• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > « Au crible ! » : la politique expliquée aux jeunes ?

« Au crible ! » : la politique expliquée aux jeunes ?

On fait parfois des découvertes sur le Web. C’est par contre moins le cas en ce qui concerne le monde de l’édition de livres. Il y a quelques jours, au détour d’un site, je découvre un encart dont le titre avait tout pour m’attirer : « La politique ne se limite pas au bulletin de vote ! »

...le tout présentant la jaquette d’un livre où on voyait notre président de la République barré par le titre suivant : « Qu’y a-t-il derrière "valeur travail" et "identité nationale" ».

L’encart proposait des tracts (ou un PDF) afin de participer à la diffusion du livre. L’adresse du site Web de l’éditeur y étant indiqué, j’ai pris contact avec l’éditeur et lui ai proposé une « interview citoyenne » sur le lancement de ce livre. Et que pensez-vous qu’il arriva ? Il a accepté et surprise complémentaire, l’auteur du livre s’est joint à l’interview.

Interview de Sandrine MINI, directrice de la maison d’édition SYROS, et de Philippe GODARD, auteur du premier volume de la collection « Au crible ! »

Bonjour,

Quelques sites Web parlent d’un livre qui doit sortir début octobre 2007 dont le titre est « Valeur travail » et « identité nationale  ». Je cite un extrait du texte de promotion qui lui est associé : « Selon Nicolas SARKOZY, "La France est devenue le pays qui travaille le moins en Europe." Pourtant les statistiques de l’OCDE montrent que les Français sont parmi ceux qui travaillent le plus en Europe et que leur productivité est l’une des meilleures du monde » ... / ... En refusant la polémique facile, les titres de la collection « Au crible ! » sont des outils politiques à part entière.  » Cet ouvrage est publié aux éditions SYROS et doit sortir en librairie le 4 octobre.

Q : Pouvez-vous nous présenter les éditions SYROS ?

Sandrine Mini  : Syros a été fondé en 1972 par trois membres du Parti socialiste unifié, le PSU. Dès le départ, cette maison d’édition a donc occupé une place à part dans l’édition française. En 1980, la CFDT est entrée dans le capital, puis la Ligue de l’enseignement et diverses mutuelles. Les éditions Syros ont longtemps été liées aux éditions Alternatives puis aux éditions La Découverte. En 2005, le fonds adulte est repris sous la marque La Découverte. Syros Jeunesse, secteur qui est né en 1984, devient Syros, un éditeur qui se consacre essentiellement aux livres pour enfants.

Editeur pionnier, Syros a installé sa notoriété grâce à une politique éditoriale militante et audacieuse. Avec « Souris noire  », puis « Rat noir  », Syros fut le premier éditeur à proposer aux enfants et aux adolescents des polars écrits par les plus grands noms du roman policier adulte. Toujours leader dans ce genre, Syros a su ouvrir son catalogue à la littérature, aux albums, aux contes et aux documentaires. Le secteur documentaire Syros touche plus particulièrement les grands adolescents. Conçues à partir de discours et de témoignages, « J’accuse !  » (collection créée en 1992), « Femmes !  » et « Les documents Syros  » proposent des ouvrages intergénérationnels, qui permettent aux adultes et aux adolescents d’échanger entre eux sur les grands enjeux du monde. La nouvelle collection « Au crible ! » s’inscrit dans cette continuité.

Q : Votre site Web présente une collection orientée jeunesse sans référence précise à la collection « Au crible ! » Pourquoi ?

Sandrine Mini  : La collection n’est pas encore mentionnée sur le site web, en effet, mais nous sommes en train d’y remédier. Nous sommes une petite équipe et manquons souvent de temps ! Elle sera présentée avec les trois autres collections documentaires que vous pouvez d’ores et déjà découvrir en suivant le lien Collections (livres en feuilletage, présentations, interview...).

Q : Quels sont les origines et les objectifs de cette collection ?

Philippe Godard  : Je suis parti d’une constatation : il n’est pas facile de décrypter le discours politique de Nicolas Sarkozy parce qu’il dit souvent tout et son contraire. Ou alors il annonce quelque chose, comme un New Deal écologique planétaire, et il fait le contraire en France même, par exemple en renonçant purement et simplement au plan rail-route.

Il est donc nécessaire d’analyser ce discours qui part dans toutes les directions, et de mettre l’accent sur les contradictions énormes que Sarkozy nous présente avec aplomb, comme s’il ne s’agissait que de banales évidences. Par exemple, les Français seraient selon lui ceux qui travaillent le moins en Europe. Mais non ! Nous ne sommes pas ceux qui travaillent le plus, mais nous travaillons à coup sûr davantage que les Norvégiens, les Italiens, les Néerlandais ou les Allemands ! C’est l’OCDE qui l’affirme. J’ai donc proposé une idée de collection à Sandrine Mini...

Q : Cette collection se veut-elle un outil de vulgarisation ? Dans quels domaines ?

Sandrine Mini  : Plutôt que de vulgarisation, avec l’idée de faire œuvre encyclopédique, là, il s’agit d’un outil critique, avec, il est vrai, l’idée d’expliquer de façon simple des choses complexes. Mais l’auteur ne se limite pas à expliquer, ni même à décrypter. Il donne aussi des outils qui permettent de réfléchir, de débattre, de se forger une opinion, de critiquer. Pour le moment, les deux premiers domaines traités sont la « valeur travail » et l’ « identité nationale  », puis, dans le deuxième volume, la sécurité et la politique des « quartiers ».

Q  : Dans le contexte actuel où l’on parle de faire disparaître les acquis de 68, n’avez-vous pas peur qu’on vous reproche d’initier les adolescents à la chose politique ?

Philippe Godard  : Tant mieux ! Pour nous, ce n’est pas un reproche, c’est exactement ce que nous souhaitons faire !

Q  : SYROS diffuse des ouvrages qui ont été sélectionnés par l’Education nationale. Ne craignez-vous pas des réactions ministérielles après la sortie de ce livre ?

Sandrine Mini  : De nombreux livres Syros sont en effet reconnus et plébiscités par les enseignants, pour leurs qualités et leur sens profond (ouverture d’esprit, autre regard sur le monde...). Ce sont les qualités littéraires de nos textes qui expliquent que l’Education nationale en ait inscrit un certain nombre à la liste de référence des ouvrages de littérature jeunesse pour l’école primaire (cycle 3).

Je crois qu’il ne faut pas oublier qu’une maison d’édition est une entreprise d’abord intellectuelle et culturelle. Et que l’Education nationale n’est pas un ministère de Censure politique. Nous ne pensons pas qu’il y aura un retour de bâton. Si cela se produisait, ce serait un recul flagrant de la démocratie dans ce pays, mais franchement, nous n’y croyons pas.

Q : Le ministère de l’Education nationale est-il au courant de la parution de ce nouvel ouvrage ?

Sandrine Mini  : Non, il n’y a pas de relation directe entre le ministère et la totalité des parutions. La dernière fois que nous avons été sollicités, ce fut pour la constitution d’une liste de référence d’œuvres littéraires et graphiques pour les petits (cycle 2), qui devrait bientôt être diffusée. Et encore une fois, le premier titre d’ « Au crible ! » n’est pas une parution strictement jeunesse, mais un livre critique pour les 15 ans et plus, vendu en rayon adulte.

Q : Le tract indique clairement « La politique ne limite pas au bulletin de vote  » et plus loin : « Décortiquer le programme politique de Nicolas SARKOZY. Comprendre et critiquer l’action du gouvernement. Débattre avec ses proches.  » Vous donnez l’impression de vouloir faire du prosélytisme anti-gouvernemental. Est-ce le cas ?

Philippe Godard  : « Prosélytisme », sûrement pas. Cela supposerait que nous représentons un parti dans lequel regrouper nos prosélytes. Or, ce n’est absolument pas le cas. Nous prétendons apporter un outil critique présentant des arguments sérieux, de caractère non polémique, et permettant donc de nourrir une réflexion critique au meilleur sens du terme. Nous espérons que « Au crible ! » aidera ses lecteurs à élaborer un discours politique critique, sérieux, qu’ils seront toujours mieux à même d’argumenter pour qu’ils ne se laissent pas abuser par certaines propagandes.

Q : Philippe GODARD, vous êtes un familier des éditions SYROS. Quels sont vos ouvrages déjà publiés par la maison d’édition ?

Philippe Godard : Je dirige la collection « J’accuse !  », dans laquelle j’ai publié un livre sur les castes en Inde avec un dalit indien (Une enfance intouchable), un volume sur les prisonniers en France (Derrière les barreaux), un autre sur la violence des gangs en Amérique centrale (Marabuntas), et enfin je viens tout juste de publier, avec une ethnologue péruvienne, Bidonplanète, sur la question des bidonvilles.

Dans la série des « Documents Syros  », je suis l’auteur de trois livres éminemment politiques sur Malcolm X, Che Guevara et Gandhi. Pour ces trois derniers livres, j’ai notamment traduit l’intégralité de discours inédits de ces personnages majeurs du siècle passé.

Q  : Pour le lancement de ce livre, vous semblez avoir joué la carte du «  buzz » en proposant aux internautes des tracts en format numérique. Est-ce une première et pourquoi ce choix ?

Philippe Godard  : Le but de « Au crible ! » est de toucher le plus large public possible. C’est pour cela que son prix n’est que de 4,90 euros : nous voulons le mettre à la portée de toutes les bourses. Il nous a semblé logique de faire fonctionner tous les réseaux de diffusion, afin que les lecteurs aient envie de lire ce livre, même si, d’habitude, ils ne sont pas des habitués des librairies.

Q : Est-ce une expérience ou pensez-vous généraliser ce type de promotion pour la collection « Au crible ! » ?

Sandrine Mini  : C’est vrai que c’est une première fois. Le tract, disponible en PDF et téléchargeable, permet à tous de participer à la diffusion de l’information sur ce livre. Le bouche-à-oreilles sur le Web nous semble un excellent outil pour ce type d’ouvrage, dont la vocation est de toucher un public le plus large possible !

Nous espérons également mieux utiliser ce média pour faire découvrir nos autres collections documentaires qui trouvent difficilement leur place en librairies (il n’y a pas de rayon grands adolescents en non-fiction !).

Q : Envisagez-vous de « prolonger » la collection par un forum ou un blog qui donneraient la parole à vos lecteurs ?

Philippe Godard  : Nous en avons en effet déjà parlé. Mais pour le moment, nous ne pouvons pas répondre à la question, car il faut d’abord voir comment marche la diffusion du livre avant d’envisager les suites possibles. En tout cas, il y aura d’autres volumes dans la collection, c’est certain.

Q : Le livre peut-il (ou pourra-t-il) être commandé sur votre site ?

Sandrine Mini  : Non, nous ne faisons pas de vente directe en ligne. Le plus simple est d’aller chez votre libraire. Le livre sort le 4 octobre, et on le trouvera dans toutes les librairies. En cas de problème, les lecteurs peuvent nous contacter à l’adresse suivante : contact@syros.fr

Merci à tous les deux d’avoir répondu à mes questions.

Jean Claude BENARD

Sources et crédit photo
Editions SYROS


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 2 octobre 2007 11:58

    "On fait parfois des découvertes sur le Web. C’est par contre moins le cas en ce qui concerne le monde de l’édition de livres. Il y a quelques jours, au détour d’un site, je découvre un encart dont le titre avait tout pour m’attirer : « La politique ne se limite pas au bulletin de vote ! »

    Après avoir découvert un bouquin notre ami publi-reporteur va nous faire découvrir la nouvelle peugeot et les nouveaux modeles de scooter sponsorisé à 100% par la marque.

    D’ailleurs les publi-reportages commencent toujours par la même phrase

    Q : Pouvez vous nous présenter les éditions toto ?

    Le reste des questions est identiques à ce que nous retrouvons dans tout les mauvais publi-reportages


    • rhp 2 octobre 2007 19:06

      Tiens de l’info déguisée en pub ? c’est presque surprenant.

      L’habitude d’avaler de la pub déguisée en info ne me permettrait plus de distinguer l’une de l’autre ?

      à celà, une seule solution : Farheneit !

      Basta !!! STOP !!!

      Plus d’anonces de concert, spectacles, évenements artistiques ou sportifs divers, plus d’articles de cinéma dans les journaux locaux ! plus de critiques qui feraient la pub de vils commerciaux en mal d’édition ! Interdisons les livres de besancenot et Mitterand.

      Suffit cette cacaphonie libertaire et gauchisante !!! mettons le holà !!!

      Bien sur, certains artistes pré-programmés ne paraitront plus sur les chaines nationales. Certes, Johnny, Aznavour, Delon et Mathieu ne feront plus que chanter sur les ondes et nous perdrons les joies de leurs verve. C’est sur, La StarAc sera un exercice d’essai pour jeunes en quete de reconnaissance spirituelle. Delarue, Drucker, Fogiel et Ardisson se mettront peut etre à la culture, Sarko, Jospin et segolène ne vendront plus de « livres ».

      Mais la France est courageuse et devrait s’en remettre...

      Bref plein de changement en vue ... et tout ca à cause de Monsieur BENARD et 3 ex du PSU

      Merci Monsieur LERMA, vous m’avez ouvert les yeux !


    • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 2 octobre 2007 12:07

      lerma,

      Je sais qu’on ne doit pas parler aux trolls parce que cela les instruit.

      Je ferai une exception pour cette fois. Vous avez lu les premières lignes comme d’habitude et posé votre « commentaire » avec un seul but, pouvoir y glisser l’adresse de votre blog afin d’améliorer votre référencement dont vous êtes si fier puisque vous en signalez sa qualité en page d’accueil.

      En bref vous êtes un spammeur !!! Et vous savez très bien ce que les gens en pensent.


      • tvargentine.com lerma 2 octobre 2007 16:41

        Reconnaissez tout simplement que vous avez produit un publi-reportage standard,avec les mêmes phrases que l’on peut lire dans des encarts publicitaires avec la mention « publi-information » ou « publi-reportage »

        Me concernant,ce n’est pas parce que mon site est bien fait qu’il faut considérer que je n’ai pas d’idées et réduire le débat en rejetant l’esprit critique qui fait avancer la société

        Concernant mon référencement gratuit auprès des moteurs de recherches ,il n’a rien couté à pars un peu de matière grise !

        Pas besoin d’etre « Consultant en marketing du Web - smiley smiley smiley smiley smileySpécialiste de l’économie ... smiley smiley smiley - Chroniqueur technique.. smiley smiley smiley smiley. » ....car tout cela ce n’est que du vent et de la poudre aux yeux

        Oui,il faut accepter de ne pas penser identique


      • Servais-Jean 2 octobre 2007 17:40

        Enfin un éditeur qui à l’inverse de TF1 permet au « bon peuple » de se remplir le cerveau et d’apprendre à penser par lui-même.

        Encore faut-il savoir lire et en avoir le courrage, ce qui est certainement déja trop tard pour les nombreux amateurs de séries télévisées destinées à ’libérer les cerveaux’.


        • rhp 2 octobre 2007 19:12

          Tiens de l’info déguisée en pub ? c’est presque surprenant.

          L’habitude d’avaler de la pub déguisée en info ne me permettrait plus de distinguer l’une de l’autre ?

          à celà, une seule solution : Farheneit !

          Basta !!! STOP !!!

          Plus d’anonces de concert, spectacles, évenements artistiques ou sportifs divers, plus d’articles de cinéma dans les journaux locaux ! plus de critiques qui feraient la pub de vils commerciaux en mal d’édition ! Interdisons les livres de besancenot et Mitterand.

          Suffit cette cacaphonie libertaire et gauchisante !!! mettons le holà !!!

          Bien sur, certains artistes pré-programmés ne paraitront plus sur les chaines nationales. Certes, Johnny, Aznavour, Delon et Mathieu ne feront plus que chanter sur les ondes et nous perdrons les joies de leurs verve. C’est sur, La StarAc sera un exercice d’essai pour jeunes en quete de reconnaissance spirituelle. Delarue, Drucker, Fogiel et Ardisson se mettront peut etre à la culture, Sarko, Jospin et segolène ne vendront plus de « livres ».

          Mais la France est courageuse et devrait s’en remettre...

          Bref plein de changement en vue ... et tout ca à cause de Messieurs LERMA et BENARD et 3 ex du PSU


          • moebius 2 octobre 2007 23:34

            ..quel « jeune » du « bon peuple » va lire ce « bon » livre ?


            • La chikitine 4 octobre 2007 19:15

              Les éditions Syros semblent restées une maison de qualité et de débat. Et puis un livre qui vise à donner une information sérieuse et vérifiée afin de ne pas « tomber dans le panneau » c’est toujours intéressant.


              • Bigre Bigre 7 octobre 2007 03:09

                A quand un livre pour les petits vieux qui votent ? Et qui votent aux élections comme ils votent à StarAc, sur base de la gouaille du candidat !

                Tiens, faudrait leur expliquer le trou de la sécu, la franchise sur les soins, la dépénalisation des délits financiers, ....

                Malheureusement, ils ne lisent plus, ... eux non plus ...


                • Jean-François 1er avril 2008 23:26

                  Je viens de terminer ce livre. Je l’ai trouvé vivifiant et vraiment intéressant. Il suscite débats, discussions et réflexions. C’est un livre fondamental qui ne s’adresse pas exclusivement aux jeunes, car il expose simplement et efficacement des arguments pour contrer les discours politiques volontairement abscons de NS et sa clique.

                  Quant à la question du publi-reportage, c’est lamentable : comment parler de quelque chose sans le nommer, le définir ? C’est probablement une chose trop complexe pour certains !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires