• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Le rire du petit prince

Je l'aime tellement que je n'ai pas pu résister. Saint-Exupéry pardonne-moi :

                      Le rire du Petit Prince

Quelle idée de vouloir un mouton et puis pour quelles raisons Antoine a-t-il accepté de lui en dessiner un ? C'était vraiment la dernière chose à faire. Vous pensez un mouton, sur une planète aussi petite, avec en plus une muselière sans la courroie permettant de la fixer. Il aurait dû lui procurer un chien. Le chien est le meilleur ami de l'homme, apprivoisé depuis longtemps, il est obéissant et ne s'intéresse pas aux roses. De plus il aurait pu devenir, avec un peu d'éducation, le gardien voire le défenseur de la rose de ce petit prince. Nom d'une praline ! j'oubliais, les chiens ne mangent ni les mauvaises herbes ni les bébés baobabs, d'où la nécessité du mouton pour empêcher qu'un tel arbre ne pousse et ne fasse exploser une aussi petite planète avec ses racines de géant.

Moi, je lui aurais dessiné un grillage ou une serre pratique à transporter et facile à monter.

Nom d'une livre de pralines ! La belle n'en aurait pas voulu objectant que de telles prisons ne siéent guère à la qualité de sa personne et le petit prince qui lui fait ses quatre volontés n'aurait pas insisté. Donc ce fut un mouton, un vrai, un rustique, herbivore et ruminant, sans cornes et avec un épais manteau de laine beige. L'animal, confortablement installé dans sa caisse, parvint tout fringuant sur la planète-maison du petit prince et en fit aussitôt le tour.

Il faut admettre que sur ce monde minuscule, il ne faut pas longtemps à un mouton vorace pour repérer ce qu'il y a de bon à brouter. Celui-ci se mit à remplir consciencieusement son rôle, détruisant outre les mauvaises herbes toutes les jeunes pouces de baobabs. Il avait d'emblée remarqué la rose, qui déployait sa toilette parfumée sans se soucier de lui, étant donné qu'elle n'avait jamais vu une pareille bête et que l'on ne craint pas sur cette planète naine, contrairement à sur la terre, ce que l'on ne connaît pas. Le bêlant se promis d'en faire son dessert mais pas tout de suite, seulement lorsqu'il aurait terminé de digérer les autres herbacées. Le ventre plein, il fallait ruminer puis dormir, et pendant ce temps tout repoussait, et les jours se succédaient sans que la rose ne soit inquiétée.

Le petit prince, privé de son travail d'arrachage des jeunes baobabs devint totalement oisif. Les couchers successifs de soleil, prévisibles et répétitifs, n'opéraient plus leur magie. Tout était sous contrôle, la planète ne risquait plus d'exploser sous l'action perforante de racines de grands arbres. Les couleurs et particulièrement le vert disparaissaient sous les coups de langue du mouton au profit du gris-rocailleux et stérile. Le petit prince se sentit envahi d'une morosité dont il ne s'expliquait pas la cause. Il aurait dû être content de l'absence désormais de menaces pour sa rose et de ce repos dont il pouvait profiter, mais il s'étiolait chaque jour davantage. La tristesse telle une brume épaisse brouillait l'attention du petit prince et il arriva ce qui devait arriver. L'heure, la mauvaise était là. La rose vit le dodu laineux s'approcher et comprit qu'il la convoitait. Elle fit face avec courage, le menaçant de ses quatre épines mais fut vite engloutie d'un seul coup de langue râpeuse. À l'heure habituelle de l’arrosage, le petit prince fut pris d'une juste colère en constatant la disparition de sa rose et sans hésiter renvoya le mouton sur la terre grâce à l'emballage qu'il avait heureusement conservé. Sur la planète bleue, la notre, Antoine sursauta. Dans le ciel les étoiles ne paradaient plus et les brillantes avaient perdu de leur éclat. Il s'était produit la-haut un événement qui voilait les constellations et l'aviateur-écrivain imagina le pire en réceptionnant le mouton.

Cependant la nature en l'absence du prédateur reprit courage. Les graines firent ce qu'elles savent faire et le paysage se recomposa comme sous le pinceau d'un peintre bucolique. Le petit prince dut se remettre à l'ouvrage car les baobabs pointaient à nouveau leur nez sous forme de jeunes tiges. Il y avait à nouveau tant à faire que le petit prince se requinqua rapidement n'ayant plus de temps à consacrer à la mélancolie. Alors que courbé en deux, il arrachait et arrachait encore, il retira brutalement sa main griffée où perlaient quelques gouttes de sang.

     - Pardonne-moi, lui dit une petite voix. Je désirais juste me signaler afin que tu me laisses prospérer.

     - Qui es-tu ?

  • - Je suis un églantier ou plutôt je le deviendrai si tu me laisses grandir. Je ne demande aucun soin et me contente d'un sol simple. Tu pourras si tu le désires me tailler à ta convenance et moi je t'offrirai une multitude de fleurs blanches et rosées agréablement parfumées, et des fruits rouges que tu pourras consommer très riches en vitamine C.

Le petit prince se prit d'amitié pour ce buisson accommodant et si fort respectueux de son hôte. Dès sa tâche journalière terminée, il se fit une joie de venir réfléchir assis sur un rocher mousseux à son côté. C'est ainsi qu'il en vint à s'interdire désormais de se laisser troubler par la seule apparence de la beauté et admit qu'une occupation était nécessaire à son équilibre physique et psychologique.

En imaginant Antoine en train de minutieusement gommer le mouton, le petit prince éclata de rire et aussitôt la foule des étoiles se poudra de mille scintillements joyeux et communicatifs qui perdurent encore.

Cette nuit ouvrez grand vos yeux et vos fenêtres et vous les verrez irradier leur lumière au rythme de son rire. 

                                   Toubib 41 le 23/12/2019

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Jjanloup Jjanloup 29 décembre 2019 16:41

    J’en connais un qui s’est laissé apprivoiser...

    Joyeux Noël, Toubib !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

toubib41


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès