• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > Esclaves et visiteurs européens dans la Régence d’Alger

Esclaves et visiteurs européens dans la Régence d’Alger

La Régence d’Alger, redoutable nid de pirates barbaresques et important marché aux esclaves, a été décrite tout au long de son existence par plusieurs Européens, esclaves ou diplomates. On citera parmi eux Diego de Haedo (esclave vers 1580), Emanuel d’Aranda (esclave en 1640 et 1641), le Chevalier d’Arvieux (diplomate en poste en Alger en 1673 ; conseiller de Molière pour le Bourgeois Gentilhomme) et Jacques-Philippe Laugier de Tassy (diplomate en poste en Alger en 1718).

La Régence d’Alger, capitale du corso barbaresque  sème la terreur sur les mers du XVI ème au XIX ème siècles. C’est une vassale très remuante de l’Empire ottoman, un nid de pirates, un marché d’esclaves, principalement blancs, et une ville ingouvernable habitée par une population très hiérarchisée se décomposant comme suit :

Les Turcs, arrogants et brutaux, sont recrutés parmi les pires brigands de Turquie et tiennent le haut du pavé à Alger ; ils sont en général célibataires, à la fois parce que Constantinople décourage leur mariage et parce que les femmes turques refusent de venir en Alger ; leurs amours se déroulent soit avec des esclaves chrétiennes, soit entre hommes ; s’ils viennent à épouser des femmes musulmanes indigènes, leurs enfants, les Kouloughlis, conservent un statut inférieur ; dans le contexte d’Alger, les Turcs sont bien entendu libres, mais on les appelle quand même des Janissaires ; ce sont les vrais maîtres d’Alger, puisqu’à toutes les époques le principal souci du Régent, qu’il soit Pacha, Agha ou Bey, sera d’assurer leur solde ; cependant, et paradoxalement, à partir de la période dite des Aghas (1659-1671) , Alger se veut indépendante de Constantinople ;

Les "Maures", "naturels du pays" selon d’Arvieux, n’ont aucune part dans le gouvernement ; probablement faudrait-il distinguer ici entre Arabes et Berbères, mais les auteurs d’autrefois ne le font pas, et l’on se gardera d’avancer sans sources sur ce terrain ;

Les Juifs autochtones occupent le bas de l’échelle sociale et sont soumis à des mesures vexatoires (habits noirs, quartier réservé) ; les juifs étrangers se livrant au commerce international, appelés "juifs chrétiens", ne sont pas soumis à ces mesures ; ils s’habillent à l’européenne, vivent où ils veulent, font juger leurs litiges par le Consul de France et sont les maîtres du commerce international ; les prises des raïs sont vendues dans toute l’Europe par l’intermédiaire de leurs cousins de Livourne (port franc près de Pise en Italie, capitale du recel et de l’argent noir pour les pirates des deux bords) ; certains juifs ont été expulsés d’Espagne à l’occasion de la Reconquista, et partagent le désir de vengeance des Morisques ;

Les Morisques gardent le souvenir du temps d’avant la Reconquista, quand ils habitaient l’Espagne ; ils sont particulièrement haineux envers les chrétiens, particulièrement avides de vengeance, et capables de l’exercer puisqu’il connaissent les côtes d’Espagne et peuvent indiquer où opérer des razzias ; leur processus d’expulsion de l’Espagne s’étend sur deux siècles et la haine se capitalise en boucle : plus ceux restés en Espagne (ou récemment immigrés en Alger) servent d’indicateurs pour les razzias, plus les expulsions se multiplient par représailles (ou par simple mesure de sécurité), plus la haine envers l’Espagne augmente, plus elle incite les Morisques des deux rives à aider aux razzias (ici, la boucle est bouclée et l’on repart : les razzias entraînent de nouvelles expulsions).

Les Européens constituent une part considérable de la population d’Alger, soit comme esclaves, soit comme renégats ("Turcs de profession") ; ces derniers, paradoxalement, constituent (plus au début qu’à la fin tout de même) une grande part de la piraterie algéroise (voir les biographies de Hassan Veneziano , Simon Dansa, Ali Bitchnin ) ; il s’agit souvent d’esclaves qui ont réussi à sortir de leur condition, mais aussi, plus souvent qu’on pourrait croire, d’immigrés volontaires ; pour un gredin doué pour la navigation, Alger est pleine de promesses ; l’Européen qui se convertit à l’Islam est considéré comme Turc, ce qui lui donne le statut le plus élevé possible dans la Régence d’Alger ; aucun poste ne lui est fermé, pas même celui de Régent ; à ces stratégies individuelles, on ajoutera des phénomènes politiques ayant entraîné des immigrations par vagues en provenance de certaines origines à certaines époques (Corses préférant être musulmans que Gênois ; Anglais et Hollandais  à l’époque où Alger était le meilleur point de départ possible pour attaquer les galions espagnols ; anciens Chiens de Mer d’Elisabeth première d’Angleterre) ; la composante européenne de la ville n’est en rien marginale ou passagère ; l’Islam n’est pas particulièrement un obstacle, au moins pour les immigrés des bords de la Méditerrannée  ; des caractéristiques telles que l’esclavage ou la polygamie ne sont pas répulsives pour tout le monde (tout dépend si l’on s’identifie au prédateur ou à la victime) ; le capitan renégat, qui risque gros s’il est jugé en Europe, a vocation à rester à Alger, contrairement au janissaire turc venu pour faire fortune rapidement (s’il le peut) et repartir ; les Européens sont partout, y compris au coeur de la structure familiale algéroise, à condition de ne pas oublier de voir les femmes (ni leurs amants) : le janissaire dissuadé d’épouser une musulmane du pays fait souche avec une esclave chrétienne ; l’esclave domestique chrétien, supposé invisible, rencontre librement les femmes des familles musulmanes les plus fermées à leurs voisins, et fait plus d’une fois souche sous le nom de son maître ;
 
L’ensemble compose une population des plus étranges, dont une majorité a vocation à mourir rapidement (esclaves de rame, femmes répudiées jetées à la rue, fillettes accouchant à 11 ou 12 ans), à vivre en célibataires (esclaves, janissaires), à séjourner provisoirement (pachas triennaux, esclaves de rachat), ou à ne faire souche que dans des conditions irrégulières (esclaves domestiques, janissaires dissuadés de se marier sur place). L’homosexualité est à peu près institutionnalisée et pratiquée bien au-delà de la minorité de personnes qu’elle attire naturellement. Mais, à Alger, les femmes sont absentes ou enfermées, les janissaires sont souvent célibataires, et les esclaves, que leurs maîtres oublient souvent de nourrir, cherchent des ressources où ils peuvent. Ces circonstances créent à la fois une offre et une demande de prostitution masculine.
 
A ces données démographiques déjà peu favorales à la reproduction, on ajoutera les pestes récurrentes ; et pourtant, la population de la ville se maintient, largement du fait de l’immigration volontaire ou forcée ; Alger conserve son pouvoir de nuisance.
 
La lingua franca (celle du Mamamouchi de Molière) est très répandue, peut-être autant que l’arabe dialectal et que le berbère, y compris au sein des familles lorsque la femme est une esclave ; il s’agit d’un mélange de provençal, d’italien, d’espagnol et d’arabe (à ne pas confondre toutefois avec le pataouète du début du XX ème siècle).
 
Les principales forces politiques d’Alger sont la Milice des Janissaires et la Taiffa (corporation) des "raïs" (capitaines pirates), toujours en rivalité l’une avec l’autre. Le Régent d’Alger, plus ou moins inféodé à Constantinople selon les moments, navigue entre l’une et l’autre en cherchant d’abord à rester en vie, et ensuite à s’emparer de tout l’argent qui passe à sa portée.
 
Tous ceux qui arrivent en Alger volontairement, qu’il s’agisse du Régent, de janissaires ou de renégats européens, sont attirés par les possibilités d’enrichissement rapide qu’offre la ville. Sous le vernis des différences de classe sociale ou de religion, tous sont des aventuriers.
 
La ville, sous perpétuelle menace d’une attaque européenne, est enfermée dans ses remparts, et l’entassement y est évident. A peu de distance, les familles riches ont des maisons de campagne où elles peuvent prendre l’air.
 
L’arrière-pays est mal connu et redouté, tant par les esclaves (un enlèvement secondaire par une tribu l’enverrait dans l’Afrique profonde, et mettrait un terme définitif à tout espoir de rachat ou d’évasion) que par les Algérois ; en particulier, la tribu kabyle dite "Royaume de Kouko" est relativement puissante et toujours remuante. Ali Bitchnin a pour épouse la fille de son roi. 
 
Lire en ligne :
 
Relation de la captivité et liberté du Sieur Emanuel d’Aranda
 
Site Algérie Ancienne : ce site absolument encyclopédique contient les ouvrages de Diego de Haedo, du Chevalier d’Arvieux et de Philippe Laugier de Tassy, mais il n’est possible de placer de lien que vers la page d’accueil du site et non vers les pages intérieures ; vous devrez donc fouiller un peu vous-même pour lire ces ouvrages en ligne.

Moyenne des avis sur cet article :  3.18/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • anti-oligarchie anti-oligarchie 26 août 2010 14:19

    Rappelons que le premier à avoir abolit l’esclavage n’ est autre que Mahomet, même si pratiqué par les Empires Musulmans :
    "Je serai l’adversaire de trois catégories de personnes le Jour du Jugement. Celui qui asservit un homme libre, puis le vend et récolte cet argent."

    Faudra réécrire les livres d’histoire en Occident et tout ses mensonges....

    Et pour finir inutile de dénoncer l’esclavage dans les pays musulmans passé et présent. L’Occident continue encore aujourd’hui l’esclavage. Comme en Chine par exemple, ou les esclaves chinois fabriquent les jouets/vêtements pour les ’bourgeois’ occidentaux...Ou encore à autre échelle, délocalise dans des pays moins chère.Autre forme d’esclavagisme, qui ensuite fait pression sur les salaires des pays occidentaux.

    Toute la propagande relayé par les idiots utiles du système consiste a différencier ancien esclavage et néo-esclavagisme. Ce qui est bien évidement idiot...L’oligarchie à juste changé les méthodes d’oppression.

    La véritable lecture de l’esclavagisme est celle ci :

    L’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire de luttes de classes.

    Homme libre et esclave, patricien et plébéien, baron et serf, maître de jurande et compagnon, en un mot oppresseurs et opprimés, en opposition constante, ont mené une guerre ininterrompue, tantôt ouverte, tantôt dissimulée, une guerre qui finissait toujours soit par une transformation révolutionnaire de la société tout entière, soit par la destruction des deux classes en lutte.

    Dans les premières époques historiques, nous constatons presque partout une organisation complète de la société en classes distinctes, une échelle graduée de conditions sociales. Dans la Rome antique, nous trouvons des patriciens, des chevaliers, des plébéiens, des esclaves ; au moyen âge, des seigneurs, des vassaux, des maîtres de corporation, des compagnons, des serfs et, de plus, dans chacune de ces classes, une hiérarchie particulière.

    La société bourgeoise moderne, élevée sur les ruines de la société féodale, n’a pas aboli les antagonismes de classes Elle n’a fait que substituer de nouvelles classes, de nouvelles conditions d’oppression, de nouvelles formes de lutte à celles d’autrefois.

    Karl Marx


    • anti-oligarchie anti-oligarchie 26 août 2010 14:35

      Vous avez copié collé l’article de riposte laique ici :
      http://www.ripostelaique.com/L-esclavage-oublie-celui-des.html

      La question c’est, quel rapport avec la laïcité ? On est plus dans la laïcité ici, mais plutôt dans un combat idéologique...Hezuresement que vous avez coupé les passages paranoique du début...Pas étonnant que vous soyez mis en avant par le système.Il y avait autant de caméras, que de manifestants...(au saucisson pinard)

      En réalité ripost laique sont les idiots utiles du système.Le plus inquiétant, c’est qu’il y a des profs dans cette oprganisation.
      Ce qui est la preuve irréfutable, qu’on peut avoir fait des études, et être un parfait idiot.(les études poussent au formatage, comme tout le monde sait, certains ne s’en sont jamais rendu compte)

      Ripost laique, en sont aujourd’hui à lutter contre l’allalisation de notre américanisation...Vous voyez le programme...


    • Catherine Segurane Catherine Segurane 26 août 2010 14:48

      Merci pour le lien vers Riposte Laïque, anti-oligarchie.

      Je n’ai rien copié du tout, regardez les signatures des deux articles.


    • anti-oligarchie anti-oligarchie 26 août 2010 15:02

      Justement...C’était pour expliquer le liens...


    • wesson wesson 26 août 2010 15:49

      bonjour anti-oligarchie

      « Ce qui est la preuve irréfutable, qu’on peut avoir fait des études, et être un parfait idiot »

      on ne saurait mieux le dire.

      D’ailleurs depuis Hitler et les camps de la mort, on sait très bien que l’on peut être très intelligent et cultivé, et un meurtrier sans scrupules ni état d’âme.


    • NeverMore 26 août 2010 14:37


      (anti) holy gachis

      Bien sûr, le génocide voilé était juste et bon, comme les « savants » musulmans l’ont bien expliqué.

      Pour bien saisir la pensée de Mahomet, il faut savoir ce qu’est un homme libre dans la définition très restrictive qu’en donne l’Islam (les termes n’ont pas le sens commun que nous lui donnons).

      Les esclaves n’étaient pas des « honmmes libres » car non musulmans au fond (de naissance par exemple), et en fait, n’étaient pas vraiment des hommes.


      • anti-oligarchie anti-oligarchie 26 août 2010 14:49

        Les esclaves dans l’islam sont en réalité des captifs de guerre. Homme libre pèse tout son sens ici. Homme libre doit etre compris, comme Homme n’ayant pas attaqué les musulmans. Donc homme de paix.
        De plus doivent être respecté. Et s’ils se convertissent à l’Islam sont libéré... Seul condition. Je sais pas si tu arrives a capter la puissance du concept...
        De plus les esclaves(donc captif de guerre) terminaient majoritairement serveur dans les palais, ou gouvernant de maison. Et a partir du moment, ou les éduquer à l’Islam, est une obligation... :

        « Que nul d’entre vous ne dise : Voici mon serviteur ou voici ma servante ! Mais qu’il dise : Mon garçon et ma fille ! »

        En plus rigole pas avec ça momo :
        « Quiconque tuera son esclave, nous le tuerons. Quiconque rasera son esclave, nous le raserons. Quiconque émasculera son esclave, nous l’émasculerons »

        Et n’oublie pas que le premier Mouezzim de l’Islam(appel à la prière) était un ancien esclave...Bilal.


      • NeverMore 26 août 2010 15:53

        (anti) holy gachis

        Mais oui bien sûr, des guerriers ...

        http://www.youtube.com/watch?v=jcIcd3T2BMw


      • NeverMore 26 août 2010 16:00

        (anti) holy gachis

        Et je me demande bien qui pouvait penser à émasculer son de esclaves ... sinon des illuminés (d’allah) avec peu de neurones mais un fort taux de testostérone ...


      • Serpico Serpico 26 août 2010 16:41

        Nevermore : "Et je me demande bien qui pouvait penser à émasculer son de esclaves ... sinon des illuminés (d’allah) avec peu de neurones mais un fort taux de testostérone"

        ********************

        Relis l’Histoire de tes preux colonialistes et tu verras.

        Et les brutes les plus sanguinaires n’y ont rien à voir avec Allah mais plutôt avec ce pauvre Jésus. ou le pognon.


      • Serpico Serpico 26 août 2010 16:37

        Drôle de lecture.

        Mais bon quand on veut absolument diaboliser l’autre, on ne recule devant rien.

        Votre prose est puante : quand la France avait un code noir, vous trouvez le moyen de voir la paille dans l’oeil du voisin.

        Parler de sauvagerie quand à la même époque Saartjie Baartman était exhibée comme une bête curieuse et disséquée par le grand Cuvier, morte en 1816 à 27 ans.

        Conrad le savait déjà : « exterminez toutes ces brutes ! ». Quand l’homme blanc tue c’est de l’humanisme. Un point de vue égoïste, egocentrique, inhumain et qui ne se rend jamais compte de la bassesse dans laquelle l’occident se baigne.

        Les milliers de crimes « éclairés » sont même revendiqués comme un bienfait pour la civilisation et on monte en épingle TOUT ce qui peut encore rabaisser l’objet de sa haine inextinguible.

        Vous êtes à vomir.


        • Radix Radix 26 août 2010 21:35

          Bonjour Serpico

          Que l’homme tue quelque soit sa couleur de peau ce n’est pas un scoop, c’est malheureusement un des défauts les mieux partagé par l’humanité.

          Que madame Ségurane ait oublié que le pendant de la piraterie barbaresque était celle des chevaliers de Malte, est excusable car nos livres d’histoires en font très peu mention et, je dois avouer, ma culture historique ne me permet pas de dire qui a commencé (bien que j’en ai un vague soupçon).

          Que la religion catholique ait bénit la traite des noirs au prétexte que : « Dans un corps si noir une âme pure et blanche ne pouvait exister » je l’admet.

          Mais son histoire de la piraterie barbaresque et des conditions de vie des différentes populations de l’Afrique du Nord est exacte, je n’analyse pas les motifs qui sous-tendent cet article qui me paraissent évident, je me contente d’en juger l’exactitude.

          En résumer je me trouve d’accord avec l’article en ce sens qu’il dénonce une religion qui trouve encore « normal » en 2010 ce que l’on a refusé chez nous en 1789 !

          Radix


        • Catherine Segurane Catherine Segurane 27 août 2010 09:11

          @ Radix,

          Mon article, dès les premières lignes, renvoie à un article plus complet paru dans Knol et intitulé Le Corso barbaresque http://knol.google.com/k/le-corso-barbaresque#. Cet article, sans camoufler la particulière barbarie du corso barbaresque, ni le rôle de l’islam, souligne largement :

          1 le rôle important de pirates européens immigrés à Alger, pas toujours contre leur gré
          2 le rôle interlope de villes européennes comme Livourne ou Marseille
          3 le corso chrétien des Chevaliers de Malte ; il renvoie pour ce dernier point à un article spécifique : http://knol.google.com/k/corso-chr%C3%A9tien-et-contre-corso

          En tout état le cause, l’islam était la colonne vertébrale de la piraterie barbaresque, et le contre-corse des Chevaliers de Malte n’avait ni les mêmes dimensions ni le même niveau de barbarie.


        • Vladimir KOMAROVSKY 27 août 2010 10:53

          Radix
          En résumer je me trouve d’accord avec l’article en ce sens qu’il dénonce une religion qui trouve encore « normal » en 2010 ce que l’on a refusé chez nous en 1789 !

          L’Empire colonial de la IIIème république, était-il inscrit en 1789 ?

          Sabre et goupillon.

          Achetez-vous un lave-vaisselle, c’est mieux.


        • Serpico Serpico 27 août 2010 21:52

          Radix

          Je n’excuse pas du tout les méfaits des arabes ou des musulmans et encore moins ceux des islamistes.

          Je n’excuse pas l’esclavage qu’il ait pour victimes des blancs ou des noirs (même s’il est à fondement raciste dans certains cas et pas dans d’autres).

          Non : je ne serai jamais avec les tueurs, les oppresseurs ou les cinglés quelle que soit leur religion, leur langue ou la couleur de leur peau.

          Ce qui m’insupporte est l’effet d’accumulation que provoque ce genre d’article lâche et sournois. Sous couvert de défendre la laïcité cette « dame » charge la mule en jouant sur faux contraste : l’occident généreux et bon face à l’orient et l’Islam sanguinaire.

          Ce genre de manipulation est hélas trop répandu et je ne vois que les arrières-pensées. Je ne peux faire autrement et je ne peux accorder le moindre crédit ni la moindre confiance à de tels individus.


        • Radix Radix 27 août 2010 22:03

          Bonsoir Vlad

          La troisième république de Napoléon III, je n’appelle pas cela une « République » mais une monarchie !

          Radix


        • Radix Radix 27 août 2010 22:07

          Bonsoir Serpico

          Relisez ce que j’ai écrit !

          Il n’y a pas que « l’homme blanc qui tue » comme vous l’écrivez, phrase qui ferait honte à toutes personnes ayant un minimum de culture !

          Radix


        • Vladimir KOMAROVSKY 27 août 2010 22:16

          RADIX

          Je reprends à votre encontre et précision de ma fille .

          Radix Faux cul :

          Elles vont bien les snips russusses ?

          Enchanté de ne pas vous connaître  ?


        • Radix Radix 27 août 2010 22:18

          Bonsoir Madame Ségurane

          Je ne partage pas toutes vos opinions, mais ce que vous relatez dans votre article est exact !

          Du moins au vu des connaissance que j’ai de cette histoire et je pense qu’il y a des zones d’ombres encore inconnues.

          Ceci dit cette piraterie barbaresque arrive au moment où l’Afrique du nord est lâchée par le sultan turc et doit se débrouiller sans soutient financier et militaire.

          Une sorte de décolonisation forcée et avant l’heure qui a entrainée la suivante, la notre, pour mettre fin à la piraterie.

          Nous voila revenu à la case départ !

          Radix

           


        • Radix Radix 27 août 2010 22:22

          Bonsoir Vlad

          Pourriez-vous précisez votre propos et vos griefs à mon encontre.

          Veuillez noter que je ne vous appelle pas « Vlad l’empaleur » au vu de votre insinuation de faux-cul !

          Radix


        • Radix Radix 27 août 2010 22:45

          @ Vlad

          Est ce que l’objet de votre ire ne serait pas celui-ci :
           "Faux cul !

           pas que des « origines berbères » , des « origines juives » comme c’est écrit en gras dans VOTRE titre racoleur et baignant dans le caniveau.

          D’ailleurs vous n’avez pas répondu à ma question :

          Croyez-vous possible qu’avec une analyse sanguine , on puisse connaitre votre religion et plus précisément si vous etes juif ?

          Message de Perseus"

          Pas grand chose à voir avec votre post, vous devriez apprendre à lire et ... à écrire !

          Radix


        • Serpico Serpico 28 août 2010 17:13

          Radix : « Il n’y a pas que »l’homme blanc qui tue« comme vous l’écrivez »

          ******************

          J’ai écrit ça, moi ?

          Encre sympathique cybernétique, alors ?


        • anty 26 août 2010 16:52

          Le coran permet l’esclavage de non musulmans c’est écrit noir sur blanc


          • OMAR 26 août 2010 21:13

            Omar T.

            Cathérine, ces immondices que vous venez d’écrire, ne sont en fait que la sève de votre islamophobie primaire.

            Vous n’avez rien inventé de mieux que la bêtise pour vous faire croire intelligente.


            • Vladimir KOMAROVSKY 27 août 2010 13:00

              Omar, l’invention par les musulmans du déni de réalité pour défendre leur religion est un blasphème aux yeux de la vérité et donc de son créateur s’il existe.
              Vous êtes enfermé dans une légende aliénante et devriez tenter d’ouvrir les pour vous en libérer.
              Cette légende vous interdit en effet d’être éveillé et de regarder le monde pour ce qu’il est.

              Omar, mangez du chocolat blanc.


            • OMAR 27 août 2010 14:46

              Omar T.

              Catherine, c’est bon ! Pierpaolo a fait ses preuves, il peut faire dorénavant, partie de la Cie
               Le Borgne.


            • kitamissa kitamissa 26 août 2010 23:13

              en 1816 un expédition punitive fut décidée par le congrès de Vienne ..


              il était question de mettre fin à la piraterie Algérienne et libérer les prisonniers Européen...

              une flotte de guerre commandée par les Hollandais Von Cappellen et le Britannique Lord Exmouth arriva vers Alger,détruisir la flotte pirate Barbaresque,bombarda Alger de 50000 boulets exposifs et 1 millier d’obus ..

              le Caid d’Alger capitula et rendit la liberté à 1200 prisonniers Européens ...

              et puis en 1830,c’est l’expédition Française commandée par De Bourmont avec près de 600 navires,dont 105 bateaux de guerre ,45000 hommes de troupe qui prirent Alger puis l’histoire qui s’en suvit et que l’on connait tous .


              • Catherine Segurane Catherine Segurane 27 août 2010 09:16

                @ Kitamissa :

                Après les bombardements anglais et américainsde 1815 et 1816, la flotte algérienne se reconstituait, comme l’a constaté Albert Devoulx, qui avait la double qualité d’archiviste professionnel et de témoin (il a interviewé les derniers capitaines pirates d’Alger) :

                Le dernier état de la marine algéroise dressé en 1827 par l’irremplaçable Albert Devoulx nous montre une marine encore redoutable , composée comme suit :
                 

                3 frégates : 1 de 62 canons, nommée Meftah el-Djihad, la clé de la guerre sainte (était à Alexandrie depuis près de trois ans lors de la prise d’Alger) ; 1 de 50 canons, appelée Bel Houaz, ou Et-Touloniya la Toulonnaise ; 1 de 40 canons nommée Rehber Iskender,le guide d’Alexandre, (se trouvait à Alexandrie depuis plus de trois ans, lors de la prise d’Alger.)

                3 corvettes : 1 de 40 canons, nommée Fassia ; l de 36 canons, appelée Mashar tawfik, l’objet de la protection divine ; 1 de 24 canons, dite Kara, la Noire. 

                2 bricks de 16 canons, dont 1 nommé Ni’met el-Houda, les grâces de la voie du salut.

                1 polacre de 20 canons 

                 5 goélettes : 1 à trois-mâts de 24 canons, appelée Mansour, Victorieux, et aussi Nser el-Islam, la victoire del’islamisme ; l de 16 canons ; appelée Fetihié  ; 2 de 14 canons, dont 1 nommée Chahin deria, la Terreur des-mers, et 1 nommée Djeiran, la Gazelle  ; l de 12 canons, appelée Tsouria, les Pleïades.

                2 chebecs : 1 de 10 canons ; 1 de 4 canons (utilisé par les Français, qui l’appelèrent le Boberach).

                Total : 16 navires, 398 canons.

                 
                On note donc que la flotte algéroise est quasimement reconsituée depuis les sévères attaques américaine et anglaise de 1815 et 1816. Elle est cependant clouée au port par le blocus français.

                 
                La dernière tentative pour forcer le blocus français d’Alger est menée le 4 octobre 1827 par 11 navires que Devoulx pense être : la Toulonnaise, la Fassia, la Mashar Tasfik, la Kara, le polacre de 20, le brick Nimet el Houda, un autre brick de 16, les goelettes Mansour, Fetihie et Tsouriyia (cette dernière commandée par le raïs Hassan, qui confia à Devoulx avoir participé au combat), une autre goelette de 14.

              • OMAR 27 août 2010 10:16

                Omar T.

                « puis l’histoire qui s’en suvit et que l’on connait tous ».

                Ho. Qu’elle est belle la suite :

                -Colonisation.....
                -Génocide......
                -Déportation......
                -Destruction de la culture algérienne. et de ses lieux de culte......
                -Code de l’indigénat.....
                -Destruction de lieux de culte....
                -Expropriation.....
                -Analphabétisme provoqué des algériens...
                -Exploitation de ce peuple, etc...

                Et cela durant 130 ans.....



                .

                 


              • Vladimir KOMAROVSKY 27 août 2010 11:47

                Cassen avec son joli voile

                Juste en passant :

                De la Frégate « Riposte laîque », nous attendons cette suite :

                « Quand les rats quittent le navire »


              • samir 27 août 2010 13:50

                le probleme n’est pas le devoir de repentance ou non

                le probleme est de voir se faire donner des lecons par des ignares comme Catherine Segurane


              • kitamissa kitamissa 27 août 2010 13:52

                oui Catherine ..

                effectivement, je connais quelques bribes de ces précisions que vous nous apportez ....

                en tout cas vous êtes très bien documentée ..


              • Vladimir KOMAROVSKY 27 août 2010 14:34


                c’est forcément analphabète une femme,ça vaut quoi une femme ? deux moutons ....un bourricot...et un couscoussier ?

                On y va. Une très grande moitié des français en 1950 ne savaient ni lire ni écrire .


              • Vladimir KOMAROVSKY 27 août 2010 14:39

                Et le petit français qui vous place Nantes en dessous de Bordeaux et qui le le lendemain connaît tout l’Orient  ?

                Dans les années 60, le français pour l’américain moyen sentait, ne se lavait jamais et était un alcoolique.

                Fais-moi du couscous Cassen.


              • Radix Radix 28 août 2010 17:06

                Bonjour Vlad

                Il serait amusant de demander à un américain de dresser une carte de l’Europe, il sentent peut-être bon mais ils sont largement incultes... Comme un certain Vlad !

                Radix (le faux cul qui t’emmerdes)


              • Vladimir KOMAROVSKY 27 août 2010 10:12

                On remercie Cassen et son équipe qui se la joue à l’intellectuel de nous préciser que toutes civilisations ou peuples ont pratiqué l’esclavage.

                Rien de nouveau sous le soleil de France.

                L’esclave moderne existe en France :

                Caricature réelle :

                La femme seule caissière avec 2 mi-temps dans 2 supermarchés différents arrivant à peine à 1000€.

                Où est le programme politique des Identitaires ?

                Texte encore de Cassen et son équipe pour nous la jouer :

                « Occident contre Islam »

                Sûrement un petit jeu d’Agoravox qui de plus en plus nous démontre qu’il n’est point un site citoyen recherchant des solutions à la crise actuelle.

                Bouffons du Riposte laïque ;
                Mignonne la Ségurane avec son voile. Il doit faire chaud sous le soleil.


                • Vladimir KOMAROVSKY 27 août 2010 10:28

                  Ne vous affolez-pas, sous le voile de la Ségurane, plusieurs intervenants passent sous plusieurs formes.

                  a/ On te la fait populo.
                  b/ On te la fait intello.

                  Question que je te pose Cassen :

                  Après l’Islam, quelle sera ta préférence, judaïsme ou christianisme ?


                  • Vladimir KOMAROVSKY 27 août 2010 12:55

                    Vladimir, quelle religion a donc engendré le proverbe « D’abord ceux du samedi, ensuite ceux du dimanche ? »

                    C’est d’aucun intérêt ?


                  • Emile Red Emile Red 27 août 2010 12:20

                    Quel fatras....

                    Au moins ça démontre la vision que le FN a de l’histoire et ce qui nous est promis s’il venait à prendre la direction du pays.

                    Après Sarko-Chatel qui évince Henry IV, Louis XIV et Napoléon de nos manuels, la Vox du FN vient nous refaire l’histoire d’Alger en trois coups de cuiller et un fouet à soupe.
                    Ca pue la charogne, la xénophobie, la manipulation, le mensonge et les arguments fallacieux tout enrobé d’un joli papier de liens mal compris ou interprétés quand il ne sont pas choisis à dessein en caution invérifiable.

                    La Ségurane et le FN font de l’histoire comme on va au chiottes, il suffit de rempir la cuvette et de servir tout frais une fois la chasse tirée....


                    • samir 27 août 2010 12:41

                      "Je serai l’adversaire de trois catégories de personnes le Jour du Jugement. Et parmi ces trois catégories, il cita celui qui asservit un homme libre, puis le vend et récolte cet argent." (rapporté par Al-Bukhârî et Ibn Mâjah).

                      Les termes de cette tradition prophétique sont généraux : ils n’ont pas été édictés ni restreints à une nation, à une ethnie, à un pays en particulier ou aux adeptes d’une religion précise.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires