• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > Nino Ferrer : au sud de la mémoire

Nino Ferrer : au sud de la mémoire

C’est un territoire cérébral inusité : celui qui nous parle vaguement d’un champ de blé écrasé de soleil en ce 13 août 1998 dans la commune de Montcuq (Lot). Ce jour où Nino Agostino Arturo Maria Ferrari, prince génois de l’absurde, nègre blond désabusé, est venu mettre les canons d’un fusil sur son coeur, pour éteindre dans sa tête cet insupportable Téléphon qui son et rejoindre sa maman partie un mois plus tôt. Dix ans après, la sortie d’une biographie intelligente ("Nino Ferrer, c’était pourtant bien"(1)), nous remet en tête cette petite musique qui sommeillait dans nos banlieues du cœur et de la mémoire. On dirait le Sud, et c’était pourtant bien. Mais tout de même, on ne peut pas vivre des millions d’années, et toujours en été…
Nino Ferrer, c’est l’histoire d’un malentendu. Avec le public, avec le show bizz. Mirza, le Téléphon, les Cornichons, qui firent sortir de l’anonymat ce prince génois désargenté et globe-trotter, sera aussi sa prison. Sa malédiction : être aimé pour des choses que lui n’aimait pas. Etre pris pour un rigolo, lui qui était noir, d’une grande négritude intérieure, comme en témoignent ses écrits, mais aussi la plupart de ses 40 peintures.
 
Ferrer, à l’époque des yéyés, de la période "whisky et petites pépées", écrivait déjà avec gravité sur les choses légères, et avec légèreté sur les choses graves.
Un dandy solitaire luxueux, un éternel insatisfait, caractériel flamboyant - à moins que ce ne soit l’inverse-.
 
Même l’immense succès de la chanson Le Sud, en 1975 (un million d’exemplaires vendus), et qui lui servira pourtant à acheter la bastide au cœur du Quercy blanc qui sera son tombeau, le laisse insatisfait : c’est en fait la version française inachevée d’un de ses titres originaux en anglais. Il s’étonnera de son succès, alors que ses plus belles chansons - en général méconnues et désespérées, comme "ma vie pour rien"-, sont des échecs commerciaux retentissants.
 
Petit à petit, malgré une production toujours régulière jusqu’au début des années 90, il s’enfonce dans un isolement professionnel marqué, avec femme, enfants et quelques amis, dans sa bastide aménagée en studio. "Je n’aime aucun batteur, donc je prends une boite à rythme", disait ce diplômé d’ethnologie et d’archéologie à la Sorbonne, contrebassiste de formation, ayant fait des bœufs avec Booker T & the M.G’s ou encore Otis Redding.
 
Comme bien d’autres, Nino Ferrer a eu raison trop tôt, c’est-à-dire trop tard. Ses jongleries avec l’absurde des années 60-70, à la lisière de Raymond Devos de Jacques Dutronc, l’ont installé dans l’immédiateté du 1er degré, lui qui tutoyait le second, à une époque où ce n’était pas encore la mode.
Elles l’ont installé dans le fauteuil vénéneux des rigolos sans prétention, des fous gentils.
 
Si les Dieux des champs de blé lui avaient prêté vie et si ce p… de fusil était resté au râtelier de sa bastide, Nino Ferrer aurait probablement touché aujourd’hui les dividendes de sa passion pour les mots et les images. Il serait devenu, à l’instar de Bashung et Christophe, un dandy luxueux et crépusculaire des paradis perdus et des jeux de mots au troisième degré.
On aurait fait des vernissages de ses tableaux souvent brillants, il y aurait eu des pince-fesses sur l’herbe à l’approche de l’été et des Ministres de la Culture en goguette qui lui auraient dit "ça le fait, coco", avant de remonter dans leurs limousines.
Artiste chic, autiste de luxe. Ca lui aurait fait un beau métier.
 
Au lieu de cela, Nino, vous avez repris le pinceau secrètement pendant quelques années, et puis finalement votre fusil, ce mois d’août 1998, juste avant la passage des moissonneuses batteuses, parce qu’une balle de ping-pong voyageait dans votre tête . Pour arrêter ce lancinant Téléphon qui son, celui qui vous rappelait le cercueil de votre Maman, que vous suiviez un mois plus tôt, dans la chaleur et dans le bruit, en costume noir sous le soleil blanc, comme dans l’ Etranger de Camus.
 
L’absurde, on peut pas lutter contre.
 
 
Morceaux choisis :
 
"Quand j’étais petit, je n’étais pas grand et il y avait la guerre partout. Les circonstances de la vie firent de moi un enfant solitaire dans une campagne désertique, et par la suite un individu halluciné dans un monde de martiens.
Peu importent les péripéties, il en résulte que l"imagination reste pour moi la fonction cérébrale la plus séduisante. Il se trouve par ailleurs que je suis depuis toujours poussé à traduire en langage artistique les émotions qui me bouleversent. Et c’est pour cela que j’ai sans cesse tenté de dessiner,peindre, écrire, jouer de la musique, transformer des maisons, des jardins, tourner des films, mettre en scène de spectacles, bref organiser le monde en fonction de ma sensibilité esthétique.
Quant à savoir si j’ai tort ou raison, je vous dirai dans deux ou trois cents ans. En attendant ce moment, vive l’amour et à bas la musique molle."
 - - - - -
 
"Parfois je suis le descendant d’une aristocratique famille du nord de l’Italie, je claque les portes des hôtels et je me montre méprisant, dans les restaurants où l’on ne s’empresse pas. Je vis d’une façon nonchalante et souvent libertine dans une très grande maison vétuste et baroque à l’ouest de Paris. C’est une maison blanche, on dirait la Louisiane. Il y a du linge étendu sur la terrasse et le plus grand désordre partout. Les choses traînent. Les plus vieilles et les plus inattendues. Dans le gros cache-pot chinois près de la porte, il y a des immondices. Personne ne sait pourquoi. Ni Kinou ni moi, ni Lourdes, ni personne. Je regarde par la fenêtre les feuilles et les branches du châtaignier, ou bien ses branches seulement, ou alors ses branches avec de la neige, ou peut être rien, quand il fait nuit".
 
"Parfois, je suis superstar et l’on m’aborde et l’on me reconnaît et l’on m’autographise et je me réfugie dans mon Thelemachochateau, et j’écoute de la musique devant le feu qui se reflète sur les dalles de marbre vert. La nuit tombe, on allume les bougies (le plus souvent noires) des appliques vénitiennes, dont les miroirs oxydés se sont refermés.
Les chiens sont allongés sur un tapis Beloutch au rouge éclatant contre la soie des murs dorés. Je bois des vins délicats dans des verres de Murano gravés à mon chiffre, en attendant des invités qui sont jeunes et beaux, et souvent dépravés. Certains ont quelque chose à l’intérieur qui les pousse à écrire ou à peindre et qui se voit sur leur visage, au sourire et au regard.
Les jeunes filles sont belles. Elles apparaissent souvent nues sur les pages magazines(…) Elles courent dans le jardin et couvrent les chiens de caresses. Le chat Pompon va de l’une à l’autre en bavant de félicité (…). Et moi je le regarde, et la vie me file entre les doigts, comme de l’eau".
 
 
  - - - - - - - -
 
 
Notes :
(1)Olivier Cachin, "Nino Ferrer, c’était pourtant bien", Editions Alphée/Jean-Paul Bertrand , Août 2008
(2) Crédit photo : collection personnelle de l’artiste, sur son site www.nino-ferrer.com
(3) A Mounette, à Pierre et Arthur et à ceux qui, peut être, savent pourquoi

Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • morice morice 27 novembre 2008 11:24

     bel hommage à un très grand bonhomme, mais Marsupilami en avait déjà fait un il n’y a pas si longtemps... cet été.


    • La Taverne des Poètes 27 novembre 2008 11:27

      Mais cet article resitue bien le personnage et son univers.


    • SANDRO FERRETTI SANDRO 27 novembre 2008 11:40

      @ Marsu et à tous

      J’avais raté ce bel article de Marsu, étant sous d’autres cieux à cet époque.
      Ravi qu’une bonne plume montée sur des oreilles averties ( on s’est souvent rejoint avec Marsu sur mes articles sur Bashung, Christophe ou Manset) ait fait le travail avant moi, et surtout en temps et en heure pour les dix ans de sa mort.
      Il sait par ailleurs mieux que moi faire de liens (malgrè les cours du soir de Taverne, je plafonne), ce qui est évidement très utile pour les peintures de Nino, qu’il est plus utile de voir que de commenter.

      En fait, je voulais surtout , à l’occasion de la sortie de cette bio, lui donner la parole par quelques uns de ses textes inédits, qui expriment bien la "désabusion" de Nino, et la petite musique noire dans sa téte, lui qui "voulait étre noir".
      Et faire aussi un clin d’oeil à Van Gogh , autre autiste de luxe, et ses champs de blé.


      • stephanemot stephanemot 27 novembre 2008 12:20

        une voix, une naivete touchante, un humour et un amour de la vie.


        • LE CHAT LE CHAT 27 novembre 2008 13:21

          Bel article sur ce chanteur trop tôt disparu ! j’aimais bien mon copain Bismarck et

          la maison près de la fontaine (une chanson qu’aurait pu chanter Cabrel )

          La maison près de la fontaine
          Couverte de vigne vierge et de toiles d’araignée
          Sentait la confiture et le désordre et l’obscurité
          L’automne
          L’enfance
          L’éternité...

          Autour il y avait le silence
          Les guêpes et les nids des oiseaux
          On allait à la pêche aux écrevisses
          Avec Monsieur le curé
          On se baignait tout nus, tout noirs
          Avec les petites filles et les canards...

          La maison près des HLM
          A fait place à l’usine et au supermarché
          Les arbres ont disparu, mais çá sent l’hydrogène sulfuré
          L’essence
          La guerre
          La société...

          C’n’est pas si mal
          Et c’est normal
          C’est le progrès.


          • Yohan Yohan 27 novembre 2008 19:01

            Salut Sandro
            Contrairement à certains de sa génération, comme Dutronc, Nino Ferrer a su surfer sa vague tout en s’adaptant aux goûts "imposés" de l’époque. Salvador aurait aimé faire du jazz, il a fait le pitre. Je dirais que Nino a pratiqué un surf d’alternance entre nanars (qui d’ailleurs ne nous ont pas déplus non plus) et ballades bien écrites. Merci donc de faire remonter à la surface quelques bulles de nostalgie de cette période heureuse. 


            • SANDRO FERRETTI SANDRO 27 novembre 2008 19:12

              Oui, Yohan, le plus interessant avec Nino est sans doute la personalité de l’astre Nino lui-méme, ses faces noires et blanches, et aussi ses tableaux, ses écrits méconnus ou stockés dans des armoires.
              Les "chutes", comme disent les poseurs de moquette, ou les "cut" au cinéma.

              Son site internet officiel, très bien tenu, recèle quelques pépites de ce genre.


              • SANDRO FERRETTI SANDRO 28 novembre 2008 10:15

                Oui, Had.
                Ferrer, finalement, c’est une histoire de lumière. Les lumières de spots et du show bizz où on se brule comme le moustique sur la lampe, la lumière du sud dans ses tableaux, la lumière qu’à la fin il avait perdu, la lumière aveuglante de ce champ de blé.
                C’est pour cela que je cite l’Etranger de Camus. Sa fin, où il était aliéné au sens philosophique du terme (c’est à dire "rendu autre"), où il se regardait un peu passer dans la rue et où il n’aimait pas ce qu’il était devenu.
                Cette fin rappelle le Meursault de Camus, qui lui aussi commet l’irréparable peu après l’enterrement de sa mère, sous le soleil aveuglant d’Algérie. Et cette fameuse phrase en Cour d’Assises sur les raisons de son acte : "c’est à cause du soleil, Mr le Président, j’étais aveuglé", qui fera rire les jurés.
                Il a été aveuglé, Nino, je pense.


                • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 5 mai 2009 10:16

                  Bonjour Sandro
                  Message de l’Amiral, tu sais où.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires