• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Y a que la paille qui m’aille !

Y a que la paille qui m’aille !

On se souvient de la maison des 3 petits cochons, dont la première maison, de paille, n’avait pas résisté longtemps à l’appétit d’un loup affamé… il faudra laisser cette histoire à la légende, car les maisons de paille qui fleurissent un peu partout aux 4 coins du pays sont autrement plus résistantes, et pas seulement…

Pour rester dans l’actualité, la paille, nous y sommes tous…sur la paille ! les grecs, les portugais, les italiens, tant d’autres, et les français bien sur, et il serait intéressant de se poser la question.

Cette dette mondiale dont les américains et les japonais sont les champions, ne semble pas inquiéter ces derniers, alors que nos gouvernements européens s'en servent d'argument pour ponctionner les classes moyennes, et les plus pauvres.

Mais oublions cette incohérence, et interrogeons nous sur le construction en paille.

Ce sont les pionniers américains qui ont, semble-t-il étés les premiers à construire des maisons de paille, des qu’ils eurent inventés les machines qui permettaient de compresser des ballots.

Ces maisons étaient prévues pour être provisoires, mais aujourd’hui encore, il en existe aux Etats Unis qui ont un bon siècle d’existence et qui sont en parfaite santé.

Mais on trouve des maisons de paille en Europe, la plus ancienne connue datant de 1929.

L’époque semble idéale pour ce genre d’habitation, puisque, la crise aidant, l’habitat étant de plus en plus cher, et les logements de plus en plus difficiles à trouver, il fallait trouver un moyen rationnel, bon marché, simple à construire, avec un bon rendement thermique, et phonique, et surtout pas cher...pour les ballots compressés que nous sommes.

A ce jour, 1500 bâtiments en botte de paille ont déjà été dénombrés, grâce à des auto-constructeurs imaginatifs, et débrouillards, et à un prix intéressant puisqu’il faut compter environ 115 000 euros pour permettre l’édification d’une maison en paille de 120 mètres². lien

En effet, si on le compare ce prix avec celui d’une maison traditionnelle de même dimension, estimée à 1250 € le m², la différence est appréciable, (35 000 €) surtout si l’on tient compte du fait que la maison de paille peut se vanter de ses performances thermiques et phoniques.

Pour s’en convaincre, il suffit de comparer le prix des matériaux isolants traditionnels avec celui de la paille : le prix d’un ballot de paille se négocie entre 0,5 et 1,5 €, soit un maximum de 1 à 2 € la botte livrée, ce qui met le m² d’isolant entre 2 et 4 €…soit entre 5 et 10 fois moins cher que les isolants conventionnels.

De plus, alors que les maisons traditionnelles ont généralement un coefficient thermique de 1,5, les maisons en paille ont un coefficient thermique quasi du double. lien

Pour espérer le même rendement, une maison construite en agglomérés devrait avoir une isolation en laine de verre épaisse de 25 cm.

Question isolation phonique, elle est si performante que plusieurs studios d’enregistrement aux USA, et ailleurs, sont construits en botte de paille. lien

Une autre idée très répandue est que ces maisons de paille seraient beaucoup plus sensibles au risque d’incendie, ce qui est faux.

Pour s’en convaincre, il suffit de se rappeler que pour que « quelque chose brule » il faut de l’oxygène.

Or la botte de paille qui est, rappelons le, très compressée, brule beaucoup plus difficilement. lien

D’ailleurs en Allemagne, (et ailleurs) des murs de paille ont été soumis à des expérimentations pour voir comment ils se comportaient en présence d’un feu, et ceux-ci ont démontré l’excellente résistance aux incendies des maisons de paille.

Un « essai incendie » réalisé en France en 2010 par le CSTB (centre scientifique et technique du bâtiment) sur une paroi en caisson isolé avec des bottes de paille a permis de démontrer que la paille peut satisfaire le règlement de sécurité contre l’incendie relatif aux établissements recevant du public. lien.

Autre idée reçue, la paille pourrit avec le temps.

Privée d’air et d’humidité, la paille, tout comme le bois, peut durer quasi éternellement, ce qui induit le fait de s’assurer de la qualité de la paille livrée.

Bien sur, certaines précautions sont à prendre, comme prévoir un toit débordant largement, et une assise montée sur des fondations permettant d’éviter la montée de l’humidité dans la construction.

Certains, pour discréditer ce matériau étonnant qu’est la paille, évoquent le risque de prolifération de rongeurs, sauf que ces derniers se nourrissent de graines, et que normalement les ballots de paille en sont dépourvus.

Question construction, il faut tout de même préciser qu’il ne s’agit pas d’empiler simplement des bottes de paille, puis de poser un toit, avec quelques protections dessus, afin de pouvoir se mettre à l’abri, mais bien au contraire, d’imaginer une structure en bois, que les ballots de paille viendront emplir par la suite, lesquelles bottes, après un « rasage » seront recouvert d’enduit de terre…puis d’enduit de chaux, afin de protéger la paille de l’humidité.

Il est même possible de préparer un enduit fait d’argile, mélangé à du sable, et de la paille hachée, le tout étant malaxé avant d’être projeté sur les murs.

Le mélange idéal est d’une part de terre pour 3 parts de sable comme on peut le constater sur cette photo.

Puis il suffira ensuite de passer un enduit de chaux pour protéger l’argile de pluies violentes.

Il est même possible de monter une petite maison sans structure de bois, pour la construction par exemple d’une « baraque de jardin », d’une maisonnette, puisque la paille est autoportante.

Dans ce cas, on utilise des tiges de bambou pour rendre solidaire tous les ballots, ainsi que pour fixer les cadres des fenêtres.

Ce type de bâtiment peut être construit en deux jours…

Pour passer à l’acte, il y a plusieurs solutions, soit s’inscrire dans un des nombreux stages d’auto-construction de maison de paille, soit visionner ce documentaire très complet de moins de 45 minutes, soit les deux, avant de se lancer dans l’expérience.

Un stage a lieu régulièrement au mois de juillet en Charente, (lien), d’autres en juin, aout, (lien) septembre (lien) et surement ailleurs…lien

Les Rencontres de Printemps du RFCP (réseau français de la construction paille) auront lieu du 6 au 8 juin 2014 à Montargis. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « le monde à beau changer, le chat ne pondra jamais ».

L’image illustrant l’article vient de « habitat-alternatif.com »

Merci aux internautes de leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Des sites pour la construction en paille sur ce lien

Sur celui là, celui là, celui là, ou celui là.

Articles anciens

L’architecture autrement

Au doux pays de l’autarcie

Mon village en Utopie

Ça sent le moisi

Changer de rêve

Des vacances enfin libres

Cent mille lieues sous les rêves

Margareth River, les premiers colons écolos


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • Garance 20 mai 2014 09:19

    Cabanel


    Si je puis me permettre ? : ce serait un retour à la case départ ?

    • olivier cabanel olivier cabanel 20 mai 2014 11:22

      garance

      oui, c’est vrai, mais avec une nette amélioration.
      si vous avez ouvert les liens montrant les réalisations, vous aurez réalisé que la « case » en paille d’aujourd’hui a tout de même une autre gueule ?
       smiley

    • Croa Croa 20 mai 2014 09:34

      « Il est même possible de préparer un enduit fait d’argile, mélangé à du sable, et de la paille hachée, le tout étant malaxé avant d’être projeté sur les murs. »

      Ça ce n’est plus de la paille mais du torchi et ça date carrément de Matusalem ! (Pourquoi pas mais c’est un autre matériau.)


      • olivier cabanel olivier cabanel 20 mai 2014 11:24

        Croa

        oui, du torchis, mais utilisé non plus comme matériel de construction, mais seulement application d’enduit...

      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 20 mai 2014 11:33

        Attention ...L’intérieur des murs peut etre fermé complétement par du placo par exemple (plus un pare vapeur) mais l’extérieur doit respirer ,pas d’enduit « fermé » syle ciment ,ou de peinture à la con ...le mieux c’est du clin bois .
        Pour le torchi ,pas besoin de sable .



      • olivier cabanel olivier cabanel 20 mai 2014 12:55

        Aita

        merci de l’avoir précisé, il faut effectivement que le mur continue de respirer.
        donc jamais de ciment, de la chaux, de l’argile...
        mais vous l’avez bien expliqué

      • alinea alinea 20 mai 2014 09:47

        Oui j’y pense sérieusement ! sauf que je mettrais ma maison dans le parc de mes chevaux, je ne voudrais pas qu’ils viennent me manger mes murs ( non !! je plaisante ! je m’informe depuis longtemps sur les autres habitats !!) ; merci pour ce rail de rêve...


        • olivier cabanel olivier cabanel 20 mai 2014 11:26

          alinea

          merci
          moi je suis tenté par la petite maisonnette tout en paille, sans cadre de bois, montée en deux jours
          j’ai un emplacement rêvé pour ça.
          ça me tente bien.

        • Alex Alex 20 mai 2014 10:20

          @ Cabanel
          – Une petite erreur de votre extraordinaire ami africain : le chapon, c’est bien connu.
          – J’ai cru comprendre que votre histoire paille-poutre était en fait une allégorie. Mais je ne suis pas bien réveillé...
          – Sinon, vous auriez pu mentionner que lors des moissons, le chaume est brûlé (ou bien l’était il y a peu), et que c’est un gros gaspillage peu écolo. Dans ma jeunesse, la paille était récupérée.


          • olivier cabanel olivier cabanel 20 mai 2014 11:25

            alex

            et c’est encore le cas, il arrive que ces pailles soient brûlées...
            et ce n’est effectivement pas un geste très écolo.


          • aimable 20 mai 2014 17:06

            certains a la campagne en faisaient des matelas ( d ’ou l’expression ,dormir sur la paille )
            personnellement , je préfère la paille aux paillettes !


          • aimable 20 mai 2014 17:07

            certains a la campagne en faisaient des matelas ( d ’ou l’expression ,dormir sur la paille )
            personnellement , je préfère la paille aux paillettes !


          • olivier cabanel olivier cabanel 20 mai 2014 17:18

            aimable

            il y a aussi l’expression « finir sur la paille »... moins réjouissante !
             smiley

          • Xenozoid Xenozoid 20 mai 2014 17:32

            et ceux qui insultaient napoleon,avec le surnom pailleaunez smiley


          • claude-michel claude-michel 20 mai 2014 11:28

            (Ce sont les pionniers américains qui ont, semble-t-il étés les premiers à construire des maisons de paille)...heu..sans vous offenser..il me semble qu’au début de l’humanité (en Afrique)..les cases étaient en paille..cela fait quelques millions d’années....Une paille.. !


            • alinea alinea 20 mai 2014 11:43

              Retourner aux savoirs faire ancestraux, en y mêlant nos savoirs modernes, me parait être une grande preuve d’intelligence ! Nous avons assez bouffé de béton !! qui n’a lui, aucune qualité d’isolant phonique ou thermique !!


            • olivier cabanel olivier cabanel 20 mai 2014 12:56

              oui Alinéa

              nous sommes en phase.
               smiley

            • olivier cabanel olivier cabanel 20 mai 2014 12:58

              claude michel

              juste une erreur que vous avez proposé : « quelques millions »
              dites moi « quelques dizaines de milliers d’années » et ce sera bien suffisant.
              ce qui ne change rien sur le fond.
              savez vous ce qu’il s’est passé il y a 75 000 ans ?
              il n’est resté sur terre que 1000 couples.
              c’est sur le site, si vous ne trouvez pas, je vous donnerais le lien
              merci de votre commentaire

            • claude-michel claude-michel 20 mai 2014 14:37

              Des empreintes de pas fossilisées datant de 3,75 Ma, trouvées à Laetoli en Tanzanie, montrent une bipédie archaïque. Des empreintes comparables à celles des humains actuels et datant de 1,51 à 1,52 Ma ont été trouvées au Kenya à Ileret...Il est donc possible que ces premiers hominidés aient pu habiter dans des cases en paille.. ?


            • olivier cabanel olivier cabanel 20 mai 2014 15:34

              claude-michel

              auriez vous oublié ce cataclysme qui a réduit la population mondiale à quasi néant, il y a seulement 75 000 ans ?
              il ne serait resté, d’après les scientifiques, que 1000 couples sur toute la terre, et je pense qu’il s’agit là de nos ancètres.
              d’autant que ceux qui ont survécu à ça étaient africains...

            • claude-michel claude-michel 20 mai 2014 15:41

              Par olivier cabanel....1.000 couples.. ?
              Une hypothèse de plus d’experts..qui se rajoute à d’autres...Qu’il y ait eu un phénomène particulier oui je le concède..mais dire qu’il ne restait que 1.000 couples..relève de la plus grande fantaisie...c’est comme les chiffres du chômage ou de la dette..qui varient selon le sens du vent.. !


            • olivier cabanel olivier cabanel 20 mai 2014 16:01

              claude michel

              non, non, c’est très sérieux.
              manifestement vous n’avez pas lu l’article, et c’est une plaisir de vous le proposer.
              c’est sur ce lien
              bonne lecture

            • claude-michel claude-michel 20 mai 2014 16:30

              Par olivier cabanel...Il y a d’autres théories...comme celle du cycle de 110/120.000 ans de la terre...qui est tout aussi plausible que le votre...Il existe des preuves de l’existence de ce cycle...Alors qui à raison.. ?


            • olivier cabanel olivier cabanel 20 mai 2014 16:36

              claude michel

              je n’ai pas évoqué un cycle...
              ce que j’ai trouvé de passionnant dans cette histoire, c’est que 3 scientifiques, travaillant dans des domaines différents soient arrivés a la meme conclusion : 75 000 ans, le réveil de cet hyper volcan a laissé des traces sur toute la planète,
              ensuite, sur le chiffre des 1000 couples, je ne sais pas comment on arrive à une telle conclusion, mais je pense qu’ils savent ce qu’ils écrivent.

            • claude-michel claude-michel 21 mai 2014 08:14

              Par olivier cabanel...J’ai dis dans un commentaire précédent que j’étais d’accord pour qu’il y ait eu un cataclysme qui peut se voir sur le terrain...(une longue trainée noir sans doute due a des éruptions volcaniques)..mais ça nous le savons depuis des années.. ?

              Carl Sagan en parlait dans les années 80.. !

              Ou le bas blaisse c’est sur les 1.000 couples restant sur terre.. ?


            • olivier cabanel olivier cabanel 21 mai 2014 08:30

              claude michel

              c’est bien mieux que des « traces noires »
              chaque volcan, affirment les spécialistes, a sa propre identité, et c’est comme ça qu’on peut en déduire jusqu’où les scories sont allées...
              celle du Toba ont fait quasi le tour de la terre.
              ce qui est intéressant, comme dit plus haut, ce sont les convergences des 3 scientifiques évoqués dans l’article.
              l’un étudie par carottage dans la glace des pôles la quantité de soufre présent dans l’atmosphère a tel ou tel moment, et en a déduis qu’il y a 75 000 ans, il y a eu d’énormes quantités de soufre a tel point qu’il a du être compliqué de survivre dans cet air empoisonné.
              l’autre constate, par l’étude de foraminifères, la chute brutale de la température de l’océan (5 à 6 degrés), ce qui signifie que la température extérieure avait du baisser d’au moins 15°... survie donc difficile...et il y a 75 000 ans.
              et le dernier prélève des échantillons du sol a proximité du lac de Toba, découvrant finalement qu’il s’agit bel et bien d’un hyper volcan qui a « explosé » il y a 75 000 ans...
              trois recherches différentes, et une seule conclusion.
              quand au chiffre des 1000 couples, je pense que s’ils l’affirment, c’est en utilisant des paramètres précis, et je veux bien leur faire confiance.
              pas vous apparemment.


            • claude-michel claude-michel 21 mai 2014 11:13

              Par olivier cabanel....Vous savez je suis méfiant avec ces experts dont les théories changent tous les 1/4 d’heures...mais par exemple personne n’est en mesure de dire pourquoi les dinosaures sont devenus si grands.. ?


            • jako jako 20 mai 2014 11:43

              Merci Olivier, moi j’ai adoré ces constructions en Irak , c’est du roseau.


              • alinea alinea 20 mai 2014 11:46

                Magnifique !! smiley


              • jako jako 20 mai 2014 11:54

                Oui hein ! en recherchant dans gogol avec Mudhif vous en aurez d’autres dont certaines en construction.


              • olivier cabanel olivier cabanel 20 mai 2014 12:59

                jako

                c’est pour ça que j’aime le journalisme citoyen, il est inter-actif, et tu en a apporté une fois de plus la preuve.
                merci.

              • bibou1324 bibou1324 20 mai 2014 13:25

                Toujours en roseau, il y a aussi les îles Uros, au Pérou. Les îles elles mêmes sont des radeaux de roseau, renouvelées tous les 50 ans environ. Iles sur lesquelles les habitants ont bâti des huttes, toujours en roseaux. C’est moins impressionnant architecturalement parlant qu’en Irak, mais sympa à voir su vous passez par Puno.


              • jako jako 20 mai 2014 13:52

                oui Olivier, effectivement la face la plus importante du « journalisme » 2.0 comme le post de bibou aussi, merci de ton article.


              • Alex Alex 20 mai 2014 15:06

                @ jako

                Vous auriez pu citer cet article d’un excellent [...] auteur, dans lequel on trouve une photo de ces constructions, et des liens vers d’autres, faute de réponses des photographes.


              • jako jako 20 mai 2014 15:49

                Bonjour Alex, je viens de relire votre article et je pense que c’est effectivement par vous que j’ai appris l’existence de ces constructions. (merci)


              • olivier cabanel olivier cabanel 20 mai 2014 18:56

                Alex

                merci de m’avoir fait découvrir cet article passionnant, en effet.
                bravo.

              • BOBW BOBW 20 mai 2014 21:48

                Une maison  en bambou (Solide et anti-sismique)+ paille (ou chanvre) ??


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 20 mai 2014 21:54

                Oui ,le bambou est une bonne alternative aux structures bois ,de part ses qualités et surtout sa vitesse de pousse .


              • wawa wawa 20 mai 2014 11:53

                Olivier, quand vous ne parlez pas d’énergie, je vous plussoie.


                Ces maison en paille a ossature bois sont ideales pour l’habitat isolé : 
                économique et écologique tant dans leur fabrication que pour leur fonctionnement (chauffage). Même leur destruction ne pose pas de problème : un coup de pelleteuse, et on laisse faire la nature. On y reviendra surement quand nous serons à cours d’energie

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires