• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > Le retour de l’autorité est-il possible ? éducation, école, (...)

Le retour de l’autorité est-il possible ? éducation, école, police...

Les limites de l'éducation positive...

Face aux agressions parfois mortelles qui chaque jour font l'actualité :

->> Agression de policiers, de maires, de conducteurs de transports, entre jeunes..., à HERBLAY, AULNAY-SOUS-BOIS, POISSY, VALENCIENNES, PARIS, COLOMBES, RILLEUX-LA-PAPA, BRON, AVIGNON [E. MASSON] ;
->> Agressions mortelles entre jeunes à ARGENTEUIL [Alisha], IVRY-SUR-SEINE [Marjorie]
...

on entend dire ici et là qu'un retour de l'autorité serait souhaitable. Le constat est terrible : Il n'y a plus un seul jour sans agressions de policiers, gendarmes, pompiers, enseignants... Tout ce qui représente l'ordre et la morale devient une cible à abattre. L'absence d'autorité est donc questionnée pour une jeunesse qui semble clairement en manque de repères.

L'INTEGRALITE DU LIVRE >>

https://www.amazon.fr/LezAPe-face-cachée-de-la-psychologie-de-l-enfant

LezAPe - Articles psychologiques sur les comportements de l'enfant

L'héritage de Françoise DOLTO : l'enfant est une personne

Des droits leur ont été concédés, le statut de personne leur a aussi été reconnu, et chacun appréciera ou non qu'il soit désormais hors de question qu'un maître leur donne des coups de règles sur le bout des doigts, pratique répandue jusqu'aux années 70. On parlerait aujourd'hui de l'excès d'autorité d'un adulte qui abuserait de sa position. Et alors que cet adulte "sévère" était craint, il est désormais moqué, voire violenté, parfois tué par l'enfant-Roi. Est-ce le fruit du discours Doltoïen qui, il y a cinquante ans paraissait scandaleux et absurde ? Désormais passé dans les moeurs, cet enseignement infuse aujourd'hui chez tous les soignants et éducateurs de la petite enfance, avec comme couvre-chef une éducation positive où il est question avant toute chose d'apprendre à développer une approche empathique de l'enfant (accent mis par la psychologie positive sur les forces individuelles et la motivation personnelle pour promouvoir l'apprentissage.) On parle alors d'une parentalité bienveillante qui ne se montrerait pas autoritaire (éviter le "NON" catégorique mais proposer des choix, négocier...), version de la parentalité jugée rétrograde.

 

Françoise DOLTO (1908 - 1988) qui a mené un noble combat en faveur de la cause des enfants - F. DOLTO, éd. Robert Laffont, Paris, 1985", a d'une certaine manière et probablement à son insu, été l'un des éléments déclencheurs de ce revirement par un discours qui prônait l'écoute et l'empathie. Elle est ainsi devenue le repère incontournable dans l'approche de la petite enfance. Dont acte. Il ne s'agira pas ici de dénigrer ce travail nécessaire qui a consisté à sortir l'enfant de son statut d'infansétymologiquement : celui qui n'a pas la parole.

Mais donner la parole à un enfant, entendre ses besoins, signifie-t-il qu'on doit le considérer tel son égal comme elle l'a elle-même affirmé : "C'est un scandale pour l'adulte que l'être humain à l'état d'enfance soit son égal." ?

Doit-on aussi ignorer que pour le droit, le terme "infans" désigne justement un être qui n'est pas encore doué de raison ? Car donner la parole à un enfant signifie-t-il lui donner raison en lui donnant le dernier mot ?

Loin de nous l'idée de faire un procès d'intention post-mortem à Françoise DOLTO sur ces questions. Mais l'on est tout de même en droit de s'interroger sur le regard qu'elle aurait posé sur cette éducation positive qui fait fureur aujourd'hui chez les parents. Nous ne pouvons que constater que celle-ci est plébiscitée dans une société qui a changé, et qui souhaite bannir tout un système patriarcal qu'elle dénonce à bien des niveaux.

 

L'absence du père

Mais avec la multiplication de faits divers où l'autorité de l'Etat est remise en question par la jeunesse partout sur le territoire, certains journalistes commencent à se poser des questions sur une éducation jugée trop laxiste. L'absence du père au sens figuré, l'absence d'une figure d'autorité castratrice et séparatrice (comme l'expliquait F. DOLTO elle- même), est-elle préjudiciable à notre société moderne ?

Evidemment, le discours des différents lobbies favorisant cette éducation bienveillante où l'on s'arrange pour ne pas vraiment dire "NON" à l'enfant, ne fait pas état de la partie du discours de la psychanalyste Françoise DOLTO, affirmant l'importance des limites posées par un père/tiers séparateur.

 

A l'heure où un hashtag "Pasdevague" (oct. 2018) s'est répandu viralement sur le web, relayé par des enseignants écrasés par des délinquants de plus en plus jeunes, il est donc vraiment temps de se souvenir de cette autre partie du discours de Françoise DOLTO et de tant d'autres psychanalystes, qui rappellent l'importance de limites posées sans ambiguïté à l'enfant pour qu'il trouve des repères et se construise. Un enfant qui resterait dans un principe primaire de plaisir sans rencontrer un "NON" franc quand cela est nécessaire, serait condamné à souffrir une fois adulte des nombreuses limites posées par la société, incapable qu'il serait de les comprendre et de les accepter.

 

L'enfant l'égal de l'adulte ?

Doit-on oublier que bien qu'il soit intelligent émotionnellement et intellectuellement, la croissance et l'évolution d'un enfant ne sont dans ces domaines pas achevées ? Doit-on oublier qu'aucun enfant ne peut sans adulte devenir à son tour un adulte, c'est-à-dire, mature et capable d'intégrer l'interdit fondamental pour trouver sa place en société ? Nous ne doutons pas que la psychanalyste qui était Françoise DOLTO l'avait bien à l'esprit lorsqu'elle mettait en avant l'importance du complexe d'Oedipe et d'un père agissant comme un tiers séparateur (mettre fin à l'état fusionnel entre la mère et le bébé). Et que dirait-elle aujourd'hui des tirs de mortiers d'artifice de plus en plus récurrents visant des policiers, des voitures et autres objets urbains incendiés chaque nuit ? Que penserait-elle des enseignants qui vont travailler avec la boule au ventre ? Que leur dirait-elle ? Que penserait-elle de tous ces procès en légitimité qui touchent ces enseignants, mais aussi la police, et toute forme d'autorité ? Il s'agit bien pour certains jeunes de marquer leur territoire, de s'affranchir de règles que voudraient leur imposer des adultes à un âge où l'on pourrait dire trivialement, que le mal est déjà fait. Car on ignore trop souvent que certains apprentissages doivent être précoces au risque de ne plus pouvoir se faire ultérieurement, ou très difficilement.

 

Mots-clés : #Education_positive, #tirs_de_mortier_d'artifice, #comportement_problème, #Eric_MASSON, #impuissance_parents, #autorité, #violences_urbaines, #éducation, #Françoise_DOLTO, #faits_de_société, #Oedipe, #castration, #sanctions, #délinquance, #toute-puissance, #phénomènes_de_groupe, #psychologie_enfant, #LezAPe_La-face-cachée-de-la-psychologie-de-l-enfant

https://www.jeanlucrobert.fr

Auteur de : 

Ma vérité sur l'autisme

LezAPe : La face cachée de la psychologie de l'enfant

L'ENFANT : L'instrument du Conflit Parental

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.23/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • Schrek Docteur Faustroll 14 octobre 17:31

    « Doit-on oublier qu’aucun enfant ne peut sans adulte devenir à son tour un adulte... »

    encore faudrait-il que ses parents et les autres personnes majeures qui l’entourent aient accédé eux-mêmes à l’état « adulte » ! Sinon, le processus décrit à juste titre fait boule de neige...


    • Xenozoid Xenozoid 14 octobre 19:33

      @Docteur Faustroll

      il faudrait alors fair une description de ce qui est adulte ou pas....


    • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 14 octobre 22:53

      @Docteur Faustroll, merci pour votre remarque.


    • xana 15 octobre 18:33

      @l’auteur
      Une autorité doit être avant tout LEGITIME.
      Ce n’est pas le cas en France, ni d’ailleurs dans les pays européens.

      Ce n’est pas la peine de restaurer une autorité si elle n’est pas légitime, cela ne sert qu’à exaspérer la révolte des citoyens.

      Tant que l’abcès n’aura pas été crevé, il n’y aura rien à faire.

      Rappelez-vous : En 1945 on a restauré l’autorité avec la république et les CNR. Mais cela n’a pas duré au-delà de 1968...

      Aujourd’hui l’autorité ce sont les flics qui éborgnent les gilets jaunes ou ceux qui refusent la dictature des vaxxins.

      Il faudra une sérieuse épuration avant de pouvoir restaurer l’autorité.


    • jocelyne 14 octobre 17:42

      on arrive peu à peu à votre vrai but. Rien que le terme autorité mérite explication, qu’est l’autorité dans votre monde ?


      • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 14 octobre 22:56

        @jocelyne
        Que pensez-vous de la définition de Wikipédia ? 

        L’autorité est le pouvoir de commander, d’être obéi1. Elle implique les notions de légitimité, de commandement et d’obéissance, d’un autre pouvoir qui impose l’autorité. La forme de la légitimité peut varier selon les circonstances.

        L’autorité est considérée comme distincte de l’autoritarisme, qui est un trait de caractère ou une manière d’imposer son pouvoir, ses décisions.

        Pas mal non ? Cette définition me convient bien.


      • Clocel Clocel 14 octobre 19:22

        Mettez des profils de deuxième ligne de rugby et vous verrez ces petites lopes tout justes bonnes à chahuter une pauvre enseignante venir vous manger dans le slip.

        « La main que tu ne peux couper, baise-là »...

        Faut un certain état d’esprit pour produire ce genre de dicton.


        • Effondré remonté Effondré remonté 15 octobre 16:51

          @Clocel
          (dicton moyenâgeux) « Oignez vilain, il vous poindra ; poignez vilain, il vous oindra »


        • quijote 14 octobre 20:03

          Chez les éléphants, quand un groupe d’ado mâles n’a pas un grand mâle dont la simple présence les inhibe dans les environs, ils deviennent des éléphants voyous. Des délinquants. Viols de rhinocéros, attaques d’autres animaux. Véridique.

          Pareil chez les humains. Les foyers sans père sont surreprésentés dans les statistiques rendant compte des comportements d’ados à problèmes ( délinquance chez les garçons, grande promiscuité sexuelle et maternités précoces chez les filles, entre autres ).


          • Xenozoid Xenozoid 14 octobre 20:25

            @quijote

            il faut arreté de comparé les animaux avec nous....stop
            l’anthropocentrisme n’aide pas, pas plus que le darwinisme...stop

            l’homme n’est pas un animal,il n’est pas encore quelque chose d’autre,il est tout et rien,il n’est pas encore défini


          • quijote 14 octobre 20:44

            @Xenozoid

            Chacun sa religion.


          • Xenozoid Xenozoid 14 octobre 20:48

            @quijote

            voila, on en est là,mais c’est la faute des autres


          • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 14 octobre 22:58

            @quijote,

            Merci pour votre participation au débat.


          • chantecler chantecler 15 octobre 04:43

            @Xenozoid
            Ah pardon !
            En Afrique il est bien connu que la justice du Roi des Animaux , le Lion , est encombrée par les affaires de viols de rhinocéros par les éléphants voyous .
            A tel point qu’ils créent nombre d’associations pour combattre ce fléau .
            Heureusement ces éléphants ne fréquentent ni les quartiers hors la loi , ni le métro .


          • quijote 15 octobre 12:42

            @Xenozoid

            C’est pas du tout la faute des autres : c’est la tienne exclusivement.


          • quijote 15 octobre 12:55

            @chantecler

            Mon ami chantecler ! Tu m’as presque fait sourire, dis-donc ! Une carrière de comique qui s’annonce ? Sur Rance-Inter Alors...

            Et autrement, toujours membre de la secte ? Nan, réponds pas, c’est pas une vraie question... Je te connais comme si je t’avais fait ! Moi aussi, quand j’étais jeune et con, j’en ai fait partie.

            Prends-tu toujours ta niaiserie bien-pensante pour l’expression du Bien sur terre, ami Narcisse ?


          • Effondré remonté Effondré remonté 15 octobre 16:55

            @Xenozoid
            L’homme est d’abord un animal, ne vous en déplaise, même s’il a un petit plus ... je rappelle cette extraordinaire définition de Simone Veil, la philosophe christique, pas la ministre déportée : « L’homme est placé à un point extrême où il ne lui est pas tout à fait impossible de revenir à Dieu » et « les animaux, étant placés en deça de ce point, dans le Mal* absolu, sont donc parfaitement innocents »...
            (* au sens de Matière entièrement déterminée sans doute)


          • Effondré remonté Effondré remonté 15 octobre 16:57

            @Effondré remonté
            Et donc, il s’agissait de Simone Weil pas de Simone Veil, toutes mes confuses...


          • Xenozoid Xenozoid 15 octobre 16:57

            @Effondré remonté

            la domestication est en générale rejeté apres 3 genération


          • chantecler chantecler 15 octobre 18:07

            @quijote
            "Moi aussi, quand j’étais jeune et con, j’en ai fait partie.

            ..."
            De la jaquette flottante ?
            Bref vous êtes vieux et toujours aussi con .


          • quijote 15 octobre 18:42

            @chantecler

            Hi hi hi... Te voila homophobe ! J’aime ça ! J’aime quand le vernis des « gens bien » craque et qu’ils se montrent malgré eux à l’opposé de ce qu’ils prétendent être...
            Bien sûr que je suis vieux. Et se faire insulter par un membre de la secte est un plaisir de gourmet. Je serai toujours là, quand ça me sera possible, pour pisser sur tes bons sentiments. A bientôt !


          • sylvain sylvain 14 octobre 20:19

            franchement je ne suis pas sur que les personnes qui s’expriment aujourd’hui par la violence telle que décrite dans l’article ( agression de policier...) correspondent a la photo de l’enfant roi juste en dessous.

            Ils viennent plutot de milieux d’immigration pauvres et familialement dur. Les enfants roi ont plutot tendance, d’après mon expérience,a devenir des adultes qui n’ont pas de fond, qui se découragent vite, qui se plaignent,, qui restent capricieux.


            • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 14 octobre 23:01

              @sylvain, probablement en effet.


            • véronique 15 octobre 08:15

              Le retour de l’autorité ?

              J’ai plutôt observé ces dernières décennies un renforcement de l’autorité. Que ce soit à l’école, dans la rue ou ailleurs. On a même aujourd’hui l’obligation d’avoir un laisser-passer pour nos activités quotidiennes même essentielles. 


              • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 15 octobre 08:36

                @véronique
                Vous m’étonnez beaucoup là smiley
                « laisser-passer pour nos activités quotidiennes même essentielles. »
                Ma question concerne l’autorité en matière d’éducation. C’est mon seul sujet. 
                Les mesures prises par l’état envers les citoyens c’est autre chose.


              • @véronique vous confondez autorité et pare-feux face à l’excès de passion. 


              • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 15 octobre 09:02

                @véronique
                 
                 ’’J’ai plutôt observé ces dernières décennies un renforcement de l’autorité.’’
                 
                 Je n’ai pas observé ça, bien au contraire. Il ne faut pas confondre autoritarisme et autorité.
                 
                Au point de vue démarche, l’autoritarisme correspond à l’attitude de la personne ou de l’institution qui contraint physiquement et/ou psychiquement les personnes qu’elle commande.
                 
                L’autorité, en ce qu’elle nécessite la légitimité
                est une valeur reconnue à une personne ou à une entité.

                 


              • @Francis, agnotologue EXACTEMENT.... le police se situe plus du côté du dressage.... Mais n’oublions pas une chose. Au fond ils ont la trouille. Alors on se blinde....et face à une meute...


              • véronique 15 octobre 12:04

                @Francis, agnotologue

                Oui c’est vrai, mais dans le langage courant de la politique on ne fait pas vraiment la différence. Quand certains déplorent le manque d’autorité, c’est pour dire qu’on ne sanctionne pas assez, donc en réalité ils sont plutôt sur le chapitre autoritarisme. Idem pour ceux qui croient qu’on restaure l’autorité en passant par l’éducation.
                D’ailleurs si les mesures ou les attitudes autoritaires peuvent se décider, ce n’est pas la même chose avec l’autorité. L’autorité, on l’a ou pas. Et pour l’État, si son autorité fait défaut c’est que ceux qui le dirigent devraient quitter le pouvoir, c’est l’ensemble de leur politique qui n’inspire pas le respect. On ne peut pas obliger les citoyens à respecter une autorité absente. On peut seulement les obliger à respecter les lois. Et c’est déjà beaucoup, surtout quand les lois sont de plus en plus autoritaires (et c’est peut-être à cause de ça entre autres que l’Etat voit décliner son autorité).


              • @véronique Pierre Bergé a été « élevé » par la méthode Montessori. Laissez faire total. Résultat : le chauffeur dudit bonhomme est allé voir une psychologue qui lui a dit mais Monsieur ce que vous avez subi est horrible. Je ne sais pas trop comment vous aider. Je ne vois qu’une retraite dans un couvent.. et che charmant Monsieur fut à la tête de la presse française....


              • chantecler chantecler 15 octobre 13:11

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                Merci de sourcer vos propos...
                Parce que vos délires raf .


              • véronique 15 octobre 13:59

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                Vous évoquez donc plutôt l’autoritarisme en prenant un exemple extrême d’absence de règles contraignantes.


              • @chantecler ne me dites pas que vous n’êtes pas au courant. Que faites-vous de vos journées. Il se fait que j’ai un proche qui a conne « le monstre »... Ce qui est dit dans le livre est TOTALEMENT EXACT..... comme on dit : tout le monda savait (comme pour Olivier Duhamel). Si Zemmour veut gagner : suffit d’évoquer le livre. https://www.femmeactuelle.fr/actu/news-actu/berge-et-saint-laurent-malades-sexuellement-44558# : :text=Vivantes-,Le%20chauffeur%20de%20Pierre%20Berg%C3%A9%20raconte%20les%20orgies%20de%20l,%2C%20deux%20%C3%AAtres%20%E2%80%9Cmalades%20sexuellement%E2%80%9D&text=Fabrice%20Thomas%2C%20ancien%20chauffeur%20et,mythique%20de%20la%20haute%20couture. D’ailleurs, personne n’a contredit ou osé...



              • @véronique pourquoi Pierre Bergé était dans la position du sadique... Parce que justement, il n’avait pas connu de « limites » dans son enfance......


              • j’ai un proche qui a connu Pierre Bergé et les personnes qu’il côtoyait (en temps qu’ambassadeur de l’UNICEF). Macron aussi était au courant. Voilà pourquoi il a les chocottes avec Zemmour........ qui lui aussi sait...


              • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 15 octobre 22:59

                @Francis, agnotologue, merci pour cette précision que je trouve juste.


              • Venceslas Venceslas 18 octobre 10:12

                Hum, retour de l’autorité... J’ai l’impression que c’est plutôt la mise en place d’un nouvel autoritarisme auquel nous n’assistions pas dans les années 70. A l’époque, on râlait plus, et ça évitait les dérives que nous voyons aujourd’hui.@véronique


              • Absolument. Autorité vient de auteur et entraîne la hauteur qui est la verticalisation de l’humain. Revenons sur le terme de progrès. Pour la majorité des humains, étant généralement matérialistes, le progrès est de nature matérielle et corporelle. Alors que le veritable progrès ne peut être à mon sens que spirituel, culturel et intellectuel. C’est hélas là la perversion du terme de progrès. Sciences sans conscience.... L’autorité suppose aussi l’antériorité. Celui qui porte vers le haut. A ne pas confondre bien sûr avec dressage. Auquel il est souvent assimilé,... L’autorité transporte, élève vers la lumière. Le dressage, la soumission rabaisse, contraint.


                • Le problème actuel de l’autorité c’est qu’elle manque d’auteurs...


                  • chantecler chantecler 15 octobre 09:14

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                    Elle manque peut être aussi de praticiens dont l’autorité ne serait pas contestée de par leurs qualités humaines ?


                  • @chantecler prenons le cas de Paty. J’ai enseigné et n’ai eu que peu de problèmes. Pourquoi, parce que j’appliquais la maîeutique. Je m’assieds et disait à mes élèves : apprenez-moi...sans rien imposer. Silence. Il n’avait jamais entendu parler comme cela...Et pourtant je me trouvais face à des gaillards, plutôt coranisés (rappelez vous le film avec Michelle Pfeiffer...). Nous avons d’embée un projet. Chacun avait reçu un appareil photo jetable et devait prendre des photos dans la rue de Molenbeek (je précise...). On pouvait s’attendre au pire.... Le but était de constituer une oeuvre d’art abstraite avec toutes les photos... Ouiah. et vous savez ce que représentaient les photos : une fleur, une entrée de métro, des personnes âgées sur un banc, un mur crépi, des nuages, un arbre.... c’est ainsi que leur ai proposé d’écrire un texte pour décrire leur photo. Et le cours de français a pu commencer (je remplaçait 6 mois le prof malade)


                  • Hum : remplaçais. C’est un peu moi qui avait peur. Mon français n’étant pas parfait. Les consonnes doubles. Ayant eu une éducation bilingues. Nous belges devons avoir deux cerveaux...


                  • quel bonheur de n’avoir pas été une enfant REINE. Education austère et protestante. Les enfants étaient priés de bien se tenir à table. Les conversations des adultes ne les concernaient pas. Belges, quand un sujet disons « scabreux » était évoqués, mes parents de passer du français au flamand. Ce qui a un énorme avantage : développer l’épistémophilie, la curiosité, le besoin de savoir (ça voir). Une question m’entêtait à cinq : pourquoi suis-je moi et pas une chinoise à Tonkin ou une africaine du Burkina Faso. A Et on ouvre des atlas, on se met à rêver... et on se dit : puisque mes parents gardent leurs secrets. A mon tour de leur dire de me laisser tranquille quand je lis. J’ai un nouveau compagnon : mon livre..... et mes parents de dire. Ah, alors on peut aller se balader. OUI OUI. Je ne suis pas seule...Merci...


                    • Bon je venais de la ville de Renaix dont vient DECROLY. ESPRIT FREINET pour les français... si vous savez captiver vos élèves vous avez gagné à 70%. Mais il reste les 30% de FERMETE. NON.


                      • je me souviens des années 70 et le mouvement anti-psychiatrique. C’est hélas bien mal connaître la psychose qui est une épouvantable angoisse de morcellement. La peur d’éclater en mille morceaux. Raison pour laquelle, parfois, la contention est nécessaire. Comme me disait un psy. Le psychopathe crée la prison, comme le psychotique crée l’asile... Maintenant, il y a l’HALDOL. La prison psychique. C’est mieux que de se mordre (auto-mutilation) ou se taper la tête contre le mur jusqu’au sang.


                        • Rincevent Rincevent 15 octobre 15:36

                          @ l’auteur

                          Effectivement, on met sur le dos de Dolto beaucoup de choses aujourd’hui. C’est trop facile (le bouc émissaire) et bien pratique, surtout de la part de ceux qui ne l’ont pas vraiment lue, se contentant de citations tronquées ou hors contexte. Je précise que, pour ma part, je n’ai jamais été un grand fan de la psychanalyse qui ne m’apportait pas grand chose dans ma pratique mais ce n’est pas une raison pour jeter le bébé avec l’eau du bain…

                          Si on a vraiment besoin de ‘’coupables’’, il serait plus intéressant d’aller voir du côté de Paul Racamier et de sa notion d’incestuel, qui n’est pas l’inceste, mais qui a pointé la confusion des générations (les parents copains de 68 et après) et les dégâts qui allaient en découler plus tard (et c’est maintenant).


                          • Levons un coin du voile. Puisque c’est dans l’air du temps. Dolto était la fille de Lepénistes. On comprend que l’image du père devait être un peu écornée... Psychanalyste de Roudinesco. Qui rappelons-le a toujours été une stalinienne (la souffrance des enfants étant d’abord d’ordre économique, proche de GUATTARI : l’ant-OEDIPE, dit autrement, papa bon débarras) habituée du Journal Libération (la haine du père : Gérard Mendel). Egérie du mariage pour tous et le reste. Simple vengeance parce qu’elle fut éjectée de la Société Psychanalytique de Paris pas trop lacanienne). Sa grande rivale : Janine Chasseguet Smirgel, proche de Finkielkraut y a été peut-être pour quelque chose. Je ne sais...


                            • Effondré remonté Effondré remonté 15 octobre 17:02

                              Le simple fait qu’on parle du retour de l’autorité, prouve qu’il est là, c’est dans les tuyaux... tant mieux... ça prendra du temps mais un coup d’arrêt semble avoir été donné au laxisme tous azimuths, au n’importe quoi existentiel...


                              •  C BARRATIER C BARRATIER 15 octobre 20:35

                                L’enfant n’est pas un petit homme, il est un petit d’homme. Que l’accent ait été mis par Dolto sur son écoute, est venu tempérer une éducation autoritaire et aveugle.Mais on est revenu de ce qui engendrait l’enfant roi.

                                Les enfants sont reconnaissants de nos exigences, ce qui est une marque de confiance dans leur potentiel. Je l’ai parfaitement compris avec les adolescents, mes élèves de lycée, et plus encore dans un camp d’adolescents mixte, sportif, que j’ai dirigé 9 ans avec une équipe de moniteurs stable, expérimentée, solide.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité