• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > Un roman sur les femmes d’aujourd’hui

Un roman sur les femmes d’aujourd’hui

Alors qu’on voit fleurir ici et là des remarques parfois acerbes pour savoir si les mères de famille méritent ou non d’avoir une majoration d’un ou deux ans de durée d’assurance pour leur retraite, on peut constater que les relations hommes femmes sont loin d’être apaisées et on a plutôt l’impression de voir des ennemis lutter pour la meilleure place. A croire que les hommes et les femmes ne vivient plus en couple ou alors qu’ils le font en passant leur temps à se jalouser.
Et puis, ces deux refrains toujours : sauvegarder l’égalité, comme si l’égalité existait ! Comme si elle se limitait à des points de retraite équivalents ou non !
Et cet autre refrain insidieux : il faut tout faire pour ne pas éloigner les femmes de leur lieu de travail. Le bonheur pour une femme est au travail et surtout pas près de ses enfants !

C’est contre cet état d’esprit que s’élève le roman Les Aubépines, un texte ni féministe ni traditionaliste mais mesuré et plein de bon sens.

En voici un extrait :
 
"- Nous sommes dans un monde bien difficile et sans pitié pour les enfants, les femmes et parfois les hommes, lui dis-je.

 - C’est pour cela que je suis épuisée. Et puis, quand je rentre à la maison, ce n’est pas fini, il y a encore tout le travail ménager : les lessives, le ménage et la cuisine. Alors que je n’ai envie que d’une chose : passer un moment tranquille avec mes filles mais je me sens trop fatiguée pour apprécier les moments passés avec elles. C’est cela le plus pénible, ne pas pouvoir vraiment profiter de Laure et de Clarisse. Pourtant, je voudrais juste les voir grandir sereinement. Laure a 5 ans et j’ai l’impression de ne pas la connaître et je ne supporte plus de devoir laisser Clarisse chez la nourrice tous les jours. Ce n’est pas juste, j’aurais voulu pouvoir m’occuper d’elle moi-même.

 Je trouve aussi que tout est fait dans notre société pour que les parents ne s’occupent pas eux-mêmes de leurs enfants, comme si on était déjà dans le meilleur des mondes d’Huxley ! A peine né, quelques petites semaines après sa naissance, le nourrisson est confié à une ou plusieurs tierces personnes, assistante maternelle ou crèche collective. Il y a bien le congé parental mais l’allocation de libre choix, versée aussi bien à celles qui s’arrêtent qu’à celles qui continuent et ont des frais de garde, ne favorise pas vraiment les femmes qui s’arrêtent de travailler même si elle est un petit peu plus élevée pour ces dernières. D’ailleurs, il est question de diminuer la durée du congé parental car l’état ne le voit pas d’un très bon oeil...

 Ainsi, pour des raisons que j’ignore, l’état préfère décharger les parents de leur rôle éducatif : tout est mis en place pour que le nouveau-né trouve le plus tôt possible sa place dans des structures publiques ou contrôlées par les services sociaux de l’état : crèches, écoles maternelles, écoles primaires, collèges, lycées, tout est prévu et celui qui essaie de se passer de ces services publics, à une étape ou l’autre de son cursus, est mal vu et surveillé de près.

 Pourtant, ce que Line ne supporte pas, c’est d’être privée de ses filles. On n’a pas des enfants pour les faire élever par d’autres !

- Je n’ai pas assez de temps pour Laure et Clarisse !

- Peut-être, en plus de ton travail, as-tu trop de choses à t’occuper à la maison ? Thierry t’aide bien ?

 Line fait la moue alors je poursuis :

 - Tu es mariée, il me semble donc tu dois obtenir de Thierry qu’il prenne en charge la moitié du travail à la maison, cela me paraît logique, non ?

 Line soupire.

 - Je sais et il n’est pas contre mais il est si maladroit !

 - Maladroit, un homme qui travaille dans l’électronique, à qui feras-tu croire cela ?!"

 

Mais ce roman, ce n’est pas que la condition des femmes, c’est beaucoup d’autres thèmes tous actuels.

 "Il s’agit de l’histoire d’une famille d’aujourd’hui qui, pour faire face aux difficultés sociales, économiques et humaines, décide de se regrouper, parents, enfants, petits-enfants, autour de l’achat d’une grande maison à la campagne. J’en profite pour aborder des thèmes de notre temps tels que la difficulté pour les femmes de cette famille de concilier vie professionnelle et vie familiale, tels que le besoin de se retrouver entre générations différentes, tels que les préoccupations écologiques... mais ce roman, c’est aussi et surtout l’histoire d’une amitié entre deux cousines qui ont partagé toute leur enfance et que la vie a séparées à l’entrée de l’âge adulte."
 
Vous pouvez trouver le début de ce roman sur le blog :
 
 
L’auteur inscrit sa réflexion dans un cadre plus large puisqu’on peut aussi lire sous sa plume une utopie sociale intitulée : La Terre des Gardiennes
 

"Ce roman décrit le monde de demain, un monde qui a rompu avec son passé et s’efforce de vivre dans l’harmonie avec la nature et la simplicité volontaire.

Ce roman cherche à montrer ce que le monde pourrait être si les hommes étaient davantage soucieux de la nature, d’une vie simple et saine, et comment ils y gagneraient en bonheur et en harmonie intérieure. Cette histoire pose aussi le problème de la place des femmes dans la société et dans la vie politique puisqu’on y voit des femmes qui détiennent le pouvoir mais qui, peu à peu, accepteront de le partager un peu avec les hommes s’ils renoncent à la guerre et au profit."

 

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Palmarès



Partenaires