• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > “Fils de la Nation” de Jean-Marie Le Pen

“Fils de la Nation” de Jean-Marie Le Pen

 

Jean-Marie Le Pen nous livre finalement ses mémoires. Il était temps. Une forte tête qui a été depuis toujours instrumentalisée par les blocs gouvernementaux gauche-droite confondues, afin de l'empêcher à n'importe quel prix de jouer un rôle politique majeur en France.

La discrimination dont il a toujours été l'objet a fait de lui un homme “diabolisé” par le front commun des gouvernants. Cela continue aujourd'hui, bien qu'à la retraite et ayant atteint l'âge de 89 ans.

On peut se demander si ce “diable d' homme” jovial et bon parleur est aussi dangereux qu'on le laisse entendre ? Au point de mériter un tel ostracisme toute sa vie durant ? Cet acharnement continuel attise la curiosité d'en savoir plus sur cet homme qui échappe à toute formatation. Qui est-il ?

 

 

D'après ses mémoires, Il a eu une vie peu commune : pupille de la Nation à la mort de son père à la guerre dès 1942, il fit des études universitaires de droit à Paris où il obtientra une Licence en 1948 puis plus tardivement en reprenant ses études interrompues pour travailler, un Master en Sciences Politiques en 1971. Il fut élu président de la Corpo de Droit (l'association des étudiants de l' époque) dès 1949 et devint le directeur éditorial du journal corporatif “La Basoche” jusqu'en 1951.

En février 1953, il sollicita le soutien du président de la République Vincent Auriol afin d'organiser le déplacement d'étudiants volontaires pour porter assistance aux populations sinistrées lors d'inondations aux Pays Bas. Parallèlement à ses études, sa bourse d'études ne suffisant pas à le faire vivre, il travailla partout où il trouva un emploi : marin-pêcheur, mineur de fond, métreur d'appartements, facteur...

 

 

il participa à la guerre d' Indochine en 1954, où il fut sous-lieutenant dans le 1 er régiment étranger de parachutistes, sous les ordres de Hélie de Saint-Marc. En octobre 1956, il quitta pour six mois les bancs de l'Assemblée Nationale pour s'engager dans son ancienne unité avec lequel il participa comme chef de section au débarquement à Port Fouad en Égypte puis à la bataille d'Alger.

Il fut remarqué par le général Massu pour avoir enterré des soldats musulmans selon leur rite au lieu de les jeter à la mer. En 1970, le leader du FLN Krim Belkacem lui confia que ce geste lui a évité d'être tué par les fellaghas. En 1956 il est présenté à Pierre Poujade par le président des Anciens d'Indochine. Il postule alors aux élections législatives du 2 janvier 1956 et fut élu à 27 ans, l'un des plus jeunes députés de son temps. C'est le début de sa carrière politique...Par contre, l'aventure de la fondation du FN suivra dans le deuxième tome.

 

 

L'écriture est savoureuse, sans langue de bois, imagée : un régal. Quelques extraits :

à propos de la deuxième guerre mondiale : “ Il m'apparut vite que pour les gaullistes de micro, l'ennemi était à Vichy plus qu' à Berlin. Les Français parlaient aux Français pour leur enseigner plus la haine du Maréchal que celle d'Hitler. J'en fus atterré. (…) La raison en était pourtant simple : il fallait que De Gaulle abaissat Pétain pour monter lui-même. La défaite avait été l'occasion pour tous de communier dans l'exécration d'un régime qui avait déclaré la guerre et l'avait perdue sans l'avoir préparée”.

Sur la naissance du terrorisme d'Etat : “La Convention de Genève. Lors de la Grande Guerre, elle fut à peu près respectée, et la proportion des morts fut de plus de 80% de militaires et de moins de 20% de civils. Ce fait remarquable était le signe d'un grand progrès moral obtenu par le patient effort de siècles de civilisation. Eh bien la Seconde Guerre mondiale mit par terre ce bel édifice grâce à trois inventions occidentales, le camp de concentration (lancé par les Anglais au Transvaal en Afrique du Sud, utilisé massivement par les bolchéviques puis les nationaux-socialistes) le bombardement de terreur des villes (lançé par Churchill, utilisé surtout par les Anglais et les Américains) et la guerre des partisans (menée massivement sur le front de l'Est, dans les Balkans et un peu en France et en Belgique). (…) Les bombardements des grandes villes furent proprement terroristes, en ce qu'ils visaient des civils pour obtenir un but politique. On a bombardé Tokyo, Dresde ou Hiroshima non pour en tirer un bénéfice militaire mais pour casser la résistance des gouvernements via les peuples, commettant ainsi un crime contre l'humanité.”

 

Expliquant le Poujadisme : “Au milieu des années 50 se déroula une révolution qui allait faire disparaître assez vite non seulement la plupart des commerçants et artisans, mais aussi les paysans, c'est à dire la France traditionnelle des travailleurs indépendants au profit d'une armée de salariés et de fonctionnaires. (…) La révolution sociale et mentale que les technocrates menaient par l'impôt devait engendrer en matière de commerce les géants de la grande distribution. Pierre Poujade se révolta contre l'Etat qui spolait les petits au proft des gros.(...). D'une part c'est l'agriculture industrielle et la grande distribution qui sont aujourd'hui obsolètes, alors que le bio, le raisonné, le commerce de proximité, les circuits courts ont montré leur intérêt : le coût social de prétendus progrès des années 50 et 60 n'a pas fini d'être calculé. D'autre part, le fiscalisme (…) est (…) la matrice de l' Etat policier.”

 

Sur la trahison du Général de Gaulle en Algérie : “Partout, les musulmans qui se rallient en masse posent une question : Mon lieutenant, est ce que c'est sûr que la France va rester ? La question est légitime : ils ont besoin d'une garantie. Pour s'engager aux côtés de la France, il faut qu'ils soient sûr qu'on ne va pas les laisser tomber aux mains de l'ennemi, comme ce fut le cas en Indochine. (…) Mais la réponse est tout aussi claire. Le général de Gaulle (…) a été net. Il a répondu à l'appel de la population d'Algérie. Je vous ai compris. Vive l'Algérie Française.”. Et il explique : “Une des raisons pour lesquels nos amis américains avaient hâte que nous lachions l' Algérie est que la France avait découvert du pétrole et du gaz dans le Sahara. La prospection avait commencé avant-guerre et abouti en 1953 et les forages commençaient : le premier puit découvert le 15 Juin 1956 à Hassi Messaoud, était mis en exploitation le 6 janvier 1958. (…) Les recherches avaient demandé des investissements colossaux et l'effort soutenu de nos techniciens dans des conditions extrêmement pénibles, mais la récompense était là. (..) cela signifiait la fin de notre dépendance énergétique à laquelle les “sept soeurs”, les “majors companies” anglo-saxonnes, nous soumettaient depuis 50 ans. C'est pour nous spolier des pétroles d'Irak que les anglais avaient violé après la Grande Guerre les accords Sykes-Picot, il n'était donc pas probable que les Etats-Unis qui étaient désormais avec l' URSS les nouveaux maîtres du monde, nous laissent jouir en paix de notre indépendance énergétique et des fruits de nos travaux au Sahara.” Visiblement, la “perfide Albion” restera pour toujours perfide. JMLP conclut : “ Tout ce qui a suivi, les déceptions, le désespoir, les rébellions, les abandons, la fuite des pieds noirs pour échapper au massacre, la rébellion de l'armée, l' OAS, l'abandon des Harkis etc.. tout cela découle de la trahison du général De Gaulle”.

 

Sur Mai 68 : “Avec son slogan directeur, il est interdit d'interdire, elle a plongé la civilisation européenne dans un bain d'acide où nous sommes restés durant toutes les années 70, puis au fil des années 80, on a sorti la plaque, on l'a essuyée et la gravure à l'eau-forte est apparue, l'image de la nouvelle civilisation, avec sa nouvelle morale, sa nouvelle esthétique, ses nouveaux fondements politiques, dans lequel nous vivons. Le monde ancien, l'homme ancien, ont été dissous, et se dessinent maintenant l'homme nouveau et ses valeurs nouvelles. Aux héros et aux saints qu'on nous montrait en exemple a succédé l'écocitoyen LGBT friendly et phobophobe, ouvert au vivre ensemble, au culte de la terre mère, qui ne fume pas, accueille le migrant et se prépare à rouler en voiture autonome. (…) Avec Mai 68, pour la première fois, une révolution française ne se proposa rien de grand, rien de sacré. Elle postulait l'avènement du médiocre”.

Pour conclure sur lui-même :“La politique après tout, ce n'était peut être pas absolument mon truc. J'étais plutôt, comment dire ? Une vigie, une sentinelle, un lanceur d'alerte, un chien de tête qui flaire la crevasse où court l'attelage, un emmerdeur, un prophète ? Une voix, qui crie dans le désert jusqu'à qu'il se remplisse”.

 

 

"Fils de la Nation" a été publié par les éditions Muller alors que toutes les grandes maisons d'édition ont fait preuve de l'habituel ostracisme :

https://www.les4verites.com/politique/memoires-de-pen-50-ans-dhistoire

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • juluch juluch 17 avril 10:32

    pas encore acheté le bouquin de l’Ancien.......bientot surement.


    • Venise Venise 17 avril 13:09

      @juluch

      Très bon bouquin, l’Ancien comme vous dites est un excellent narrateur alors on le lit très vite ! 

    • On dit « formatage » et non « formatation »...

      Perso j’attends qu’il soit en solde, car pour l’avoir parcouru en kiosque, l’ensemble parait anecdotique et peu porté sur l’histoire politique de notre pays... 

      • Venise Venise 17 avril 13:16

        @France Républicaine et Souverainiste

        En fait il parle considérablement de l’histoire politique de la France qu’il a vécu : seconde guerre mondiale, le « grand nettoyage » post occupation, l’Indochine puis l’ Algérie Française, c’est sans doute ce qu’il écrit le mieux car il y met son coeur. Par contre, les parties purement politiques sont celles qui m’ont le moins plu car on n’est plus dans le témoignage de son époque mais dans son crédo politique....

      • @Venise
        Il faut attendre le tome 2, qui retrace son parcours depuis 1970...


      • Venise Venise 17 avril 13:21

        @France Républicaine et Souverainiste

        Tout à fait. 


      • Cadoudal Cadoudal 17 avril 14:01

        Passionnant début d´émission sur l´enfance en Bretagne, et les 250 000 morts de 1914. Comment de cette vie rustique a éclos des gauchistes demeurés 70 ans plus tard, mystère ?
        https://www.egaliteetreconciliation.fr/L-Heure-la-plus-sombre-no93-Emission-du-12-avril-2018-50521.html

        « En s’accusant d’avoir appartenu de force à une organisation islamiste, de nombreux demandeurs d’asile voulaient échapper à l’expulsion, avait expliqué Achim Brauneisen »

        https://www.welt.de/politik/deutschland/article175478888/Baden-Wuerttemberg-Zahl-der-Selbstanzeigen-wegen-Terrors-von-Asylbewerbern-steigt.html
        http://www.fdesouche.com/989295-de-plus-en-plus-de-refugies-saccusent-detre-des-terroristes-pour-ameliorer-leurs-chances-de-rester-en-allemagne

        On atteint des sommets dans l’inversion des valeurs !
        Siouplait, ji suis un jontil tirrorist.
        J’y peux m’installi chi vous ?
        — J’espère que vous ne nous cachez plus rien, genre une seule épouse et seulement deux enfants, du bénévolat ou des dons à la Croix-Rouge, parce qu’on ne vous ratera pas hein.
        — Dites-donc, c’est quoi cette histoire de frangin qui se bat pour rester au pays avec ses sept épouses et 49 enfants ? C’est quoi cet animal, un révolutionnaire ? Un terroriste ?


        • vesjem vesjem 17 avril 23:29

          @Cadoudal
          "et les 250 000 morts de 1914"
          il se trouve que j’étudie un auteur breton (auguste dupouy 1872-1967), qui a écrit de nombreux livres (pas seulement sur la bretagne), et rédigé de nombreux articles et études (la dépêche de brest) de 1915 à 1945
          Les mouvements autonomistes bretons d’après 14-18, revendiquaient 2 fois plus de morts dans cette guerre que dans le reste des provinces françaises (toutes proportions gardées) soit 250.000 tués ;
          Cet auteur peu connu, mais prolifique et érudit, s’est fait un devoir d’effectuer un recensement (dans les années 30) le plus précis possible, du nombre de tués de cette guerre (tous les villages, les préfectures, les sources militaires, passés au crible avec recoupements ; y compris les blessés de guerre décédés post guerre)
          Ses recherches l’ont amené au nombre de 140.000 bretons morts soit équivalent proportionnellement à l’ensemble de la nation, qui comptait, en 1914, 42.000.000 d’habitants (bretagne d’alors : 3.200.000 hab.)
          Ce nombre est de nos jours évalué à 125.000 morts.
          S’il est un fait flagrant, par contre, c’est que la région parisienne n’a perdu proportionnellement que la moitié des autres provinces, ce qui reste, bien sûr, paix à leur âme, non pas beaucoup trop, mais absurde


        • Et hop ! Et hop ! 19 avril 10:26

          @vesjem : La différence de chiffre est peut-être due au fait de ne compter que les Bretons de Bretagne, ou tous les Bretons de France (ceux de Montparnasse par exemple).


          Les Bretons qui mettent en avant qu’il y aurait eu beaucoup plus de soldats bretons sacrifiés que d’autres provinces ont tort, la différence est comme vous le soulignez entre les soldats du peuple paysans et ouvriers) envoyés au front et les bourgeois pistonnés pour rester à l’arrière.

          Le Régime bourgeois judéo-protestant de la IIIe République a fait massacrer en masse les familles de paysans et d’anciennes familles nobles, leurs ennemis héréditaires.

          Il faudrait faire des statistiques sur le % de morts et de blessés graves selon les origines sociales et confessionnelles.

        • vesjem vesjem 19 avril 19:49

          @Et hop !
          pour ce qui concerne les « émigrés » bretons, il en a tenu compte ; pas à l’unité sans doute ;
          par contre, sociologiquement, de nombreux bourgeois ou ethnies bien informés par leur réseau ont dû se dérober à la mobilisation
          Notons que le sentiment patriotique dans les masses dites populaires d’alors, était bien plus aigus qu’aujourd’hui


        • Et hop ! Et hop ! 23 avril 09:12

          @vesjem :


          Le sentiment patriotique des masses populaire, en réalité le nationalisme colonialiste agressif et l’esprit de haine revancharde anti-allemand, a été créé par les instituteurs de la IIIe République, par Jules Ferry. 

          On le voit dans les manuels scolaires de la IIIe République, comme celui d’Histoire de France d’Ernest Lavisse, puis le Malet et Isaac.

        • hans-de-lunéville 17 avril 17:01

          C’est exactement le livre qu’il me fallait pour caler l’armoire de mémé, un grand moment


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 avril 17:22

            A lire d’un oeil .


            • Saint Rata de l'himalaya Ratatouille 17 avril 20:41

              @Aita Pea Pea
               .à ba ça c’est rigolo .. smiley
              fait gaff ,quand même,met une émoti-conne,ça adouci les blagues


            • Saint Rata de l'himalaya Ratatouille 17 avril 20:49

              Plus sérieusement ;
              sauvons nos personnages d’une fin tragique,un livre c’est bien
              mais une sauvegarde intégral c’est le must,imaginez dans milles ans ,revoir toute les pensées de jean marie Lepen,ou d’autres aussi ,mais qui sont pas déjà mort ,des musées entier en live .pas de tricherie aussi.

              La startup Nectome affirme pouvoir sauvegarder votre cerveau.

              L’éternité tant recherchée par certain(e)s pourrait passer par une existence à travers un logiciel. C’est en tout cas la piste choisie par la startup Nectome. Celle-ci a mis au point une formule spéciale pour embaumer votre cerveau et affirme pouvoir, un jour, convertir les connections neurales en code informatique pour vous permettre de « vivre » éternellement.

              Mais attention, pour ce faire, il faudra que votre cerveau soit encore vivant durant la procédure. Ce service n’est pas encore commercialisé mais il y a déjà une liste d’attente. 25 personnes au portefeuille bien rempli ont déjà réglé un premier acompte de 10 000$.

              Nectome est encore en phase de recherche, la société a notamment gagné un prix de 80 000$ pour ses travaux sur la préservation du cerveau. En le maintenant dans une solution vitrifiante, les connexions neurales sont figées. La startup espère pouvoir les maintenir intactes pour les modéliser ensuite dans un logiciel. D’où la nécessité que le cerveau soit encore vivant. Cinq minutes sans irrigation sanguine et les neurones meurent, adieu éternité.

              Outre les questions d’ordre éthique et légal, il faudra aussi de conséquentes avancées technologiques, notamment pour transcrire le cerveau en un code informatique fonctionnel. Mais là où la cryoconservation a bien du mal à préserver les synapses en place, la vitrification s’en sort bien mieux.

              Toujours est-il que Nectome attire l’attention. La startup a déjà réalisé une importante levée de fonds et les recherches suivent leur cours. La préservation de la mémoire pourrait arriver dans les dix ans à venir…


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 avril 21:02

                @Ratatouille 10011001 11100010 10101011 10000111 11010101 . Salut.


              • Wildbill 18 avril 01:04

                « Jean Marie le Pen:Fils de la nation. »
                Une seule phrase qui résume tout l’escroc.
                Merci Mitterand.


                • Decouz 18 avril 14:28

                  « Le Pen et la torture » documentaire,

                  Il y a eu au moins trois procès en diffamation, Le Pen en a gagné 2, pas le dernier contre une journaliste du « Monde », mais Le Pen dit que le tribunal a juste reconnu la bonne foi de la journaliste, pas que les affirmations étaient vraies.
                  Il a raison de dire que le FLN a tenté d"instrumentaliser les faits par la suite, vrais ou faux, il a raison de dire que l’armée avait reçu pour mission des tâches de police qui nécessitaient des méthodes brutales, que les adversaires étaient également violents et sans pitié, pratiquant entre autres les mutilations, qu’il y a toujours des faux témoins, des adversaires politiques qui peuvent avoir des motifs autres que la recherche de la vérité...
                  Mais il reste des témoins qui parlent, à chacun de se faire une idée, il y a aussi un ancien camarade d’armée...

                  https://www.youtube.com/watch?v=HjeN9QONaMo

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès