• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > Combat d’Ormoy-Villiers. (11 Juin 1940)

Combat d’Ormoy-Villiers. (11 Juin 1940)

Le 11 Juin, à 10 heures, la 2e section de la 2e compagnie du 30e bataillon de chasseurs à pied arrive, après une marche de nuit de 40 kilomètres, à la station de chemin de fer d'Ormoy-Villiers, qu'elle reçoit la mission d'occuper et défendre.

La station forme un point d'appui en saillant sur la ligne principale. La section s'organise aussitôt. Elle est renforcée d'un groupe de mitrailleuses et d'un canon de 25.

 

Dès 15 heures, les chars ennemis apparaissent. Ils avancent avec prudence, reconnaissant l'emplacement de la défense ; ils en évaluent la puissance et repartent sans plus insister. A 16 heures un violent bombardement d'artillerie se déclenche. Bientôt l'infanterie allemande entre en ligne. Elle représente l’effectif d'un bataillon.

 

L'adjudant-chef Fournier, avec un sang froid parfait, laisse l'ennemi progresser jusqu'à proximité de la station et ouvre brusquement un feu brutal. Les pertes ennemies sont considérables. L'attaque s'arrête net, brisée de front.

 

Cependant les troupes allemandes, sur le flanc gauche de la section, ont réussit à déborder la défense. Des patrouilles ennemies s'infiltrent dans le village à l'arrière des défenseurs. La section fait front dans toutes les directions. Formée en carré elle tient sans défaillance, entretenant un feu intense et tenant l'ennemi en respect, bien qu'elle soit encerclée.

 

Déjà la contre-attaque se dessine. Le groupe franc du 30e bataillon de chasseurs à pied accourt à la rescousse pour dégager les camarades encerclés. Sous les ordres du lieutenant Godinot il atteint le village, y pénètre.

 

Tout à coup le lieutenant Godinot se trouve face à face avec une patrouille ennemie commandée par un lieutenant. Un rapide duel au pistolet s'engage entre les deux officiers. Atteint à coté du cœur le chef allemand s'écroule . Le groupe franc fait deux soldats prisonniers. Les autres se replient. Le village est dégagé.

 

A présent la nuit est tombée. Aux créneaux, derrière les barricades, dissimulés aux fenêtres des maisons, les chasseurs veillent.

Soudain, dans l'obscurité, des détonations éclatent ; aussitôt de partout la fusillade crépite. Elle dure un certain temps, puis s'éteint, renseignements pris c'est un tank ennemi qui, profitant de l'obscurité totale, s'est avancé jusqu'à l'endroit où le canon 25 est en batterie. Il a mitraillé à bout portant les servants, en tuant un et en blessant deux. Mais la réaction a été immédiate, l'ennemi n'insiste pas.

Le reste de la nuit se passe dans un calme relatif, coupé de temps à autres d'alertes et de fusillades.

 

Dans la journée du 12 l'attaque reprend. Pendant toute la journée, cramponnés à la position, les chasseurs de la 2e section résistent à tous les assauts de troupes infiniment supérieures en nombre et en armement. Le bombardement ne peut rien contre obstination. Deux fois la section se trouve à nouveau presque complètement encerclée. Elle continue à faire feu de toutes ses armes sans la moindre idée de repli. L'ennemi, visiblement, commence à désespérer de passer. Devant les maisons écroulées, les murs en ruine, où tient toujours la section, plus de cinq cents cadavres à présent sont couchés. Et de nouveau la nuit tombe.

 

Quant à 22 heures elle reçoit l'ordre de se replier, la section de l'adjudant-chef Fournier évacue la position, elle se retire dans le plus grand ordre. Elle ne laisse ni un homme, ni un blessé, ni une arme entre les mains de l'ennemi.

Pendant 36 heures la 2e section de la 2e compagnie du 30e bataillon de chasseurs a pied a tenu sa position. Grâce a sa résistance héroïque, le dispositif du bataillon n'a pas été entamé d'un pouce. Elle s'est montrée digne des traditions de l'arme.

 

 

Extrait tiré du livre « Mémorial de France », faits d'armes recueillis pas André-Paul Antoine.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • sound of sound of 9 janvier 21:38

    Le 9 mai 1938, adolf .H et benito.M s’étaient rencontrés à rome afin de se mettre d’accord pour créer ce qu’ils appelaient « la nouvelle europe » « Das neue Europa », une europe dictatoriale qui serait mise sous le joug des deux Enfoirés. Durant les négociations avec l’Italie fasciste, l’Allemagne envoya deux experts en droit afin de mettre sur pied le cadre juridique de cette nouvelle europe. Ces deux experts furent friedrich klausing et walter hallstein, qui représentaient le gouvernement nazi lors des négociations. Par la suite pendant la seconde guerre et sous l’occupation allemande, la propagande pro « nouvelle europe » était intense en France. « Paris Soir » titrait le 1 er février 1941 : « 1941 sera l’année historique du regroupement de L’EUROPE » à déclaré adolf. Il y’a même eu cette année-là une exposition intitulée « La france européenne », de même en 1942, avec cette fois-ci « Laurence européenne : La vie nouvelle » Tout est dit et à partir de là TOUT est tronqué, et manipulé. Il semblerait que tout ceci soit une énorme organisation à but lucratif sauf pour tous ces millions de mort que la guerre à causée. A partir de là on écrit des d’articles sur la seconde guerre mondiale différemment ... smiley


    • julien julien 10 janvier 11:35

      @sound of
      Oui peut être smiley ... Je tiens juste à rappeler que ces articles ne sont pas là pour comprendre les dessous de la guerre et ses buts mais juste pour raconter les faits d’armes qui ont eu lieu à un moment donné de cette affreuse guerre. Pour rappeler que ces militaires, qu’ils aient été volontaires ou pas ont su faire preuve de courage sur le champ de bataille.


    • sound of sound of 10 janvier 15:11

      @julien
      Tout à fait d’accord, c’est d’ailleurs dans ce but que je me suis permis d’éveiller en toute modestie les consciences ... Car en comprenant l’histoire au plus loin, nous comprendrons alors l’avenir ! Ce sont ces « buts » ainsi que ces « dessous » qui ont initiés cette mouvance et ces actions patriotiques et donc provoqués la mort de ces malheureux combattants manipulés, bras armés d’une idéologie tous sauf fraternelle ... Relaté sans en comprendre les rouages subtiles, n’est qu’une instrumentalisation des consciences ; à commencer par celle du peuple combattant et donc la notre smiley


    • Sources svp 2 avril 14:06

      @sound of « l’Allemagne envoya deux experts en droit afin de mettre sur pied le cadre juridique de cette nouvelle europe. Ces deux experts furent friedrich klausing et walter hallstein »

      Sources ? Rien ne prouve ce que vous dites désolé. Le déplacement de Walter Hallstein à Rome n’est que pure coïncidence jsuqu’à preuve du contraire


    • sound of sound of 9 janvier 21:40

      OUps ce n’est pas« Laurence européenne » mais la « France européenne » saleté de T9 !!


      • nono le simplet nono le simplet 10 janvier 02:31

        lecteur toujours fidèle smiley


        • eric 10 janvier 10:36

          Des questions pour notre temps


          • julien julien 10 janvier 11:41

            @eric
            Beaucoup de questions oui...


          • JulietFox 10 janvier 12:42

            L’Armée française n’a pas été la 7 eme Compagnie.

            Ils sont sauvé l’Honneur.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

julien

julien
Voir ses articles







Palmarès