’est jamais décrite. J’ai donc emprunté ses mots pour inviter à un voyage que peu de gens ont entrepris quand ils visitent un pays du Maghreb. Bien sûr, ça dérange les grincheux habituels (pas vous je m’empresse de le dire) qui se sentent mal à l’aise dès qu’on pointe du doigt certains travers de ces pays et de leur culture. Mais il y a longtemps que j’en ai pris mon parti. Leurs invectives n’apportent rien au débat.

                                          Bien à vous. Patrick Adam


                                        • (---.---.170.68) 7 septembre 2006 23:02

                                          Et encore un bon article. Merci Patrick...


                                          • Dominique (---.---.184.109) 8 septembre 2006 09:19

                                            Merci pour cet article et certains des commentaires, hilarant et, une fois encore, instructif !

                                            Par ailleurs et en réponse à de nombreux commentateurs qui stigmatisent systématiquement le racisme ou l’anti-arabisme de P. Adam : je viens de lire tous ses articles, il y a peu de types qui aiment plus le Maroc en particulier et l’Afrique en général, que lui ! Sans racisme ou condesendance, aucune bien pensance chez Adam et une bonne dose d’érudition vivante en plus, ça fait du bien.


                                            • Wrisya (---.---.231.251) 8 septembre 2006 09:24

                                              Bonjour Patrick Adam, La religion a-t-elle véritablement une dimension castratrice dans la population marocaine et surtout auprès des jeunes ? Celle-ci me paraît vraiment moderne et très occidentalisée. Les partis religieux ont-ils vraiment une action forte et active visant à censurer ou « surveiller » les moeurs de la population, notamment les jeunes en les culpabilisant ou en leur faisant « peur » ou bien s’agit-il surtout pour ces jeunes d’assumer leurs plaisirs loin de tout jugement sociétal ? Au Sénégal, pays musulman, les religieux n’ont vraiment aucun poids sur la population : ils sont mêmes très souvent décriés, écoutés par une minorité (souvent les générations des parents) mais les jeunes n’éprouvent pas tant les interdits religieux que ceux de la société traditionnaliste. D’ailleurs, en m’y rendant, je me rends compte à quel point les nanas sont là-bas bcp plus libres que certaines ici...

                                              Cdt


                                              • Patrick Adam Patrick Adam 8 septembre 2006 11:31

                                                @ Dominique

                                                Merci pour ce commentaire généreux. Comme vous, je trouve que la pire des attitudes que l’on puisse avoir envers le Maghreb ou plus généralement l’Afrique est la condescendance avec laquelle la plupart de nos « intellectuels » abordent ce continent comme s’ils avaient peur de marcher sur des oeufs. Je considère quant à moi que les Africains sont aptes comme tout un chacun à aborder à bras le corps tous les problèmes qui les concerne. Les déresponsabiliser systématiquement est aussi stupide que contreproductif. Bien à vous. Patrick Adam


                                                • Patrick Adam Patrick Adam 8 septembre 2006 11:43

                                                  @ hakim

                                                  Pour ce qui est des salons islamistes, je pense que Yassine Zizi n’a pas voulu aborder le sujet qui mériterait un développement à lui seul, d’autant que vous l’avez sans doute remarqué mais son billet relevait d’une forme d’humour particulièrement affinée, et l’humour ce n’est pas encore « commode » à utiliser au Maroc (ou dans un autre pays musulman) quand on parle de religion...

                                                  Ce qui n’est pas pareil dans la rue. Beaucoup de Marocains aiment à plaisanter sur les barbus et les « 33 tours » coiffés d’un turban qui ressemble à la tour de Babel, mais chut... ça doit rester entre nous. Patrick Adam


                                                  • Patrick Adam Patrick Adam 8 septembre 2006 12:07

                                                    @ wrisya

                                                    Votre interrogation « La religion a-t-elle véritablement une dimension castratrice dans la population marocaine et surtout auprès des jeunes ? » est pertinente. Elle m’amène deux réflexions :

                                                    - la première concerne une frange d’une jeunesse frustrée qui est de plus en plus tentée par un retour aux valeurs ancestrales, car ices jeunes (garçons et filles confondus) savent (de part leurs conditions difficiles d’existence) qu’ils ne goûteront pas de sitôt au style de vie plus « développé » que connaît l’Occident depuis des siècles. Je mets volontairement des guillements au terme développé car ouvrir le débat sur un tel sujet nous amènerait trop loin.

                                                    A noter que ce ne sont pas seulement les jeunes délaissés qui se tournent vers ces différents formes d’islam intégriste, mais une bonne part de la bourgeoisie soucieuse de conserver ses privilèges. Je pense du reste que c’est elle qui entrave le plus un réel décollage du pays. (C’est aexactement ce qui s’est passé dans l’Iran de l’avant Khomeïny...)

                                                    - la seconde rejoint la conversation que nous avons eu sur un autre fil et qui concerne l’attitude de bon nombre de musulmans mâles (les femmes n’ont pas droit au même traitement) par rapport à leur façon d’aborder la vie : c’est à dire la possibilité qu’ils ont de pouvoir jouir d’une certaine liberté (voire d’une liberté certaine) durant une bonne partie de leur jeunesse et des premières années de leur maturité, mais avec une « remise à niveau » aux normes ancestrales quand la date limite de consommation est dépassée...

                                                    Alors oui, dans ces deux cas, la religion semble être en cause car elle maintient un système de traditions ancestrales auxquelles, tôt ou tard, il convient de se plier au risque de se voir exclu de la communauté en cas de refus. Un célibataire de 50 ans, a peu de chance de « survivre » dans un village ou une petite ville. j’ai pris un jour en stop en Algérie un jeune professeur de 30 ans qui s’est mis à pleurer dans ma voiture parce que sa famille allait le marier de force qu’il n’en avait aucune envie car il passait son temps à lire et il savait qu’il ne pourrait plus goûter à son plaisir (et peut-être aussi à d’autres).

                                                    Une femme sans enfants se voit dotée (avec ou sans son consentement) des enfants d’une soeur, d’une belle soeur , d’une tante ou d’une cousine pour rentrer dans ces fameuses « normes » familiales et claniques... Là aussi, les exemples seraient trop nombreux, tous à mettre en parallèle avec des recommandations édictées par la religion et passées au fil du temps dans le « domaine public » de la tradition.

                                                    Je ne connais pas la situation au Sénégal, mais au Maroc, les mouvements islamistes tentent de faire interdire tous les festivals dasous prétexrte qu’ils diffusent une culture contraire à celle qui est enseignée dans l’islam et qu’ils promeuvent la débauche. Le gouvernement et la société civile résistent tant qu’ils le peuvent, mais jusqu’à quand le pourront-ils... On aura unepremière réponse en 2007.

                                                    Bien à vous. Patrick Adam


                                                  • Wrisya (---.---.231.251) 8 septembre 2006 13:22

                                                    Merci pour cette réponse très précise. Vous dîtes « Alors oui, dans ces deux cas, la religion semble être en cause car elle maintient un système de traditions ancestrales auxquelles, tôt ou tard, il convient de se plier au risque de se voir exclu de la communauté en cas de refus. » Je crois justement que la différence avec le Sénégal par exemple, c’est que l’islam n’est pas du tout vécu de la même façon : j’veux dire vraiment pas. Au Sénégal, la pratique de l’islam est vraiment « light » comparé à d’autres pays du Maghreb : les religieux sont très minoritaires, et peu écoutés vraiment par les jeunes. Par exemple, vous verrez très peu de femmes voilées au Sénégal, beaucoup de gens ne pratiquent que peu leur religion (qui sert surtout souvent à se réclamer d’une identité) les gens vont pratiquer le pilier du Ramadan en masse, mais c’est tout. De plus, au Sénégal il existe aussi beaucoup de confréries, les plus connues sont les Mourides et la Tidianiya, et les gens adhèrent souvent bien plus à ces « courants » religieux donc ils ont chacun leur perception sur la femme et l’homme, leurs rapports.

                                                    Par exemple, vous verrez chez certains Mourides les femmes participer à des séances de dhikr avec les hommes, ce qui ne se fait pas du tout dans les autres confréries en général. Au Sénégal, les filles sont très coquettes et s’il est vrai que le poids des traditions amènent certainement les familles et parents à considérer qu’elles doivent absolument rester chastes à vie et ne pas trop se montrer, beaucoup ferment les yeux sur la réalité : les nanas n’ont vraiment pas froid aux yeux. Je crois justement que ce qui est intéressant, c’est le fait que les gens confondent tradition/religion : Au Sénégal, les gens continuent d’avoir des pratiques issu de leur tradition animiste notamment, qui sont parfois justement même contradictoires avec l’esprit de l’islam mais ils agissent tel car pour eux, il ne saurait y avoir de division entre les deux. La tradition prend d’ailleurs très souvent le pas sur l’islam : Au Sénégal, les femmes savent être parfois très indépendantes et les jeunes filles s’amusent comme les hommes,, mais c’est bien entendu « en cachette » pour certaines parfois même pas d’ailleurs. Il existe aussi une dimension traditionnelle très ancrée -et très hypocrite- qui agit fortement sur le comportement de la société. Dans ce cas, la dimension religieuse est vraiment très succinte... Elle n’apparaît surtout que comme un prétexte à faire la moral au sein même de la société.

                                                    Cdt


                                                    • Marsupilami (---.---.244.32) 8 septembre 2006 14:03

                                                      Le Sénégal est un pays noir et majoritairement soufiste, donc pour ces deux raisons plus cool au niveau du sexe (de préférence hétérosexuel) et des mœurs. Ceci explique en partie cela.

                                                      Par ailleurs il y a la religion, et ce qu’elle devient quand elle se fossilise en « traditions culturelles ». Si les sexualités françaises brimées par le catholicisme avaient pu s’exprimer sur Internet au début du XXe siècle, elles auraient donné à peu près les mêmes résultats que les pays musulmans aujourd’hui.

                                                      Mais heureusement en Occident post-chrétien, vu que nous avons mis la religion à sa place, nous pouvons baiser ou ne pas baiser qui nous voulons et quand nous voulons sans nous soucier de ce qu’en pensent les religieux (en passant, la pédophilie est aussi courante dans les madrasas que chez les curés, mais il y a plus d’actes de pédophilie dans les madrasas que chez les curés, vu qu’il y a de plus en plus de madrasas et de moins de curés, CQFD).

                                                      Je souhaite fraternellement à tous les musulmans et autres croyants-en-dieu de la Terre de se libérer de leur religion et de vivre leur sexualité comme ils l’entendent entre adultes consentants.


                                                    • wrisya (---.---.231.251) 8 septembre 2006 14:24

                                                      Bonjour Marsu,

                                                      La religion n’est pas du tout castratrice pour celui qui la comprend. Je dirai même, en tant que convertie, qu’elle re-lie au Meilleur Moi, autrement dit Dieu, qui n’est pas pour un croyant une acception théorique et vague, mais bien le Soi véritable (ok c’est une vision très soufie j’en conviens). Il est vrai que le Sénégal est majoritairement malékite et vous avez raison car la Tidianiya est souvent considérée comme une branche « soufie ». Beaucoup de Sénégalais, qui parfois n’ont même pas été à l’école pour les vieilles générations, connaissent les récits traditionnels sur Al-Junayd ou Al-Jilani. Le problème véritablement ce n’est pas tant la religion, que l’ignorance de celle-ci et les traditions : S’il est vrai que la pratique religieuse n’est pas aussi culpabilisatrice ou dogmatique au Sénégal que dans d’autres pays du Maghreb, il n’en demeure pas moins que la tradition maintient aussi les gens dans des comportements de soumission et il faut dire que le regard sociétal fait aussi beaucoup dans ce pays pour les croyants. Les gens vont plus s’empresser de savoir si ce que je fais est bienséant plutôt que de savoir si c’est « islamiquement » autorisé... J’ignore si la pédophilie est aussi courante que dans n’importe quelle autre institution religieuse autre... J’en discutais avec une amie récemment. Le problème, c’est le fait qu’il n’y ait pas de « chiffres » sur la question... En tout cas, je n’en connais pas, donc j’ignore la proportion de pédophilie qui peut exister dans ces institutions là ...

                                                      Concernant votre dernier souhait, j’ajouterai « Amen » car pour ma part en tant que croyante aimante et foi-sonnante je suis libre en Dieu de faire ce que bon me semble.

                                                      Cdt


                                                      • Marsupilami (---.---.244.32) 8 septembre 2006 15:01

                                                        Eh bien en tant qu’agnostique branché (peut-être) sur le « soi véritable » je suis d’accord avec toi.

                                                        Mais n’empêche que ce statut est le fruit d’un déconditionnement et d’une conquête anti-religieuse. J’ai été élevé dans une morale même pas vraiment religieuse, mais quand même culturellement catholique (donc un sous-produit culturel du catholicisme), qui faisait du sexe extra-conjugal et extra-position du missionnaire une horreur.

                                                        Ma sexualité adolescente s’étant éveillée dans les années d’après 1968 et étant d’un tempérament rebelle, j’ai tout plaqué de cette éducation post-religieuse et vécu à fond (mais sans excès) cette libération (hétéro, dans mon cas)sexuelle. Pendant ma période de recherche mystico-spirituelle, j’étais tout aussi chaud lapin (le tantrisme c’est pas mal). A présent j’ai 53 ans, je suis agnostique, je vis heureux avec ma compagne et j’avoue que le sexe ne me fait plus trop bander (elle non plus, non-dieu merci) : elle et moi avons largement eu notre dose, merci.

                                                        N’empêche que pour avoir une bonne santé spirituelle, il vaut quand même mieux avoir eu la possibilité d’assouvir tous ses désirs sexuels librement et aussi abondemment qu’on l’a désiré. Ce que l’Islam ne permet pas actuellement. Et pas avant très longtemps...


                                                      • wrisya (---.---.1.82) 8 septembre 2006 17:16

                                                        Je comprends. En fait tout dépend de notre acception du terme « liberté ». Justement, pour les musulmans qui le comprennent se soumettre à Dieu/Allah se fait pleinement et de manière totalement volontaire, autrement on ne peut parler de foi véritable. Cette soumission totale d’aucuns la voient justement comme un joug totalitaire sur le franchissement des milliards de possibilité humaine qu’on peut avoir dans tout et n’importe quoi. En ce qui me concerne, mon acception de cette soumission est justement voulue et ardemment désirée afin d’atteindre à un détachement dans l’Unique, c’est à dire Ce Moi. L’islam ne considère pas l’acte sexuel comme quelque chose de sale ou comme un détournement de la foi, bien au contraire. Le propos de l’islam c’est simplement « d’encadrer » les rapports humains afin, justement, d’éviter les excès qui provoquent des anomalies dans la société : non seulement la souffrance de l’aimant rejeté comme une vieille chaussette à chaque fois, mais aussi le drame qui peut en découler : par ex. l’avortement d’un enfant non désiré, mais aussi l’abandon d’une projéniture non désirée également, et vu ce qu’on voit de nos jours j’irai plus loin : toutes ces maladies sexuellement transmissibles. Tout le monde sait que le risque d’être atteint du virus du sida est plus important lorsqu’une personne a plusieurs partenaires... Les rapports sont libres dans l’islam... mais dans le couple, uniquement. Ce qui est rejeté, c’est justement les risques d’éviter toute dérive au sein d’une société (pb d’adultères et autres notamment...). Par exemple, si on prend l’interdiction de l’alcool, la comparaison me paraît idéale : Ce n’est pas boire en tant que tel qui est réprouvé, c’est ses conséquences c’est à dire l’ivresse, voire la dépendance alcoolique. Donc, l’interdiction pure et simple a été préconisée pour justement éviter cette dérive. En fait, il faut saisir aussi que pour un musulman, l’acceptation de ces prescriptions divines ne doivent pas être ressenties comme un joug ou comme une obligation « subie », mais bien plutôt comme l’acceptation d’un épurement progressif des choses visant à nous éloigner d’Allah si elle risque de nous amener, peu à peu, à cette lente dérive justement. Pour moi, être libre ce n’est pas faire ce que mon égo veut, c’est faire ce que ce Moi suprême qui n’est pour moi qu’Allah veut. Mais pour justement arrivé à ce Moi il faut que la soumission de l’âme au coeur se fasse dans la Paix, l’Amour et la Foi autrement ce n’est qu’un leurre inutile qui empêche de vivre justement. C’est certain. De toute façon, Dieu ne demande pas la perfection dans l’islam, mais Il dit dans un verset que chacun s’emploie au meilleur de lui-même... dans sa capacité et ce derner point est très important car il permet au croyant sincère de s’absoudre d’être imparfait justement puisque humain nécessairement.

                                                        Cdt


                                                      • Rocla (---.---.214.254) 8 septembre 2006 15:06

                                                        Un agnostique c’ est un mec qui aime bien le gigot d’ agneau ?

                                                        Rocla


                                                        • (---.---.64.110) 8 septembre 2006 16:02

                                                          c’est bien possible. En tous cas, même végétarien, c’est quelqu’un qui admet l’existence d’une réalité transcendante, mais inconnaissable (a-gnostique) : Dieu existe, mais j’peux pas le rencontrer. Moralité : t’en occupes pas et fais ce qui te plaît. C’est un point de vue. Par contre, que l’agnostique se branche sur le « Soi véritable », alors, là, chapeau ! Virtuose, vraiment, de l’esprit !


                                                          • Marsupilami (---.---.63.21) 9 septembre 2006 04:28

                                                            Faux. Un agnostique n’admet pas que dieu ou des dieux existe(nt) : il n’en sait rien, c’est tout. Quant au « soi véritable », même topo (d’ailleurs j’ai mis cette expression entre guillemets, hé hé hé...). Totale liberté métaphysique, point-barre.


                                                          • Patrick Adam Patrick Adam 8 septembre 2006 17:45

                                                            @ wrysia

                                                            Effectivement, au Sénégal les traditions doivent être bien différentes de celles qu’on rencontre au Maghreb. Au Sahara, c’est pareil. Les filles sont aussi très coquettes et elles sont loin d’avoir froid aux yeux. La femme y est aussi nettement plus libre qu’elle ne l’est dans le nord. Mariée elle est maîtresse de la tente, aujourd’hui de la maison, et divorcée elle acquiert une valeur supérieure grâce à son « expérience ». En cas de divroce elle récupère ses enfants et retourne s’installer dans sa famille où elle se fait courtiser assidument. D’autre part, le rituel religieux est nettement assoupli. Jusqu’au milieu du XXè siècle, on a pu dire que les Maures avaient une vision particulèrement « souple » de l’islam.

                                                            Je pense effectivement qu’au Sénégal et en Afrique noire plus généralement, la religion est souvent une pratique gestuelle plus qu’un code de vie.

                                                            Bien à Vous - Patrick Adam

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires