• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > « La mort est aujourd’hui devant moi »

« La mort est aujourd’hui devant moi »

 

Derrière l'éloge de la mort à venir, se tient l'antique conviction égyptienne que le respect, sa vie durant, de la Loi de Maât (vérité, justice, équité) permettait, post-mortem et après jugement, d'avoir accès à la vie éternelle.

JPEG

Vers 2000 avant JC, un écrivain (dont le nom n'a pu être identifié) a inséré quelques poèmes dans un dialogue philosophique.

 

Le poème proposé ici est extrait du livre de François DAUMAS (2) p. 339. Poème qui avait été traduit par Gustave LEFEBVRE (1).

 

 

La mort est aujourd'hui devant moi

Comme la guérison d'un malade,

Comme la sortie au grand air après l'abattement.

 

La mort est aujourd'hui devant moi

Comme le parfum de l'oliban,

Comme le repos à l'abri d'un voile un jour de grand vent.

 

La mort est aujourd'hui devant moi

Comme le parfum des lys,

Comme le repos sur la rive d'un pays d'ivresse.

 

La mort est aujourd'hui devant moi

Comme la fin d'un orage,

Comme le retour à la maison après une expédition.

 

La mort est aujourd'hui devant moi

Comme quand le ciel se découvre,

Comme on s'en irait d'ici chasser vers un pays qu'on ignore.

 

La mort est aujourd'hui devant moi

Comme le désir qu'a un homme de revoir sa maison,

Après avoir passé nombre d'années en captivité.

 

En vérité, celui qui est là-bas

C'est un Dieu vivant,

Qui punit le péché en celui qui le commet.

 

En vérité, celui qui est là-bas

Se tient dans la barque solaire

Et préside à la répartition des offrandes aux temples.

 

En vérité, celui qui est là-bas

Est un savant que l'on ne peut repousser

Et qui peut s'adresser à Rê quand il parle.

 

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::

 

Je profite de l'opportunité pour proposer ci-dessous quelques maximes positives liées à la mort. Ces maximes, souvent, étaient inscrites sur des objets représentant un scarabée. En fait un Bousier.

 

Le Bousier est un scarabée qui confectionne une pelote sphérique et la transporte sur une longue distance jusqu'à son terrier.

 

Or, la mythologie de l’Égypte Antique (2900 av. JC) considérait que le soleil disparaissait dans la terre à l'ouest pour réapparaître à l'Est.

Ils ont donc associé le Scarabée à ce processus cosmique de ''transfert'' sous terre du soleil, d'Est en Ouest.

 

Les Égyptiens de l'antiquité ont retenu le dieu Khépri pour intervenir mythologiquement juste avant l'aube en poussant le soleil pour qu'il ''vienne à l'existence''.

Il se trouve que cette dernière expression est proche du nom du dieu Khépri, et est aussi proche du mot égyptien signifiant ''scarabée''. C'est pourquoi le dieu Khépri est représenté par un scarabée...

 

Vers 2000 av. JC, des bijoux étaient confectionnés pour les défunts, pour les ''accompagner'' symboliquement dans leur chemin vers la vie éternelle...

 

Dans la vie courante, de petits scarabées étaient gardés avec soi, qui portaient chacun une ''maxime''. Petite sélection de six maximes relevées sur des scarabées par François DAUMAS (Traductions de Gustave LEFEBVRE) :

 

 

L' Amour d'Amon-Rê est la protection de ma vie.

 

Amon-Rê est le refuge de l'affligé.

 

Qui aime la justice est un saint de Rê.

 

Qui pratique la justice est un saint de Dieu.

 

Le saint de Dieu vivra éternellement.

 

Si Amon est derrière moi, je ne craindrai rien.

 

 

 :: :: :: :: :: :: :: :: : NOTES :: :: :: :: :: :: :: :: :: :

 

.. (1) - Traductions de Gustave LEFEBVRE – Égyptologue et Helléniste (1879 – 1857) – Conservateur du Musée du Caire 1919 – 1928 – Directeur d’Études à La Sorbonne.

 

.. (2) – Ouvrage «  La Civilisation de Égypte Pharaonique  » par François DAUMAS – Arthaud – 1965 – p. 339

 

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Bonjour, pour le MAAT, lire : les vertus démocratiques de Raymond Queneau ;


    • JPCiron JPCiron 24 août 22:35

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Bonjour,

      Je ne connaissait pas cet auteur.

      J’ai bien lu les quelques pages que propose Gallimard pour le « Traité des Vertus Démocratiques ». Sans que je puisse m’approcher de la substance du coeur de son livre.

      Un plan permet déjà de se faire une idée de la structure de sa pensée. Je n’ai pas eu le plan. 

      Merci néanmoins d’avoir signalé de titre.
      .


    • THOTH HERMES TRISMEGISTE LE TROIS FOIS GRAND. 

      « Représenté comme un ibis au plumage blanc et noir ou comme un babouin hamadryas, Thot capte la lumière de la Lune, dont il régit les cycles, à tel point qu’il fut surnommé « le seigneur du temps ». Dans la tombe de Thoutmôsis III, neuf babouins précédés de douze serpents accueillent le Soleil représenté comme un scarabée sur une barque.

      https://eden-saga.com/initiation-texte-majeur-table-d-emeraude-hermes-trismegiste.html


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 24 août 11:54

        Vers 2000 avant JC, la culture égyptienne n’était pas le seul foyer de vie intellectuelle sur terre, et notre héritage a une seconde source, même si les pharaons semblent fasciner les esprits modernes.

        En Mésopotamie, un autre foyer connu mais trop souvent oblitéré, des textes, comme la Mort d’Ur-Namu (roi d’Ur de 2112 à 2095 av. J.-C.) ou La mort de Gilgamesh, décrivent les circonstances de la mort de personnages légendaires et donnent des informations sur les « Enfers ». Des données existent aussi à propos des rituels et des esprits liés aux « Enfers » dans des textes funéraires et des documents juridiques, de lamentations et de descriptions d’exorcismes visant à renvoyer les morts à leur place.

        L’aspiration à une « vie éternelle » semble liée à la conscience de soi et au refus de la mort. Encore faut-il qu’un système d’écriture et une littérature consigne ces obsessions humaines pour que nous ayons une trace des croyances qu’elles engendrent.


        • JPCiron JPCiron 24 août 12:31

          @Séraphin Lampion

          Vers 2000 avant JC, la culture égyptienne n’était pas le seul foyer de vie intellectuelle sur terre, et notre héritage a une seconde source, même si les pharaons semblent fasciner les esprits modernes.>

          Bonjour,

          Effectivement, notre héritage a plusieurs sources principales.
          J’en vois trois : Sumer  Egypte Ancienne  Iran Ancien

          > Sur le sujet de l’ Au-delà  :
          https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/l-au-dela-et-la-cosmologie-de-nos-218440

          > sur les Mythes :
          https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/la-creation-les-deux-recits-du-210306

          https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/la-bible-le-syncretisme-le-213598

          > Sur les voyages des Symboles :
          https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/l-arbre-de-vie-son-extra-ordinaire-214692

          .


        • JPCiron JPCiron 24 août 12:33

          @Séraphin Lampion

          un système d’écriture et une littérature >

          L’écriture est ben documentée en Egypte ancienne.
          Et aussi en Sumer/ Elam :
          https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/etonnant/article/qui-sont-les-veritables-inventeurs-222120


        • Decouz 24 août 12:10

          On confond souvent éternité et perpétuité, la perpétuité étant un prolongement indéfini de l’être individuel dans des états encore conditionnés par l’état terrestre (des prolongements).


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 24 août 12:39

            @Decouz

            les neiges sont éternelles et le mouvement perpétuel


          • eau-pression eau-pression 24 août 13:03

            @Séraphin Lampion

            Croyez-vous qu’on puisse sortir du doute perpétuel pour atteindre des certitudes éternelles ?


          • JPCiron JPCiron 24 août 13:30

            @eau-pression

            Croyez-vous qu’on puisse sortir du doute perpétuel pour atteindre des certitudes éternelles ? >

            Oui, mais il faut pour cela prendre le problème par l’autre bout : s’ancrer dans la certitude perpétuelle du doute éternel...
            Je crois...


          • Et d’ailleurs, concernant QUENEAU, j’aime beaucoup les : FLEURS BLEUES,....


            •  La « fleur bleue » est le myosotis, qui dans le langage des fleurs renvoie à l’acte de mémoire : « ne m’oubliez pas » (forget-me-not en anglais) : la question centrale de l’œuvre est de se souvenir de ses rêves, et de prendre en compte, dans l’épaisseur de l’existence, d’un individu.

              Tchouang-tseu rêve qu’il est un papillon, mais n’est-ce point le papillon qui rêve qu’il est Tchouang-tseu ? »


              • eau-pression eau-pression 24 août 13:05

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                Et si je te prête mon oiseau glorieux, tu me le rendras ?



              • eau-pression eau-pression 24 août 13:17

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                Si c’est pas QUEUE DALLE, l’espoir est permis. Mais attention : le glaive de la loi Gayssot nous menace


              • binary 24 août 13:52

                Considérer que la mort est positive, ne renvient il pas à considérer la vie comme négative ?


                • Decouz 24 août 14:23

                  @binary
                  C’est un couple indissoluble qui s’équilibre dans l’invariable milieu.


                • JPCiron JPCiron 24 août 14:54

                  @Decouz

                  < Considérer que la mort est positive, ne renvient il pas à considérer la vie comme négative ? >

                  Il y a une logique implicite à la question, il me semble, qui voit la mort comme ’’tueuse’’ de la vie. Et louer cette chose négative qu’est alors la mort, serait déprécier la valeur de la vie.

                  Mais on peut tout aussi bien considérer que la vie poursuit son long chemin, et que le ’’panneau’’ indiquant le point ’’mort’’ ne fait que d’annoncer un changement de paysage. L’idée que l’on se fait du ’’paysage’’ et des ’’indigènes’’ qu’il y aura après le panneau peut être enthousiasmant.

                  Tout dépend donc de l’idée que l’on a déjà en tête.


                • binary 24 août 15:24

                  @JPCiron
                  Quel est le contraire de la vie ?
                  Quel est le contraire d ’une chaise ?


                • babelouest babelouest 24 août 16:58

                  @binary
                  Quel est le contraire de l’univers ? Car l’univers, c’est la Vie.


                • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 24 août 17:19

                  @babelouest

                  le néant


                • Furax Furax 24 août 17:32

                  @Séraphin Lampion

                  le non-être n’existe pas


                • JPCiron JPCiron 24 août 17:40

                  @Furax

                  le non-être n’existe pas >

                  Mais le contraire du non-être, si.

                  En tout cas il semble que le concept de non-être existe, bien que son objet n’existe pas.
                  Il me semble...


                • arthes arthes 24 août 17:53

                  @JPCiron

                  Du coup....ça me fait penser à : 
                  Une abstraction (le concept) est elle une réalité ?
                  Enfin dans quelle mesure pourrions nous le dire

                  Sinon, le contraire de l’univers...J’allais dire le chaos, dans la mesure où , étymologie oblige, l’univers est « tourné vers l’uni » donc l’harmonie, mais, le chaos originel précèderait l’univers justement.

                  Sinon, il y aussi comme contraire de l’univers le « multivers » concept shawesque smiley


                • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 24 août 18:53

                  @arthes

                  être pour le pour-soi, c’est néantiser l’en-soi qu’il est


                • JPCiron JPCiron 24 août 19:03

                  @arthes

                  Une abstraction (le concept) est elle une réalité ? >

                  Une abstraction, ce sont des interactions neuronales.
                  En ce sens, la manipulation du concept est une réalité.

                  Que l’objet du concept soit réel ou non est à mon sens indifférent.

                  .


                • Xenozoid Xenozoid 24 août 19:04

                  @Séraphin Lampion

                  être pour le pour-soi, c’est néantiser l’en-soi qu’il est

                  toi tu dois être en train de vendre 


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 24 août 19:10

                  @Séraphin Lampion

                  Arthes elle va te faire connaître l’en-toi ...tousse papy , ça passera mieux...


                • binary 24 août 20:09

                  @arthes

                  Du coup....ça me fait penser à : 
                  Une abstraction (le concept) est elle une réalité ?
                  Enfin dans quelle mesure pourrions nous le dire

                  Le i des nombres imaginaires existe t il ?

                  Pour répondre à cette question, il suffit de comprendre ce que l on a fait pour l avoir. Pour cela, il faut comprendre comment se forme une pensée.


                • binary 24 août 20:16

                  @JPCiron

                  Que l’objet du concept soit réel ou non est à mon sens indifférent.

                  Comment sait on que le réel est réel ?

                  En pensant avec ses neurones, ou avec ses doigts, ses oreilles, ses yeux ?

                  Mais alors, que veulent dire les verbes toucher, entendre, voir ?

                  Peut on voir, entendre et toucher sans neurones ?


                • JPCiron JPCiron 24 août 21:02

                  @binary

                  Comment sait on que le réel est réel ? >

                  Le réel est réel pour moi quand je crois que c’est réel.
                  Cela peut être une absurdité, du délire, pour le voisin.

                  Quand le réel semble mesurable, on peut se mettre d’accord sur une méthode pour définir si ce que l’on observe/ sent/ touche/ entend/ pense est vraiment réel.
                  Mais le voisin, lui, peut toujours penser que c’est folie.

                  Tout passe par les neurones, au final.
                  .


                • binary 24 août 22:37

                  @JPCiron
                  C est ce que je voulais montrer. Tout passe par les neurones, et c est le problème.
                  L’univers nous est connu à partir de capteurs naturels appelés « sens ». On peut augmenter ces sens par des capteurs externes artificiels, appareils de mesures, que l on peut consulter avec nos capteurs naturels. Mais au final, ce que l on sait c est ce que nos neurones conclus des informations qu ils reçoivent.
                  Or le cerveau peut tourner sur lui même. L’axone se branche sur un synapse en amont. La boucle de traitement est fermée. Le système tourne sur lui même sans « regarder » l’extérieur. C’est l’imagination.
                  Pour savoir ce qui existe, un cerveau doit vérifier ses entrées.
                  Imaginez un ordinateur, composé d un CPU et de RAM uniquement. Pas de clavier , souris, écran, réseau. A quoi peut il servir ?


                • arthes arthes 25 août 00:05

                  @Seraphin

                  Et etre l en soi anéantise donc le pour soi qu il est ?


                • arthes arthes 25 août 07:32

                  @JP Ciron

                  Une abstraction est extraite de ce qui existe et que nous observons non ?
                  Une interaction entre le sujet observe et soi, qui permet le travail neuronal cerebral du "moi’.

                  Comment se forme la pensée est une bonne question.
                  On ne peut pas ou difficilement appliquer l observation du phénomène ’penser’ à soi-même, cad s observer en train de penser , nous pouvons juste observer nos pensées une fois celles-ci produites.

                  Je parle de l aspect qualitatif de la pensée, pas mécanique visuel.


                • JPCiron JPCiron 25 août 09:53

                  @binary

                  Imaginez un ordinateur, composé d un CPU et de RAM uniquement. Pas de clavier , souris, écran, réseau. A quoi peut il servir ? >
                  .
                  Il peut rêver à la prochaine version améliorée...
                   smiley


                • JPCiron JPCiron 25 août 10:00

                  @arthes

                  cad s observer en train de penser >
                  .
                  Le faire soi-même, c’est risquer les court-circuits...

                  Mais les psychiatres essaient de s’imaginer de ce qui se passe dans la boîte... tout en voyant l’animal agir et argumenter... ça aide à se faire des hypothèses sur comment fonctionne pour ceux considérés ’’normaux’’.

                  J’ai bien aimé un bouquin intitulé « l’homme qui prenait sa femme pour un chapeau ». C’est instructif. Il y a des bouquins intéressants de JPChangeux aussi (l’homme neuronel).

                  .


                • arthes arthes 25 août 17:07

                  @JPCiron

                  Les psychiatres...Donc ils théorisent et on reste dans le domaine de l’abstraction.

                  Je trouve que le travail libre de l’ introspection permet déja d’observer la pensée produite (par soi) et de la vivre comme une expérience intime...C’est très intéressant

                  S’observer soi même en train de penser, en effet, cela me semble impossible ou complètement fou.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité