• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Y a-t-il un lien entre le QI, l’athéisme, le comportement libéral et (...)

Y a-t-il un lien entre le QI, l’athéisme, le comportement libéral et l’exclusivité sexuelle chez les hommes ?

L’article publié sur le site de CNN « Liberalism, atheism, male sexual exclusivity linked to IQ » explique les travaux du Dr Kanazawa. Après plusieurs années d’études, les conclusions sont claires : les personnes qui sont libérales, athées et pour les mâles conservent une exclusivité féminine ont en moyenne un QI plus élevé que les conservateurs, religieux et « infidèles ».

 
Apparemment choquant, cette recherche montre seulement qu’il existe un lien entre le niveau de QI et ces évolutions. Rappelons que le QI, quotient intellectuel, est une mesure de l’intelligence abstraite. 50% de la population aurait un QI "normal" compris entre 90 et 110.
 
L’étude semble montrer que l’idéologie et le comportement sont liés au QI. Et que cela semble être une évolution globale des comportements de l’Homme Les athées auraient ainsi en moyenne en QI de 103 contre 97 pour les croyants. L’une des raisons serait que l’intelligence permet de raisonner sans dogme, alors qu’une moindre intelligence / connaissance, amène les personnes à être plus religieuses, non pas parce que cela les aide à vivre ou à se reproduire mais parce que cela leur permet de survivre en devenant paranoïde, c’est-à-dire se rattacher à des croyances.
 
Ainsi dans un monde dans lequel les idéologies s’effondrent, en particulier en France et aux Etats-Unis il n’est finalement pas surprenant que les leaders politiques montrent leur attachement à la religion, car il permettrait de montrer que l’on croit, mais aussi comme les électeurs de montrer que finalement tout n’est pas maîtrisable, en particulier dans un monde complexe de plus en plus incompréhensible pour le commun des mortels.
 
Côté libéral, le QI moyen mesuré est de 106 pour ceux qui se disent très libéraux, c’est-à-dire ouvert sur le monde extérieur, alors que ceux qui se disent très conservateurs affichent 95 de QI.
 
Côté sexualité, seuls les hommes sont concernés, par l’exclusivité sexuelle, naturellement et historiquement les femmes ont tendance à n’avoir qu’un "homme" qui les protège durant les périodes de grossesses etc.
 
Alors évidemment cette étude fera débat, elle devrait être publiée en mars 2010. 
 
Et finalement, on peut se dire que pour avoir l’air "intelligent" il faudra donc être athée, libéral et avoir une relation sexuelle exclusive.
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.36/5   (56 votes)




Réagissez à l'article

126 réactions à cet article    


  • JoëlP JoëlP 1er mars 2010 10:34

    Pareil !!!


  • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 1er mars 2010 11:38

    Toujours le mot pour rire ce Leon !


  • Gollum Gollum 1er mars 2010 17:28

    Vu le temps que Léon passe sur Av, je doute fort qu’il lui en reste pour la bagatelle... smiley


  • ffi ffi 1er mars 2010 18:12

    Allez des petits test de QI. Continuez la série...
    Premier test (Continuez la série) :
    1°) je sais
    2°) je sais que je sais
    3°) je sais que je sais que je sais
    Second test (Continuez la série) :
    1°) je crois.
    2°) je crois que je crois
    3°) je crois que je crois que je crois
    Troisième test
    1°)
    je sais
    je crois
    2°)
    Je sais que je crois
    Je crois que je sais
    3°)
    Je sais que je crois que je crois que je sais
    Je crois que je sais que je sais que je crois
    4°)
    Je sais que je crois que je crois que je sais que je crois que je sais que je sais que je crois
    Je crois que je sais que je sais que je crois que je sais que je crois que je crois que je sais


  • Branck2012 1er mars 2010 22:01

    Je ne pensais pas que quelqu’un oserait !


  • Bardamu 1er mars 2010 10:27

    D’un prétendu progressisme, nous sommes passés au plus plat des déterminisme -Sarko et le délinquant-né ;

    -à l’obscurantisme -sectes à gogo, astrologie, prophètes à foison bientôt ;

    -à l’antisexisme -négation des différences entre les sexes ;

    -comme désormais l’antispécisme -négation des différences entre l’homme et l’animal.


    A ce train, nous mettrons bientôt légitimement en place une secte de génies -les élites mondialistes ?
    -bisexuels -showbiz actuel ;
    -et à l’occasion zoophiles -ce à quoi encourage « La Ferme Célébrités » ?


    • Djapaskero Djapaskero 1er mars 2010 16:27

      @Bardamu


      Premièrement, on essaye de vous expliquer que l’antispécisme n’est pas un terme réductible au point de considérer qu’il ne s’agit que de « nier la différence enter humain et animal ».
      La réflexion est beaucoup plus complexe. 

      Ensuite, avoir une manière de penser totalement antispécique n’entre pas en désacord avec une alimentation NON-végétarienne. Le meilleur exemple sont les taoîstes qui refusent toute vue d’esprit de domination de la nature par l’homme, mais voient l’être humain faisant partie intégrante de cette nature. Les anciens roms (tziganes) d’europe, du temps des cheveaux, ont toujours été radicalement antispéciques, avant même l’invention de ce mot. Ils acceptaient leur condition et leur alimentation et mangeaient la viande qu’ils CHASSAIENT. (encore aujourd’hui ; ils préfèrent acheter un animal vivant)

      Pour finir, biologiquement, nous sommes des mamifères. Si vous pensez que l’être humain a une spécificité biologique qui soit « supérieure » à la spécificité biologique d’un loup ou d’un rat, vous vous heurtez à la logique même et au problème de : « Qu’est-ce qui est supérieur ? » Si vous vous bornez à nous dire que cette spécificité est juste une « différence », biologiquement, vous ête un grand comique.

      Vous me direz ensuite que vous ne pouvez pas faire d’une observation biologique une prise de position philosophique... je vous répondrais que ceux qui ont pris des positions et créé des « certitudes » sont ceux qui ont INVENTÉ des schémas d’infériorité-supériorité dans le vivant, dont nous faisons partie, en tant qu’être humains, soit dit en passant, aussi mamifère qu’un loup ou qu’un dauphin.


    • ffi ffi 1er mars 2010 21:11

      Faut quand même admettre que du point de vue des productions culturelles, l’homme est un être vivant à part.
      Extrait de Wikipedia :
      ------------------------------------------------------------------------------------
      Si le mal qu’il y a à tuer un être dépend de la capacité qu’a cet être à se projeter dans l’avenir (thèse que défend Singer), il est plus grave de tuer un être humain adulte normal que de tuer une vache ; mais il est plus grave aussi de tuer une vache, qui possède cette capacité à un certain niveau, que de tuer un nouveau-né humain, qui ne la possède presque pas
      -----------------------------------------------------------------------------------
      En fait seul l’homme, parmi tous les animaux, est capable de forger un concept tel que l’antispécisme. Cela fait de l’homme un des seul être terrestre capable d’aller, pour un concept logique, contre ses instincts primaires. Mais, comme le montre l’exemple ci-dessus, cela le conduit parfois jusqu’à l’absurdité totale.


    • Thierry LEITZ 1er mars 2010 10:55

      Yann,

      « L’air » comme vous dites.

      Quelques points de QI, cela ne signifie rien.
      Déjà que le QI ne mesure qu’une facette de l’intelligence sur les 7 ou 8 qu’on peut décrire...
      La facette la plus « mesurable » précisément qui vous fait percevoir plus exactement la logique abstraite, un peu plus vite qu’un autre individu...

      Pas de quoi pavoiser en effet.
      Comme dit : le QI est comme la puissance d’un moteur : il ne dit rien sur le conducteur.

      Personnellement, je suis croyant, plus par option que par habitude ou désespoir.

      « Croire en Dieu n’est pas dire adieu à la raison. »

      C’est comme premier pas, un pari, tel celui de Blaise Pascal, qui est logique.
      C’est admettre une réalité qui échappe à nos sens physiques, laisser la porte ouverte à d’autres possibles.
      C’est remarquer avec raison les insuffisances des explications d’apparence scientifique sur l’origine de la vie.
      C’est aussi être capable de séparer la foi des religions qui sont les vraies ennemies de la croyance raisonnée.
      C’est reconnaître la valeur de la diversité et de la tolérance que la Nature exprime.
      C’est faire acte de modestie face à la complexité avéré du réel, dans ses deux infinis que la science appréhende aujourd’hui avec étonnement, bien plus qu’au temps de Darwin.
      C’est admettre que des lois précises et nécéssaires ne peuvent émaner du seul chaos.
      C’est la connaissance acquise de Dieu que se ferment devant eux ceux qui le balaient d’un revers de main, prêts à glorifier l’Homme dans sa solitude et son bilan contestable.
      C’est être capable de douter de notre seul oeil, de ne pas nous effrayer de l’apparence des choses...

      Entre autres.

      Si beaucoup (de sondés) n’ont pas une croyance raisonnée et fondée, d’autres, plus rares peut-être, concilient avec bonheur foi et raison. Sauf à considérer que tout est statistique, réduire les croyants à des demeurés relève d’une caricature grossière.

      A part çà, je suis libre entrepreneur et fidèle en ménage. Ouf !


      • Emile Red Emile Red 1er mars 2010 13:37

        « Croire en Dieu n’est pas dire adieu à la raison. »

        Si un peu...
        Tout dépend du représentant de cette raison, « à la raison » ne voulant pas dire grand chose.
        Croire c’est déjà s’asservir, s’asservir c’est renier une partie de sa propre raison...

        Je dirais donc :

        « Croire en la raison c’est dire adieu à dieu. »


      • zozolekivi zozolekivi 1er mars 2010 14:11

        Comme vous, je pense que le QI vérifie plus ce que vous avez assimilé que ce que vous arrivez à imaginer et extrapoler.
        Parce que les tests QI sont ainsi faits également.

        Alors des fois entre :
        - le hasard qui fait choisir une association plutôt qu’une autre : donc une forme de logique qui ne relève pas de raisonnement mathématique (=pas de logique)
        - le raisonnement réel : donc la mise en application des connaissances (=éducation)
        - la logique personnel : donc une fabrication personnelle (=imagination)

        Je dirai par conséquent qu’il y a vraisemblablement un lien entre le QI et toutes ces logiques comportementales.

        Mais de là tirer des conclusions sur la linéarité de l’évaluation du QI avec l’évalutation réelle de l’intellect et l’intelligence et donc que les comportements de ces gens à fort/haut QI sont les meilleurs, les plus raisonnables et les plus raisonnés, peut-être pas.

        Parce que dans chacun des exemples de l’article, il y a cette notion qui n’est pas pris en compte c’est la « réversibilité », ou moins tendancieux : le « changement ».
        Parce que même si l’individu change dans son comportement, ça n’affectera pas son QI => retour aux raisons citées plus haut.


      • impertinent3 impertinent3 1er mars 2010 14:22

        Thierry, agnostique j’inverse le pari de Pascal.

        J’essaie de me comporter correctement à l’égard des autres, de faire preuve d’empathie, de compréhension et de générosité.

        S’il existe une quelconque déité, je ne pense pas qu’elle me tienne rigueur de ne pas avoir cru. Si, au contraire, comme cela me semble plus probable, il n’existe aucune forme divine, je n’aurais pas perdu de temps à assister, voire pratiquer, des rites qui pour l’essentiel, et quelque soit la religion considérée, me paraissent assez puérils.


      • jojo 1er mars 2010 22:46

        « Croire c’est déjà s’asservir, s’asservir c’est renier une partie de sa propre raison... »
        Donc « croire à la raison, c’est déjà dire adieu à la raison. Après tout la »raison" c’est quoi ?
        200 grammes de gélée périssable sous un crâne en os...


      • Reinette Reinette 2 mars 2010 00:57

         

        clap clap clap ! Emile

        La croyance est un phénomène d’ordre sentimental, car elle ne s’adresse jamais à la raison ni à la logique ; elle se refuse à toute analyse car elle ne peut être soumise à l’analyse des bases sur lesquelles elle repose, se perdant dans l’abstraction


      • Noor Noor 1er mars 2010 11:22

        «  Y a-t-il un lien entre le QI, l’athéisme, le comportement libéral et l’exclusivité sexuelle chez les hommes ?  »

        Le fait même de poser cette question est tendancieux.


        • LeLionDeJudas LeLionDeJudas 1er mars 2010 11:35

          Surtout que le fait d’avoir un QI élevé ne dispense pas d’être con comme un balai.


          • LeLionDeJudas LeLionDeJudas 1er mars 2010 12:28

            Désolé, je ne sais pas si tu dis ça rapport à mon pseudo mais je ne crois pas aux religions des livres. J’ai choisi ce pseudo par ce qu’il me plait. Point barre. Quant à fumer un petit bédot de temps en temps...
            Pour faire taire toute critique quant à ce choix, ce n’est pas parce que je ne crois pas au dieu de la bible que je considère que tout ce qui y est écrit soit insane, pas plus que je ne dénigre la beauté d’une cathédrale ou l’humanisme éclairé de trop rares hommes d’église.
            Capisci ?

            Dénigrer une personne en fonction de son appartenance spirituelle comme tu le fais ou semble le faire l’article, tout comme la dénigrer pour son appartenance sexuelle, politique, sociale, musicale, supporters de PSG (quoique là...  smiley) ou que sais-je, ne démontre peut-être pas le manque de QI mais le manque d’amour de la vie et le cynisme.


          • finael finael 1er mars 2010 11:37

            Ces « liens » que l’on veut établir entre le QI (au fait, que mesure-t-il à part une capacité à suivre une logique cartésienne ?) et des groupes, religieux, politiques, raciaux ... me semble profondément malsain !

            Comme l’a relevé Bardamu, il y a là une recherche de déterminisme qui mène rapidement à toutes sortes de dérives.

            Etant membre du « club des gros QI », autrement dit Mensa depuis fort longtemps, je me sens apte à en parler. Pour moi Mensa est simplement le lieu où l’on peut proférer de grosses conneries sans se faire insulter.


            • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 1er mars 2010 12:02

              Comme l’ont déjà dit certains, le QI ne mesure qu’une certaine forme d’intelligence. Cela ne lui enlève pas pour autant toute valeur.

              Un thermomètre ne mesure que la température à un endroit donné et ne donne aucune information sur la perception que l’on en a : 21° en hiver, c’est chaud, et en été, c’est frais ! Il ne faut pas casser le thermomètre pour autant.

              Idem pour le QI. Accepter une différence de QI, c’est comme accepter une différence de pointure : C’est utile pour acheter une bonne paire de chaussures.

              Ensuite, trouver des corrélations n’est pas a priori malsain. Comme toujours, c’est l’usage que l’on en fait qui peut l’être.

              Enfin, si "Mensa est simplement le lieu où l’on peut proférer de grosses conneries sans se faire insulter", n’est-ce pas une preuve qu’il y règne un vrai esprit libéral !  smiley


            • ZEN ZEN 1er mars 2010 13:12

              Bien dit finael
              Félicitation pour le gros QI !! smiley
              Alain Minc fait-il partie de Mensa ?


            • finael finael 1er mars 2010 15:28

              Je ne me crois aucun mérite à avoir obtenu un scoré élevé à des tests de QI.

              Comme l’a bien dit Tristan Valmour, il ne s’agit que de suites logiques.

              - Une série de tests portant sur des suites de nombres, et le fait des études scientifiques favorise bien évidemment le résultat.

              - Une série de tests portant sur des suites de mots ou des phrases, et donc la lecture et la connaissance de la langue aident forcément.

              - Une série de tests portant sur des suites de formes géométriques. Là aussi le fait d’avoir fait des études de mathématiques, ou tout simplement de connaître l’art du bricolage aident énormémént.

              Sans surprise les informaticiens sont sur-représentés à Mensa.

              Quel mérite à cela ?

              L’honnêteté, le respect, l’altruisme et bien d’autres ne sont-elles pas des qualités autrement méritantes ?

              Et s’il semble exister une corrélation statistique entre QI et intelligence, nul ne peut affirmer qu’elle soit forte ou faible, ou de quel genre ?

              Il n’existe pas de tests pour mesurer l’art de construire formes et couleurs comme les architectes, peintres ou sculpteurs, ni pour l’asemblage de sons des musiciens, ni pour ... la liste serait infinie !

              Je devrais plutôt avoir honte, vu ma situation actuelle de chômeur et de quasi-SDF, de n’avoir pas su mettre en oeuvre ces « qualités » pour ne pas me retrouver dans cette situation.


            • sobriquet 1er mars 2010 20:08

              @ finael

              Sont-ce vos études scientifiques qui font que vous avez-eu de bons résultats, ou certaines facilités qui vous ont poussé vers les études scientifiques ? J’opte plutôt pour la seconde réponse ; Cela ne donne pas davantage de mérite, évidemment, ces facilités étant vraisemblablement le fruit d’une pression environnementale dans la jeunesse ainsi que d’un contexte favorable.

              Ce sont d’ailleurs les mêmes éléments qui font que les personnes surdouées sont souvent émotionnellement vulnérables, et ne réussissent pas forcément mieux dans la vie, et davantage dans des métiers particuliers, comme l’informatique.


            • finael finael 1er mars 2010 21:13

              Je pense qu’il s’agit d’un environnement culturel. En fait j’y ai été poussé par ma famille plutôt que par goût.

              Quoique je ne puisse le certifier.


            • curieux curieux 1er mars 2010 22:20

              Tu as raison, Finael. J’en ai fais partie il y a très longtemps. Je suis resté inscrit deux ans. Je pense qu’il faut un esprit très logique pour les tests, ce qui fait que je les ai réussis Effectivement, j’ai fait ma carrière dans l’informatique, celle où l’on connaissait le système même et où on allait même le bricoler. Le seul fait d’avoir fait les tests psychotechniques dans une grosses boîte, puis pour l’armée facilite la résolution des tests + aimer les maths, la physique.
              J’ai conservé un vieil annuaire Mensa par nostalgie. Etre Mensa pour moi, c’est avoir réussi ces tests, c’est tout, car dur de définir l’intelligence. Plus facile de définir la connerie.
              Pour rassurer les autres, il n’y avait guère de réunions d’où jaillissaient des idées concrètes sur les problèmes sociaux ou autres. Nous étions aussi démunis que les autres. Mais, dans ce groupe, j’y ai trouvé des gens racistes, plus tolérants aussi, comme partout.

               


            • zelectron zelectron 1er mars 2010 11:56

              Et quid du déiste, socialiste et volage ? ça donne l’air co..., avec QI très très dégradé ?


              • Voris 1er mars 2010 12:01

                Mouais... j’aimerais connaître le niveau de QI de l’auteur de cette étude...


                • jojo 1er mars 2010 12:14

                  1) on n’a aucune idée de ce que mesure le qi.
                  2) Einstein était déiste
                  3) et il faudrait connaître le nombre de scientifiques pertinents qui admettent une part de foi dans leur réflexion. Être intelligemment athée devrait permettre de répondre à l’origine de la nature, de la conscience et du mouvement, ce que nul n’a fait.
                  4) si l’on confond religion et superstition, le calcul est faussé.
                  5) Les sociétés athées, comme les communistes, ont tué des centaines de millions de personnes.
                  6) Indépendamment du contenu de foi, tout le monde peut apprécier le bas qi d’un St Augustin...
                  Ces chiffres sont cons comme la lune eest haute et celui qui les a écrit devrait apprendre à lire.
                  La connerie en blouse blanche, c’est bien elle qui a donné des menguélé !


                  • Eric Kaminski 1er mars 2010 12:27

                    jetez un oeil sur ce blog pour comprendre les vrais enjeux de la dignité et des droits de l’Homme : http://ekaminski.blog.lemonde.fr/


                  • Emile Red Emile Red 1er mars 2010 13:59

                    « Einstein était déiste »

                    Nul n’est parfait, vous ne prouvez rien

                    " Être intelligemment athée devrait permettre de répondre à l’origine de la nature, de la conscience et du mouvement, ce que nul n’a fait « 

                    Les croyants l’ont-il fait ?

                     » si l’on confond religion et superstition, le calcul est faussé. « 

                    Les superstitions sont inhérentes aux religions, faut-il encore définir ce qui est religion ou ne l’est pas

                     » Les sociétés athées, comme les communistes, ont tué des centaines de millions de personnes « 

                    Connaissez vous des sociétés athées ? Le stalinisme ou le maoïsme étant des religions, on peut affirmer que la plupart des sociétés ont tué et plus particulièrement les sociétés d’essence religieuse.

                     » tout le monde peut apprécier le bas qi d’un St Augustin « 

                    Avez-vous les résultats d’un test de QI du sieur ?

                     » La connerie en blouse blanche, c’est bien elle qui a donné des menguélé "

                    La connerie en robe de bure, c’est bien elle qui a donné des Torquemada

                    Qu’avez-vous démontré, que vous êtes croyant et qu’il est impossible de parler de religion sans que soit jeté l’athéisme honni en pâture ?
                    Vous répondez à mon post plus haut : religion ne peut être raison ....


                  • friedrich 1er mars 2010 14:42
                    2) Einstein était déiste 

                    « Ce que vous avez lu sur mes convictions religieuses était un mensonge, bien sûr, un mensonge qui est répété systématiquement. Je ne crois pas en un Dieu personnel et je n’ai jamais dit le contraire de cela, je l’ai plutôt exprimé clairement. S’il y a quelque chose en moi que l’on puisse appeler »religieux« ce serait alors mon admiration sans bornes pour les structures de l’univers pour autant que notre science puisse le révéler. »

                    Albert Einstein

                  • jojo 1er mars 2010 21:58

                    Disons que je me moque un peu de vos remarques. je m’en tiens non aux opinions, mais à cette manie de faire des nombres avec tout, n’importe quoi et n’importe quand par n’importe qui.
                    je ne faisais pas une étude comparative non plus de la valeur de la science et de la religion. Si on disait qu’un wasp a un Qi supérieur à un noir animiste je gueulerais autant. On n’a pas le Qi du sieur, mais on a son style. pas sûur que le vôtre soit encore là dans presque 2000 ans.  : )
                    Ceux qui jouent au loto ou parient sur le nucléaire ont la foi en le hasard , ce qui constitue une superstition comme une autre. "Être intelligemment athée devrait permettre de répondre à l’origine de la nature, de la conscience et du mouvement, ce que nul n’a fait". Ce n’est pas aux croyants que je posais la question, vous déviez du sujet, je posais cette question à la science rationnelle positiviste forte et fière de son super QI supposé, c’est elle qui dit pouvoir expliquer ce que la religion explique de travers et qui s’estime heureuse détentrice d’un Qi supérieur. Si elle ne répond pas, elle n’est donc en rien supérieure à la religion, ni pour le Qi, ni pour le savoir. N’est-ce pas d’ailleurs dans ses silences que s’introduisent les superstitions ?
                    L’inquisition a tué PARCE QU’ELLE PENSAIT ETRE PLUS INTELLIGENTE QUE LES OUAILLES (aujourd’hui on dirait le peuple, pour ne pas dire la masse ou l’opinion. Le principe est identique : le complexe de supériorité est à la base de tous les ostracismes.
                    Bref vous opposez deux choses qui sont dans leur attitude concrète, similaires.
                    je suppose que viendra un temps où on bouffera du savant comme aujourd’hui on bouffe du curé, ce n’est qu’une question de temps. cette statistique est une statistique à la con conçue par un crétin qui n’a rien d’autre à branler.
                    Et le peuple dira : Amen .


                  • jojo 1er mars 2010 22:22

                    Et bien disons qu’Einstein n’était pas théiste, ça ne rendra pas cette statistique plus intelligente pour autant. Par contre, ça ressemble à un retour à auguste comte à se pisser de rire dans le falzar ! Ou David hume...
                    Si Dieu n’existe pas, l’homme n’est pas sacré, donc on en a rien à battre qu’il crêve de froid dans les rues, qu’on le remplisse d’OGM et de détecteurs, qu’on en fasse des bougies ou des boites de conserve...C’est l’idée sous-jacente à ce genre d’étude : discriminer. On attend la discrimination sur la taile des oreilles, la couleur de la salive ou l’odeur des aisselles...
                    La seule question qui vaille est la suivante : quand est-ce qu’on va envoyer ces abrutis dans des ateliers, des acieries ou des mines en Chine ?
                    j’ai de mais athées merveilleusement intelligents, et comme je m’efforce d’éviter les ostracismes téléguidés par des agences de numérotations statistiques payées par la politique, j’ai aussi des amis croyants tout aussi intelligents. c’est bien parce que je ne crois que ce que je vois que je dis que le sombre nigaud qui nous a pondu cette daube devrait chercher un emploi digne de ce nom au lieu de faire de la propagande et de la caricature sous couvert de science (et d’ailleurs, depuis quand la statistique est-t-elle une science ?)
                    Non vraiment, au bout de ce genre de logique on va droit vers les camps de travail pour les « arriérés qui ont besoin d’un dieu-trte à la crême éculée depuis des lustres » et les "forces vives, rationnelles, bright, qui à part quelques erreurs comme 14/18, Hiroshima, Tchernobyl, la prolifération nucléaire, les OGM, Bhopal et autres malencontreuses fleurs du mal se dévouent de toutes leur supérieure intelligence pour le bien de tous, t compris avec les nano-tech, les puces RFID et autres gadgets Hitlériens si formidables pour entretenir en état de béatitude les esprits éclairés qui animent de leur bien-être délicieux les pubs pour les gloss, les grosses cylindrées, les rasoirs à 120 lames et les parfums à 5 blindes le flacon...
                    ne me faites pas rire, j’ai les lèvres gercées ! 


                  • Tristan Valmour 1er mars 2010 12:29

                    Alors ça, c’est rigolo. Soit c’est encore un crétin de journaliste illettré qui n’a rien compris à une étude scientifique, soit c’est un chercheur rémunéré au nombre d’articles publiés (vous savez, on veut faire la même chose en France). Plus tu publies, plus tu touches, donc tu publies n’importe quoi. Ensuite, le préjugé s’installe. Rappelons que 30% des études scientifiques sont bidonnées.

                     

                    Avant toute chose, il faut distinguer la corrélation de la relation causale. Le professeur nippon a établi une corrélation, pas une relation causale : des hommes sont en même temps ceci cela. X n’entraîne pas Y. On peut aussi démontrer que des hommes qui portent un chapeau sont « plus intelligents » que des hommes qui n’en portent pas.

                     

                    Ensuite, la mesure du QI est un test psychométrique. La psychométrie est de la psychologie différenciée. C’est-à-dire qu’elle a pour but de chercher des différences entre les gens. Donc, forcément, elle va en trouver ! C’est son rôle, ah ah. On pourrait aussi faire des tests pour trouver des ressemblances entre les gens, mais ça intéresse moins. Ca pourrait mettre en danger le fonctionnement pyramidal et malthusien de la société : les meilleures places aux zélites, qui doivent être minoritaires et détectées par différents tests (test Ena, Science Po, jeune et jolie).

                     

                    La psychométrie est donc à la psychologie ce que l’astrologie est à l’astronomie : une pseudoscience. Même si de nombreux vrais et éminents scientifiques (la majorité sans doute) attestent la validité des tests psychométriques.

                     

                    Bon, les premiers tests ont été faits par Binet, repris ensuite et améliorés à l’université de Stanford. On peut parler aussi de Spearman, du facteur G, etc. On utilise d’ailleurs toujours des tests dits Binet-Stanford.

                     

                    Mais aujourd’hui, on utilise plutôt les tests de Wechsler : WAIS, WISC, WPPSI. C’est plus joli. Et surtout,

                     

                    Les tests dits « de QI » analysent surtout le comportement prédictif en fonction de modèles. Déjà, si tu sors du modèle, t’es foutu. Faut rentrer dans les cases.

                     

                    Donc, si je pose 2 – 3 – 4 – 5 – 6…. ? le nombre à trouver est 7. Facile. Si je pose 2 – 4 – 3 – 9 – 4 – 16 – 5 - …. Le nombre à trouver est 25 (5²). Celui qui ne connaît pas le carré est-il con ? Non, il ne connaît pas, c’est tout. A l’inverse, un ordinateur te trouve le résultat facilement. Un ordinateur est-il intelligent ? Bah non, c’est con un ordinateur, il ne dort pas, il n’a pas d’émotion. Peut-on dire que le freluquet agité au QI de 180 qui cherche un balèze au QI de 80 est intelligent ? Ca reste à voir !

                     

                    A l’inverse, tu t’entraînes à passer des tests de QI, ton résultat va s’améliorer parce que tu auras compris comment ça fonctionne. Tu es plus intelligent pour autant ? Bah, non plus. Tu as seulement modifié ton comportement pour prévoir. Voilà pourquoi les tests de QI sont des tests prédictifs, pas des tests d’intelligence.

                     

                    Le test de QI, comme tout test, mesure la capacité à passer un test selon un modèle prédéfini dans des conditions prédéfinies. Par exemple, on sait que la musique classique augmente les résultats aux tests. De même, on sait aussi que la lumière naturelle augmente les résultats, comme une inclinaison de 5° d’une table. Et plein d’autres trucs comme ça. L’heure à laquelle on fait le test, le stress, le cycle ultradien, le rôle de l’alimentation dans la synthétisation des neurotransmetteurs, etc.

                     

                    Autre exemple, les tests de QI se passent en un temps déterminé. Mais on sait depuis Paivio et la théorie du double codage que ceux qui se font une représentation du réel en image sont plus lents à lire un énoncé que ceux qui se font une représentation du réel en mots. A l’inverse, ils sont plus rapides lorsqu’il faut traiter des images.

                     

                    Donc, les tests de Qi, comme toute épreuve (dissertation, commentaire de document, QCM, etc.) ne mesurent pas vraiment les connaissances ou les compétences, mais la capacité à passer un test dans des circonstances précises ainsi que la capacité à lire une consigne. A quoi ça sert donc ? A ELIMINER !

                     

                    Sans compter la myélinisation des axones qui permet de faire passer l’information beaucoup plus rapidement à travers le neurone. La rapidité est essentielle dans un test en temps réduit. Voir nœud de Ranvier pour savoir comment dans le détail, ça fonctionne.

                     

                    Les résultats de tout test ou étude faite en laboratoire n’est pas forcément reproductible dans la société ! Et ça, c’est fondamental !!!

                     

                    Nous sommes tous différents, nous mettons tous en œuvre des stratégies différentes pour résoudre des problèmes. Et nous avons tous la capacité à résoudre les problèmes. C’est la vitesse de traitement qui nous différencie surtout. Les tests mesurent le résultat, pas le processus.

                     

                    La plasticité synaptique est en train de révolutionner les sciences cognitives et prouver que chacun d’entre nous est capable de s’améliorer considérablement. C’est valable autant pour les laïcs que pour les religieux. Autant pour les fidèles que les infidèles.

                     

                    Alors, c’est quoi l’intelligence ? Ca, c’est compliqué. Personne n’est capable de la définir précisément. Howard Gardner est sans doute le plus proche de ce qu’est, ou plutôt de ce que sont les intelligences. Des travaux sur le « fluid intelligence » sont prometteurs. Mais à mon sens, l’intelligence est essentiellement liée à la mémoire de travail et à son empan mnésique, soit la capacité à gérer en même temps un nombre x (en moyenne de 5 à 9) informations en même temps. Ca aussi, ça s’améliore.

                     

                    Etre intelligent, ça s’apprend. Des études sur de vrais jumeaux confiés à des familles différentes ont prouvé des différences importantes selon l’environnement culturel. Le facteur génétique, à mesure que la science progresse, voit son importance décliner ; l’acquis l’emporte sur l’inné.

                     

                    Sommeil, nourriture, relations sociales (en vrai, pas par internet car besoin de contacts corporels), sport, apprentissage permanent et varié sont les clefs de l’intelligence. Et de la lutte contre les maladies neurodégénératives.

                     

                    Pour finir, l’étude est complètement bidon.

                     


                    • Jojo 1er mars 2010 12:50

                      Ah mauvaise nouvelle pour la concurrence, un grand Monsieur est de retour


                    • Sahtellil Sahtellil 1er mars 2010 13:04

                      J’allais juste commencer à regretter la minute cinq que m’a pris la lecture de cet article (peut-on appeler ainsi tout empilement de lignes paru sur AV ?)

                      Heureusement, M. Valmour était là.

                      Merci M. Valmour.

                      BMD


                    • Emile Red Emile Red 1er mars 2010 14:04

                      Parfaite mise au point.

                      M. Valmour vous remettez beaucoup de choses à leur vraie place...


                    • Lapa Lapa 1er mars 2010 14:09

                      Monsieur Valmour a parfaitement résumé la crétinerie de l’étude et de cet article qui en découle.


                    • Chang Captain Dan 1er mars 2010 14:57

                      « Alors, c’est quoi l’intelligence ? »dites-vous...

                      Binet répondait : « c’est ce que mesure mes tests »....

                      on pourra également s’aider des excellents travaux de Michel Tort.
                      Bien à vous.
                       


                    • brieli67 1er mars 2010 15:04

                      Insistons cependant

                      sur l’apport de graisses lors du premier âge : en dépit des tentatives d« huminasitions » industrielles, il y a des mines dans le lait maternel. Le rat a maturé sa graisse cérébrale in utéro, j-8. Le petit primate de Jane et Tarzan devrait bénéficier du pis maternel pendant 2oo jours ex utéro, sans modération.

                      On bousille tous les jours de son capital initial de neurones. D’un Apgar zéro ou 2,( à la naissance bébé bleu de Prusse ou bleu de Paris) faut pas attendre un IQ au zénith.
                      Puis il y a les agents infectueux, les agents toxiques. La science cerne difficillement ces pathologies chroniques. On accuse des produits que la cellule nerveuse n’arrive pas à éliminer, dont certains métaux lourds, de nombreux produits naturels et de synthèse bloquent plus ou moins transitoirement la « machine » / les gaz-moutardes, des insecticides....
                      La démence vers la cinquantaine du paysan « sauceur » de vignes et de raisins est reconnue comme maladie professionnelle depuis peu en France.
                      Négligés à mes yeux, par la Médecine du Travail et la Santé Publique, les solvants.. d’encre, de peinture, des colles... leurs cibles de choix la névroglie.

                      Enfin, il y a un phénomène malédiction éternelle
                       http://fr.wikipedia.org/wiki/Mal%C3%A9diction_du_pharaon
                      un grand nombre d’aliénistes vont/iront sucrer les fraises avec leurs déments.

                      NB : le sport une ou la panacée dans cette course inéluctable vers le Mononeurone du crustacé ? Permettez d’en douter .... Demandons ( transformons ces courts de tennis désespérément vides des lotissements) des salles de muscu de Substances Grise et Blanche : pas que patchwork, pâtàsel, ayurvédique, Feng shuy en français fonchoué en des mais surtout des lieux d’échanges de paroles et de gestes : des mausolés, des temples de métiers et « coups de main » disparus
                      Savez-vous planter les choux à la mooooooode , à la mode ...
                       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires