• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > À l’aube de la sixième extinction — Bruno David

À l’aube de la sixième extinction — Bruno David

A l'aube de la sixième extinction {JPEG}

La sixième extinction des espèces a commencé. Ce qui laisse entendre qu’il y en a eu d’autres avant, en quoi celle-ci diffère-t-elle des précédentes  ? En quoi est-elle plus préoccupante  ? Rien ne vaut un livre pour avoir une vision d’ensemble.

La biodiversité : une définition récente pour un concept ancien

«  Ainsi dans son acceptation actuelle, on peut dire que la biodiversité est le tissu vivant de la planète. Image intéressante, car elle évoque le lien entre les fils de ce tissu, c’est-à-dire entre individus, populations, espèces… Mais cette analogie doit être dépassée  ».

C’est effectivement la définition que j’avais en tête. En réalité, le concept est plus complexe et recouvre trois niveaux : biodiversité génétique (ensemble des gènes), biodiversité spécifique (ensemble des espèces) et biodiversité écosystémique (richesse des relations et des flux). Les questions qui se posent alors donnent le tournis. Bref, ce terme simple en apparence recouvre une multitude de concept.
Quel usage faisons-nous de la planète et de sa biodiversité  ?

La question énergétique
Me voilà en terrain connu :

«  On dépense de l’énergie et à chaque fois on aggrave le problème  »
«  Cela amène à se poser la question du mode de vie qui confine parfois au consumérisme  ».

La réponse peut paraître simple, mais elle ne l’est pas, d’abord parce qu’elle touche à nos libertés individuelles et ensuite parce que notre économie se fonde sur la croissance, en clair, consommer toujours plus.

L’impact des transports
Les infrastructures nécessaires et les moyens de transport (véhicules, bateaux, etc.) prennent beaucoup de place. Quelques chiffres : 1 % du territoire français est occupé par les routes. À cela s’ajoutent le réseau ferré, le transport maritime et les pistes et aires de circulation des avions. Ce qui contribue à la fragmentation des espaces et des populations. Les animaux, dont les déplacements sont perturbés, voyagent, mais si c’est impossible pour eux, leur patrimoine génétique s’affaiblit. L’auteur donne de multiples exemples de perturbations provoquées par les infrastructures de transports.
Et bien sûr, l’impact des transports dus aux émissions de gaz à effet de serre, mais pas seulement  ; un meilleur contrôle du salage des routes n’empêche pas le sel de finir dans les cours d’eau.

La question du logement
Le cycle de vie d’un bâtiment comprend quatre phases : la production du bâtiment (transport des matières premières inclus), la phase de construction, celle d’utilisation et celle de démolition (recyclage et traitement des déchets inclus). En France et en phase d’utilisation, les résidences représentent un peu plus de 20 % des effets de serre.

Autres thèmes

  • L’eau
  • La santé
  • La pandémie de 2020
  • L’agriculture

Extrait

«  Depuis environ 35 millions d’années, la planète est entrée dans une période froide où des calottes glaciaires sont installées aux pôles. Le film du climat montre que ces périodes ont été assez exceptionnelles dans l’histoire de la Terre qui, pour l’essentiel, s’est déroulée dans des pôles libres de glace. Depuis le début de l’ère Primaire, seules trois périodes ont été suffisamment froides pour que des glaces s’installent aux pôles, trois périodes qualifiées de icehouse qui s’opposent aux périodes greenhouse. La première de ces périodes froides date de 450 millions d’années, à la fin de l’Ordovicien, et coïncide avec la première des cinq grandes crises  ; un autre épisode a lieu vers la fin du Carbonifère, il y a 290 millions d’années, puis vient la période amorcée depuis 35 millions d’années qui se poursuit aujourd’hui. On pourrait donc en conclure que le réchauffement actuel est anodin puisque la Terre a été le plus souvent beaucoup plus chaude que maintenant avec des taux de Co2 atmosphérique bien plus considérables.

Mais est-ce uniquement une question d’ampleur, plus chaud, plus froid  ? Car si le monde a été bien souvent plus chaud qu’il ne l’est aujourd’hui, il était également fort différent. Toute la biosphère était autre, adaptée aux conditions du moment. Au petit jeu de la rétrofiction, si nous étions téléportés dans une plaine côtière du Dévonien, je ne parierais pas sur nos chances de survie, et pas seulement du fait de quelques prédateurs, mais parce que, avec 10 fois le taux actuel de CO2, 25 % d’oxygène en moins, un climat extrêmement chaud et plutôt aride, nos fonctions physiologiques souffriraient. Nous ne serions pas adaptés à de telles conditions. La Terre a traversé des contextes très différents, mais pour chacun d’eux, l’évolution a permis à la vie de s’adapter, de s’ajuster aux conditions d’alors. Formulé autrement, nous nous sentons à l’aise sur Terre car le fonctionnement biologique de notre espèce a eu le temps, au fil d’une longue évolution depuis nos lointains ancêtres, de se caler sur les conditions ambiantes. À la lumière de ce constat, on prend conscience que les vitesses de changement sont cruciales, car depuis 35 millions d’années, la biosphère a eu le loisir de se transformer pour s’adapter à un climat frais avec de la glace aux pôles. Depuis quelques décennies, nous jouons avec le thermostat et provoquons des changements rapides que la vie a du mal à suivre. À quel point poussons-nous le curseur trop loin  ?  »
 

A l'aube de la sixième extinction


Moyenne des avis sur cet article :  2.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 30 mars 14:36

    Encore un collapsologue, un bullshit-jober qui veut passer à la postérité...

    Hors du système qu’ils dénoncent, ces clowns n’existeraient même pas...

    Misère...

    On sait déjà que c’est de là que sortira le pire des totalitarismes.


    • Sylv1 30 mars 15:11

      @Clocel
      Le pire c’est qu’on en prend le chemin, doucement mais surement.
      Le Great Reset n’est plus très loin et ça va être l’avalanche de lois plus stupides les unes que les autres sous prétexte de ne plus embêter la nature et diminuer le méchant CO².
      J’entendais récemment à la radio, que selon des chercheurs, avoir un animal de compagnie était très nocif pour la planète car il consommerait beaucoup trop de viande, et que pour produire cette viande, ça consomme beaucoup trooooop d’énergie et de CO², tout ça ... ça parait bien entendu tout pipeau comme ça, mais c’est exactement ce genre de considération que l’on va dans notre société 2.0.


    • Xenozoid Xenozoid 30 mars 15:46

      @Sylv1

      a mon avis les animaux de compagnies vont finire dans la liste des privilèges,de plus une étude arrivera qui demontrera qu’ils sont nuisibles(transmission d’un variant)_ comme les rats et leur puces,on invitera alors un joueur de flûte


    • Bendidon Bendidon 30 mars 14:52

      Le lien ne fonctionne pas ?


      • C’est tout à fait possible. je me suis fort penchée sur cette fameuse ère du VERSEAU (Aquarius). Les avis divergent. Peut-on parler d’un ère heureuse pour les femmes alors que le signe est représenté par Ganymède un homosexuel amant de Zeus. En carré avec le signe du Taureau (Gaïa) la terre, le féminin. Je ne vais pas revenir sur la mythologie et le triangle : Gaïa-URANUS-SAturne.Tous les astrologues vous diront que le verseau (opposé au lion soleil) est froid, distant, très intellectuel. Se méfie des émotions, en bref de l’amour. LE FROID. Le soleil y est chute. Le soleil, c’est le Père. En raccourci : le gauchiste parfait...pinailleur, polémiste, individualiste, fasciné par la robotique-le transhumanisme-la fausse fraternité, il n’y a pas plus individualiste qu’un verseau sauf s’il s’agit de payer sa cotisation à un parti ou faire oeuvre de charité...idéologique (pas de sentiment). On a fait passer le test du RORSCHACH à internet. Un humain de chair et d’os voit une scène violente. Le Robot donne comme réponse : une rose....Bon ! je n’aime pas n’annoncer que de mauvaises nouvelles. Il est aussi possible que Ganymède fut introduit à un moment de l’histoire. Par contre : URANUS est bien la planète de l’homosexualité. l’uranien synonyme d’homosexuel...Ne pas espérer d’empathie ou de chaleur d’un verseau. Aujourd’hui, deux planètes peuvent prétendre au titre de celle étant « la plus froide du système solaire » : Neptune et Uranus (plus froid encore que Neptune). Septième planète (on entend aussi seth, le chiffre sept est celle de l’hermite et sa forme est celle d’une faux). Bon, paraît qu’il va neiger la semaine prochaine...Breton amoureux des femmes (Guy Debord aussi un froid d’après mon amie qui l’a connu, un capricornien) l’appelait dédé les amourettes). On pourrait croire que saturne est une planète froide. Froide à l’extérieur mais très chaude à l’intérieur. On dit souvent que la froideur du capricorne n’est qu’une apparence, il se préserve, mais à l’intérieur son coeur est en or.(d’où l’expression alchimiste : seul Saturne peut transformer le plomb en OR). Pour Revenir à Breton : Dans ARCANE 17, l’ETOILE, c’est une femme qui verse de l’eau et cette carte est aussi associée à celle du verseau. Voici : Description et ... L’étoile, 

        L’espoir est le maître mot qui symbolise cette carte. Comme l’étoile du berger, elle guide vers un avenir meilleur. C’est une carte constructive si elle est bien vécue, mais attention aux illusions… Cette carte seule ne peut se révéler, elle doit être accompagnée d’une autre qui précise sa réalité. L’étoile n’est pas un aboutissement, juste un passage qui ne souffre pas la stagnation.

        « L’étoile, de par sa structure, symbolise le triangle d’air : verseau-balance-gémeaux. Elle est la phase dans le tarot où l’adepte atteint le niveau de la science des correspondances notamment en astrologie. La lettre hébreue [sic] relative est le phé, organe de la parole dans son sens magistral. C’est la Madeleine du Christ. La Source, l’eau régénératrice de la purification, la connaissance évolutive et généreuse qui ne s’englue pas dans l’encyclopédie purement formelle et descriptive, c’est l’eau-vive. Wait en see..


        • L’idée d’enfants nés dans des couveuses artificielles est bien de type verseau (Signe de la technique et de l’électricité). Le contraire du magnétisme féminin. Le magnétisme est une question de Pôles. On étudie beaucoup pour le moment l’accélération de l’axe des Pôles). A une époque lointaine, le pôle nord était chaud et les plantes poussaient. 


          • Et d’ailleurs, le terme verseau est clair : verser de l’eau pour éteindre le feu du SOLEIL : le père...


            • Le lion, c’est la lumière, le père la verticalité. Le verseau, l’horizontalité (l’égalité MAIS la liberté). Seul le TAU reau peut trouver un EQUILIBRE. IL se trouve entre les deux signes. Comme le scorpion. La CROIX ANSEE. Rien de meilleur qu’un chaud froid. Modérato cantabile. pour le scorpion, son symbole est parfois une Croix, mais souvent une scie. Le scorpion est bien le signe de la différence des sexes (peu apprécié par le verseau)


              • Jeekes Jeekes 30 mars 15:59

                Et voila, mais-l’usine est lâchée, on n’a pas fini.

                Mais merde, faîtes un peu attention, qui c’est qui a encore laissé la porte de sa cellule ouverte ?

                 

                Vite, les infirmiers, la piquouse de calmants !

                 


                • JC_Lavau JC_Lavau 30 mars 16:05

                  Le but de la propagande est simple : « Mort aux humains d’où vient tout le mal ! ». En effet, selon la propagandiste forcenée : « Depuis quelques décennies, nous jouons avec le thermostat et provoquons des changements rapides que la vie a du mal à suivre », « l’impact des transports dus aux émissions de gaz à effet de serre »...

                  L’auteuse a-t-elle la moindre idée de ce que pourrait bien être un effet de serre ? La propagande lui a fait croire qu’elle a compris quelque chose, mais avec pas un seul mot de vrai.

                  Rappel :

                  Maître Panisse t’a vendu le Pitalugue, et tu admires ta perspicacité...






                  • Clocel Clocel 30 mars 16:22

                    Alléluia mes frères, voilà le sauveur !


                    • Durango Durango 30 mars 18:44

                      @Clocel En effet, nous voilà sauvés. Prochain épisode, Joe contre la faim dans le monde ?


                    • rhea 1481971 30 mars 19:52

                      Une vieille émission de l’ORTF ou un savant disait que la masse de

                      matiére organique est constante sur terre. En bref, plus il y a d’ humains

                      moins il y a d’animaux.


                      • binary 30 mars 22:43

                        C est bien « bô » de prédire, dans cet article, l avenir de la planète pour le prochain siècle , mais je ne vois RIEN sur les numéros du tirage du loto de la semaine prochaine.


                        • Aimable 31 mars 08:27

                          Cette fois ci l’extinction sera due a l’espèce humaine , tout au moins a une catégorie bien précise, ceux qui thésaurisent les richesses pour devenir les maitre du monde, le résultat c’est qu’il vont passer a la casserole comme les autres , les financiers auront causé leur propre perte physique lamentablement .


                          • J’ai lu beaucoup d’articles sur l’air du verseau. C’est affreux. Transhumanisne, robotique, individualisme, homosexualisme, perversion-narcissique. FROID. sans empathie ni émotion. Belles idées humanitaires qu’ils ne mettent pas en pratique. Voici n extrait. Perso, je préfère encore qu’on en reste là. https://www.mon-horoscope-du-jour.com/signes-astrologiques/zodiaque/defauts-imperfections/verseau.htm. Mais une question se pose malgré tout. Ganymède date des grec et l’astrologie existait avant....


                            • Lire ère et pas air.... Si on est gouverné par des pervers-narcissiques. Normal qu’ils feront tout pour détruire la civilisation. Et un petit coup de pouce du climat et Zoup...


                              • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 31 mars 10:22

                                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                                salut, certes ,mais qui est assez « con » , genre chef d’escadrille, pour se faire gouverner par des pervers narcissiques,les élire, travailler pour eux etc et même pour se faire gouverner tout court..quel est cette étrange névrose que de donner sa vie à un autre humain ??
                                ah oui, nous tous , j’ai tendance à oublier ce détail..
                                Autre détail chez le bétail, même les fameux moutons animaux que nous copierions ne sont pas assez « cons » pour aller se chercher un maître, eux.
                                Ceci bien sur en surface de ce qui est n’étant jamais perçu ..pour le non superficiel nous repasserons.
                                le climat s’en tape des humains comme c’est pas possible bien sur..
                                comme l’intégralité de ce qui est..


                              • @Géronimo howakhan Vous connaissez pourtant ma vision des choses : THOT-HERMES. Ce qui est en haut, est comme ce qui est en bas. Et si le mental est déséquilibré, le climat suivra....


                              • Et dire qu’en France, on a même pas droit à l’euthanasie. Pauvre Françoise Hardy qui est dans un étant épouvantable avec son cancer de la gorge. Pays d’assassins..


                                • La fraternité avec les pervers-narcissique N’EXISTE pas... Capice...



                                    • En plus le signe du verseau est relié à l’Apôtre JEAN : celui qui marque le passage aux Solstices : Le Baptiste et l’évangéliste. Apocalypse de Saint JEAN. Je pense à JEAN MARAIS et JEAN COCTEAU. Marais dans le rôle de Ganymède (passif) et Cocteau dans celui de Zeus.... A méditer. Cocteau chemin de vie 11 (verseau, 11ème maison). Jean Marais, né un 11 décembre. Le 11 des illuminatis. Chiffre double : du pire au meilleurs. Apocalypse ou révélation. Je n’ai pas besoin de revenir sur toutes les dates avec un 11. Jean Cocteau était Rose-CROIX. 


                                      • jjwaDal jjwaDal 31 mars 14:57

                                        « A l’aube » ? Non, le carnage a débuté pour de bon il y a plus d’un siècle, mais le 20ième concentre la majeure partie puisqu’il a vu l’explosion de la population humaine couplée à l’explosion de la consommation d’énergie per capita.
                                        On sait comment réduire grandement notre impact global sur notre environnement à qualité de vie identique, mais même ça ne se fera pas sans mesures législatives courageuses et sans changements d’habitudes pourtant très récentes. Prenons notre consommation insensée de viande, par ex.
                                        Dans les années 1950 on consommait la moitié de ce qu’on mange en 2021, la génération des arrière grands-parents en consommait 10 à 15%. Une civilisation quasi végétarienne consommerait 5 fois mois de terres agricoles et pas loin de dix fois moins d’eau et d’énergie pour nous nourrir et serait bien plus profitable à la santé. En quoi le reflux vers une alimentation fortement végétalisée serait-elle une régression ?
                                        Prenons l’automobile qui est devenue également une arme de destruction massive de l’environnement par le volume de minerai qu’elle consomme, par le volume des déchets produits, par les surfaces gigantesques qu’elle nécessite pour nous offrir des résidences secondaires mobiles mais bougeant 10% du temps au maximum. L’alternative est bien sûr le transport en tant que service, nous offrant la possibilité de choisir tous les jours le type de véhicule dont nous avons besoin et la marginalisation de la possession d’automobiles personnelles. On aurait dix fois moins de véhicules sur les routes et on récupérerait a minima la surface qu’ils occupent à l’arrêt.
                                        A qualité de vie identique, l’opposition à ce genre d’évolution sera farouche, oubliant que l’intérêt de tous priment sur les libertés individuelles. L’enfant est bien le projet d’un couple mais la loi lui interdit de tabasser l’ enfant, de le tuer,, de le vendre ou le prostituer. Cela est profondément liberticide mais on comprend collectivement que c’est pour le bien commun. Il va falloir réapprendre cette notion, car il n’est pas sûr qu’on puisse gérer notre environnement au mieux de nos intérêts collectifs à « qualité de vie » identique...


                                        • Old Dan Old Dan 1er avril 19:48

                                          Cet article, plutôt sensé, est pour ceux qui ont l’avenir devant eux...

                                          .

                                          [... Pour les vieux, c’est trop tard. Fallait y penser avant, héhé ! ]

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité