• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

A 10 ans sous les bombes

Juin 1944...

Bernard a eu dix ans cet hiver, il vit dans un meublé d’une petite ville normande avec ses parents. Installation de fortune, depuis quelques mois que les Allemands ont expulsé la famille de leur maison pour y loger quelques officiers de la Wehrmacht.

Aujourd’hui, son oncle André et sa femme sont venus partager le repas, avec les cousins. Un joyeux repas qui commence, les onze convives débattant avec entrain de l’organisation des jours à venir. Louis, le père de Bernard, est à l’usine, il apportera ce soir ses propres idées au débat. Le soleil, absent depuis plusieurs jours, est enfin revenu ce matin. Une belle journée de printemps normand commence…

Il est deux heures moins le quart lorsque retentit la sirène. On en est au fromage. Bah, encore une fausse alerte probablement !

  • Les enfants, finissez quand même vite vos assiettes, on ne sait jamais.

 

Et Christiane, la maman de Bernard, précise pour les cousins peu familiers des lieux :

  • La cave est juste en-dessous de cette pièce, on y accède par la trappe, là, à côté de la fenêtre du jardin.

 

Elle crie cette consigne à très haute voix, car la sirène hurle toujours. Sa sœur a le temps de répondre :

  • Vous avez de la chance, ce sera moins long que nos quatre étages à descendre dans l’immeuble de Paris. La dernière f…

 

La phrase n’ira jamais plus loin. Elle est interrompue par un fracas épouvantable. La maison tremble, la fenêtre côté rue s’ouvre brutalement comme poussée de l’extérieur. Les vitres volent en éclats et retombent en pluie sur la table, mêlées à des fragments de plâtre chutant du plafond.

Certains, peut-être, hurlent de peur. On ne les entend pas. Mais inutile de rappeler les instructions…

Après une seconde de frayeur immobile, têtes rentrées dans les épaules, grands et petits sont debout et cherchent la trappe des yeux. Les déflagrations se succèdent sans interruption, bien que moins proches semble-t-il. Ou est-ce l’habitude, déjà ?

Bernard était assis le plus proche de la trappe. Vite levé, à demi inconscient de frayeur, il s’emploie de toute ses forces à soulever la trappe. Il tire le crochet, il tire, il tire….Rien à faire. Alors il réalise qu’il est debout sur la trappe elle-même, il repousse violemment la personne pressée contre lui, il ne saura jamais qui c’était, fait un pas en arrière et réussit enfin à ouvrir le passage vers l’escalier. Sous les bombes qui explosent encore tout autour d’eux, les onze convives se précipitent dans la cave…

Juste comme le dernier, l’oncle André, descend la dernière marche, tombe soudain un impressionnant silence. Le bombardement semble terminé, mais l’expérience a enseigné depuis des mois qu’il faut attendre la sirène de fin du danger. On se serre les uns sur les autres, dans l’obscurité quasi totale. Bernard prie le Seigneur en tremblant. Avec ferveur, comme au temps proche de sa première communion, il prie pour ses parents, pour sa famille, pour lui-même. Il prie pour la France. Le temps s’écoule, lentement. Une dizaine de minutes…

Pas de sirène, mais un léger vrombissement qui enfle de plus en plus. André prend la parole, doucement.

  • Ils reviennent. Serrez-vous contre le mur.

 

D’abord les sifflements qui percent le silence, là-haut. Tonalité aiguë, assez lointaine, devenant plus grave en approchant. De plus en plus grave, de plus en plus proche. A nouveau, inconsciemment, les têtes s’inclinent, les bras se ferment sur les épaules, les muscles se raidissent. Alors c’est l’explosion, terrible, assourdissante. Puis une autre, une autre encore. Et d’autres, qui semblent frapper un peu plus loin, tandis qu’on perçoit dans la rue le bruit de murs qui s’écroulent, des pierres qui frappent le sol, des gravats qui s’éparpillent sur le trottoir derrière le minuscule soupirail.

Une dizaine de secondes plus calmes. Quelques cris traversent le silence dans une rue voisine. Ils sont bientôt couverts par une troisième vague de bombes, moins proche. Extraordinaire sentiment de soulagement à penser que si les bombes maintenant tombent plus loin, c’est peut-être la fin du danger ici…

L’espoir prend corps, car plusieurs minutes s’écoulent. On attend la sirène de fin, mais rien. Alors une vie extérieure commence à se manifester, bruit de pas dans la rue, appels, interpellations. Quelques mots font surface, semblant irréels après le vacarme :

  • …Tu n’as rien ?
  • Attention, il y a un trou…
  • Dis-moi où tu es, je ne vois rien…
  • Mon Dieu, où est passé le petit ?

 

Dans la cave on se détend, avec dans les têtes un sentiment de résurrection. Christiane s’adresse à André, voix tremblante.

  • Pourquoi n’entend-on pas la sirène ? On dirait pourtant bien que c’est fini.

 

André, dans un signe d’impuissance :

  • Oui, il n’y a plus aucun bruit d’avion. Attendez, je vais voir dehors.

 

Il monte l’escalier, franchit la trappe encore ouverte, revient après une minute.

  • Dehors, vu par le trou de la fenêtre, il n’y a que des ruines fumantes. Sûr que le toit de la mairie s’est effondré, et la sirène avec ! Je pense qu’on peut sortir d’ici.

 

Bernard éclate de rire, sans raison. Le ressort, qui se détend. Et tout le monde entreprend de remonter à la surface, André cette fois le premier.

Hormis les débris de vitre et de plâtre au sol et sur la table, la pièce paraît intacte. Le déjeuner interrompu est toujours là, à part quelques verres renversés et cassés. Le fromage est resté dans les assiettes, disparaissant presque sous une couche de poudre blanche. Jean, le cousin boute-en-train, annonce à la ronde :

  • Ne me parlez plus du camembert normand, regardez : c’est du plâtre !

 

Pas de rire, personne ne répond, mais la phrase restera dans les mémoires de la famille.

André ouvre la porte extérieure, qui donne directement sur la rue. Aussitôt se déverse dans la pièce un amoncellement de gravats, mais dès que le passage est libre il sort jeter un coup d’œil, laissant la porte ouverte. On aperçoit des gens marchant dans la rue avec des sacs, des valises, l’un d’eux pousse une brouette. Tous progressent difficilement, dans le même sens, vers la sortie de la ville. Bernard voit son oncle traverser la rue, examiner la façade, et aussitôt rentrer pour s’adresser à sa mère.

  • Il faut sortir d’ici, au plus vite. De l’intérieur on ne voyait rien, mais la maison est fortement lézardée sur toute sa hauteur. Elle peut s’écrouler d’un instant à l’autre.

 

Alors Christiane, toujours efficace dans l’adversité dont elle a acquis une certaine habitude :

  • Les enfants, ne touchez à rien et sortez dans la rue.

 

Ce texte est un extrait, condensé et adapté, du roman « Né de Père Disparu » (Raoul Rouot, Muller édition, 2006)


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • papat 22 novembre 19:42

    a gaza c’est comme ça tous les jours ! 


    • aimable 23 novembre 00:57

      @papat
      les Normands on eu le même type d’occupant , sauf que les bombes qui tombaient étaient alliées .


    • leypanou 23 novembre 08:09

      @aimable
      à Dresde aussi c’étaient les Alliés qui bombardaient.


    • aimable 23 novembre 15:07

      @leypanou
      Dans cette guerre , si je vous comprend bien , nos alliés en bombardant les populations ne faisaient aucune différence entre les Normands et la population allemande .


    • covadonga*722 covadonga*722 23 novembre 08:55

       3 000 civils normands sont tués le 6 juin, soit le même nombre de morts que les soldats alliés en ce Jour J.


      • Raymond75 23 novembre 10:46

        Peu de Français ont conscience qu’une grande partie de leurs grands parents ont eu une enfance de réfugiés dans leur propre pays. C’est vrai pour la Normandie, totalement dévastée (sauf Bayeux, sans objectifs militaires), mais aussi du nord, de l’est et de nombre de villes et de villages.

        Leurs parents avaient eux mêmes connus les atrocités de la première guerre mondiale, et certains de leurs enfants ont subi la guerre d’Algérie.

        Les hommes nés après 1945 furent la première génération d’homme français, depuis Clovis (mais on peut remonter beaucoup plus loin) à ne pas avoir connu la guerre.

        Une paix prolongée est une anomalie historique !!!


        • Surya Surya 23 novembre 11:23

          Bonjour l’auteur,

          Vous faîtes avec ce texte de la publicité pour vendre votre roman (un rapide tour sur votre site démontre que vous êtes bien Raoul Rouot). C’est compréhensible, vous désirez que cela se vende, mais est-ce à cela qu’Agoravox doit servir ? 

          Si une marque venait faire de la pub ici pour ses produits, je ne pense pas que l’article serait publié. Pourtant, votre but ici est tout aussi commercial.


          • Impat Impat 23 novembre 11:55

            @Surya

            Un roman n’est pas une marque, cher Surya. Par ailleurs n’avez-vous pas remarqué qu’il existe sur AgoraVox une rubrique « Extraits d’ouvrages » ?

            Bien cordialement,


          • Surya Surya 23 novembre 20:08

            @Impat

            Je ne parle pas de marque, je parle de produit qu’on met à la vente. Ne jouez pas avec les mots par pitié. Et quand on met en vente un roman, il devient un produit commercial, par pitié pas d’hypocrisie on plus.

            Sinon si votre roman n’est pas un produit commercial, offrez le gratuitement à vos lecteurs en le publiant en entier et en accès libre sur votre site. 

            De plus, oui, il existe une rubrique extrait d’ouvrage, mais les auteurs Avox qui publient un texte dans cette rubrique font la promotion des oeuvres des autres, pas des leurs (si tant est qu’ils écrivent eux-mêmes), parce qu’ils chercheraient, comme vous le faites, à se faire de la pub, et donc du fric. Alors là je vous trouve vraiment gonflé de dire ça, surtout d’un air tellement sûr de vous ! Quelle mauvaise foi !!

            Des auteurs ont (et continuent peut-être, je ne viens pas sur Avox tous les jours) publié leurs nouvelles dans le passé (et continuent peut-être, je sais pas, je ne viens pas sur Avox tous les jours) mais pas dans le but de vendre leurs écrits. Juste pour partager, gratuitement, sans rien demander ou espérer en retour, si ce n’est des commentaires.

            Je vous le disais gentiment dans mon précédent message, mais votre mauvaise foi et votre parfaite hypocrisie me donne envie de changer de ton...

            Bref, je maintiens ce que j’ai dit, Agoravox n’est pas le lieu pour faire de la pub pour ses produits commerciaux, mis en vente sur le net ou ailleurs.


          • foufouille foufouille 23 novembre 20:23

            @Surya
            fachovox a tellement de pubs que c’est illisible. tu ne te souviens certainement de la période article de pub avec commentaire interdit.


          • Surya Surya 23 novembre 21:43

            @foufouille
            Maintenant que tu le dis, je m’en rappelle, mais en effet j’avais oublié ce truc...
            C’est vrai que je suis un peu dure avec l’auteur de cet article, vu qu’en effet Agoravox est désormais bourré d’encarts publicitaires. Probablement indispensable pour couvrir les frais, mais raison de plus pour que les auteurs des articles n’en rajoutent pas en se faisant leur propre publicité. Nous sommes bénévoles, on ne cherche pas la célébrité, et on n’a pas à utiliser le site pour essayer de se faire du fric.


          • Impat Impat 24 novembre 10:27

            Pour information on trouve sur Wiki le nombre total de morts français au cours de la seconde guerre mondiale :

            580.000, dont 230.000 militaires et 350.000 civils.

            Les Américains ont perdu 415.000 morts (incluant la guerre du Pacifique) et l’URSS environ 26 millions dont 15 millions civils.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Impat

Impat

Ingénieur


Voir ses articles







Palmarès