• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > Simone Weil : Attente de Dieu

Simone Weil : Attente de Dieu

Simone Weil (1909-1943) est une philosophe humaniste du XXème siècle. Diplômée de l’ENS et agrégée de philosophie, elle fait néanmoins l’expérience du travail à l’usine en travaillant notamment comme fraiseuse chez Renault, ou comme ouvrière à la chaîne aux Forges de Basse Indre. Toujours animée par cette volonté d’éprouver dans sa chair ses réflexions d’ordre théorique, elle s’engage dans la guerre d’Espagne sans pour autant renier son pacifisme… Ces expériences la marquent autant physiquement que moralement et expliquent en partie l’intensité particulière qui émane de ses écrits.

Simone Weil n’est pas une philosophe écrivant sur un réel désincarné et théorique, mais plutôt une philosophe du réel dans lequel le cartographe n’oublie pas qu’il fait partie de la carte…

Un de ses ouvrages majeurs est « L’enracinement » qui est un hymne vibrant à la liberté, cristallisant la valeur de l’Etre Humain par essence, et indépendamment de toute considération politique ou matérielle. Elle ose notamment parler de l’âme en des termes vifs et pertinents, elle à qui on ne peut reprocher d’ignorer les souffrances du corps et de développer une théorie mystique hors-sol.

L’œuvre de Simone Weil vient au contraire nous rappeler la dimension incarnée de toute spiritualité digne de ce nom. Juive par sa naissance, agnostique par sa pensée, elle se convertit selon ses propres mots à « l’amour du Christ » … Mystique, elle fera le choix de ne pas être baptisée et de ne pas rejoindre une religion organisée ; philosophe, elle développe des liens entre ses intuitions spirituelles, les pensées des grecs anciens, et l’amour christique… Peu importe le chemin, son but est la Vérité en tant qu’expérience transcendante… « Attente de Dieu » est un recueil de lettres qu’elle adresse au Père Joseph-Marie Perrin dans lequel elle lui livre des réflexions profondes sur sa spiritualité et pourquoi elle ne souhaite pas rejoindre l’Eglise institutionalisée…

Humaniste et universaliste, son travail nourrit autant l’âme par l’amour qui en émane, que l’esprit par la rigueur et la clarté de ses cheminements de pensée… Voici quelques extraits de la correspondance compilée dans « Attente de Dieu » … il y a là de quoi stimuler d’intenses méditations… (le pdf complet est disponible ici)

thhgf

  • Le malheur répandu sur la surface du globe terrestre m’obsède et m’accable au point d’annuler mes facultés et je ne puis les récupérer et me délivrer de cette obsession que si, moi-même, j’ai une large part de danger et de souffrance. C’est donc une condition pour que j’aie la capacité de travailler.

 

  • S’il était concevable qu’on se damne en obéissant à Dieu et qu’on se sauve en lui désobéissant, je choisirais quand même l’obéissance.

 

  • Je ne puis m’empêcher de continuer à me demander si, dans ces temps où une si grande partie de l’humanité est submergée de matérialisme, Dieu ne veut pas qu’il y ait des hommes et des femmes qui se soient donnés à lui et au Christ et qui pourtant demeurent hors de l’Église.

 

  • Autrement dit il faut sentir la réalité et la présence de Dieu à travers toutes les choses extérieures sans exception, aussi clairement que, la main sent la consistance du papier à travers le porte-plume et la plume.

 

  • Ce n’est pas mon affaire de penser à moi. Mon affaire est de penser à Dieu. C’est à Dieu à penser à moi.

 

  • On n’a jamais rien dit ni écrit qui aille si loin que les paroles du diable au Christ dans saint Luc concernant les royaumes de ce monde : « Je te donnerai toute cette puissance et la gloire qui y est attachée, car elle m’a été abandonnée, à moi et à tout être à qui je veux en faire part. » Il en résulte que le social est irréductiblement le domaine du diable. La chair pousse à dire moi et le diable pousse à dire nous ; ou bien à dire, comme les dictateurs, je avec une signification collective. Et, conformément à sa mission propre, le diable fabrique une fausse imitation du divin, de l’ersatz de divin.

 

  • Je sais bien qu’il est inévitable que l’Église soit aussi une chose sociale ; sans quoi elle n’existerait pas. Mais pour autant qu’elle est une chose sociale elle appartient au Prince de ce monde. C’est parce qu’elle est un organe de conservation et de transmission de la vérité qu’il y a là un extrême danger pour ceux qui sont comme moi vulnérables à l’excès aux influences sociales. Car ainsi ce qu’il y a de plus pur et ce qui souille le plus, étant semblables et confondus sous les mêmes mots, font un mélange presque indécomposable.

 

  • Je ne regrettais pas les succès extérieurs, mais de ne pouvoir espérer aucun accès à ce royaume transcendant où les hommes authentiquement grands sont seuls à entrer et où habite la vérité. J’aimais mieux mourir que de vivre sans elle. Après des mois de ténèbres intérieures j’ai eu soudain et pour toujours la certitude que n’importe quel être humain, même si ces facultés naturelles sont presque nulles, pénètre dans ce royaume de la vérité réservée au génie, si seulement il désire la vérité et fait perpétuellement un effort d’attention pour l’atteindre. Il devient ainsi lui aussi un génie, même si faute de talent ce génie ne peut pas être visible à l’extérieur.

 

  • L’incarnation du christianisme implique une solution harmonieuse du problème des relations entre individus et collectivité. Harmonie au sens pythagoricien ; juste équilibre des contraires. Cette solution est ce dont les hommes ont soif précisément aujourd’hui.

 

  • La fonction propre de l’intelligence exige une liberté totale, impliquant le droit de tout nier, et aucune domination. Partout où elle usurpe un commandement, il y a un excès d’individualisme. Partout où elle est mal à l’aise, il y a une collectivité oppressive, ou plusieurs.

 

  • Je n’ai besoin d’aucune espérance, d’aucune promesse pour croire que Dieu est riche en miséricorde. Je connais cette richesse avec la certitude de l’expérience, je l’ai touchée. Ce que j’en connais par contact dépasse tellement ma capacité de compréhension et de gratitude que même la promesse de félicités futures ne pourrait rien y ajouter pour moi ; de même que pour l’intelligence humaine l’addition de deux infinis n’est pas une addition.

 

  • On sait alors que la joie est la douceur du contact avec l’amour de Dieu, que le malheur est la blessure de ce même contact quand il est douloureux, et que le contact lui-même importe seul, non pas la modalité. De même, si on revoit un être très cher après une longue absence, les mots qu’on échange avec lui n’importent pas, mais seulement le son de sa voix qui nous assure de sa présence. La connaissance de cette présence de Dieu ne console pas, n’ôte rien à l’affreuse amertume du malheur, ne guérit pas la mutilation de l’âme. Mais on sait d’une manière certaine que l’amour de Dieu pour nous est la substance même de cette amertume et de cette mutilation. Je voudrais, par gratitude, être capable d’en laisser le témoignage.

 

  • À travers les voiles de la chair nous recevons d’en haut des pressentiments d’éternité suffisants pour effacer à ce sujet tous les doutes.

 

  • Du moins si vraiment j’ai droit au nom de chrétienne, je sais par expérience que la vertu stoïcienne et la vertu chrétienne sont une seule et même vertu. La vertu stoïcienne authentique, qui est avant tout amour ; non pas la caricature qu’en ont faite quelques brutes romaines.

 

  • Notre amour doit avoir la même étendue à travers tout l’espace, la même égalité dans toutes les portions de l’espace, que la lumière même du soleil. Le Christ nous a prescrit de parvenir à la perfection de notre Père céleste en imitant cette distribution indiscriminée de la lumière. Notre intelligence aussi doit avoir cette complète impartialité.

 

  • Il faut seulement savoir que l’amour est une orientation et non pas un état d’âme. Si on l’ignore on tombe dans le désespoir dès la première atteinte du malheur.

 

  • La vertu surnaturelle de justice consiste, si on est le supérieur dans le rapport inégal des forces, à se conduire exactement comme s’il y avait égalité. Exactement à tous égards, y compris les moindres détails d’accent et d’attitude, car un détail peut suffire à rejeter l’inférieur à l’état de matière qui dans cette occasion est naturellement le sien, comme le moindre choc congèle de l’eau restée liquide au-dessous de zéro degré. Cette vertu pour l’inférieur ainsi traité consiste à ne pas croire qu’il y ait vraiment égalité de forces, à reconnaître que la générosité de l’autre est la seule cause de ce traitement. C’est ce qu’on nomme reconnaissance.

 

  • Celui qui traite en égaux ceux que le rapport des forces met loin au-dessous de lui leur fait véritablement don de la qualité d’êtres humains dont le sort les privait. Autant qu’il est possible à une créature, il reproduit à leur égard la générosité originelle du Créateur. Cette vertu est la vertu chrétienne par excellence. C’est celle aussi qu’expriment dans le Livre des Morts égyptien des paroles aussi sublimes que celles mêmes de l’Évangile : « Je n’ai fait pleurer personne. Je n’ai jamais rendu ma voix hautaine. Je n’ai jamais causé de peur à personne. Je ne me suis jamais rendu sourd à des paroles justes et vraies. »

 

  • Le vrai Dieu est le Dieu conçu comme tout-puissant, mais comme ne commandant pas partout où Il en a le pouvoir ; car Il ne se trouve que dans les cieux, ou bien ici-bas dans le secret.

 

  • Il y a des moments où penser à Dieu nous sépare de Lui. La pudeur est la condition de l’union nuptiale.

 

  • Les hommes croient mépriser le crime et méprisent en réalité la faiblesse du malheur. Un être en qui se combinent l’un et l’autre leur permet de s’abandonner au mépris du malheur sous le prétexte de mépriser le crime. Il est ainsi l’objet du plus grand mépris. Le mépris est le contraire de l’attention. Il y a exception seulement s’il s’agit d’un crime qui pour une raison quelconque ait du prestige, comme c’est souvent le cas du meurtre à cause de la puissance passagère qu’il implique, ou qui n’excite pas vivement chez ceux qui jugent la notion de culpabilité. Le vol est le crime le plus dépourvu de prestige et qui cause le plus d’indignation, parce que la propriété est l’attachement le plus général et le plus puissant. Cela apparaît même dans le Code pénal.

 

  • Comme dit Eschyle : « Ce qui est divin est sans effort. » Il y a dans le salut une facilité plus difficile pour nous que tous les efforts.

 

  • La recherche active est nuisible, non seulement à l’amour, mais aussi à l’intelligence dont les lois imitent celles de l’amour. Il faut simplement attendre que la solution d’un problème de géométrie, que le sens d’une -phrase latine ou grecque surgisse dans l’esprit. À plus forte raison, pour une vérité scientifique nouvelle, pour un beau vers. La recherche mène à l’erreur. Il en est ainsi pour toute espèce de bien véritable. L’homme ne doit pas faire autre chose qu’attendre le bien et écarter le mal. Il ne doit faire d’effort musculaire que pour n’être pas ébranlé par le mal. Dans le retournement qui constitue la condition humaine, la vertu authentique dans tous les domaines est chose négative, au moins en apparence. Mais cette attente du bien et de la vérité est quelque chose de plus intense que toute recherche.

 

  • « L’amitié est une égalité faite d’harmonie », disaient les pythagoriciens. Il y a harmonie parce qu’il y a unité surnaturelle entre deux contraires qui sont la nécessité et la liberté, ces deux contraires que Dieu a combinés en créant le monde et les hommes. Il y a égalité parce qu’on désire la conservation de la faculté de libre consentement en soi-même et chez l’autre. Quand quelqu’un désire se subordonner un être humain ou accepte de se subordonner à lui, il n’y a pas trace d’amitié. Le Pylade de Racine n’est pas l’ami d’Oreste. Il n’y a pas d’amitié dans l’inégalité.

 

  • Une amitié est souillée dès que la nécessité l’emporte, fût-ce pour un instant, sur le désir de conserver chez l’un et chez l’autre la faculté de libre consentement. Dans toutes les choses humaines, la nécessité est le principe de l’impureté. Toute amitié est impure s’il s’y trouve même à l’état de trace le désir de plaire ou le désir inverse. Dans une amitié parfaite ces deux désirs sont complètement absents. Les deux amis acceptent complètement d’être deux et non pas un, ils respectent la distance que met entre eux le fait d’être deux créatures distinctes. C’est avec Dieu seul que l’homme a le droit de désirer être directement uni.

 

  • Les biens les plus précieux ne doivent pas être cherchés, mais attendus. Car l’homme ne peut pas les trouver par ses propres forces, et s’il se met à leur recherche, il trouvera à la place des faux biens dont il ne saura pas discerner la fausseté.

 

  • Le Christ aime qu’on lui préfère la vérité, car avant d’être le Christ, il est la vérité. Si on se détourne de lui pour aller vers la vérité, on ne fera pas un long chemin avant de retomber dans ses bras.

Source= https://unmultiple.wordpress.com/2020/02/03/simone-weil-attente-de-dieu/


Moyenne des avis sur cet article :  3.89/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 5 février 10:16

    VLADIMIR : Qu’est-ce qu’on fait maintenant ?

    ESTRAGON : On attend.

    VLADIMIR : Oui, mais en attendant ?

    En attendant Godot - Samuel Beckett


    • zak5 zak5 5 février 10:32

      Philosophe qui s’est rendue compte que le matérialisme est une terrible vérité.


      • Étirév 5 février 10:33

        « Attente de Dieu »

        Alors, soudainement, à son heure, Dieu vient. Cette expérience capitale est une perception certaine, immédiate, de Dieu. La certitude absolue se fait jour que l’on n’est pas seul au dedans de soi. Il semble que, sur tous les points, on se sente en contact avec un être de même nature, sympathique, incommensurablement plus sage, stable et désintéressé. C’est une impression analogue, mais plus complète et plus intime, à celle que l’on éprouve aux côtés d’une personne tendrement aimée et en qui l’on a une entière confiance.

        Toutes les initiations, toutes les doctrines mythologiques, ne tendaient qu’à alléger l’âme du poids de la matière, à l’épurer, à l’éclairer par l’irradiation de l’intelligence, afin que, désireuse des biens spirituels et s’élançant hors du cercle des générations, elle pût s’élever jusqu’à la source de son existence. C’est la parabole de l’enfant prodigue, parcours d’un être singulier accédant après diverses épreuves à sa dignité et à sa liberté en renouant avec sa filiation divine ; aventure de l’Âme venue ici-bas, qui se grise et s’éparpille parmi les plaisirs de l’existence terrestre, puis se réveille et entreprend de retourner à l’éternelle demeure, berceau lumineux où Elle recouvre sa splendeur.

        Les différents cultes qui ont passé sur la terre n’avaient pas d’autre but et obéissaient au même esprit. La connaissance de « Dieu » a été partout offerte comme le terme de la sagesse, sa ressemblance comme le comble de la perfection, et sa jouissance comme le suprême objet de tous les désirs.

        Le bonheur, a dit Eckhart von Hochheim (dit Maître Eckhart), est l’état créateur dans lequel on se trouve lorsque l’âme comprend « Dieu ».

        NB : rappelons également ce petit fascicule de Madame Weil intitulé Note sur la suppression des partis politiques , encore plus d’actualité aujourd’hui.

         


        • Gollum Gollum 5 février 11:08

          Merci pour cet article sur Simone Weil une des rares disciples du Christ que j’arrive à supporter, mieux, à admirer.

          Il faut dire qu’elle n’a absolument pas les caractéristiques « chrétiennes » habituelles et que l’on retrouve en abondance chez nombre de militants chrétiens ici qui nous soulent en permanence de leur foi : Pascal L, Laconique, Jonas, et l’inénarrable Daniel Pignard...

          En effet, Simone Weil est d’une ouverture d’esprit peu commune, arrivant à trouver chrétien le stoïcisme, le catharisme (voir sa lettre à Déodat Roché) à diaboliser l’Église.

          Je cite un passage apporté par marko : Je sais bien qu’il est inévitable que l’Église soit aussi une chose sociale ; sans quoi elle n’existerait pas. Mais pour autant qu’elle est une chose sociale elle appartient au Prince de ce monde.


          D’où son refus d’adhérer au catholicisme (notons que nombre de catholiques essayant de récupérer Simone Weil « oublie » généralement ce détail et en font une catholique à part entière.. )

          M’enfin, trêve de bavardage, pour saisir la différence entre une Simone Weil et un chrétien classique il suffit de lire les proses des uns et des autres, il n’y a pas photo comme on dit : luminosité, finesse, ouverture d’esprit (justifiant au passage le célèbre : l’Esprit souffle où il veut) pour l’une et sectarisme, crétinisme, amour de soi-même de l’autre.... Ceux là sont légion. 


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 5 février 14:00

            @Gollum

            « Simone Weil une des rares disciples du Christ que j’arrive à supporter, mieux, à admirer »

             

            Il vaudrait mieux pour vous que vous supportiez et admiriez le Christ et les apôtres. Ce serait au moins être sur une chrétienté plus authentique.

            « Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire. » (Eph 2 :20)

            Cependant :

            « Qui n’est pas contre nous est pour nous. Et quiconque vous donnera à boire un verre d’eau en mon nom, parce que vous appartenez à Christ, je vous le dis en vérité, il ne perdra point sa récompense. » (Marc 9 :41)


          • Fifi35 Fifi35 5 février 14:19

            @Daniel PIGNARD
            Simone Weil a réellement existé elle !
            Ce qui n’est pas encore prouvé pour le christ et ses apôtres qui sont pour l’instant du bestiaire mythologique et de la sagesse de nos anciens.
            S. Weil a souffert dans sa chair et a ressenti ce lien entre corps et esprit.
            « Dieu a envoyé son fils sur terre pour connaître ce qu’est la souffrance » dit le sage
            Comme quoi la mythologie a besoin de l’homme pour exister. Normal, vu qu’il en est le créateur.


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 5 février 16:04

            @Fifi35
            Quelles preuves avez-vous que Simone Weil a existé ? L’avez-vous rencontré ou croyez-vous en des témoignages ?


          • Pascal L 5 février 19:55

            @Fifi35
            Lisez le livre « Peut-on prouver l’existence de Napoléon » de l’anglais Richard Whately pour une réflexion sur la vraisemblance pour un historien.
            Si vous lisez les historiens qui ont écrit sur le premier siècle, ils vous diront que les Evangiles sont un témoignage authentique, ce qui, bien évidement ne prouve pas que Jésus était fils de Dieu,mais au moins, que Jésus a bien existé. Les Evangiles sont même le document le mieux attesté de toute l’antiquité. Les exemplaires les plus anciens qui sont conservés datent de la fin du premier siècle, mais on peut démontrer que les Evangiles en araméens ont été écrits beaucoup plus tôt, en 37 pour l’Evangile de Matthieu et l’intégrité de ce texte en araméen peut être vérifiée par les marques de l’oralité qui sont complètes. Les contemporains qui s’opposaient à Jésus le traitaient de magicien, mais n’ont jamais mis en doute son existence. 
            Sur la sagesse des anciens, l’enseignement de Jésus marque une rupture en nous parlant de la valeur absolue de l’amour de Dieu. C’est bien ce que Simone Weil a compris..


          • Pascal L 5 février 20:03

            @Gollum
            Le discours de Simone Weil ne choque pas le Catho que je suis. Elle parle de Jésus avec justesse et c’est ce que vous devriez retenir de son discours. Je comprends ses réticences au baptême dans le contexte qui était le sien. Ses propos étaient plus proche du renouveau charismatique qui n’existait pas encore et ne devrait pas être choquée par les expressions contemporaines de la foi catholique. L’ancien monde existe toujours dans l’Eglise Catholique qui évolue à la vitesse d’établissement des consensus, mais aujourd’hui, l’Esprit-Saint commence à être présent un peu partout et c’est un signe. Satan, de son côté, multiplie ses interventions et ce n’est pas facile de lui résister.


          • Gollum Gollum 6 février 09:56

            @Pascal L

            Vous ne devez pas connaitre Weil en profondeur car elle a des positions nettement hétérodoxes par rapport à la foi catholique. 

            Pour elle il y a nécessité du mal. Ce qui est une hérésie par rapport à la théologie classique.

            Voir ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Simone_Weil#Absence

            Quant à votre charabia habituel sur l’esprit saint qui progresse un peu partout, etc... c’est... comment dire ?? (déjà faudrait que vous soyez capable de percevoir les fruits de l’esprit or je doute fort que vous le soyez)


          • Pascal L 6 février 14:44

            @Gollum
            Quelles idées sur la théologie chrétienne avez-vous ? Les dogmes ne sont pas pour les catholiques quelque chose de figé en lequel nous devons croire absolument. La foi ne se décrète pas à partir du livre, mais à partir de la rencontre avec Jésus. Chaque chemin vers Jésus se fait à partir de ce que nous sommes et donc chaque chemin diffère. Le credo prend en compte une somme d’expérience de rencontres qui se confrontent et se construisent à partir de l’expérience des autres et personne ne possède la vérité. L’expérience de Simone Weil est authentique, mais sa foi n’a pas pu se développer en profitant de l’expérience des autres, car ces chemins étaient fermés à son époque et elle n’a pas pu vivre suffisamment longtemps après sa conversion pour faire murir sa foi. Aujourd’hui, elle est face à la vérité.
            Quand à l’Esprit-Saint, ses dons sont connus depuis le prophète Isaïe. Je ne peux jamais dire si j’écrit sous son influence, cela ne s’évalue qu’à posteriori lorsque l’on voit les fruits. En ce qui me concerne cela fait un bout de temps que je voie ces fruits, pas chez vous, cela est certain mais je ne peux lui demander de vous libérer de l’emprise de Satan sans votre volonté d’aller dans ce sens. Libéré de cette emprise, la rencontre avec Jésus devient possible.
            Quand aux fruits de l’Esprit-Saint, ils sont visibles lorsque l’amour de Dieu finit par transparaître chez la personne à qui l’on s’adresse. Si vous n’avez jamais fait l’expérience de cet amour, vous êtes de fait incapable de le reconnaître.


          • files_walQer files_walQer 5 février 15:25

            Citation : « Croire en l’histoire officielle, c’est croire des criminels sur parole. »

            Simone Weil 1909 1943


            • microf 5 février 15:31

              @Daniel PIGNARD

              Je voulais exactement répondre á @Gollum la même chose comme vous, il ferait mieux de supporter Jésus, car c´est au nom de Jésus que nous sommes baptisés, c´est á son nom que nous serons sauvés.

              Nous ne sommes pas baptisés ni ne serons sauvés au nom de Simone WEIL, mais baptisés et sauvés au nom de Jésus.

              Quant á @Fifi35 qui demande si le Christ a vraiment existé, oui le Christ a existé c´est pourquoi on en parle. On ne peut pas parler de ce qui n´existe pas, on parle de ce qui existe á partir de son nom, comme dira un grand Saint, á savoir, « partir de l´existence de Dieu á partir du nom de Dieu ».

              Le vent existe même si on ne le voit pas, mais on voit ses manifestations.

              Jésus a existé en tant que personne comme @Fifi35, et á partir de ceux qui le suivent aujourd´hui, Jésus continue d´exister.

              On ne peut pas suivre le néant, les Chrétiens suivent celui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie á partir de son Enseignement qu´Il a laissé.

              Que certains ne croient pas, c´est un fait, une réalité qui déjá existaient au temps de Jésus, mais celá ne veut pas die que Jésus n´a pas existé.

              Dans l´Évangile d´aujourd´hui 5 février, Marc 6, 1-6. Jésus retourne dans son village et se met á enseigner, mais Il suscita l´indifférence, le mépris, l´indignation.

              Tous disaient, d´oú lui vient toute cette sagesse ? comment fait-Il pour réaliser tous ces miracles ? N´est-Il pas le fils de joseph et Marie ? le frère de Jacques ? de José ? de Jude et de Simon ? Ses soeurs ne sont-elles pas de chez nous ? Alors ils furent tous chôqués parcequ´Il se disait le fils de Dieu.

              Très peu crurent en Lui. Et á Jésus de les dire « qu´ un Prophète n´est méprisé que dans son pays » et Jésus y fit peu de miracles dans son propre pays.


              • uleskiserge uleskiserge 5 février 18:39

                C’est du lourd, du très lourd cette petite femme immense... sa place est bien au panthéon ; il suffit de passer du V au W.... et de faire de la place..... pour prolonger, cliquez http://serge-uleski.over-blog.com/2019/09/simone-weil-pesanteur-et-grace.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

marko


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès